Crédit photo : F. Jonkisz

Sommaire

Conjoncture

  • Les créations d’emplois sont au plus bas depuis le début d’année
  • L’inflation reste élevée malgré l’atténuation des effets de base et des composantes transitoires

Politiques macroéconomiques

  • La Chambre des représentants adopte le relèvement du plafond de la dette
  • La Fed pourrait commencer à diminuer ses achats d’actifs dès le mois de novembre

Services financiers

  • Les grandes banques américaines ont publié leurs résultats du 3ème trimestre 2021
  • Le vice-président de la Fed chargé de la supervision achève son mandat sous les critiques du camp démocrate
  • La SEC évoque les défis posés par l’intelligence artificielle, les crypto-actifs et les marchés non cotés
  • Plusieurs élus républicains demandent auTreasury une clarification de ses intentions concernant les stablecoins

Brèves

 


 

Conjoncture

 

Les créations d’emplois sont au plus bas depuis le début d’année

Le rapport mensuel du Bureau of Labor Statistics sur la situation de l’emploi fait état de 194 000 créations nettes d’emplois au mois de septembre, un niveau bien en-deçà des attentes du marché (500 000) et de la moyenne des mois précédents (586 000 par mois depuis le début de l’année). Toutefois, les créations nettes d’emplois des mois de juillet et août ont été révisées à la hausse de 38 000 et de 131 000 respectivement, soit 1 091 000 et 366 000 créations nettes. Par ailleurs, l’interprétation du nombre pour septembre est à nuancer dans la mesure où le recensement datait du 12 septembre, soit le pic de la progression du variant Delta.

Les emplois créés sont concentrés dans les services, notamment les loisirs et le tourisme, les services aux entreprises (professional and business services), le commerce de détail, le transport et l’entreposage. L’emploi dans l’éducation publique a fortement reculé en septembre du fait des difficultés de recrutement du personnel de service (personnel d’entretien, chauffeurs de bus, gardiens…).

Le taux de chômage a diminué de 0,4 point et s’est établi à 4,8 %, contre 5,1 % attendu par le marché. Le taux d’activité et le taux d’emploi restent quasi stables à respectivement 61,6 % (1,7 point en deçà du niveau de février 2020) et 58,7 % (contre 51,3 % en avril 2020 et 61,1 % en février 2020).

 

L’inflation reste élevée malgré l’atténuation des effets de base et des composantes transitoires

L’indice des prix à la consommation (IPC) a progressé de 0,4 %o au mois de septembre selon le Bureau of Labor Statistics, contre 0,3 % en août. La composante sous-jacente (hors alimentation et énergie) s’est établie à +0,1 % en évolution mensuelle.

Les prix de l’alimentation connaissent une nouvelle accélération (+0,9 % en septembre contre +0,4 % en août et +0,7 % en juillet), tandis que les prix de l’énergie, tirés par l’évolution du prix de l’essence, continuent leur progression avec +1,3 % en septembre (+2,0 % en août et +1,6 % en juillet). Le prix des véhicules d’occasion recule sur deux mois consécutifs (-0,7 % en septembre et – 1,5 % en août). De surcroît, l’évolution des prix de l’habillement (-1,1 %) et des services de soins de santé (-0,1 %) a changé de signe en septembre.

Sur douze mois glissants, l’inflation atteint 5,4 % (+0,1 point par rapport au mois d’août), dont 4,0 % (stable par rapport à août) d’inflation sous-jacente. Sur cette période, le prix de l’énergie a augmenté de +24,8 % et celui de l’alimentation de +4,6 %.

 


 

Politiques macroéconomiques     

 

La Chambre des représentants adopte le relèvement du plafond de la dette

Après son adoption (50-48) au Sénat le 7 octobre, la Chambre des représentants a voté (219-206) le 12 octobre le relèvement du plafond de la dette de 480 Md USD, ce qui repousserait la date limite approximativement au 3 décembre, date à laquelle le budget provisoire prend également fin. Néanmoins, le Minority Leader du Sénat, Mitch McConnell (R-Kentucky), a rappelé au président Biden que les Démocrates devraient voter sans aucun soutien des Républicains tout nouveau relèvement du plafond de la dette et qu’ils ne leur accorderaient pas de nouveau délai.

