Washington Wall Street Watch 2017-45

Washington Wall Street Watch 2017-45

Crédit photo : F. Jonkisz

SOMMAIRE

CONJONCTURE

– L’inflation remonte légèrement, portée par la hausse du prix des carburants

– Les créations d’emploi restent élevées mais la croissance des salaires déçoit

POLITIQUES MACROECONOMIQUES

– La Fed augmente ses taux d’intérêt et prévoit de nouveau trois hausses en 2018

– Les Républicains ont annoncé avoir trouvé un accord sur la réforme fiscale entre les deux chambres du Congrès, ouvrant la voie à un possible vote la semaine prochaine

– Le Congrès adopte un budget temporaire jusqu’au 22 décembre

REGULATION FINANCIERE

– La Fed, de concert avec l’OFR, finalise 3 nouveaux indices de taux d’intérêts, alternatifs au LIBOR

– La FDIC et le CRU signent un accord de coopération en matière de résolution bancaire

– La Fed lance une consultation publique sur son dispositif de lignes de crédit journalier accessible aux banques non-américaines

BREVES

 

CONJONCTURE

L’inflation remonte légèrement, portée par la hausse du prix des carburants

L’inflation des prix à la consommation (IPC) ressort à +0,4 % au mois de novembre (après +0,1 % en octobre) selon le Bureau of Labor Statistics ; sur douze mois les prix progressent de 2,2 % (après +2%). Cette progression marquée sur un mois s’explique principalement par la forte hausse des prix de l’essence (+7,3%). L’inflation sous-jacente progresse de 0,2 % sur un mois (rythme inchangé) et de 1,7 % sur un an.

Les créations d’emploi restent élevées mais la croissance des salaires déçoit

Le Bureau of Labor Statistics fait état de 228 000 emplois créés aux Etats-Unis au mois de novembre (après 244 000 en octobre). Les créations d’emplois se maintiennent à un rythme élevé, notamment en raison du rebond de l’activité dans les zones sinistrées par les ouragans à l’automne. Le taux de chômage est stable à 4,1 %, de même que le taux d’activité qui s’établit à 62,7 %. Cette dynamique ne se traduit que de façon limitée dans l’évolution des salaires, qui progressent de 0,2 % sur un mois (après -0,1 % en octobre) et 2,5 % sur un an (après +2,3 %)   un rythme qui n’accélère pas depuis le début d’année.

POLITIQUES MACROECONOMIQUES

La Fed augmente ses taux d’intérêt pour la troisième fois en 2017 et prévoit de nouveau trois hausses en 2018

La réunion du Comité de Politique Monétaire de la Federal Reserve (FOMC) des 12 et 13 décembre s’est conclue sur une hausse de la fourchette cible des taux fed funds pour l’amener à [1,25 %-1,5 %]. Cette décision a été prise à 7 voix pour et 2 voix contre.

L’appréciation de la situation économique se veut plus optimiste : la situation du marché du travail est désormais qualifiée de « robuste » (strong), suggérant que le FOMC estime avoir atteint une situation de plein emploi. La réforme fiscale, objet de nombreuses questions lors de la conférence de presse, conduit la Fed à anticiper un choc positif sur la croissance, l’investissement et les salaires. Janet Yellen a toutefois insisté sur l’incertitude entourant la forme finale de la réforme, et donc son impact.

Les projections économiques de la Fed sont revues à la hausse et intègrent la mise en œuvre de la réforme fiscale à partir de 2018. Ainsi, les prévisions de croissance pour 2018, 2019 et 2020 augmentent à 2,5 %, 2,1 % et 2,0 % (+0,4 pt, +0,1 pt et + 0,2 pt) et le FOMC a abaissé ses anticipations de taux de chômage à 3,9 % en 2018 et 2019 et 4,0 % en 2020 (-0,2 pt chaque année). En revanche, la trajectoire d’inflation reste inchangée, reflétant les doutes de la Fed sur la dynamique d’inflation.

Les projections d’évolution des taux fed funds ont très peu évolué et le scénario central de la Fed est maintenu à trois hausses de taux en 2018.

