Washington Wall Street Watch 2018-45

Washington Wall Street Watch 2018-45

Crédit photo : F. Jonkisz

Sommaire

Conjoncture

-Les créations d’emplois se poursuivent en novembre

-L’inflation a été pénalisée en novembre par la baisse des prix de l’énergie

Politiques macroéconomiques

-D. Trump menace d’un shutdown pour obtenir le financement d’un mur à la frontière mexicaine

-Les Républicains amendent le projet de paquet fiscal

-Les marchés anticipent une hausse des taux d’intérêt à l’issue de la prochaine réunion de la Fed

Régulation financière            

-Le président de la SEC a été auditionné par la commission bancaire du Sénat

-La gouverneure Brainard plaide pour un renforcement des coussins prudentiels face aux déséquilibres

Brèves                                                                                                                        

 


 

Conjoncture

 

Les créations d’emplois se poursuivent en novembre

Le rapport mensuel sur l’emploi publié le 7 décembre indique que l’économie américaine a créé 155 000 nouveaux emplois en novembre (après +237 000 en octobre, chiffre révisé à la baisse de 13 000). Cette performance est toutefois nettement inférieure aux attentes du consensus (+193 000) mais se situe au-dessus du seuil de 100 000 créations d’emplois considéré par les observateurs comme nécessaire pour absorber les nouveaux entrants sur le marché du travail.

Le taux de chômage se maintient à 3,7 % et le taux d’activité est inchangé à 62,9 %. Les salaires progressent de 0,2 % (après +0,1 %) et sont en hausse de +3,1 % sur les douze derniers mois.

 

L’inflation a été pénalisée en novembre par la baisse des prix de l’énergie

L’inflation IPC (indice des prix à la consommation) ne progresse pas au mois de novembre selon le Bureau of Labor Statistics (après +0,3 % en octobre). Cette stagnation s’explique principalement par le recul des prix de l’énergie (-2,2 %), dont celui de l’essence (-4,1 %), dans le sillage de la baisse du prix du baril de pétrole observée ces dernières semaines. La composante sous-jacente, qui exclut le prix les plus volatils auxquels sont assimilés les prix de l’énergie, progresse elle de 0,2 % (après +0,2 % le mois précédent).

Sur douze mois, le rythme de hausse des prix atteint +2,2 % aussi bien pour l’indice global que pour sa composante sous-jacente (respectivement -0,3 et +0,1 point).

 


 

Politiques macroéconomiques            

           

Trump menace d’un shutdown pour obtenir le financement d’un mur à la frontière mexicaine

L’adoption d’un budget temporaire le 6 décembre avait permis de prolonger de deux semaines les négociations budgétaires devant aboutir à une loi de finances partielle pour 7 des 12 catégories de programmes fédéraux (appropriations). Le 2 décembre, Donald Trump a reçu les chefs de file des Démocrates au Congrès, Nancy Pelosi et Chuck Schumer, à ce sujet, la loi de finances requérant un soutien bipartisan au Sénat, où la majorité qualifiée de 60 votes est requise.

Ouverte aux médias, cette entrevue a mis en exergue les désaccords majeurs qui subsistent, en particulier sur la demande présidentielle d’une enveloppe de 5 Md USD pour la construction d’un mur à la frontière mexicaine. Constatant le refus des Démocrates d’y accéder, D. Trump s’est déclaré prêt à bloquer tout texte budgétaire, en assumant le risque d’entrainer ainsi un shutdown (fermeture des services publics définis comme non essentiels), le 21 décembre.

Cette séquence politique, inédite, pousse les négociations au Congrès vers une impasse. Certains observateurs avancent cependant que l’approche des fêtes de fin d’année pourrait favoriser un consensus, comme déjà vu par le passé.

 

Les Républicains amendent le projet de paquet fiscal

Kevin Brady, président de la commission « voies et moyens » (Ways and Means Committee) chargée des questions fiscales à la Chambre des Représentants, a publié une version amendée du nouveau projet de réforme fiscale des Républicains. Pour mémoire, le texte initial prévoyait des mesures en faveur de l’épargne-retraite, de la création d’entreprise et des mesures correctives à la réforme fiscale de 2017.

Les amendements portent sur la suppression ou le report de plusieurs taxes qui contribuent au financement de l’Affordable Care Act de 2010 (« Obamacare ») et sur le non-renouvellement de plusieurs crédits d’impôts à visée écologique. Enfin, ils prévoient une aide supplémentaire en faveur des Etats sinistrés par de récentes catastrophes naturelles (Californie, Caroline du Nord et du Sud, Louisiane, etc.).

