Crédit photo : F. Jonkisz

Sommaire

Conjoncture

-Le PIB ralentit fortement au 3ème trimestre

-Les prix de l’immobilier continuent leur progression mais décélèrent

-L’indice de confiance rebondit après trois mois consécutifs de baisse

Politiques macroéconomiques

-La Maison-Blanche publie un nouveau cadre de son programme de mesures sociales et fiscales, révisé à 1 750 Md USD

Services financiers

-Le nouveau président du CFPB souligne les risques posés par les grandes entreprises du numérique

-Rostin Behnam souhaite accroître le rôle de la CFTC dans la régulation des crypto-actifs

Brèves

 


 

Conjoncture

 

Le PIB ralentit fortement au 3ème trimestre

Le taux de croissance du PIB s’est élevé à 0,5 % au 3ème trimestre selon l’estimation provisoire du Bureau of Economic Analysis, ce qui correspond à un taux de croissance annualisé de 2,0 %. L’activité est en fort ralentissement comparé aux 1er et 2ème trimestre (respectivement 6,4 % et 6,7 %). Ce ralentissement s’expliquerait par l’expansion du variant Delta, qui a limité la reprise dans les secteurs de la restauration et du tourisme, ainsi que par les tensions sur le marché du travail et sur les chaînes d’approvisionnement tout au long du 3ème trimestre.

La consommation des ménages et les reconstitutions de stocks ont contribué positivement à la croissance (+0,3 point et +0,5 point respectivement). En revanche, le solde commercial a pesé sur la croissance (-0,3 point).

Malgré ce fort ralentissement, le rebond de l’activité économique a permis aux États-Unis d’effacer la perte d’activité liée à la crise sanitaire et place le PIB américain 1,4 % au-dessus de son niveau d’avant-crise (4e trimestre 2019). À l’issue du 3ème trimestre, l’acquis de croissance pour l’année 2021 atteint 5,2 % (après -3,4 % en 2020).

 

Les prix de l’immobilier continuent leur progression mais décélèrent

Selon l’agence fédérale de financement du logement (Federal Housing Finance Agency) l’indice des prix de l’immobilier a augmenté de 1,0 % au mois d’août (contre 1,4 % en juillet) et de 18,5 % sur douze mois glissants  (contre 19,2 % précédemment). Lynn Fisher, directrice adjointe du département de recherche et de statistiques de la FHFA, a souligné que malgré son niveau historiquement élevé, le prix commençait à ralentir sa progression en août, ce qui pourrait signaler que le pic a été probablement atteint.

L’indice Case-Shiller publié par Standard & Poor’s, qui porte sur les prix immobiliers des 20 plus grandes villes américaines, est en hausse de 19,7 % en août 2021 en glissement annuel, soit moins que le mois précédent (20,0 %). 8 des 20 villes ont connu une progression qui dépassait celle du mois précédent.

 

L’indice de confiance rebondit après trois mois consécutifs de baisse

Selon le Conference Board, organisme de recherche économique indépendant spécialisé dans les enquêtes et sondages, l’indice de confiance des consommateurs américains a rebondi à 113,8 en octobre (contre 109,8 en septembre) après trois mois consécutifs de baisse. Après le pic de juin dernier à 128,9, l’indice a connu une chute en raison de la progression du variant Delta et des pressions inflationnistes. L’indice, normalisé à 100 en 1985, mesure les attitudes et intentions d’achat des consommateurs.

Le Conference Board explique que les inquiétudes liées au variant Delta semblent s’estomper et que les consommateurs restent confiants dans les perspectives économiques futures. Les intentions d’achats sont peu affectées par la hausse des prix et les particuliers montrent un plus grand optimisme vis-à-vis de l’évolution à court terme du marché du travail.

 


 

Politiques macroéconomiques 

 

La Maison-Blanche publie un nouveau cadre de son programme de mesures sociales et fiscales, révisé à 1 750 Md USD

Le 28 octobre, la Maison-Blanche a publié une version révisée de son programme de mesures fiscales et sociales, dont le montant de dépense a été révisé à la baisse, à 1 750 Md USD contre 3 500 Md USD initialement prévus. Le président Biden a par ailleurs appelé le Congrès à avancer sur les deux projets de son programme de relance, qui inclut également le plan d’investissement dans les infrastructures déjà voté au Sénat de façon bipartisane.

