Washington Wall Street Watch 2019-24

Washington Wall Street Watch 2019-24

Crédit photo : F. Jonkisz

Sommaire

Conjoncture

-Les créations d’emplois et le rythme de croissance des salaires décélèrent en mai

-L’inflation fléchit en mai

Politiques macroéconomiques                                                 

-Les marchés anticipent un statu quo à l’issue de la réunion de politique monétaire (18 et 19 juin)

-D. Trump critique à nouveau la Fed,  fustigeant « le manque de soutien » à sa politique commerciale

Régulation financière

-La FHFA présente son rapport sur la réforme du financement du marché immobilier

-La Fed publie les résultats de sa consultation relative au Community Reinvestment Act (CRA) 

Brèves                                                                                                                       

 


 

Conjoncture  

 

Les créations d’emplois et le rythme de croissance des salaires décélèrent en mai

Le rapport mensuel du Bureau of Labor Statistics sur la situation de l’emploi fait état de 75 000 nouvelles créations d’emplois en mai aux États-Unis. Ce résultat, très inférieur au consensus (+180 000), s’accompagne aussi d’une révision à la baisse du nombre d’emplois créés au cours des mois de mars et d’avril (-75 000). Le taux de chômage se maintient à 3,6 % à l’instar du taux d’activité (62,8 %).

Les salaires ont augmenté de 0,2 % en mai et de 3,1 % en moyenne au cours des douze derniers mois. Le rythme de croissance des salaires recule pour le troisième mois consécutif, après le point haut atteint en février (+3,4 % sur un an).

 

L’inflation fléchit en mai

L’indice des prix à la consommation ressort en hausse de 0,1 % en mai selon le Bureau of Labor Statistics, portée par la progression des prix de l’alimentation (+0,3 %), des services médicaux (+0,5 %) et des loyers (+0,2 %). L’inflation sous-jacente, qui exclut les éléments volatils tels que l’énergie et l’alimentation, s’établit également à 0,1 %.

Sur douze mois, le rythme de hausse des prix atteint 1,8 % pour l’indice global et 2,0 % pour la composante sous-jacente (respectivement -0,2 et – 0,1 point).

Dans un tweet, Donald Trump a salué le « très faible niveau de l’inflation » aux États-Unis.

 


 

Politiques macroéconomiques                                                

 

Les marchés anticipent un statu quo à l’issue de la réunion de politique monétaire (18 et 19 juin)

La prochaine réunion du comité de politique monétaire de la Fed (FOMC) des 18 et 19 juin devrait aboutir à un maintien de la fourchette cible des taux fed funds à [2,25 %-2,5 %]. Les marchés accordent une probabilité d’environ 75 % à cette hypothèse.

La Fed n’a pas dévié de son discours prudent alors que les pressions inflationnistes restent toujours contenues. Surtout, l’incertitude associée aux nouvelles tensions commerciales entre les États-Unis et la Chine et les nombreux signaux négatifs des dernières semaines (inversion de la courbe des taux, recul des marchés actions, statistiques économiques décevantes) laissent présager un discours accommodant de la Fed.

 

Donald Trump critique de nouveau la Fed, fustigeant le « manque de soutien » à sa politique commerciale

Au cours d’un entretien le 10 juin sur la chaîne d’information financière CNBC, le président américain a vertement critiqué les dernières hausses de taux d’intérêt de la Fed et la réduction de son bilan, qu’il a jugées « très, très destructrices » pour l’économie américaine. Il a réitéré à cette occasion sa demande d’une baisse des taux d’intérêt.

Ces critiques interviennent quelques jours avant la réunion du comité de politique monétaire de la Fed.

 Trump a en outre inscrit ses remarques dans le contexte du contentieux commercial entre les États-Unis et la Chine. Il a ainsi déploré que la Fed n’imite pas la politique accommodante de la banque centrale chinoise (PBoC) qui, selon lui, « compense en grande partie l’effet de la hausse des droits de douane américains, sur ordre du président chinois Xi Jingping ».

 


 

Régulation financière

 

La FHFA présente son rapport sur la réforme du financement du marché immobilier

Le 11 juin, Mark Calabria, le nouveau directeur de la Federal Housing Finance Agency (FHFA), le régulateur des entreprises parapubliques (government sponsored enterprises, GSE), a adressé un rapport au Congrès, dans lequel il recommande à ce dernier de (i) coopérer avec l’administration Trump sur la réforme du financement du marché immobilier et (ii) renforcer l’autorité de la FHFA afin qu’elle puisse accroître la concurrence sur le marché immobilier américain.