A l’exception de ce plan d’aide, la nouvelle version du texte est perçue comme moins consensuelle que la précédente. Or, le soutien de sénateurs démocrates est requis pour adopter le texte au Sénat, à la majorité qualifiée de 60 votes. Le Congrès dispose d’un calendrier limité pour examiner le texte d’ici la nouvelle législature, ce qui rend son adoption peu probable, sauf à l’adosser à la loi de finances.

 

Les marchés anticipent une hausse des taux d’intérêt à l’issue de la prochaine réunion de la Fed

La réunion du comité de politique monétaire de la Federal Reserve des 18 et 19 décembre devrait aboutir à une hausse de la fourchette cible des taux fed funds, la portant à [2,25 %-2,5 %]. Les marchés accordent en effet à cette hypothèse une probabilité proche de 80 % (selon les contrats futures fed funds à 30 jours).

Pour justifier cette nouvelle hausse de taux, la Fed pourrait s’appuyer sur l’orientation favorable de l’économie réelle, dans un contexte par ailleurs marqué par les tensions sur les marchés financiers.

Les marchés s’attendent également à ce que la Fed actualise ses projections économiques et décide de réduire le nombre de hausses de taux en 2019 (trois hausses sont actuellement prévues).

 


 

Régulation financière

 

Le président de la SEC a été auditionné par la commission bancaire du Sénat

Jay Clayton, le président de la Securities and Exchange Commission (SEC), le régulateur des marchés boursiers américains, a été auditionné le 11 décembre par la commission bancaire du Sénat. Il s’agissait de la dernière audition de cette commission sous la présente législature.

Au cours de son intervention, J. Clayton a rappelé les priorités d’action de la SEC : préparation des investisseurs américains au Brexit, remplacement du LIBOR, et mise en place du Consolidated Audit Trail (CAT), système qui doit permettre au régulateur américain de disposer d’informations consolidées sur l’ensemble des cotations et des flux d’échanges d’actifs financiers, sur la base des données fournies par les participants.

Interrogé par plusieurs sénateurs démocrates, le président de la SEC a indiqué que la règle définissant l’obligation pour les courtiers d’agir dans le meilleur intérêt du client serait prochainement finalisée.

Clayton a également mentionné l’attention particulière qu’accordait actuellement la SEC à l’essor des prêts à effet de levier  (leveraged loans), à la gouvernance des entreprises et plus particulièrement au rôle des proxy-advisors et des fonds activistes et, enfin, aux rachats d’actions.

 

La gouverneure Brainard plaide pour un renforcement des coussins prudentiels face aux déséquilibres

Le 7 décembre, la gouverneure de la Réserve fédérale, Lael Brainard, a prononcé un discours sur la stabilité financière.

La présentant comme un élément déterminant de la réalisation des objectifs de plein emploi et de stabilité des prix poursuivis par la Fed, Lael Brainard a salué le niveau actuel de stabilité financière, associée à la solidité de l’économie américaine : un marché du travail dynamique, une croissance des salaires qui s’accélère pour atteindre environ 3 %, soit la croissance du PIB en 2018, et un niveau d’inflation jugé encourageant. La gouverneure se dit par ailleurs confiante dans la poursuite de la croissance économique en 2019, portée par une consommation intérieure qui continuera de bénéficier des baisses d’impôts de début 2018, avant un possible retournement en 2020. Elle souligne toutefois l’essoufflement des vents favorables qui profitaient encore récemment à l’économie américaine, citant notamment le ralentissement en Europe, au Japon et en Chine.

Parmi les facteurs de risque sur la stabilité financière, L. Brainard s’est montrée rassurante quant au niveau d’endettement des ménages américains et à la solidité des institutions financières (banques, assureurs, courtiers), dans le prolongement du rapport publié par la Fed le 28 novembre. Elle note cependant une augmentation des vulnérabilités au sein du secteur non-financier, citant en particulier l’endettement des entreprises, proche de son pic de 2008. Selon la gouverneure, un retournement de la conjoncture pourrait déstabiliser le système financier en cas de ventes massives (run), dans la mesure où les fonds ouverts (mutual funds) sont fortement exposés à ces titres de dette, dont la qualité de signature s’est par ailleurs dégradée (35 % des encours d’obligations d’entreprise, soit 2 250 Md USD, sont dans le segment de notation le plus bas). Elle s’est une nouvelle fois inquiétée de l’essor des prêts à effet de levier (leveraged loans), dont l’encours a augmenté de 12 % au cours des douze derniers mois et dont les critères d’octroi se seraient sensiblement relâchés, même au sein des grandes banques (« While leveraged loans have traditionnally had important investor protections, loan covenants for new leveraged loans have weakened dramatically »).

