Washington Wall Street Watch 2019-42

Washington Wall Street Watch 2019-42

Crédit photo : F. Jonkisz

Sommaire

Conjoncture                                                                            

-La production industrielle a fortement reculé en octobre

Politiques macroéconomiques                                                                       

-La Fed considère que le niveau des taux d’intérêt est approprié et poursuit sa revue stratégique

-La Fed annonce des opérations plus longues sur le marché interbancaire et discute de possibles aménagements

-Le président de la Fed s’est entretenu avec D. Trump et le secrétaire au Trésor

-Le Congrès adopte un nouveau budget temporaire jusqu’au 20 décembre

Régulation financière                                                                                       

-Le Treasury s’oppose aux standards internationaux de l’IAIS en matière d’exigences en capital des assureurs

-Les agences de régulation bancaire adoptent deux nouvelles règles

-La Fed a publié son rapport sur la stabilité financière aux États-Unis

Brèves     

 


                                                                                                                   

Conjoncture                                                                                  

 

La production industrielle a fortement reculé en octobre

L’indice de production industrielle ressort en baisse de 0,8 % pour le mois d’octobre selon la Federal Reserve (après -0,3 %, résultat révisé à la hausse de 0,1 point). Ce fléchissement concerne une majorité des composantes de l’indice (équipement des entreprises, textile, industrie minière) et a été amplifié par le recul de la production automobile (- 7,2 %) consécutif aux importantes grèves dans les entreprises du secteur.

Le taux d’utilisation des capacités décline aussi et retrouve, à 76,7 %, son plus faible niveau depuis septembre 2017.

 


              

Politiques macroéconomiques                                                

 

La Fed considère que le niveau des taux d’intérêt est approprié et poursuit sa revue stratégique

Le procès-verbal de la réunion du comité de politique monétaire (FOMC) des 29 et 30 octobre montre que celui-ci juge le niveau des taux d’intérêt en adéquation avec la situation économique, grâce à l’assouplissement de la politique monétaire décidé lors de la réunion. Les risques sur l’activité sont cependant perçus comme baissiers. Une amélioration de la situation économique ne conduirait pas la Fed à envisager rapidement un nouveau resserrement rapide de sa politique monétaire, car des marges d’amélioration restent identifiées sur le marché du travail, ce qui autorise le maintien d’une politique accommodante.

Poursuivant sur sa revue stratégique, le FOMC a largement débattu de l’efficacité et de l’opportunité de réutiliser une politique de rachat d’actifs de grande ampleur (quantitative easing) en la comparant à une politique dite « de contrôle de la courbe des taux ». Les différentes modalités possibles d’une communication détaillée sur l’évolution future de la politique monétaire (forward guidance) ont aussi été discutées.

Enfin, le FOMC n’envisage pas à ce stade de recourir à des taux d’intérêt négatifs en cas de récession. L’opinion majoritaire est cette option n’octroierait pas beaucoup plus de marges de manœuvre à la politique monétaire et aurait des effets collatéraux très important sur le système financier aux États-Unis et dans le monde. Les minutes indiquent que les résultats de la politique de taux d’intérêt négatifs en Europe confortent l’appréciation de la Fed.

 

La Fed annonce des opérations plus longues sur le marché interbancaire et discute de possibles aménagements

La Fed de New York, qui agit au nom du FOMC sur les marchés financiers, a annoncé le 14 novembre les modalités de ses interventions sur le marché interbancaire jusqu’au 12 décembre. Les opérations actuelles de pension livrée (repo) au jour le jour et de maturité 14 jours sont prolongées et plafonnées à respectivement 120 Md USD et de 35 Md USD.

La banque centrale a aussi annoncé trois nouvelles opérations à terme, l’une de maturité 28 jours, pour un montant de 15 Md USD, et deux autres de maturité 42 jours à hauteur de 25 Md USD.

