Washington Wall Street Watch n°2017-1

Washington Wall Street Watch n°2017-1

Crédit photo : F. Jonkisz

Cette semaine au sommaire du Washington Wall Street Watch

 

  • Les Minutes du FOMC de décembre soulignent l’incertitude sur la politique budgétaire à venir et son impact sur l’économie américaine
  • Le Secrétaire au Trésor, Jack Lew, a plaidé pour une réforme du régime de plafond de dette publique
  • Les compositions des agences de régulation financière sous la nouvelle administration se précisent, avec des mouvements à la tête de la SEC et de la CFTC
  • Les revenus de trading des banques américaines ont progressé de 20% au troisième trimestre 2016 par rapport à la même période en 2015

 

 

Fed – Publication des Minutes du comité de politique monétaire de décembre

Les Minutes du comité de politique monétaire (FOMC) des 13 et 14 décembre, publiées mercredi, soulignent que l’incertitude sur la politique budgétaire à venir et son impact sur l’économie américaine sont au cœur des préoccupations des membres du FOMC. La discussion des membres du comité fait état de fortes incertitudes sur le calendrier, l’ampleur et la composition de la politique budgétaire à venir ainsi que ses effets sur l’économie. La plupart des membres évoque les risques à la hausse sur leurs prévisions d’inflation et de taux d’intérêt, en lien avec une politique budgétaire probablement plus expansionniste dans les années à venir. Seulement la moitié des participants indique avoir déjà intégré cette perspective dans leurs projections. Sur la conduite future de la politique monétaire, les membres du comité s’accordent sur le fait que la remontée des taux sera graduelle mais soulignent les nombreux risques qui pourraient nécessiter une trajectoire de taux différente de celle anticipée actuellement (principalement les politiques budgétaire et économique à venir). Selon eux, ces incertitudes rendront la communication de la Fed au public plus difficile. Plusieurs participants ont également indiqué que les risques que le taux de chômage reste durablement inférieur au taux de long terme étaient à présent plus importants – une telle sutuation pourrait contribuer au retour de l’inflation vers la cibles des 2% et nécessiter d’augmenter les taux plus rapidement que prévu.

 

Dette publique – Recommandations de l’actuel Secrétaire au Trésor

Le Secrétaire au Trésor, Jack Lew, a plaidé pour une réforme du régime actuel de plafond de la dette publique dans un article du Harvard Journal on Legislation, paru mercredi. Le Secrétaire Lew examine dans cet article les coûts pour le pays des différentes impasses qui ont été rencontrées ces dernières années  lorsque le plafond de dette publique fixé par le Congrès est atteint ou en passe de l’être. Il cite par exemple une étude du Government Accountability Office (GAO) qui estime que les coûts d’emprunts du Trésor ont augmenté de 1 Mds USD à 1,7 Mds USD en 2011 lorsque le Congrès n’a pas augmenté le plafond de la dette en temps voulu. Il prend également l’exemple de la crise de la dette de 2013 où le taux d’intérêt sur les obligations de maturité 1 mois a augmenté de 0 à 35 pb dans un intervalle de 4 semaines. Suite à cette analyse, le Secrétaire Lew indique que le régime actuel présente des risques graves et n’est plus approprié pour les Etats-Unis. Il encourage le Congrès à élaborer un nouveau système pour éliminer les risques que le système actuel fait courir sur l’économie, en abandonnant le principe-même d’un plafond fixe sur la dette. Il est à noter que selon les projections, l’application de l’actuel plafond de dette, fixé à 18 100 Mds USD, est suspendue jusqu’en mars 2017, date à laquelle le Congrès devra trouver une solution pour gérer le dépassement (par exemple en proposant une nouvelle suspension ou une hausse du plafond).

 

Administration Trump – Mouvements à la tête de la SEC et de la CFTC                 

Walter « Jay » Clayton a été choisi par D. Trump pour être candidat à la présidence de la SEC (Securities and Exchange Commission), régulateur des marchés financiers aux Etats-Unis. Sa nomination nécessitera une confirmation du Sénat, pour pouvoir succéder à Mary Jo White, qui quittera ses fonctions le 20 janvier. Il est actuellement associé au sein du cabinet d’avocats Sullivan & Cromwell, et spécialisé dans le conseil en fusions et acquisitions, les introductions en bourse et le conseil en investissement. Jay Clayton n’a pas d’expérience connue du secteur public et s’est peu exprimé sur ses positions en matière de régulation financière. Il est néanmoins considéré comme favorable aux entreprises et à la dérégulation, ayant affirmé suite à sa désignation « nous surveillerons attentivement notre secteur financier, et en même temps nous mettrons en place une politique qui encourage les entreprises américaines à faire ce qu’elles font le mieux: créer des emplois ».

Le Président actuel de la Commodity Futures Trading Commission (CFTC), Timothy Massad, nommé par B. Obama et dont le mandat devait s’achever en avril 2017, a annoncé qu’il avait offert sa démission, qui prendra effet le jour de l’investiture de D. Trump, le 20 janvier 2017. Un des deux autres Commissaires en place actuellement (sur les 5 postes de Commissaires à la tête de la CFTC, 2 sont déjà vacants), C. Giancarlo, républicain, est favori pour lui succéder. Ce dernier s’est récemment déclaré en faveur de la finalisation des règles en cours d’élaboration au sein de la CFTC sur les produits dérivés liés au secteur de l’énergie. Il s’est en revanche régulièrement exprimé contre l’adoption de règles visant à mieux contrôler le trading de haute fréquence.

 

Banques – Revenus de trading             

L’Office of the Comptroller of the Currency (OCC) a annoncé le 4 janvier que les revenus de trading des banques américaines ont progressé de 20% au troisième trimestre 2016 par rapport à la même période en 2015, pour atteindre 6,4 Mds USD. Pour autant, les revenus de trading sont en baisse (-9%) par rapport au deuxième trimestre 2016.

Parallèlement, l’exposition au risque de crédit découlant de produits dérivés a diminué de 24 Mds USD (soit 4,7%) par rapport au trimestre précédent, pour atteindre 482 Mds USD. Le montant notionnel de dérivés détenus par les banques commerciales a baissé de 6,5% sur le trimestre, à 178 trillions USD. 4 banques concentrent 90% du cette exposition notionnelle. Sur le trimestre, 39% des opérations sur dérivés ont fait l’objet d’une compensation centrale.

COMMENTS

WORDPRESS: 0
DISQUS: 2