Washington Wall Street Watch 2017-33

Washington Wall Street Watch 2017-33

Crédit photo : F. Jonkisz

SOMMAIRE

CONJONCTURE

–           L’inflation IPC rebondit en août

–           Le revenu des ménages a progressé en 2016 tandis que le taux de pauvreté reculait

POLITIQUES MACROECONOMIQUES

–           La Fed devrait annoncer la date de début de réduction de son bilan la semaine prochaine

–           Aucun nouveau vote sur le relèvement du plafond de dette ne devrait se tenir avant 2018

–           Les Républicains étudient une dernière initiative pour réformer Obamacare d’ici le 30 septembre

–           Le projet de réforme fiscale pourrait être dévoilé d’ici le 25 septembre

REGULATION FINANCIERE

–           Equifax essuie un vol massif de données concernant 143 millions d’américains

–           C. Giancarlo livre sa vision de la régulation des produits dérivés et des Chambres de compensation

–           De grands assureurs internationaux lancent un prototype de transactions utilisant la blockchain

BREVES

CONJONCTURE

L’inflation IPC rebondit en août

L’indice des prix à la consommation est en hausse de +0,4 % en août pour l’indice global (après +0,1 % en juillet) et de +0,2 % pour l’indice sous-jacent (après +0,1 %). Ce rebond est soutenu par l’augmentation des prix du logement et de l’énergie. Le prix des forfaits téléphoniques, identifié par la Fed comme ayant un effet temporaire négatif de grande ampleur, ne recule plus que de -0,1 %. Les progressions sur 12 mois ressortent respectivement à +1,9 % et +1,7 %.

Le revenu des ménages a progressé en 2016 tandis que le taux de pauvreté reculait

Selon le rapport annuel du Census Bureau, le revenu médian des ménages américains a progressé de 3,2 % en termes réels en 2016, à 59 039 USD. Cette hausse s’explique par les créations d’emplois et la conversion des emplois à temps partiel vers des contrats à temps plein, qui ont favorisé la progression du revenu alors que les hausses de salaires restent encore modérées.

Cette bonne performance fait suite à une progression déjà très forte du revenu médian en 2015 (+5,2 %). Le revenu médian est désormais supérieur à son niveau d’avant crise (2007) pour retrouver seulement le niveau atteint en 1999.. Le Census Bureau souligne toutefois que les changements méthodologiques opérés entre 2013 et 2014 rendent les comparaisons historiques difficiles.

Dans le même temps, le taux de pauvreté recule et s’établit à 12,7 % (13,5 % en 2015), laissant 40,6 millions d’américains sous le seuil de pauvreté.

POLITIQUES MACROECONOMIQUES

La Fed devrait annoncer la réduction de son bilan lors de sa réunion de politique monétaire des 19-20 septembre

Les marchés attribuent une probabilité de 98 % à l’hypothèse d’un statu quo sur les taux d’intérêt lors de la prochaine réunion du comité de politique monétaire (FOMC). Les observateurs estiment que la faiblesse de l’inflation ces derniers mois et le ralentissement attendu en raison des ouragans Harvey et Irma devraient inciter la Fed à temporiser avant d’engager une éventuelle 3e hausse des taux en 2017.

Les observateurs anticipent également que la Fed annoncera officiellement le début de la réduction de son bilan. Après avoir envisagé d’annoncer la réduction du bilan dès le mois de juillet, les minutes de la dernière réunion du FOMC faisaient état du souhait des membres de la Fed de procéder à une annonce en septembre et plusieurs membres (L. Brainard, R. Kaplan, C. Evans) se sont exprimés en ce sens ces dernières semaines.

Aucun nouveau vote sur le relèvement du plafond de dette ne devrait se tenir avant 2018

Mitch McConnell, majority leader des Républicains au Sénat, a déclaré que la majorité ne revoterait pas pour augmenter le plafond de dette d’ici le 8 décembre. Pour autant, il n’exclut pas la possibilité d’un nouveau vote dès le début d’année 2018.

Le risque politique entourant le statut du plafond de dette n’est cependant pas imminent. La suspension du plafond jusqu’au 8 décembre permet en effet au Trésor d’augmenter la dette de l’Etat et lui confère ainsi les marges de manœuvre suffisantes pour réutiliser des « mesures exceptionnelles », utilisées entre mars et septembre, pour assurer le financement de l’Etat à compter de la nouvelle application du plafond de dette en décembre 2017.

Les Républicains étudient une dernière initiative pour réformer Obamacare d’ici le 30 septembre

Les Républicains envisagent de soumettre une nouvelle réforme d’Obamacare, visant à transférer les fonds mobilisés pour Obamacare aux Etats fédérés (block-granting) en leur donnant le choix du système de santé à mettre en œuvre.

La majorité a jusqu’à la fin de l’année fiscale (30 septembre) pour s’appuyer sur la réconciliation associée au budget 2017 et pouvoir ainsi se contenter d’un vote à la majorité simple au Sénat. Les contraintes spécifiques sur les réconciliations impliquent qu’il ne serait pas possible en 2018 d’utiliser cette procédure à la fois pour réformer Obamacare et pour la réforme fiscale, ce qui obligerait à adopter l’une de ces deux réformes à la majorité qualifiée au Sénat et donc d’aboutir à des accords bipartisans.