Parmi les principales mesures sociales, qui représentent un montant total de 915 Md USD, figurent les aides à la garde d’enfants, la gratuité des écoles maternelles pour les enfants de 3 à 4 ans et des crédits d’impôt et allocations familiales pour les foyers avec enfants. Sont aussi prévues des mesures d’investissement dans la transition énergétique (555 Md USD), dans le logement (150 Md USD)  et dans les formations professionnelles (40 Md USD).

Ces dépenses seraient financées par des hausses d’impôts portant principalement sur les grandes entreprises et les ménages les plus aisés : (i)  les entreprises réalisant un bénéfice supérieur à 1 Md USD seraient soumises à un impôt minimum de 15 % (gain de recettes estimé à 325 Md USD), tandis que la mise en œuvre de l’accord de l’OCDE sur l’imposition des multinationales rapporterait 350 Md USD et qu’une surtaxe de 1 % serait appliquée aux programmes de rachat d’actions (125 Md USD) ; (ii)  côté ménages, une surtaxe de 5 % serait prélevée sur les revenus annuels dépassant 10 M USD et de 3 % supplémentaires sur les revenus supérieurs à 25 M USD (gains estimés à 230 Md USD), la déduction des pertes de leur activité professionnelle serait limitée pour les contribuables les plus aisés (170 Md USD) et les contrôles renforcés pour résorber les failles dans le prélèvement sur les salaires de la cotisation destinée à l’assurance-maladie (250 Md USD). Enfin, une mesure viendrait renforcer les contrôles fiscaux, ce qui permettrait, d’après la Maison-Blanche, de générer 400 Md USD de recettes supplémentaires. Les gains de recettes totaux s’élèveraient à 1 995 Md USD.

Plusieurs sénateurs démocrates avaient proposé, le 27 octobre, de nouvelles mesures fiscales afin de financer ce programme social. Côté ménages, Ron Wyden (D-Oregon) prône un impôt sur les contribuables ayant un revenu annuel supérieur à 100 M USD et des actifs dont la valorisation est supérieure à 1 Md USD pour trois années consécutives, soit 700 contribuables selon l’estimation de la commission des finances. Côté entreprises, l’imposition minimum des sociétés réalisant plus de 1 Md USD de bénéfices à 15 % est soutenue par Elizabeth Warren (D-Massachusetts), Angus King (D-Maine), et R.  Wyden (D-Oregon).

 


 

Services financiers           

 

Le nouveau président du CFPB souligne les risques posés par les grandes entreprises du numérique

Rohit Chopra, président du Bureau de protection des consommateurs de services financiers (CFPB), était auditionné à la Chambre des représentants et au Sénat les 27 et 28 octobre.

La supervision du marché des prêts hypothécaires constitue une priorité pour le CFPB, qui souhaite minimiser le nombre de saisies immobilières, stimuler la concurrence sur le marché du refinancement des prêts et accroître l’accès aux financements pour les minorités.

Les interventions de R. Chopra ont par ailleurs largement porté sur les risques posés par les pratiques des grandes entreprises pour la concurrence, le respect du cadre réglementaire et les consommateurs. Les grandes entreprises du numérique ont été particulièrement visées, moins d’une semaine après que le CFPB a annoncé avoir lancé des investigations sur les pratiques de plusieurs Big Tech opérant sur le marché des paiements. Le CFPB s’inquiète notamment de l’opacité des règles d’admission des participants aux systèmes de paiement, des risques d’abus de position dominante et de l’usage des données collectées auprès des utilisateurs.

La préoccupation du CFPB concernant la protection des données financières des consommateurs fait écho à l’annonce, le 27 octobre, par  la Federal Trade Commission  (FTC), autorité chargée de la politique de concurrence, d’un renforcement des règles applicables aux institutions financières en la matière.

 

Rostin Behnam souhaite accroître le rôle de la CFTC dans la régulation des crypto-actifs

Rostin Behnam a été auditionné le 27 octobre au Sénat en vue de sa nomination à la présidence de la Commodity Futures Trading Commission (CFTC), le régulateur des marchés de dérivés.

Déjà président par intérim de l’agence depuis janvier 2021, R. Behnam a plaidé pour accroître le rôle de la CFTC dans la régulation des crypto-actifs. Considérant qu’environ 60 % des crypto-actifs étaient assimilables à des commodities,  R. Behman souhaite que la CFTC devienne le principal régulateur de ce marché qui présente, selon lui, des risques élevés. Depuis plusieurs années, la compétence de régulation des crypto-actifs fait en effet l’objet de débats entre la CFTC et la Securities and Exchange Commission (SEC), le régulateur des marchés boursiers.