Dans un contexte de vif débat au Capitole, le 12 octobre, les représentants démocrates Bredan Boyle (D-Pennsylvanie) et John Yarmuth (D-Kentucky) ont proposé une réforme, soutenue par la Speaker de la Chambre Nancy Pelosi (D-Californie), qui viserait à transférer le pouvoir de relever le plafond de la dette du Congrès auTreasury, tout en laissant le droit de refus au Congrès. Lors de l’audition à la commission des services financiers de la Chambre des représentants le 30 octobre, Janet Yellen, secrétaire au Trésor, avait plaidé en faveur de la suppression du plafond de la dette, indiquant qu’il était « destructif » et entraînait des risques « inutiles » (unnecessary) pour l’économie.

 

La Fed pourrait commencer à diminuer ses achats d’actifs dès le mois de novembre

Selon le procès-verbal (minutes) de la réunion du comité de politique monétaire de la Fed (FOMC) de septembre, les responsables de la Fed pourraient entamer la réduction des achats d’actifs dès la mi-novembre et celle-ci pourrait se terminer vers mi 2022. Pour mémoire, la prochaine réunion du FOMC se tiendra les 2 et 3 novembre.

Les membres du comité considèrent que l’objectif d’inflation a été « plus qu’atteint » mais que l’objectif d’emploi ne l’est pas encore, bien qu’ils soulignent la reprise vigoureuse du marché du travail.

Toutefois, ce procès-verbal fait aussi état des divergences entre les responsables, notamment sur l’amélioration des secteurs les plus touchés par la crise, le dynamisme du marché du travail ainsi que les risques inflationnistes futurs. De récentes interventions des membres du FOMC (par exemple, Richard Clarida, Michelle Bowman et Lael Brainard) confirment le désaccord, en particulier, concernant la persistance d’une inflation à niveau élevé ainsi que son impact sur l’économie.

 


 

Services financiers      

 

Les grandes banques américaines ont publié leurs résultats du 3ème trimestre 2021

Cinq des six plus grandes banques américaines par la taille du bilan (JP Morgan Chase, Bank of America, Wells Fargo, Citigroup et Morgan Stanley) ont publié leurs résultats pour le 3ème  trimestre 2021. Goldman Sachs publiera ses résultats le 15 octobre 2021.

En Md USD JP Morgan Bank of America Wells Fargo
Produit net bancaire 29,7

(+1 %)

22,8

(+12 %)

18,8

(-2 %)

Résultat net 11,7

(+24 %)

7,7

(+57 %)

5,1

(+59 %)

 

En Md USD Citi Morgan Stanley
Produit net bancaire 17,2

(-1 %)

14,8

(+26 %)

Résultat net 4,6

(+48 %)

3,7

(+35 %)

Les pourcentages entre parenthèses représentent les variations enregistrées par rapport au T3 2020
Source : états financiers des banques américaines au T3  2021

Au cours du dernier trimestre, les banques ont de nouveau enregistré une forte hausse de leur résultat net par rapport au 3ème trimestre 2020. Cette augmentation est portée notamment par la hausse des revenus de banque de financement et d’investissement – en particulier les commissions liées aux activités d’émission et de conseil en fusions et acquisitions – ainsi que par la progression des revenus de gestion d’actifs et de fortune.

Si les revenus de banque de détail ont été relativement stables par rapport au troisième trimestre 2020, la baisse des provisions voire les reprises de provisions pour pertes de crédit ont contribué de manière significative à la hausse des résultats nets des banques au dernier trimestre.

 

Le vice-président de la Fed chargé de la supervision achève son mandat sous les critiques du camp démocrate

Randal Quarles, vice-président de la Fed chargé de la supervision, a achevé son mandat le 13 octobre 2021. Républicain nommé par Donald Trump, R. Quarles occupait cette fonction depuis le 13 octobre 2017. Son bilan, marqué par les mesures de dérèglementation bancaire prises en application de la loi Economic Growth, Regulatory Relief, and Consumer Protection Act (« Crapo Bill ») de mai 2018, a été fortement critiqué par le camp démocrate. Son successeur devra être nommé par le président Joe Biden puis confirmé par un vote du Sénat.

