Washington Wall Street Watch n°2016-44

Washington Wall Street Watch n°2016-44

Crédit photo : F. Jonkisz

acp_pdf-2_file_document

Sommaire :

  • Le Beige Book de la Fed décrit une croissance modeste de l’activité
  • Steven Mnuchin a été désigné par D. Trump comme prochain Secrétaire du Trésor américain
  • La Fed a publié son rapport biennal sur les transactions par cartes bancaires
  • Les principales banques américaines ont fait état de résultats en hausse sur le 3e trimestre 2016

 

Fed – Beige book

Le Beige Book de la Fed, publié mercredi en vue de la préparation du prochain comité de politique monétaire des 13 et 14 décembre, décrit, comme en octobre, une croissance modeste de l’activité, sur la base des informations collectées de début octobre à mi-novembre. Les principaux points du rapport sont : (i) une activité mitigée dans le secteur manufacturier sous l’effet de l’appréciation passée du dollar ; plusieurs circonscriptions s’attendent néanmoins à des hausses modérées de l’investissement, (ii) une hausse de l’activité dans les secteurs de services informatiques et high-tech, (iii) des ventes au détail dynamiques au global mais en repli pour les automobiles, (iv) un secteur de la construction généralement en expansion à la fois sur les segments résidentiels et non-résidentiels, (v) une activité assez mitigée dans les secteurs agricole et énergétique toujours sous l’effet de prix de matières premières faibles.

L’emploi continue de croître, la dynamique des salaires reste modeste et certaines circonscriptions observent de faibles pressions haussières sur les prix. A l’exception du secteur manufacturier (où les conditions d’emplois sont mitigées), le marché de l’emploi continue de s’améliorer tandis que les hausses de salaires restent au global contenues. Sept circonscriptions soulignent néanmoins des difficultés à embaucher sans augmenter les salaires.  La tendance observée sur les prix suggère de faibles pressions à la hausse, en particulier dans les secteurs du commerce de détail et des services.

Administration Trump – S. Mnuchin désigné comme prochain Secrétaire du Trésor

Steven Mnuchin était directeur financier de la campagne. Il sera proposé par D. Trump, et sa  nomination devra être confirmée par le Sénat à la majorité simple (51 votes, dont disposent les Républicains). De nombreux groupes progressistes ont déjà annoncé s’opposer à un candidat qu’ils trouvent trop proche des milieux des affaires.

Mnuchin n’a à ce jour aucune expérience dans la sphère publique: il a commencé sa carrière chez Goldman Sachs puis a ensuite rejoint ou fondé divers fonds d’investissement. Il a récemment développé des activités de financement dans l’industrie du cinéma. Certains observateurs comme le Washington Post ont fait état d’un risque de conflit d’intérêt, étant donnés les liens maintenus par S. Mnuchin avec la banque OneWest, qu’il a fondée. Cette dernière a notamment fait l’objet de plaintes de la part de groupes de consommateurs pour ses pratiques dans le domaine des crédits hypothécaires et des saisies immobilières.

Il s’était peu exprimé sur le fond des différents sujets lors de la campagne, mais a depuis précisé ses priorités pour la nouvelle administration. Dans une première interview suite à sa nomination, il a renouvelé une volonté déjà affichée pendant la campagne de réduire le Dodd Frank Act, loi « bien trop complexe » qui selon lui limite l’offre de crédit par les banques. Il a particulièrement critiqué la règle Volcker, qui restreint les activités d’investissement des banques commerciales, qu’il juge elle aussi trop complexe. Il a également affirmé que la nouvelle administration chercherait à sortir de leur tutelle publique (en vigueur depuis leur bailout par l’Etat fédéral en 2008) les Government Sponsored Entreprises (GSE – Fannie Mae et Freddie Mac), qui offrent des garanties publiques sur les prêts immobiliers. Il a par ailleurs affirmé que les nominations aux 2 sièges aujourd’hui vacants au sein du Board des gouverneurs de la Fed seraient parmi ses premières priorités. Enfin, il a soutenu le positionnement de D. Trump sur les sujets commerciaux et a réitéré la volonté de la nouvelle administration de faire de la renégociation des traités une priorité dès janvier.

Paiements – Rapport de la Fed sur les transactions par cartes bancaires

Le board des gouverneurs de la Fed a publié son rapport biennal sur les transactions par cartes bancaires (cartes de débit) en 2015, portant notamment sur le volume, la valeur, les frais prélevés, et les pertes liées à la fraude. La presse a particulièrement relevé la hausse des pertes dues à la fraude, qui ont augmenté de 44% entre 2013 et 2015 pour atteindre un total estimé à 2,41 Mds USD par la Fed. L’augmentation des transactions de 12% en valeur a certes contribué, mais la Fed note une augmentation de 28% de la fraude moyenne (qui atteint 0,103% contre 0,08% en 2013). Par ailleurs, le coût moyen lié à un paiement par carte (autorisation, compensation, règlement) a légèrement diminué (de 4,6% à 4,2%), alors que les frais moyens prélevés par les vendeurs et intermédiaires sont restés stables autour de 23% depuis 2011 et la mise en œuvre de l’Amendement Durbin, qui plafonne ces frais.

Banques – Résultats du 3ème trimestre 2016

Les principales banques américaines ont fait état de résultats en hausse sur le 3e trimestre 2016, grâce notamment à une augmentation du nombre de prêts émis. Le résultat net cumulé des banques enregistrées auprès du Federal Deposit Insurance Corporation (FDIC) atteint USD 45,6 Mds au 3e trimestre 2016, soit une augmentation de 12,9 % par rapport au 3e trimestre 2015. Ces résultats positifs s’expliquent principalement par une augmentation très marquée (+9,2 %) des revenus d’intérêts nets (net interest income), elle-même alimentée par une augmentation de  USD 112 Mds du stock de prêts durant le trimestre, et de USD 581 Mds (+ 6,8%) sur l’année écoulée. Les résultats ont été présentés par le Président de la FDIC comme encourageants, mais certains défis liés au maintien de l’environnement de taux bas et aux prises de risque associées restent néanmoins mis en avant. Ainsi, les banques ont augmenté leurs provisions pour pertes sur prêts de 34% (+2,9 Mds USD) comparé à l’année dernière, notamment en raison des inquiétudes croissantes sur la qualité des prêts dans certains secteurs (énergie). Le nombre de banques en situation « problématique » (« FDIC’s Problem List ») a continué de décroître sur le dernier trimestre, passant de 147 à 132, soit son point le plus bas au cours des 7 dernières années (un pic à 888 avait été atteint au 1er trimestre 2011).

 

COMMENTS

WORDPRESS: 0
DISQUS: 0