Crédit photo : F. Jonkisz

Sommaire

Conjoncture

  • Malgré les difficultés d’approvisionnement, le secteur manufacturier rebondit en septembre
  • Contrairement à l’IPC qui a ralenti en août, l’inflation PCE poursuit sa progression en août

Politiques macroéconomiques

  • Le Sénat vote une augmentation temporaire du plafond de la dette fédérale

Services financiers

  • Auditionné à la Chambre, le président de la SEC insiste sur les enjeux de transparence financière
  • La Fed affirme son intérêt pour la modélisation des effets du changement climatique sur le secteur bancaire
  • Les opérations de marché réalisées à titre personnel par des responsables de la Fed font l’objet d’une enquête interne

Brèves

 


 

Conjoncture        

 

Malgré les difficultés d’approvisionnement, le secteur manufacturier rebondit en septembre

Malgré les contraintes pesant sur la chaîne logistique, l’indice ISM manufacturing a progressé à 61,1 en septembre 2021 contre 59,9 en août. Cette dynamique, bien supérieure aux attentes des analystes (59,5), est tirée par une demande robuste de produits manufacturés et une reconstitution de stocks.

L’indice ISM manufacturing publié par l’Institute for Supply Management (ISM), une organisation à but non lucratif, est un indicateur composite de l’activité manufacturière qui prend en compte les carnets de commandes, la production, l’emploi, les livraisons et les stocks.

 

Contrairement à l’IPC qui a ralenti en août, l’inflation PCE poursuit sa progression en août

Selon l’estimation du Bureau of Economic Analysis (BEA), l’inflation des dépenses de consommation (Personal Consumption Expenditure, PCE) a connu une hausse de 0,4 % en août et de 4,3 % sur douze mois glissants. Sa composante sous-jacente (hors alimentation et énergie) a augmenté de 0,3 % en août et de 3,6 % sur douze mois glissants. Sa progression se distingue de celle de l’indice des prix à la consommation (IPC), qui avait marqué le pas en août.

Les indices IPC et PCE se distinguent par le poids des différentes composantes du panier des biens et le périmètre de couverture. Notamment, contrairement à l’indice PCE, l’IPC exclut les dépenses indirectes liées à la santé.

 


 

Politiques macroéconomiques     

 

Le Sénat vote une augmentation temporaire du plafond de la dette fédérale

Le 7 octobre, le Sénat a adopté (50-48) un compromis bipartisan, proposé par le Minority Leader républicain, Mitch McConnell (R-Kentucky), sur le relèvement du plafond de dette pour un montant de 480 Md USD (le portant ainsi à 28 880 Md USD). Cette mesure permettrait au Treasury d’honorer ses dépenses jusqu’au 3 décembre, date à laquelle prend également fin le budget provisoire adopté le 30 septembre. Le texte adopté devra être voté à la Chambre des représentants pour être signé et promulgué par le Président.

Mitch McConnell avait appelé les Démocrates à traiter de façon plus durable ce sujet par le biais de la procédure de réconciliation, solution partisane, ce que les Démocrates ont refusé à ce stade compte tenu de la nature bipartisane de certaines des dépenses que servirait à financer cette dette et du délai trop long de la procédure au regard des échéances de paiement attendues. Les Républicains ont néanmoins présenté le compromis voté comme une extension du délai permettant aux Démocrates d’utiliser la procédure de réconciliation.

Le risque d’un potentiel défaut de paiement des États-Unis avait alimenté les inquiétudes des marchés, notamment celui des Treasuries. Le taux des rendements obligataires des Treasuries à 1 mois avait ainsi doublé entre fin septembre et début octobre, passant de 0,05 % à 0,1 %, avant de retomber à 0,03 % le jour où l’accord a été trouvé.

 


 

Services financiers          

 

Auditionné à la Chambre, le président de la SEC insiste sur les enjeux de transparence financière

Gary Gensler, président de la Securities and Exchange Commission (SEC), le régulateur des marchés boursiers, était auditionné par la commission des services financiers de la Chambre des représentants le 5 octobre.

Gensler a d’abord souligné l’enjeu de réforme des marchés des obligations souveraines et privées (treasury market and non‑treasury fixed income market), afin d’améliorer leur résilience en période de stress économique.

Il a en outre indiqué vouloir accroître la transparence à destination des investisseurs en matière de gestion d’actifs et de communication des sociétés cotées. Il a rappelé à cet égard que des propositions d’exigences de reporting sur les sujets climatiques, de cyber sécurité ainsi que sur la gestion des ressources humaines étaient en cours d’élaboration. Concernant les gestionnaires de fonds, G. Gensler a relevé trois axes de travail en vue d’accroître leur transparence : la crédibilité des appellations vertes ou durables, la gouvernance des risques cyber et les frais appliqués par les gestionnaires de fonds privés (private equity et hedge funds).

Concernant les crypto-actifs, G. Gensler estime qu’il n’est pas nécessaire de créer un nouveau régulateur dédié ou une nouvelle classe d’actifs dans la réglementation. Il souhaite toutefois améliorer la coordination entre la SEC et la Commodity Futures Trading Commission (CFTC), régulateur des marchés de dérivés, afin de mieux intégrer les crypto-actifs dans la réglementation financière existante. G. Gensler a également soutenu un renforcement de la supervision des plateformes d’échanges et des stablecoins (crypto-monnaies dont la valeur est adossée à une monnaie conventionnelle).

Enfin, G. Gensler a été largement interrogé sur ses critiques à l’endroit du paiement pour flux d’ordres, une pratique centrale pour les courtiers en ligne, mais qui implique selon lui une opacité de traitement, source d’éventuels conflits d’intérêts.