La Fed a indiqué que durant ce délai, R. Quarles ne présiderait plus le comité de supervision et de régulation de la Fed, composé de R. Quarles et des gouverneures Lael Brainard et Michelle Bowman. Ce comité ne statuera plus que sur les mesures recueillant l’accord de ses trois membres. R. Quarles pourra par ailleurs conserver son siège de gouverneur de la Fed jusqu’en janvier 2032.

Sherrod Brown, président démocrate de la commission des affaires bancaires du Sénat, a écrit à Jerome Powell, président de la Fed, pour lui demander de mettre un terme à toute mesure de dérèglementation jusqu’à la nomination de la nouvelle gouvernance de la Fed.

 

La SEC évoque les défis posés par l’intelligence artificielle, les crypto-actifs et les marchés non cotés

Les 12 et 13 octobre, lors d’un événement annuel appelé SEC Speaks, plusieurs dirigeants de la Securities and Exchange Commission (SEC), le régulateur des marchés boursiers, sont revenus sur les préoccupations et les initiatives de la commission pour l’année à venir.

Gary Gensler, président de la SEC, a présenté les défis posés par l’usage croissant de l’analyse prédictive de données et de l’intelligence artificielle dans le secteur financier. L’usage de ces technologies pour le conseil en investissement induit selon lui un risque de conflit d’intérêt, notamment sur les plateformes de courtage, car les algorithmes sous-jacents ne permettraient pas de savoir si les conseils visent à optimiser la performance du portefeuille du client ou les revenus de la plateforme. En outre, le développement de ces outils poserait un défi systémique pour la stabilité financière, en induisant un comportement davantage uniforme et interconnecté des acteurs de marchés.

La commissaire Caroline Crenshaw, démocrate, est revenue sur la réglementation applicable aux crypto-actifs. Prenant le contrepied d’une proposition formulée en avril par une autre commissaire de la SEC, Hester Peirce, républicaine, C. Crenshaw s’est opposée à la mise en place d’un régime dérogatoire à la réglementation financière pour les actifs numériques, notamment concernant les levées de fonds (initial coin offerings). Elle a insisté sur les risques d’une telle approche pour la transparence du marché et l’équité de la concurrence entre les entreprises liées à la blockchain et les acteurs financiers traditionnels.

La commissaire Allison Lee, démocrate, est intervenue sur l’essor des marchés non cotés, qui représentaient 70 % du capital levé aux États-Unis en 2019. Les entreprises financées sur ces marchés ne sont pas soumises aux mêmes exigences de transparence que les entreprises cotées, une situation selon elle dommageable aux investisseurs, au régulateur et aux responsables politiques. Pour y remédier, elle a proposé d’accroître ces exigences en durcissant les seuils de nombre d’actionnaires à partir desquels les sociétés non cotées doivent se soumettre à des obligations de transparence renforcées.

 

Plusieurs élus républicains demandent au Treasury une clarification de ses intentions concernant les stablecoins

Dans une lettre du 8 octobre à destination de Janet Yellen, secrétaire au Trésor, le sénateur Pat Toomey, chef de file de la minorité républicaine au sein de la commission des affaires bancaires du Sénat, s’est inquiété d’une éventuelle proposition de régulation des stablecoins (cryptomonnaies dont la valeur est ancrée sur une monnaie conventionnelle) par le Financial Stability Oversight Council, qui regroupe les régulateurs financiers américains. Il a soutenu qu’il revenait au Congrès, et non aux régulateurs, de préparer une réglementation à ce sujet.

