Washington Wall Street Watch n°2016-47

Washington Wall Street Watch n°2016-47

Crédit photo : F. Jonkisz

Sommaire :

  • D. Trump nomme deux personnalités conservatrices à des postes clés de sa future administration.
  • Le Department of Justice (DoJ) continue de poursuivre les banques pour leurs pratiques abusives liées aux crédits hypothécaires avant la crise financière.
  • Le board de la Federal Reserve (Fed) a publié une règle finale obligeant pour la première fois les grandes banques à rendre publiques certaines mesures quantitative des risques de liquidité.
  • La Fed de Chicago a publié son rapport triennal sur les moyens de paiement aux Etats-Unis.

 

Administration Trump – Deux nouvelles nominations à des postes économiques clés

John Michael “Mick” Mulvaney a été nommé directeur de l’OMB (Office of Management and Budget) – sa candidature devra être confirmée par le Sénat. Mick Mulvaney, ancien avocat et entrepreneur immobilier, est membre de la Chambre des représentants depuis 2011. Il y a maintenu des positions extrêmement fermes et conservatrices sur les dépenses fédérales et s’est systématiquement opposé à l’augmentation des plafonds de dette, même quand cela pouvait conduire à une fermeture partielle de l’Administration (shutdown). L’OMB est une agence fédérale clé dans la mise en œuvre de la politique budgétaire du Président, en charge notamment de la préparation du budget et le suivi de l’exécution budgétaire et de l’analyse de la gestion et des performances de l’exécutif, ainsi que de l’analyse juridique des actes règlementaires de l’exécutif et des propositions de lois.

Carl Icahn a été nommé comme Conseiller spécial du Président pour les sujets de réforme de la régulation financière. Ce poste ne nécessite pas de confirmation par le Sénat, et C. Icahn ne sera pas rémunéré (ce qui lui permettra notamment de ne pas renoncer à ses autres activités professionnelles). Il est connu pour ses positions très favorables à une forte dérégulation du secteur financier et a régulièrement critiqué l’administration Obama pour des régulations selon lui excessives et paralysant l’économie américaine. Il a récemment mené un combat contre la désignation d’assureurs comme acteurs financiers systémiques, via un rôle d’investisseur activiste auprès d’AIG. Il continuera de diriger Icahn Enterprises, un conglomérat détenant des positions importantes dans de nombreuses entreprises américaines dont Texaco, Western Union, Viacom, Revlon, Time Warner, Motorola, Dell, Netflix, Apple et eBay.

Crédits hypothécaires – Nouvelles amendes pour pratiques frauduleuses avant la crise

Le Department of Justice (DoJ) continue de poursuivre les banques pour leurs pratiques abusives liées aux crédits hypothécaires avant la crise financière. Le DoJ est parvenu à atteindre un règlement à l’amiable (settlement) avec Deutsche Bank (7,2 Mds USD) et Credit Suisse (5,3 Mds USD) pour la vente par ces dernières de crédits hypothécaires ne respectant pas la réglementation avant la crise.  En parallèle, le DoJ a initié un procès contre Barclays, qui a refusé un règlement à l’amiable, pour la vente de plus de 30 Mds USD de produits frauduleux, accusation contestée par la banque. La banque rompt ainsi avec les pratiques récentes de rechercher essentiellement des règlements à l’amiable et s’expose au procès. Il est à noter qu’en 2013 D. Trump avait critiqué le PDG de J.P. Morgan pour avoir accepté un règlement à l’amiable dans un cas similaire, regrettant « l’époque où on allait au procès ».

Régulation bancaire – Règle de la Fed sur la publication d’indicateurs de liquidité

Le board de la Federal Reserve (Fed) a publié une règle finale obligeant pour la première fois les grandes banques à rendre publiques certaines mesures quantitatives du risque de liquidité. Cette publication vise, selon la Fed, à fournir aux acteurs de marché et au public des informations leur permettant de mieux évaluer la santé financière et la résilience des plus grandes banques.

Cette nouvelle règle s’appuie sur la règle de Liquidity Coverage Ratio (LCR) adoptée par les agences de régulation bancaire en 2014, qui impose aux banques détenant plus de 50 Mds USD d’actifs de détenir un niveau minimum d’actifs liquides de qualité (HQLA). Les banques concernées seront désormais obligées de rendre publics leurs LCR et HQLA consolidés chaque trimestre, ainsi que d’autres métriques listées par la nouvelle règle (sorties nettes de trésorerie, flux de produits dérivés, etc.). Les banques devront se mettre en conformité avec la règle entre avril 2017 et octobre 2018.

Paiements – Rapport triannuel de la Fed de Chicago

La Fed de Chicago a publié son rapport triannuel sur les moyens de paiement aux Etats-Unis. La valeur des paiements effectués via différents canaux (hors cash) a atteint 170 000 Mds USD sur les 3 ans, soit 5,3% de plus qu’entre 2009 et 2012. Parmi les principales tendances, l’augmentation du recours aux cartes de crédit et de débit (+20 Mds USD), qui représentent désormais plus de 2/3 des paiements hors cash aux Etats-Unis, est particulièrement mis en avant par les observateurs. Cette hausse du recours aux cartes de crédit s’explique notamment par l’explosion du nombre de transactions à distance, c’est-à-dire sans l’utilisation physique de la carte, notamment les paiements en ligne ou par portefeuille digital (de moins de 4% des transactions par carte en 2012 à 20% en 2015). Enfin, l’étude montre que la fraude liée à la contrefaçon sur les paiements par carte est relativement plus importante aux Etats-Unis que dans les autres pays ayant mis en place la technologie de cartes à puce. Cette dernière n’a été rendue standard aux Etats-Unis qu’au cours de l’année 2016. Un autre point d’attention mis en avant par le rapport porte sur les paiements à distance, qui ne représentent que 20% des paiements mais 46% des fraudes constatées.

 

COMMENTS

WORDPRESS: 0
DISQUS: 0