Ces deux nouveaux types d’opérations visent à prévenir d’éventuelles tensions sur le marché interbancaire à la fin du mois de décembre, période propice aux arbitrages bilanciels des banques. Fin 2018, le taux au jour le jour du marché interbancaire avait atteint près de 6 % alors que la fourchette des taux d’intérêt directeurs était de [2,25 %-2,5 %].

Les minutes de la dernière réunion de politique monétaire (cf. supra) rapportent les discussions du FOMC sur la possibilité de poursuivre des interventions régulières sur le marché interbancaire. Aucun consensus ne se dégage sur la pertinence de cette option, une partie des membres de la Fed jugeant que l’augmentation du niveau des réserves excédentaires des banques suffira théoriquement à éteindre les tensions.

En cas de poursuite des actions de la Fed, deux dispositifs sont notamment envisagés : des opérations régulières d’ampleur limitée, mais qui ne permettrait pas d’enrayer des tensions importantes, et une facilité de prêt à taux fixe comparable à celle disponible à la BCE.

              

Le président de la Fed s’est entretenu avec D. Trump et le secrétaire au Trésor

La Fed a annoncé que son président Jerome Powell s’était entretenu le 18 novembre à la Maison-Blanche avec Donald Trump et Steven Mnuchin, le secrétaire au Trésor. Le communiqué indique notamment que J. Powell a réaffirmé le caractère impartial et non politique de l’analyse et des décisions de la Fed.

Donald Trump s’est dans un premier temps réjoui de cet entretien, puis a fait savoir qu’il avait défendu devant le président de la Fed la nécessité de taux d’intérêt « plus faibles que les autres pays » aux États-Unis, notamment pour éviter que l’appréciation du dollar n’affecte la croissance.

 

Le Congrès adopte un nouveau budget temporaire jusqu’au 20 décembre

En l’absence de loi de finances pour l’année fiscale 2020, débutée le 1er octobre, la Chambre des Représentants (231-192) puis le Sénat (75-19) ont adopté un deuxième budget temporaire (continuing resolution) jusqu’au 20 décembre 2019. Le texte entérine en outre une augmentation de 3,1 % du salaire des militaires et préempte la hausse du budget du Census Bureau prévue dans le cadre de l’organisation du recensement décennal.

La Maison-Blanche a annoncé avoir promulgué le texte dans la foulée. Le vice-président, Mike Pence, a toutefois fustigé le manque d’avancée des discussions budgétaires au Congrès, déplorant que le temps législatif consacré au processus ne repousse l’examen de l’accord de libre-échange USMCA.

 


              

Régulation financière     

 

Le Treasury s’oppose aux standards internationaux de l’IAIS en matière d’exigences en capital des assureurs

Le 14 novembre, en marge de la conférence annuelle de l’International Association of Insurance Supervisors (IAIS), le Treasury a annoncé s’opposer aux travaux de l’IAIS relatifs aux exigences en capital des assureurs (International Capital Standards, ICS). Plus spécifiquement, le Treasury rejette la mise en place, à partir du mois de janvier 2020, d’une période probatoire de 5 ans proposée par l’IAIS et devant aboutir à l’adoption définitive d’une nouvelle version des ICS.

Le Treasury a justifié ce rejet en indiquant que les assureurs américains « ne devraient pas être contraints de contribuer à l’élaboration de standards non adaptés à leur marché », et que les ICS risqueraient de « limiter l’accès des Américains à certains produits d’épargne à long-terme ».

Cette prise de position fait écho aux critiques récemment exprimées à l’encontre des ICS par plusieurs responsables américains, notamment, en mai dernier, par un groupe de 42 sénateurs puis par le secrétaire au Trésor S. Mnuchin.

 

Les agences de régulation bancaire adoptent deux nouvelles règles

Le 19 novembre, la Fed, la Federal Deposit Insurance Company (FDIC) et l’Office of the Comptroller of the Currency (OCC), les trois agences fédérales de régulation bancaire, ont annoncé la finalisation de deux nouvelles règles qui entreront en vigueur le 1er avril 2020.

