Washington Wall Street Watch n°2021-18

Washington Wall Street Watch n°2021-18

Crédit photo : F. Jonkisz

Sommaire

Conjoncture

  • Le Treasury revoit à la hausse ses besoins de financement pour l’exercice budgétaire 2021

Politiques macroéconomiques

  • La Fed élargit l’accès à sa facilité de repo inversé à davantage de fonds monétaires

Services financiers

  • Le président de la SEC envisage de nouvelles règles à la suite des affaires GameStop et Archegos
  • La Fed a publié son rapport semestriel sur la stabilité financière des États-Unis
  • Fannie Mae et Freddie Mac devront se doter de plans de résolution

Brèves

 


 

Conjoncture

 

Le Treasury revoit à la hausse son besoin de financement pour l’exercice budgétaire 2021

Dans son programme d’émission actualisé, publié le 6 mai, le département du Trésor prévoit d’émettre 463 Md USD de dette nette supplémentaire entre avril et juin, puis 821 Md USD de dette nette supplémentaire le trimestre suivant. Ce programme d’émission porte le besoin de financement à 2 300 Md USD pour l’ensemble de l’exercice budgétaire (qui s’achève le 30 septembre), soit une hausse de près de 1 300 Md USD par rapport à l’estimation publiée en février dernier.  Cet écart découle de l’adoption de l’American Rescue Plan (1 900 Md USD) en mars et d’une utilisation de la trésorerie fédérale moins rapide que le calendrier communiqué en début d’année par le Treasury.

Ce programme d’émission repose toutefois sur l’hypothèse que le Congrès se prononcera sur un nouveau relèvement du plafond de dette avant sa réactivation, prévue le 1er août. Dans le cas contraire, le Treasury fait savoir qu’il se prépare à recourir à des mesures extraordinaires de trésorerie pour limiter ses décaissements, mais n’est pas en mesure d’estimer le répit obtenu avant d’épuiser totalement sa trésorerie.

 


 

Politiques macroéconomiques

 

La Fed élargit l’accès à sa facilité de repo inversé

La Fed de New York, responsable de la mise en œuvre des opérations de marché de la Fed, a annoncé le 30 avril alléger les conditions d’accès à sa facilité de repo inversé (reverse repo) pour l’ouvrir aux fonds monétaire ayant entre de 2 Md USD et 5 Md USD d’actifs sous gestion.

Ce mécanisme absorbe la liquidité excédentaire des institutions financières inéligibles à la facilité de dépôt de la Fed (fonds monétaires, government-sponsored enterprises, etc.) en leur permettant de déposer leur excès de liquidité à la Fed en contrepartie de la prise en pension d’un titre Treasury et d’une rémunération (actuellement de 0 %) légèrement inférieure au taux sur les réserves excédentaires. En l’absence d’un tel mécanisme, la liquidité excédentaire se déverserait sur le marché interbancaire et ferait baisser les taux fed funds et de repo très en-deçà du taux sur les réserves excédentaires.

Cette décision de la Fed, évoquée par les responsables de la Fed ces dernières semaines, a pour objectif de capter une plus grande part de la liquidité excédentaire qui s’est formée en dehors du système bancaire ces derniers mois et qui fait pression à la baisse sur les taux monétaires. Avec le même objectif, la Fed avait relevé en mars le plafond quotidien de sa facilité de repo inversée.

                                                       Principaux taux d’intérêt de très court terme

                                                                                Source : Fed

 


 

Services financiers

 

Le président de la SEC envisage de nouvelles règles à la suite des affaires GameStop et Archegos

Auditionné par la commission aux services financiers de la Chambre des représentants le 6 mai, Gary Gensler, le nouveau président de la Securities and Exchange Commission (SEC, le régulateur des marchés boursiers), s’est exprimé sur l’épisode boursier traversé au mois de janvier par l’action GameStop.

Gary Gensler y a annoncé qu’une consultation publique serait prochainement ouverte sur le rôle qu’a pu jouer dans cet épisode la dimension ludique (« gamification ») des plateformes de courtage en ligne, qui se matérialise par exemple par les récompenses et points distribués à leurs utilisateurs, dont les conclusions pourraient conduire à l’élaboration de nouvelles règles afin de mieux protéger les investisseurs.

Gary Gensler a par ailleurs indiqué que les équipes de la SEC travaillaient actuellement sur les questions relatives à la transparence des opérations de vente à découvert ainsi que sur le marché des prêts sur titres.

Le président de la SEC a déclaré être attentif aux pratiques de paiement pour flux d’ordres (payment for order flow) qui permettent aux courtiers de proposer des ordres sans commissions grâce à des partenariats avec des teneurs de marché, ainsi qu’à la structure des marchés action, déplorant la forte concentration des entreprises exécutant les ordres de la clientèle de détail aux États-Unis, et a prôné un raccourcissement des délais de règlement pratiqués aux États-Unis

Au cours de son audition, Gary Gensler a également fait allusion à la faillite du family office Archegos et a évoqué la possibilité d’un renforcement de la transparence sur certaines positions en swaps  sur titres, tels que les total return swaps qui ont permis à Archegos de décupler son levier financier.

