Washington Wall Street Watch 2018-34

Washington Wall Street Watch 2018-34

Sommaire

Conjoncture

-Le revenu médian réel des ménages américains progresse pour la troisième année consécutive

Politiques macroéconomiques

-Les marchés s’attendent à une nouvelle hausse des taux lors de la prochaine réunion la Fed

-Mary Daly devient présidente de la Fed de San Francisco ; Nellie Liang serait nommée gouverneure à la Réserve fédérale

Régulation financière            

-La SEC va réexaminer sa position à l’égard des agences de conseil en vote (proxy advisors)

-Les régulateurs proposent un assouplissement des exigences en capital pour certains prêts immobiliers

Brèves

 


 

Conjoncture

 

Le revenu médian réel des ménages progresse pour la troisième année consécutive

Le rapport annuel du Census Bureau révèle que le revenu annuel médian des ménages a augmenté de 1,8 % en termes réels en 2017, pour atteindre 61 400 USD. Cette augmentation est principalement attribuée au retour de chômeurs de longue durée sur le marché du travail.  Malgré cette troisième année de hausse consécutive, le revenu médian réel reste légèrement inférieur à son pic de 62 000 USD, atteint en 1999. Le salaire médian réel, contrepartie du seul travail, a quant à lui reculé de 1,1 % en 2017, à 44 400 USD.

Si le taux de pauvreté a légèrement reculé en  2017, à 12,3 % (-0,4 point), soit 39,7 millions de personnes, les inégalités continuent de se creuser : le coefficient de Gini, mesure de la dispersion des revenus, est ainsi en hausse de 0,01 point à 0,482 (0 indiquant une égalité parfaite et 1 la concentration totale des revenus).

 


 

Politiques macroéconomiques             

 

Les marchés s’attendent à une nouvelle hausse des taux lors de la prochaine réunion la Fed

Les marchés accordent une probabilité supérieure à 95 % à l’hypothèse d’une hausse des taux fed funds lors de la prochaine réunion de politique monétaire de la Réserve fédérale (FOMC), le 26 septembre prochain. La fourchette cible s’établirait alors à [2 – 2,25%].

Les tensions sur le marché du travail, l’évolution favorable de l’activité économique et le maintien de l’inflation à un niveau supérieur à l’objectif de 2 % conforteraient les membres du FOMC dans la mise en œuvre d’une politique progressivement plus restrictive afin de limiter le risque de surchauffe. Cette orientation avait été réaffirmée par le président de la Fed, Jerome Powell, lors du symposium de Jackson Hole.

 

Mary Daly devient présidente de la Fed de San Francisco ; Nellie Liang serait nommée gouverneure à la Réserve fédérale

Le 14 septembre, Mary Daly a été nommée présidente de la Fed de San Francisco, succédant ainsi à John Williams qui avait rejoint la Fed de New York en juin 2018. Mme Daly, qui était jusqu’à présent vice-présidente et directrice de la recherche de la Fed de San Francisco, prendra ses fonctions le 1er octobre. Elle a fait toute sa carrière au sein de l’institution et est une spécialiste des sujets liés au marché du travail, aux politiques sociales et aux inégalités.

Le 19 septembre, la Maison Blanche a par ailleurs indiqué dans un communiqué que Donald Trump allait nommer Nellie Liang pour le dernier siège de gouverneur encore vacant à la Réserve fédérale. Mme Liang, qui est actuellement chercheur à la Brookings Institution, a passé l’essentiel de sa carrière au sein de la Réserve fédérale dont elle a créé et dirigé le bureau pour la stabilité financière (Office for Financial Stability) de 2010 à 2017. Ses travaux s’intéressent particulièrement aux problématiques macro-financières et de stabilité financière.

L’annonce de cette nomination a été saluée par de nombreux observateurs qui soulignent l’expertise de Nellie Liang, notamment  son rôle dans la gestion de la crise de 2008-2010. Sa nomination devra être confirmée par le Sénat.

 


 

Régulation financière

 

La SEC va réexaminer sa position à l’égard des agences de conseil en vote (proxy advisors)

Le 13 septembre, la Securities and Exchange Commission (SEC), le régulateur des marchés boursiers américains, a décidé de réexaminer la position qu’elle avait retenue en 2004 vis-à-vis des agences de conseil en vote (proxy advisors). Elle a également annoncé qu’elle organiserait, en novembre, une consultation avec les parties prenantes.

En 2004, dans des courriers adressés aux deux principaux acteurs de ce marché, Egan-Jones Proxy Services et Institutional Shareholder Services (ISS), la SEC avait indiqué que les gestionnaires d’actifs pouvaient s’appuyer sur les services de ces agences pour déterminer leur vote en assemblée générale.

De nombreux observateurs avaient alors fait part de leur inquiétude face aux risques de conflits d’intérêts et au manque de transparence de ces agences.

Le président de la commission des services financiers de la Chambre des Représentants, Jeb  Hensarling, a salué la décision de la SEC qui allait, selon lui, permettre d’améliorer les pratiques et de faciliter l’arrivée de nouveaux acteurs sur ce marché qu’il a qualifié de duopolistique.