Les Républicains ont annoncé avoir trouvé un accord sur la réforme fiscale entre les deux Chambres du Congrès, ouvrant la voie à un possible vote la semaine prochaine

Des représentants du Sénat et de la Chambre des Représentants étaient réunis cette semaine dans le cadre d’une conférence de conciliation afin de s’accorder sur un texte harmonisé pour la réforme fiscale, que les leaders républicains espèrent faire adopter la semaine prochaine par les deux Chambres.

Le contenu précis du texte harmonisé, ainsi que son respect des règles budgétaires du Sénat (notamment un coût budgétaire inférieur à 1 500 Mds USD sur 10 ans), ne sont pas encore connus, le texte devant être rendu public dans les prochains jours. Les premières informations dont la presse fait état évoquent (i) la fixation du taux d’impôt sur les sociétés à 21% (au lieu des 20% initialement prévus), et son entrée en vigueur dès le 1er janvier 2018 ; (ii) la fixation d’un taux marginal maximum de l’impôt sur le revenu à 37% ; (iii) la suppression du mandat individuel (obligation de s’assurer dans le cadre de l’assurance santé Obamacare) ; (iv) la suppression de l’alternative minimum tax (impôt plancher pour les contribuables bénéficiant de réductions fiscales importantes) pour les entreprises et sa réduction pour les particuliers et (v) l’introduction de déductions pour les entreprises individuelles dites « pass-through » à hauteur de 20%.

Le vote sur le texte se fera sans possibilité d’amendement et avec des délais de débat limités à quelques heures au sein de chaque Chambre. Si la plupart des observateurs s’attendent à une issue positive pour le vote, des incertitudes persistent sur la solidité de la majorité républicaine au Sénat. Les leaders Républicains espèrent un vote du Sénat en début de semaine prochaine, suivi d’un vote de la Chambre d’ici mercredi 20 décembre.

Le Congrès adopte un budget temporaire jusqu’au 22 décembre

La Chambre des Représentants et le Sénat ont adopté le 7 décembre un budget temporaire prolongeant les enveloppes budgétaires existantes (continuing resolution) jusqu’au 22 décembre. L’expiration du précédent budget temporaire le 8 décembre faisait planer la menace d’un shutdown (fermeture des services publics non-essentiels).

L’extension budgétaire adoptée est volontairement très limitée dans le temps, car les Républicains souhaitent négocier un accord sur un budget complet avec les Démocrates avant les fêtes de fin d’année.

Pour mémoire, l’adoption d’un budget complet nécessite un accord sur les 12 grandes catégories de programmes de l’Etat fédéral (appropriations) et fait appel à une majorité qualifiée (60 voix) au Sénat. Un accord bipartisan est également requis pour mettre en œuvre l’augmentation des dépenses militaires (Défense et anciens combattants) souhaitée par les Républicains et exigée par plusieurs élus de la majorité. Les Démocrates cherchent à obtenir des concessions en échange de leurs votes (reconduction du Deferred Action for Childhood Arrivals ou des cost-sharing reductions pour Obamacare).

REGULATION FINANCIERE

La Fed, de concert avec l’OFR, finalise 3 nouveaux indices de taux d’intérêts, alternatifs au LIBOR

La Fed a annoncé vendredi 8 décembre la sortie de trois nouveaux taux de référence ayant vocation à remplacer le London interbank offered rate (LIBOR), sujet à de nombreux scandales de manipulation. Les trois taux, dont la publication est prévue pour le deuxième trimestre 2018, seront calculés jointement avec l’Office of Financial Research (OFR) – centre de recherche créé par le Dodd-Frank Act pour mener de la recherche indépendante au service de l’exécutif et des agences de régulation.