 

La Fed a publié son rapport semestriel sur la stabilité financière des États-Unis

La Fed a publié le 6 mai son rapport semestriel sur la stabilité financière des États-Unis.  Comme lors de l’édition précédente, la Fed analyse quatre principales sources de vulnérabilité du système financier : (i) la valorisation élevée des actifs, en particulier des actions, qui a continué à progresser au cours du semestre précédent ; (ii) l’endettement des ménages et des entreprises, qui est resté stable au cours des derniers mois mais qui demeure élevé par rapport au produit intérieur brut (PIB) ; (iii) le niveau de levier du secteur financier, en particulier celui des hedge funds qui se situe au-dessus de sa moyenne historique et (iv) les risques liés aux sources de financement des institutions financières, qui restent limités grâce à la quantité d’actifs liquides détenus par les banques, même si les vulnérabilités structurelles des fonds monétaires demeurent une source d’inquiétude.

S’agissant du niveau de levier des hedge funds, la Fed revient en particulier sur les pertes enregistrées par certains fonds en janvier 2021, lors de l’épisode GameStop, puis en mars 2021 lors de la faillite du family office Archegos. Malgré l’effet de contagion limité de ces épisodes, la Fed considère qu’ils sont révélateurs de la vulnérabilité des institutions financières non bancaires (NBFI) et appelle à une plus grande transparence sur l’exposition des hedge funds.

De manière plus conjoncturelle, la Fed souligne qu’en dépit d’une amélioration de la situation économique au cours des derniers mois, les risques liés aux évolutions de l’épidémie aux États-Unis, en Europe et dans les pays émergents restent relativement élevés.

 

Fannie Mae et Freddie Mac devront se doter de plans de résolution

Le 3 mai, la Federal Housing Finance Agency, autorité de régulation et de résolution de Fannie Mae et Freddie Mac, les deux entreprises parapubliques (government-sponsored enterprises ou GSE) chargées d’assurer la liquidité du marché immobilier américain, a publié une règle exigeant de ces deux entreprises qu’elles lui soumettent, sous deux ans, leurs plans de résolution en cas de faillite.

Directement inspirée des plans de résolutions demandés aux banques par la Fed et la Federal Deposit Insurance Corporation (FDIC), la règle prévoit notamment que les GSE devront identifier leurs activités stratégiques (core business lines)  susceptibles d’être transférées vers un établissement-relai, qui pourrait être créé par la FHFA en cas de faillite. Les plans de résolution devront envisager la possibilité de conditions économiques très défavorables. Ils ne devront pas  compter sur un soutien de l’État fédéral ni faire référence à une garantie de l’État fédéral sur les titres émis par les GSE. A l’instar des plans de résolution des banques, ceux-ci comporteront une partie publique et une partie confidentielle, réservée à leur autorité de résolution.

 


 

Brèves

  • Pour la semaine du 26 avril au 1er mai, le département du Travail a enregistré 498000 nouvelles demandes d’allocations chômage (initial claims), contre une moyenne hebdomadaire de 219 000 en 2019. S’y ajoutent 101 000 demandes faites au titre de l’extension de l’assurance chômage par l’État fédéral aux personnes qui n’y sont normalement pas éligibles (Pandemic Unemployment Assistance). Au total, les demandes ont baissé de 15,7 % par rapport à la semaine précédente.
  • Le 5 mai, le département du Travail a annoncé la suppression d’une règle, prise par l’administration Trump, relative au statut de travailleur indépendant et qui restreignait les cas où ceux-ci étaient éligibles au salaire minimum fédéral.
  • La Fed a publié le 5 mai une proposition de guidelines visant à faciliter l’accès des fintech à son système de paiement. Reconnaissant la multiplication des acteurs intervenant sur ce marché des paiements, la Fed s’engagerait à examiner de manière transparente les candidatures d’institutions financières ne disposant pas d’un agrément bancaire traditionnel mais souhaitant bénéficier d’un accès direct à son système de paiement, aujourd’hui réservé aux banques. Les guidelines précisent les critères qui seraient retenus par la Fed dans l’examen des candidatures, incluant notamment la bonne gestion des risques opérationnels et de cyber-sécurité. La consultation est ouverte pour une période de 60 jours à compter de sa publication au registre fédéral.
  • Lors d’une intervention à la Just Economy Conference le 3 mai, le président de la Fed Jerome Powell s’est dit favorable à une extension du champ du Community Reinvestment Act (CRA), qui impose aux banques des obligations de financement des territoires et des populations les plus pauvres, pour y inclure les institutions financières non bancaires. Cette extension nécessiterait l’adoption d’une loi par le Congrès. Lors de sa campagne électorale, Joe Biden avait proposé d’inclure les sociétés d’assurance et les entreprises de prêt hypothécaire dans le champ du CRA.  Plusieurs associations représentant les intérêts des banques ont par ailleurs appelé l’Office of the Comptroller of the Currency (OCC), chargé de la supervision des national banks, à abroger une règle de mai 2020 imposant de nouveaux critères d’évaluation des banques en matière de CRA.
  • Selon une analyse du Wall Street Journal publiée le 2 mai et réalisée à partir de données de JP Morgan, l’allocation d’épargne des ménages américains investie en actions aurait atteint fin avril 2021 un point haut historique. La proportion d’actifs financiers des ménages investie en actions atteindrait 41 % à cette date, en incluant les placements réalisés dans le cadre des plans d’épargne retraite 401(k).
  • Accenture et la Digital Dollar Foundation, une association visant à promouvoir la création d’une monnaie numérique de banque centrale (CBDC) aux États-Unis, ont annoncé le 3 mai le lancement de travaux d’expérimentation visant à analyser les opportunités et les enjeux technologiques d’un tel projet. Ces expérimentations visent à compléter les travaux de recherche engagés par la Fed de Boston et le Massachusetts Institute of Technology (MIT) sur le sujet.

COMMENTS

WORDPRESS: 0
DISQUS: 0