Le 13 octobre, les représentants républicains Tom Emmer, Warren Davidson et Patrick McHenry, chef de file de la minorité républicaine au sein de la commission des services financiers de la Chambre,  ont également adressé à J. Yellen une lettre visant à obtenir une clarification des intentions du Trésor au sujet des stablecoins. Les représentants demandent notamment des précisions concernant la classification applicable aux stablecoins et la régulation afférente. Ils demandent également à J. Yellen si le Trésor partage la position du président de la SEC concernant le besoin d’une régulation additionnelle pour les stablecoins, qui pourrait être mise en place par la SEC ou un autre régulateur fédéral.

Nellie Liang, Undersecretary for Domestic Finance au Trésor, a enfin confirmé le 14 octobre, dans le cadre d’une conférence, que le Groupe de travail présidentiel sur les marchés financiers (Presidential Working Group on Financial Markets), qui réunit les principaux régulateurs financiers américains, publierait d’ici quelques semaines un rapport consacré aux stablecoins.

 


 

Brèves      

 

-Le 13 octobre, le Treasury a annoncé le lancement d’une initiative, pilotée par la Financial Literacy and Education Commission, visant à documenter les risques financiers liés aux effets du changement climatique ainsi qu’aux efforts de transition  pour les ménages et les populations américaines (communities). En particulier elle vise à identifier les régions les plus vulnérables et les moyens d’accroître la  résilience financière des ménages et des petites entreprises.

-Le 13 octobre, le département du Travail a proposé une règle visant à faciliter l’investissement des plans d’épargne-retraite dans des fonds comportant des objectifs extra-financiers (critères environnementaux, sociaux et de gouvernance – ESG). Cette proposition abrogerait les dispositions d’une règle mise en place par l’administration Trump et qui impose aux fonds de pension régulés par le département au titre de la loi ERISA (Employee Retirement Income Security Act) de renoncer à la prise en compte de toute considération non financière qui pourrait altérer leur rendement.

-Les données hebdomadaires publiées par la Fed le 10 octobre montrent que la proportion de prêts dans le bilan des banques américaines continue de diminuer. Au 29 septembre 2021, le total des prêts (10 477 Md USD) représentait 47 % des actifs agrégés des banques (22 269 Md USD), contre 52 % au 30 septembre 2020.

-Dans un communiqué paru le 13 octobre, l’Investment Company Institute (ICI), une organisation d’investisseurs représentant 42 500 Md USD d’actifs sous gestion, soutient une série d’actions susceptibles d’être entreprises par les acteurs du secteur afin d’accompagner la transition vers la neutralité carbone en 2050. En particulier, le communiqué insiste sur le développement du reporting climatique, le renforcement de la transparence sur les votes d’actionnaires exprimés dans les matières liées au changement climatique et ses effets ainsi que la création de fonds dédiés à la réalisation de la neutralité carbone.

-Le Congressional Budget Office (CBO) a publié une étude qui met en évidence un effet de substitution entre la dépense fédérale et la dépense locale. Selon cette étude, une subvention fédérale d’un dollar conduirait à une diminution de la dépense locale de 0,26 USD. L’ampleur de la substitution décroît avec le déficit des gouvernements locaux. En effet, la dépense de ces derniers dans les infrastructures tendrait à augmenter avec la subvention fédérale.

-La National Association of Manufacturers, association représentant les entreprises industrielles américaines, a annoncé le 13 octobre avoir déposé une plainte contre la Securities and Exchange Commission (SEC), le régulateur des marchés boursiers, afin de contester sa décision, prise en juin 2021, de suspendre l’exécution d’une règle portant sur les proxy advisors (agences en conseil de vote). La règle suspendue exigeait notamment des proxy advisors qu’ils communiquent sur les éventuelles opinions contraires émises par les entreprises concernées, et que leurs préconisations de votes soient transmises en même temps aux entreprises et aux investisseurs.

About Admin

Galina Natchev is the Information Research Officer at the Department of Macroeconomics and Finance at the French Embassy in the US since November 2005. In charge of following the news and the daily news brief for the department, Galina is also involved in research projects and in preparing the weekly publication, the Washington Wall Street Watch. She is responsible to gather information and support literature for the writing of reports at the department.
Galina holds a Master’s degree in French Studies from NYU and a Master’s degree in International Business from UNWE, Sofia, Bulgaria.
She is based in New York.

Similar Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.