La première règle allège le mode de calcul du ratio de levier supplémentaire des banques dépositaires (custody banks), en excluant de son dénominateur les réserves auprès des banques centrales. Cette règle, qui découle de l’Economic Growth, Regulatory Relief, and Consumer Protection Act (« Crapo Bill ») de mai 2018, ne concernera pour l’heure que trois banques dépositaires, à savoir Bank of New York Mellon, Northern Trust Corporation et State Street Corporation.

La deuxième règle porte sur l’application de nouveaux standards sur le risque de contrepartie des contrats portants sur des produits dérivés. Elle prévoit que le calcul de ce risque, dont le montant a un impact sur celui des exigences de fonds propres des banques, s’opérera désormais via l’approche standard préconisée par le comité de Bâle.

 

La Fed a publié son rapport sur la stabilité financière aux États-Unis

La Fed a publié, le 15 novembre, son rapport sur la stabilité financière des États-Unis (Financial Stability Report).

La Fed y dresse quatre constats : (i) bien que la valeur des actifs reste élevée sur plusieurs marchés, l’aversion au risque des investisseurs a globalement retrouvé son niveau historique, (ii) le niveau d’emprunt rapporté au PIB des ménages et des entreprises, notamment les plus risquées, est élevé mais reste faible au regard de leurs revenus, (iii) les banques américaines restent bien capitalisées et l’effet de levier des broker-dealers est en-deçà de son niveau pré-crise et (iv) les risques pesant sur le financement des banques (en cas de bank run par exemple) sont jugés faibles.

Par ailleurs, la Fed s’inquiète des conséquences que pourrait avoir le développement des stablecoins (cryptomonnaies adossées à un panier d’actifs) sur la stabilité financière, le financement d’activités criminelles et la protection des consommateurs.

 


 

Brèves

 

-Le 19 novembre, la Fed et la FDIC ont approuvé la fusion entre les banques BB&T et SunTrust. La nouvelle entité, nommée Truist, représentera plus de 453 Md USD d’actifs et 2,6 % des dépôts aux États-Unis. La fusion avait été approuvée par le Département de la Justice le 8 novembre.

 

-Le 19 novembre, Jerome Powell, président de la Fed, a fait savoir dans une lettre – en réponse aux questions des représentants F.  Hill et B. Foster du 30 septembre – que la Fed étudiait la possibilité de créer sa propre cryptomonnaie.

 

-Le 15 novembre, la SEC a publié son rapport annuel au Congrès sur son programme de lanceurs d’alerte. La SEC a versé environ 60 MUSD à huit personnes en 2019, contre plus de 168 MUSD octroyés à 13 personnes en 2018. Le président de la SEC, Jay Clayton, a expliqué cet écart par une insuffisance de son budget, notamment liée au shutdown de janvier 2019.

 

-Le 14 novembre, la FDIC a publié trois rapports analysant la croissance des prêts non bancaires dans le système financier américain depuis la crise financière de 2008. Ces travaux portent respectivement sur la structure du marché du crédit non bancaire, le développement des leveraged loans et sur la place du crédit non bancaire sur le marché immobilier.

 

-Le 18 novembre, la FDIC et l’OCC ont publié une proposition de règle visant à clarifier l’application de la doctrine dite du « valid when made », un principe juridique qui prévoit que les termes initiaux d’un contrat de crédit, et en particulier le taux d’intérêt, restent valables même après son transfert ou son rachat par un tiers. Cette doctrine avait été contredite en 2015 par la cour d’appel fédérale de New York.

 

-Le 20 novembre, le Consumer Financial Protection Bureau (CFPB) a publié son agenda règlementaire pour la période allant du 1er octobre 2019 au 30 septembre 2020. Hormis la poursuite de travaux relatifs à des règles déjà en vigueur ou en cours d’adoption, le CFPB intègre à son agenda de long terme deux nouveaux travaux, portant sur la rémunération des originateurs de crédit et l’utilisation des canaux électroniques dans la gestion des comptes de cartes de crédit.

COMMENTS

WORDPRESS: 0
DISQUS: 0