Le premier taux, le Secured Overnight Financing Rate (SOFR), a été mis en avant par l’Alternative Reference Rates Committee (ARRC) comme alternative crédible au LIBOR. L’ARRC, comité composé du FRB et de la Fed de New York, avait été chargé en 2014 d’étudier une alternative au LIBOR ; son calcul est fondé sur une moyenne des taux journaliers des Treasuries échangés sur le marché de la pension livrée (repo), en utilisant les données de BNY Mellon, de l’entité de compensation GCF Repo et de la Depository Trust & Clearing Corporation (DTCC). Le deuxième taux, le Triparty General Collateral Rate (TGCR), ne portera lui pas uniquement sur les Treasuries mais tous les actifs utilisés comme collatéraux sur le marché repo à partir des données de BNY Mellon et sera également une moyenne journalière. Enfin, le Broad General Collateral Rate (BGCR), portera également sur une base large d’actifs à l’image du TGCR mais utilisera des données croisées de BNY Mellon, GCF Repo et la DTCC.

Pour rappel, le rapport annuel de l’OFR sur la stabilité financière américaine soulignait qu’il était souhaitable de maintenir un niveau de vigilance élevé au moment de l’entrée en vigueur de ces nouveaux référentiels, notamment face au risque de faire face à une discontinuité sur la disponibilité d’indices.

La FDIC et le CRU signent un accord de coopération en matière de résolution bancaire

Le 14 décembre, la Federal Deposit Insurance Corporation (FDIC) et le Conseil de résolution unique (CRU) ont signé un accord de coopération. Cet accord vise à renforcer la coordination et l’échanges d’informations entre les deux agences dans le cadre de plans de résolution d’entités actives à la fois en Europe et aux Etats-Unis. Les deux agences s’engagent ainsi à travailler ensemble à l’amélioration des dispositifs de résolution ordonnée des entités bancaires.

La Fed lance une consultation publique sur son dispositif de lignes de crédit journalier accessible aux banques non-américaines

Le 11 décembre, le Federal Reserve Board (FRB) a lancé une consultation publique relative aux changements qu’il propose d’apporter à sa politique d’octroi de lignes de crédit journalier (intraday credit) aux branches et filiales américaines d’établissements bancaires étrangers (foreign banking organizations ou FBOs).

Les changements proposés portent principalement sur la méthodologie d’évaluation du risque de crédit des FBOs, qui détermine le montant de liquidités que ces banques peuvent solliciter.

La consultation est ouverte pour 60 jours.

BREVES

-Le Département des services financiers de l’Etat de New York (NY DFS) a annoncé la nomination de 10 membres du comité consultatif de l’Etat de New York pour l’assurance (State Insurance Advisory Board). Ce comité, qui regroupe 7 représentants d’assureurs domestiques, un courtier et deux représentants des consommateurs, avait été créé par le gouverneur de l’Etat de New York en mars dernier. Son objectif est de conseiller le NY DFS sur la règlementation relative au secteur de l’assurance.

-Le Department of Education a mis à jour ses données relatives à la dette étudiante aux Etats-Unis. Le nombre de défauts de remboursement a crû de 274 000 au troisième trimestre 2017 par rapport au deuxième trimestre, pour atteindre un total de 4,6 millions au 30 septembre.

-Le site du Chicago Board of Exchange (CBoE) a été temporairement indisponible à la suite du lancement des contrats futures sur le Bitcoin. Dans les premières heures de trading les contrats expirant en janvier 2018 s’échangeaient à 16 600 USD par bitcoin, signe d’une confiance dans l’augmentation de la crypto-monnaie bitcoin qui cotait au même moment à environ 15 000 USD.

-Le Président de la Securities and Exchange Commission (SEC), Jay Clayton, s’est exprimé à propos des crypto-monnaies, du bitcoin et des initial coin offerings (ICOs). Il a notamment tenu à rappeler qu’associer le terme « monnaie » à certaines crypto-monnaies n’exemptait pas celles-ci d’être potentiellement considérés par la SEC comme des actifs financiers (securities). Par ailleurs, la SEC a stoppé l’ICO d’une start-up californienne. Le gendarme des marchés boursiers a en effet estimé que cette levée de fonds via des tokens constituait une offre de securities et nécessitait par conséquent un enregistrement auprès de la SEC. La start-up californienne, Mnunchee, créatrice d’une application de revue de restaurants, cherchait à lever 15 MUSD via son ICO.

COMMENTS

WORDPRESS: 0
DISQUS: 1