Washington Wall Street Watch n°2021-20

Washington Wall Street Watch n°2021-20

Crédit photo : F. Jonkisz

Sommaire

Conjoncture

  • Un rapport de la Fed expose l’impact de la crise économique sur les populations vulnérables
  • La Fed publie une étude sur les tensions survenues le 25 février sur le marché des Treasuries

Politiques macroéconomiques

  • La Fed réfléchit à ouvrir le débat sur une sortie de son programme d’achat d’actifs

Services financiers

  • Les régulateurs bancaires exposent leurs priorités d’action lors de leur audition au Congrès
  • Joe Biden prend un décret présidentiel pour renforcer la gestion des risques financiers liés au climat
  • La Fed et le Treasury souhaitent améliorer la supervision des crypto-actifs
  • La Fed de New York anticipe une hausse du taux de défaut sur le marché du crédit hypothécaire

Brèves

 


 

Conjoncture

 

Un rapport de la Fed expose l’impact de la crise économique sur les populations vulnérables

Le rapport de la Fed sur « le bien-être économique des ménages américains » témoigne d’une hausse de la précarité des ménages les moins qualifiés en 2020.

Si la part des ménages se disant dans une situation financière « au moins correcte » est stable, à environ 75 %, cette proportion baisse significativement chez les personnes sans diplômes (-10 points, à 45 %). Plus du quart de ces adultes disent aussi avoir eu plus de difficultés financières en 2020 qu’en 2019.

Cette précarité accrue est imputable aux pertes d’emplois occasionnées par la pandémie. Plus de 20 % des travailleurs peu ou pas diplômées ont ainsi subi une mise en congés sans solde ou un licenciement au cours de l’année. Par ailleurs, la pandémie a affecté l’équilibre financier des familles, puisque près d’un quart des mères ont été contraintes de quitter leur emploi ou de réduire leur nombre d’heures de travail pour garder et/ou assurer la scolarité de leurs enfants.

 

La Fed publie une étude sur les tensions survenues le 25 février sur le marché des Treasuries

Deux économistes de la Fed explorent, dans un article publié le 14 mai par la banque centrale, l’épisode de stress de grande intensité intervenu sur le marché des Treasuries le 25 février 2021. Cette séance s’était conclue sur une hausse du taux d’intérêt à 10 ans de 12 points base et une très forte volatilité intra-journalière.

Les auteurs montrent que l’émission de dette à 7 ans du même jour en a été le catalyseur : dans la foulée de l’adjudication, le carnet d’ordres pour les titres de toutes les maturités a rapidement et fortement diminué après que de nombreux teneurs de marché ont réduit leur activité. Cette perte de « profondeur » a généré une hausse de la volatilité et une baisse de la liquidité des Treasuries, qui s’est révélée particulièrement intense sur les titres à 5 ans et 7 ans.

Sans conclure de façon définitive, les deux chercheurs suggèrent que le retrait d’une partie des acteurs du marché serait lié à une aversion au risque déclenchée, d’une part, par les résultats décevants de l’adjudication et, d’autre part, par un niveau élevé d’incertitude, car les maturités de moyen terme les plus affectées étaient aussi celles où la volatilité implicite anticipée était la plus forte. De plus, en comparant l’évolution de la liquidité le 25 février à d’autres chocs récents, les auteurs estiment que la vulnérabilité du marché a pu être exacerbée par sa dépendance aux teneurs de marché opérant à haute fréquence, tels que les hedge funds et les fonds de trading haute fréquence.

 


 

Politiques macroéconomiques

 

La Fed réfléchit à ouvrir le débat sur une sortie de son programme d’achat d’actifs

Le procès-verbal (minutes) de la réunion du Comité de politique monétaire de la Fed (FOMC) des 27 et 28 avril 2021 montre une légère inflexion de la tonalité des débats. Le marché du travail est toujours considéré comme dégradé, mais la Fed admet des disparités sectorielles à même de favoriser une hausse des salaires. Discutant de l’inflation, le FOMC estime que la hausse des prix est d’abord alimentée par des facteurs transitoires (rebond des prix du pétrole, goulots d’étranglement et perturbations des chaînes logistiques), mais certains responsables s’inquiètent qu’ils  puissent persister plus longtemps que prévu, avec le risque de favoriser un emballement des prix.