Le même jour, le président de la SEC, Jay Clayton, a également réaffirmé que les positions de son agence publiées sous la forme de courriers constituaient de simples observations qui n’avaient pas de valeur règlementaire.

 

Les agences de régulation proposent d’alléger les exigences en capital de certains prêts immobiliers

Le 18 septembre, la Fed, l’Office of the Comptroller of the Currency (OCC) et la Federal Deposit Insurance Corporation (FDIC) ont publié une proposition commune de modification de la définition des prêts immobiliers commerciaux à forte volatilité (High Volatility Commercial Real Estate ou HVCRE), qui sont soumis à des exigences en capital renforcées.

La législation américaine (Dodd-Frank Act) définit ces prêts comme étant destinés à l’acquisition, à la construction ou au développement d’une propriété immobilière. En raison de leur volatilité, la pondération de leur risque en capital avait été fixée à 150 % à la suite de la crise financière.

Selon la nouvelle définition, les prêts HCVRE réuniraient trois conditions : (i) le financement à titre principal de l’acquisition, de la construction ou du développement d’une propriété immobilière, (ii) l’acquisition, la construction ou le développement d’une propriété immobilière génératrice de revenus futurs et (iii) un remboursement fondé sur les revenus futurs générés. Les prêts qui étaient auparavant considérés comme des prêts HVCRE mais qui ne répondent pas à ces deux derniers critères ne seraient donc plus soumis à des exigences en capital renforcées.

Ces modifications règlementaires s’inscrivent dans le prolongement de la révision législative du Dodd-Frank Act, adoptée en mai dernier par le Congrès (« Crapo Bill »).

La proposition est soumise à consultation publique pour une période de 60 jours.

 


 

Brèves

-Au 2ème trimestre 2018, les entreprises américaines ont rapatrié 169,5 Md USD de bénéfices détenus à l’étranger, selon les données de balances des paiements publiées par le Bureau of Economic Analysis.

-Le 17 septembre, le Bureau du contrôleur général de l’Etat de New York (NY State Comptroller) a publié les résultats agrégés des entreprises financières cotées à la bourse de New York (NYSE) pour 2017. Les profits de ces entreprises ont augmenté de 42 % (24,5 Md USD), leur plus haut niveau depuis 2010. Le salaire moyen (bonus compris) a quant à lui augmenté de 13 % pour atteindre 422 500 USD. Le contrôleur général, Thomas DiNapoli, a indiqué que cette tendance devrait se poursuivre en 2018.

-Le 13 septembre, la FDIC a publié une proposition d’allègement du traitement prudentiel des dépôts bancaires mutualisés (reciprocal deposits), en application de la loi adoptée en mai 2018 (« Crapo Bill »). La FDIC propose d’exempter les dépôts inférieurs à 5 Md USD ou à 20 % du passif d’une banque du régime prudentiel appliqué aux dépôts de courtage (brokered deposits). Cette proposition est soumise à consultation publique pour une période de 30 jours.

-Lors de sa réunion du 12 septembre, le Financial Stability Oversight Council (FSOC) – l’agence fédérale chargée de la surveillance des risques pesant sur la stabilité financière et de la désignation des institutions à caractère systémique – a accepté de retirer Zion Bancorporation de la liste des entités systémiques. Ce vote à l’unanimité constitue la première dé-désignation d’une entité bancaire depuis la crise.

-Le 18 septembre, la National Association of Insurance Commissioners (NAIC) – l’organe de coordination des régulateurs assurantiels des Etats fédérés – a désigné Eric Cioppa comme son représentant auprès du FSOC, sans droit de vote. E. Cioppa dirige actuellement l’agence de régulation des assureurs dans l’Etat du Maine.

-Le 17 septembre, Richard Clarida a officiellement pris ses fonction de vice-président de la Fed, pour un mandat de 4 ans. Le poste de vice-président était vacant depuis octobre 2017, à la suite de la démission de Stanley Fischer.

-Le 18 septembre, la commission bancaire du Sénat a auditionné des experts du secteur des fintechs. Les enjeux relatifs à la protection des données bancaires et à la responsabilité des banques et des fintechs à cet égard ont fait l’objet d’une attention particulière, de même que les leçons à tirer aux États-Unis du nouveau règlement général sur la protection des données (RGPD) de l’Union européenne.

-Le 14 septembre, le département des services financiers de l’Etat de New York (NY DFS) a déposé une plainte auprès de la Cour fédérale de Manhattan contre l’Office of the Comptroller of the Currency. Cette plainte vise à bloquer le projet de l’OCC d’accorder des licences bancaires partielles (« limited purpose bank charter ») à certaines fintechs. Le NY DFS a motivé sa plainte par le fait que l’OCC dépasserait les limites de son autorité légale.

-Les entreprises Visa et Mastercard, spécialisées dans les services de paiement, ont accepté de régler 6,2 Md USD aux commerçants américains qui les poursuivaient en justice depuis 2005. Ces derniers accusaient les deux entreprises d’entente illicite sur la tarification des frais de transaction (swipe fees). L’accord, annoncé le 18 septembre, doit encore être validé par la justice.

Abonnement/Désabonnement : afws@dgtresor.gouv.fr

COMMENTS

WORDPRESS: 0
DISQUS: 0