En conclusion, Lael Brainard a rappelé le danger que des déséquilibres financiers pouvaient poser pour l’économie réelle, en particulier l’emploi, et a plaidé pour un renforcement des standards prudentiels en haut du cycle, et non l’inverse (« History suggests that we should not expect the market to provide incentives for banks to build the necessary buffers when times are good »). Et de mentionner les deux principaux instruments à la disposition de la Fed à cet effet : les tests de résistance bancaire et le coussin de fonds propres contra-cyclique (CCyB).

 


Brèves

 

-Le 13 décembre, l’Internal Revenue Service (IRS), qui est rattaché au Treasury, a publié un projet de règlement relatif à la mise en œuvre de la taxe anti-érosion (base erosion and anti-abuse tax, BEAT), introduite par la réforme fiscale américaine de fin 2017. L’IRS propose notamment d’exempter de la BEAT les opérations financières réalisées par les banques non-américaines en application de la règle prudentielle dite du TLAC interne (total loss absorbing capacity).

-Le 6 décembre, la ville de Philadelphie a adopté une loi obligeant les entreprises à communiquer les horaires de travail aux salariés au moins dix jours à l’avance. Cette mesure vise à lutter contre la pratique consistant à donner des horaires irréguliers et sans préavis, ce qui les empêche d’exercer ou de chercher un autre emploi. Philadelphie est la troisième ville américaine à se doter d’une telle législation, dite « Fair Workweek », après San Francisco et New York.

-Dans une opinion juridique publiée le 11 décembre, le Government Accountability Office (GAO), l’agence chargée d’auditer les comptes publics, conteste la légalité de l’annulation, par la Maison Blanche, de crédits budgétaires consacrés à l’aide au développement avant la fin de l’année budgétaire (30 septembre).

-Le 11 décembre, la Maison Blanche a annoncé avoir nommé l’actuel secrétaire adjoint du Treasury pour les marchés internationaux, Heath Tarbert, à la présidence de la CFTC. S’il est confirmé par le Sénat, H. Tarbert succèdera à Christopher Giancarlo, dont le mandat s’achève en avril 2019.

-Le même jour, la Maison Blanche a nommé Mark Calabria, l’économiste en chef du vice-président Mike Pence, comme prochain directeur de la Federal Housing Finance Agency (FHFA). M. Calabria a, par le passé, critiqué l’intervention des government-sponsored enterprises (GSE), Fannie Mae et Freddie Mac, sur le marché immobilier. Sous réserve que sa nomination soit confirmée par le Sénat, il remplacera Mel Watt, qui avait été nommé par B. Obama en 2014 et dont le mandat expire en janvier.

-La CFTC a annoncé le 11 décembre qu’elle sollicitait les commentaires du public sur les mécanismes et les marchés des crypto-monnaies autres que le Bitcoin, en particulier l’Ether. La CFTC explique vouloir ainsi parfaire sa compréhension de ces nouveaux marchés.

-La SEC a annoncé le 6 décembre qu’elle n’avait pas encore statué sur la mise en place de fonds indiciels de crypto-actifs. Sa décision devrait désormais être connue d’ici le 27 février 2019.

-Une proposition de loi, d’initiative bipartisane, relative à la manipulation des cours de monnaies virtuelles, a été introduite à la Chambre des Représentants, le 6 décembre. Cette proposition imposerait à la CFTC, le régulateur des marchés dérivés, d’analyser les mécanismes pouvant aboutir à des manipulations de cours pour les monnaies virtuelles et de proposer en conséquence des modifications réglementaires.

-Les États-Unis et le Royaume-Uni ont conclu le 11 décembre un accord (covered agreement) portant sur la réglementation prudentielle du secteur de l’assurance et de la réassurance. Négocié dans le cadre de la préparation au Brexit, cet accord est présenté comme étant cohérent avec celui conclu entre les États-Unis et l’Union européenne en septembre 2017.

COMMENTS

WORDPRESS: 0
DISQUS: 0