Dans l’ensemble, l’avancée en direction des objectifs d’inflation et d’emploi reste jugée insuffisante, et l’incertitude toujours trop élevée, pour faire évoluer les paramètres de la politique monétaire. Cependant, une partie du FOMC suggère qu’il pourrait être opportun d’« ouvrir le débat » sur un arrêt progressif des achats d’actifs « à un moment donné au cours des prochaines réunions » si le rebond se poursuit au rythme actuel.

Enfin, le FOMC réfléchit à nouveau à mettre en place une facilité de repo permanente, qui permettrait aux institutions financières d’emprunter des réserves sous réserve de pouvoir apporter un titre Treasury en collatéral, afin de constituer une soupape à même de prévenir des tensions potentielle inopinées sur le marché interbancaire. Si elle n’avait pas donné suite aux travaux menés en ce sens avant la crise sanitaire, la Fed fonde sa réflexion sur les enseignements de cette crise, en particulier le succès de la facilité de repo mise en place en mars 2020 pour les banques centrales étrangères.

 


 

Services financiers

 

Les régulateurs bancaires exposent leurs priorités lors de leur audition au Congrès

Le 19 mai, la commission des services financiers de la Chambre des représentants a auditionné les quatre autorités de régulation bancaire : la Fed, l’Office of the Comptroller of the Currency (OCC), la National Credit Union Administration (NCUA) et la Federal Deposit Insurance Corporation (FDIC). Celles-ci ont souligné le niveau satisfaisant de capitalisation et de liquidité des banques, avant d’évoquer leurs priorités pour les mois à venir.

Randal Quarles, vice-président de la Fed en charge de la supervision, a rappelé que les vulnérabilités identifiées sur les marchés des fonds monétaires et des Treasuries nécessitaient des travaux approfondis. Parmi les priorités de la Fed figurent également la transposition des règles de Bâle III, la transition de sortie de Libor et la révision du ratio de levier supplémentaire.

Michael Hsu, directeur par intérim de l’OCC, a appelé à davantage de vigilance dans la prise en compte des innovations technologiques, notamment dans les agréments octroyés aux fintech. L’OCC devrait revenir sur la règle de mai 2020 relative aux exigences de financement des populations défavorisées (Community Reinvestment Act) afin de mobiliser davantage les banques dans la lutte contre les inégalités.

Jelena McWilliams, présidente de la FDIC, a souligné sa préoccupation à l’égard des risques pesant sur l’immobilier commercial et des risques de cyber-sécurité.

Enfin, les régulateurs ont indiqué que la prise en compte des risques climatiques par les banques figurait parmi leurs priorités, ce qui a suscité les critiques de plusieurs élus républicains.

 

Joe Biden prend un décret présidentiel pour renforcer la gestion des risques financiers liés au climat

Le 20 mai, la Maison-blanche a publié un décret présidentiel (executive order) demandant à l’administration de prendre des mesures visant à identifier et contenir les risques financiers liés au changement climatique.

En application de ce décret : (i) la conseillère nationale pour le climat (Gina McCarthy) et le directeur du National Economic Council (Brian Deese) seront chargés de définir, dans un délai de 120 jours, une stratégie fédérale pour la gestion des risques financiers liés au climat ; (ii) en qualité de présidente du Financial Stability Oversight Council (FSOC), Janet Yellen, la secrétaire au Trésor, devra superviser l’élaboration sous 180 jours d’un rapport des régulateurs financiers relatif aux actions engagées pour une meilleure maîtrise de ces risques ; (iii) Martin Walsh, le secrétaire au Travail, devra envisager de nouvelles règles, voire révoquer des règles issues de la précédente administration, pour favoriser la prise en compte des risques climatiques par les fonds de pension et les sociétés d’assurance vie ; (iv) l’administration fédérale devra veiller à la prise en compte des risques climatiques dans l’attribution des financements publics et (v) elle devra publier une estimation annuelle de son exposition aux risques financiers liés au climat.

 

La Fed et le Treasury souhaitent améliorer la supervision des crypto-actifs

Dans un message vidéo publié le 20 mai, Jerome Powell, président de la Fed, s’est exprimé sur les applications de la blockchain dans le secteur des paiements. Après avoir indiqué que les crypto-actifs n’étaient à ce jour pas aptes à servir de moyen de paiement en raison de leur forte volatilité, Jerome Powell a déclaré que les stablecoins, dont la valeur est adossée à une monnaie, pourraient constituer une alternative potentiellement moins coûteuse et plus rapide aux modes de paiement traditionnels. Jerome Powell a cependant noté que les stablecoins ne disposaient pas des mêmes protections que les modes de paiement traditionnels et a indiqué que la Fed veillerait à maintenir un cadre règlementaire et une supervision adaptés.