Behnam s’est également engagé à renforcer les activités de supervision de la CFTC afin d’améliorer la protection des consommateurs. Il a enfin souligné l’engagement de la CFTC dans la prévention des risques financiers liés au climat.

 


 

Brèves  

 

-Mastercard a annoncé le 25 octobre le lancement de services en crypto-monnaies dans le cadre d’un partenariat conclu avec Bakkt. Les institutions financières partenaires pourront émettre des cartes permettant d’effectuer des paiements en crypto-monnaies, Bakkt effectuant la conversion vers une monnaie conventionnelle avant règlement aux commerçants. Les partenaires de Mastercard pourront également proposer des services d’investissement en crypto-monnaies et mettre en place des dispositifs de fidélisation en crypto-monnaies.

 

-La société de trading à haute fréquence Citadel Securities a présenté le 25 octobre, devant une Cour d’appel fédérale, ses arguments contre la légalité des ordres de bourse à limite discrétionnaire (Discretionary Limit ou D-Limit). Depuis octobre 2020, Citadel a engagé un recours contre l’approbation par la SEC de ce nouveau type d’ordre, mis en place par la bourse  Investors Exchange (IEX). Les ordres D-Limit sont des ordres à cours limite assortis d’un délai de quelques fractions de secondes, au cours duquel la limite peut être modifiée en cas de mouvement de prix. Les ordres D-Limit réduisent ainsi la capacité des opérateurs à haute fréquence à générer des marges sur les ordres des investisseurs institutionnels.

 

-Le 26 octobre, la société BlackRock, premier gestionnaire d’actifs au monde, a annoncé un changement des modalités d’investissement de six de ses fonds indiciels cotés (Exchange Traded Fund – ETF), représentant 9 Md USD d’actifs, afin de les aligner sur les critères de l’indice européen sur la transition climatique (Climate Transition Benchmark, CTB).

 

-Dans une vidéo publiée le 26 octobre, le président de la SEC, Gary Gensler, a évoqué les difficultés posées par les délais de règlement et compensation des échanges, et annoncé une proposition de règle, en cours de rédaction, visant à les réduire.

 

-Le 25 octobre, Jelena McWilliams, présidente de la Federal Deposit Insurance Corporation (FDIC), le régulateur des state banks, a annoncé que son agence avait engagé, en collaboration avec la Fed, des travaux visant à encadrer les activités des banques en matière de crypto-actifs et devrait proposer des règles nouvelles en la matière dans les mois à venir.

 

-Le ministère du travail a rétabli une mesure, abrogée sous l’administration Trump, relative aux travailleurs touchant des pourboires (tipped employees). Ces derniers, du fait des gratifications supplémentaires, sont rémunérés à un salaire minimum horaire (2,13 USD) inférieur au niveau fédéral (7,25 USD), l’employeur devant compenser la différence si les pourboires n’y suffisent pas. Si un employé consacre plus de 20 % de son temps de travail à une activité qui ne génère pas de pourboire, l’entreprise a désormais à nouveau l’obligation de le rémunérer au taux horaire fédéral.

 

-Sherrod Brown, président de la commission des affaires bancaires du Sénat, a déposé le 27 octobre une proposition de loi restreignant les investissements que les dirigeants de la Fed peuvent réaliser à titre personnel.

 

-La société de gestion Valkyrie a lancé le 22 octobre le Valkyrie Bitcoin Strategy Fund, 2ème fonds indiciel coté (ETF) indexé sur le Bitcoin commercialisé aux États-Unis. Comme l’ETF ProShares Bitcoin Strategy lancé le 18 octobre, cet instrument investit dans des contrats à terme liés au Bitcoin.

 

-La Federal Housing Finance Agency (FHFA), qui supervise les agences de titrisation hypothécaire, a proposé le 27 octobre un renforcement des exigences de communications régulières de Freddie Mac  et Fannie Mae afin de les aligner sur les standards prudentiels applicables aux banques

About Admin

Galina Natchev is the Information Research Officer at the Department of Macroeconomics and Finance at the French Embassy in the US since November 2005. In charge of following the news and the daily news brief for the department, Galina is also involved in research projects and in preparing the weekly publication, the Washington Wall Street Watch. She is responsible to gather information and support literature for the writing of reports at the department.
Galina holds a Master’s degree in French Studies from NYU and a Master’s degree in International Business from UNWE, Sofia, Bulgaria.
She is based in New York.

Similar Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.