 

La Fed affirme son intérêt pour la modélisation des effets du changement climatique sur le secteur bancaire

Dans un discours prononcé le 7 octobre, Lael Brainard, gouverneure de la Fed, a insisté sur la nécessité de développer une modélisation des conséquences du changement climatique sur le système financier. Elle a souligné le rôle essentiel du Financial Stability Climate Committee, mis en place au sein de la Fed en mars 2021, dans l’élaboration d’une méthodologie de supervision prudentielle des risques climatiques pour les établissements bancaires, qui serait fondée sur des scénarios climatiques.

Le discours de Lael Brainard intervient après la publication par la Fed de New York, le 27 septembre, d’un document de travail sur les stress tests permettant d’évaluer la vulnérabilité des institutions financières internationales face aux risques liés au changement climatique, à savoir (i) les risques économiques liés aux dégâts causés par le changement climatique (physical risks) et (ii) les risques liés à la transition vers une économie moins intensive en carbone (transition risks). Cette étude, effectuée sur les 27 plus grandes banques internationales fortement exposées aux marchés gaziers et pétroliers, simule un épisode de stress climatique (modélisé par une diminution forte et soudaine de la rentabilité des actifs liés au charbon et au pétrole). Les résultats de l’étude mettent en exergue une exposition significative et fortement variable dans le temps des établissements bancaires concernés.

 

Les opérations de marché réalisées à titre personnel par des responsables de la Fed font l’objet d’une enquête interne

Le 4 octobre, la Fed a annoncé avoir saisi l’Office of Inspector General, son organe d’inspection, d’une enquête indépendante visant à déterminer si des opérations de marché réalisées par certains responsables de haut niveau, à titre personnel, avaient enfreint les règles éthiques et légales applicables à leur position.

La question fait l’objet d’une attention renouvelée en raison de plusieurs révélations concernant des opérations réalisées par des responsables de l’institution pendant l’année 2020. Le 27 septembre, Robert Kaplan et Eric Rosengren, deux présidents de Fed régionales, ont démissionné à la suite de révélations de transactions financières réalisées pendant la crise sanitaire. Le 1er octobre, Bloomberg a révélé que le vice-président de la Fed, Richard Clarida, avait réalisé des opérations de marché pour un montant compris entre 1 et 5 M USD, le 27 février 2020, soit la veille d’une annonce de la Fed sur l’évolution de la crise liée au Covid-19.

Le 4 octobre, la sénatrice démocrate Elizabeth Warren a adressé une lettre ouverte à la SEC l’appelant à enquêter sur les activités de trading réalisées par des responsables de haut niveau de la Fed et sur d’éventuelles infractions aux règles de prévention des délits d’initié.

 


 

Brèves

 

-Dans un communiqué du 4 octobre, Gary Gensler, président de la SEC, s’est dit préoccupé par les risques liés aux produits financiers cotés (Exchange-Traded Products ou ETP) complexes. Citant notamment les fonds indiciels cotés à effet de levier (Leveraged Exchange-Traded Funds), il a estimé que ces instruments pouvaient exposer les investisseurs à des risques excessifs. Il a indiqué avoir demandé aux services de la SEC de lui soumettre des propositions de règlementation visant à mieux encadrer ces risques.

-Randal Quarles, vice-président de la Fed chargé de la supervision, a tenu le 5 octobre un discours consacré à l’arrêt prochain des cotations du LIBOR. Rappelant les échéances du 31 décembre 2021 pour l’arrêt des cotations du LIBOR USD à une semaine et à deux mois, et du 30 juin 2023 pour les autres ténors (un jour, un mois, trois mois et un an), il a insisté sur l’interdiction, pour les établissements financiers, d’indexer de nouveaux prêts et instruments au LIBOR USD à compter du 1er janvier 2022. Il a également indiqué que le contrôle des pratiques des banques sur ce sujet constituait l’une des priorités de supervision de la Fed.

-Le directeur par intérim de l’Office of the Comptroller of the Currency (OCC – le régulateur des national banks), a indiqué dans un discours le 5 octobre que l’OCC envisageait plusieurs mesures pour encourager la diversité de genre et d’origine ethnique dans les comités exécutifs des banques. Il a notamment pris pour exemple une règle mise en place par le Nasdaq en août2021 afin de renforcer les exigences des sociétés cotées sur cette bourse concernant la diversité dans leurs instances de direction.

-Le ministère de la justice a annoncé le 6octobre la mise en place d’une National Cryptocurrency Enforcement Team (NCET), équipe spécialisée dans l’investigation des usages criminels des crypto-monnaies.

-Le 7 octobre, la société BlackRock, premier gestionnaire d’actifs au monde, a annoncé à ses clients une modification à venir de ses pratiques en matière de proxy votes (exercice des droits de votes rattachés aux titres de leur portefeuille pour le compte de ses investisseurs). BlackRock offrira en 2022 à ses clients institutionnels la possibilité d’exprimer un vote direct dans le cadre des assemblées d’ Cette nouvelle pratique devrait s’appliquer pour 40 % des actifs sous gestion du groupe.

About Admin

Galina Natchev is the Information Research Officer at the Department of Macroeconomics and Finance at the French Embassy in the US since November 2005. In charge of following the news and the daily news brief for the department, Galina is also involved in research projects and in preparing the weekly publication, the Washington Wall Street Watch. She is responsible to gather information and support literature for the writing of reports at the department.
Galina holds a Master’s degree in French Studies from NYU and a Master’s degree in International Business from UNWE, Sofia, Bulgaria.
She is based in New York.

Similar Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.