Par ailleurs, dans un rapport publié le 20 mai, l’administration fiscale (Internal Revenue Service – IRS, rattaché au Treasury) a annoncé son intention d’exiger des entreprises qu’elles lui déclarent, au même titre que les paiements en numéraire, toute transaction en  crypto-actifs d’une valeur supérieure à 10 000 USD.

Ces annonces interviennent dans un contexte de forte volatilité du prix de certains crypto-actifs tels quel le bitcoin, dont la valeur a fortement fluctué cette semaine.

 

La Fed de New York anticipe une hausse du taux de défaut sur le marché du crédit hypothécaire

Dans une étude publiée le 19 mai, la Fed de New York estime que 13 % des personnes détenant un prêt immobilier ont sollicité un report ou une réduction du paiement de mensualités au cours des douze derniers mois. Ces moratoires (forbearance) s’élèvent  en moyenne à 5 mois, et plus d’un tiers des personnes en ayant bénéficié n’avaient pas encore repris le remboursement normal de leur dette au mois de mars 2021. Les auteurs notent que la situation financière des emprunteurs recourant à ces mesures se serait dégradée, plus de 70 % d’entre eux n’ayant pas été en mesure d’effectuer un paiement en mars. À l’expiration des moratoires, les retards de paiement de plus de 90 jours pourraient concerner jusqu’à 3,8 % des prêts immobiliers (contre 0,9 % actuellement), un niveau toutefois inférieur à celui constaté lors de la crise des subprimes (6,3 %).

 


 

Brèves

 

  • Pour la semaine du 10 au 15 mai, le département du Travail a enregistré 455 000 nouvelles demandes d’allocations chômage (initial claims), contre une moyenne hebdomadaire de 219 000 en 2019. Il s’agit du niveau le plus faible depuis la semaine du 14 mars 2020. S’y ajoutent 95  100 demandes faites au titre de l’extension de l’assurance chômage par l’État fédéral aux personnes qui n’y sont normalement pas éligibles (Pandemic Unemployment Assistance). Au total, les demandes ont baissé de 7,3 % par rapport à la semaine précédente.
  • Les États d’Alaska, du Dakota du sud, de l’Indiana, de l’Ohio, et de l’Oklahoma de l’Utah, de Virginie occidentale et du Texas ont annoncé ces derniers jours leur sortie prochaine des programmes fédéraux d’assurance chômage mis en place au début de la crise (supplément d’allocation de 300USD, éligibilité étendue aux indépendants, etc.). Au total, 21 États fédérés ont annoncé revenir au régime ordinaire d’indemnisation du chômage depuis le début du mois.
  • D’après un communiqué de la Federal Trade Commission (FTC), 7 000 personnes auraient été victimes d’arnaques en crypto-actifs entre octobre 2020 et mars 2021 pour un montant cumulé de 80 M USD, une hausse de 1 000 % en glissement annuel. Les arnaques prennent la forme de sites d’investissement frauduleux, d’usurpation de l’identité de personnalités connues ainsi que de faux profils sur des sites de rencontre en ligne.
  • La Fed a approuvé le 14 mai le projet de rachat de BBVA USA (102 Md USD d’actifs) par la banque américaine PNC (467 Md USD)  tel qu’annoncé en novembre 2020. À la suite de cette acquisition, qui valorise BBVA USA à hauteur de 11,6 Md USD, PNC deviendra le 7ème plus grand groupe bancaire opérant aux États-Unis.
  • La FDIC a ouvert le 17 mai une consultation publique relative à l’utilisation des crypto-actifs par les banques couvertes par le dispositif de garantie des dépôts. Les questions portent notamment sur les différents services proposés, la demande des consommateurs, les dispositifs de maîtrise des risques ainsi que sur l’articulation entre ces activités et les responsabilités de la FDIC en matière de résolution et de garantie des dépôts. La consultation est ouverte jusqu’au 16 juillet 2021.

COMMENTS

WORDPRESS: 0
DISQUS: 0