En mars, la Maison Blanche avait publié un mémorandum portant sur une réforme du financement du marché immobilier. Ce document promouvait l’amélioration de l’accès des emprunteurs à des prêts à taux fixe sur une maturité de 30 ans et l’abandon de la mise sous tutelle (conservatorship) des deux principales GSE, Fannie Mae et Freddie Mac, chargées de la titrisation immobilière.

Selon M. Calabria, la hausse de la concurrence sur le marché immobilier permettrait une baisse des coûts du crédit immobilier pour les ménages  et réduirait la dépendance du marché vis-à-vis des deux GSE. Le directeur de la FHFA s’est par ailleurs inquiété d’une potentielle hausse du coût du crédit en cas de privatisation des GSE sans réforme structurelle.

Ce constat est partagé par le secrétaire au Trésor, Steven Mnuchin, qui a déclaré, le 8 juin, qu’une réforme du marché des prêts immobiliers était nécessaire pour accompagner la privatisation de Fannie Mae et Freddie Mac.

 

La Fed publie les résultats de sa consultation concernant le Community Reinvestment Act (CRA)

Le 13 juin, la Fed a publié une synthèse des commentaires reçus à la suite de sa consultation sur la modernisation de la loi sur les investissements locaux des établissements bancaires (Community Reinvestment Act, CRA). Cette loi de 1977 vise à lutter contre les pratiques discriminatoires des banques limitant l’accès au crédit des populations issues de territoires défavorisés ou de minorités ethniques.

Les commentaires convergent sur trois enjeux principaux : (i) l’importance d’actualiser la cartographie des zones géographiques concernées par le CRA ; (ii) la besoin d’identifier des zones prioritaires et (iii) la création de nouveaux outils permettant de quantifier et de mieux caractériser la nature des discriminations financières.

 


 

Brèves

 

-Dans une proposition de loi bipartisane publiée le 11 juin, deux élus de la Chambre des Représentants, M. Waters (démocrate) et P. McHenry (républicain), soutiennent une réforme structurelle du programme fédéral d’assurance contre les inondations (National Flood Insurance Program, NFIP) et sa prorogation pour une durée de 5 ans.

 

-Le contrôleur général de l’État de New York, Thomas DiNapoli, a présenté le 6 juin un plan d’action sur le climat qui vise à atténuer le risque climatique associé aux investissements du fonds de pension new-yorkais (New York State Common Retirement Fund), dont les actifs s’élèvent à 210 Md USD. T. DiNapoli a ajouté qu’il doublerait l’engagement du fonds dans les investissements durables, pour le faire passer à 20 Md USD en dix ans.

 

-Le 12 juin, le commissaire démocrate de la CFTC, Rostin Behnam, s’est prononcé pour la création d’un comité dédié à l’étude des risques que fait peser le changement climatique sur le secteur financier. Selon lui, ces risques pourraient être  d’une gravité comparable à ceux ayant mené à la crise financière de 2008.

 

-Le 10 juin, les sénateurs démocrates E. Warren et D. Jones ont demandé par courrier à quatre régulateurs financiers, la Réserve fédérale, la Federal Deposit Insurance Corporation (FDIC), l’Office of the Comptroller of the Currency (OCC) et le Consumer Financial Protection Bureau (CFPB), une analyse des pratiques potentiellement discriminatoires des Fintech. Les deux sénateurs s’inquiètent en particulier des algorithmes utilisés par ces sociétés, qui reproduiraient certains biais discriminants de la société américaine.

 

-Lors d’un discours tenu le 12 juin à l’occasion d’une conférence sur les relations transatlantiques à Berlin, le sous-secrétaire au Trésor, Justin Muzinich, a appelé à une plus grande coopération entre les institutions américaines et européennes en matière de régulation financière. Il a notamment plaidé pour un renforcement de la subsidiarité (deference) et des régimes d’équivalence.

 

-L’économiste Martin Feldstein est décédé le 11 juin, à l’âge de 79 ans. Ses travaux portaient sur l’économie internationale et la fiscalité. Il a également été le président du Council of Economic Advisers (instance chargée de conseiller le président américain en matière de politique économique, de 1982 à 1984) de R. Reagan et un conseiller des présidents G. W. Bush et B. Obama. En 1977, M. Feldstein a reçu la médaille John Bates Clark qui distingue les recherches d’un économiste âgé de moins de 40 ans.

COMMENTS

WORDPRESS: 0
DISQUS: 0