Le débat politique autour du système de santé est en outre très actif et Bernie Sanders a déposé un nouveau projet de loi pour mettre en place un système de santé public universel (single payer system). Le projet est co-sponsorisé par 15 sénateurs démocrates, dont 3 sont perçus comme dans des candidats potentiels aux primaires démocrates de 2020 (K. Harris, C. Booker, K. Gillibrand). Le texte n’a cependant aucune chance d’être voté par le Sénat en l’absence de majorité démocrate.

Le projet de réforme fiscale pourrait être dévoilé d’ici le 25 septembre

Steven Mnuchin (secrétaire au Trésor) et Gary Cohn (directeur du National Economic Council) ont rencontré cette semaine les leaders Républicains du Congrès pour tenter d’accélérer le calendrier de la réforme fiscale. Le projet pourrait être présenté aux Républicains le 25 septembre. Son contenu reste encore incertain, en particulier sur le taux de l’impôt sur les sociétés.

Parallèlement, Donald Trump s’est rapproché de plusieurs sénateurs démocrates afin d’obtenir leur soutien sur la réforme fiscale. Les voix des Démocrates pourraient permettre de sécuriser les votes requis, face à une majorité républicaine divisée. Elle pourrait éventuellement permettre, en cas de succès, de voter le texte à la majorité qualifiée de 60 votes au Sénat, et ainsi de s’affranchir de certaines contraintes comme l’obligation de rendre la réforme budgétairement neutre à 10 ans. Cette initiative, après l’accord avec les leaders Démocrates suite à l’ouragan Harvey, a suscité des réactions hostiles d’une partie des Républicains.

REGULATION FINANCIERE

Equifax essuie un vol massif de données concernant 143 millions d’américains

L’agence de notation de crédit Equifax a subi un vol massif de données qui pourrait concerner jusqu’à 143 millions de consommateurs américains. Les données volées seraient principalement constituées de numéros de sécurité sociale, de dates de naissance ou encore de numéros de carte bancaire. Les institutions financières font le plus souvent appel à des agences de notation de crédit tel qu’Equifax, TransUnion ou Experian afin d’obtenir des historiques et scores de crédit concernant les consommateurs américains.

L’événement a mis en lumière certaines pratiques de la société Equifax, notamment l’utilisation d’une clause selon laquelle le consommateur s’engageait à ne pas faire de recours juridique à l’encontre d’Equifax (forced arbitration), ainsi qu’un renoncement aux recours collectifs (class action). Ces clauses forcées ont relancé le débat sur la règle de protection des recours collectifs pour les consommateurs de produits financiers, proposée par le bureau de protection des consommateurs (Consumer Financial Protection Bureau ou CFPB), aujourd’hui en danger d’annulation par le Congrès.

Le cours de l’action Equifax a immédiatement été sanctionné, cédant 31 % de sa valeur au cours de la session boursière de mercredi à jeudi. La Federal Trade Commission (FTC) a par ailleurs confirmé avoir ouvert une enquête sur la gestion de la crise par l’entreprise, tandis que de son côté, le Sénat a demandé une audition sur l’affaire.

Giancarlo livre sa vision de la régulation des produits dérivés et des Chambres de compensation

Le Président de la Commodity Futures Trading Commission (CFTC), C. Giancarlo, en visite à Paris et dans d’autres pays européens, s’est exprimé dans une tribune publiée dans les Echos ainsi que dans une série de discours à Burgenstock et à Tallin, sur sa vision des avancées et défis de la régulation des produits dérivés à l’échelle mondiale. Il a appelé à davantage de coopération internationale sur le sujet, tout en affirmant privilégier une reconnaissance mutuelle des juridictions.

Giancarlo a affirmé que la croissance des activités de compensation et la persistance d’approches divergentes de la régulation rendent nécessaires de développer une supervision transfrontalière des chambres de compensation et des échanges de produits dérivés.

Sur le plan domestique, il promet des avancées de la régulation dès 2018 (4 des 5 sièges de Commissaires de la CFTC sont pourvus depuis la semaine dernière, le dernier est en cours de confirmation), notamment sur le trading automatique ou les plateformes de négociation des swaps « swap execution facilities », créées par le Dodd Frank Act.

De grands assureurs internationaux lancent un prototype de transactions utilisant la blockchain

Le groupe de travail composé d’assureurs et de réassureurs Blockchain Insurance Industry Initiative (B3I) a annoncé le lancement d’un prototype de « registre distribué » (distributed ledger) utilisant la technologie blockchain. Ces registres regrouperaient des informations concernant les primes de risque, les dates de souscription ou encore le montant des remboursements de sinistre. Le groupe de travail, fondé en 2016 et comprenant principalement des entités tels que RGA, Liberty Mutual, Munich Re ou encore Allianz, a assuré qu’une version opérationnelle serait en place pour 2018.

B3i estime qu’un gain de productivité de l’ordre de 30% est possible grâce à l’utilisation de la technologie blockchain dans le secteur de l’assurance. Les principaux gains proviendraient : (i) d’une sécurité accrue et d’une détection des fraudes plus rapide, (ii) de nouveaux moyens de distribution et de paiement via notamment le bitcoin et (iii) d’une visibilité accrue quant à l’exposition au risque des réassureurs.

BREVES

-Le Sénat a confirmé (81-16) la nomination de Kevin Hassett à la présidence du Council of Economic Advisers, en charge de conseiller le Président en matière de politique économique.

-Le Congressional Budget Office a annoncé sur le déficit budgétaire de l’Etat fédéral était de 675 Mds USD fin août. Ce montant est inférieur aux prévisions initiales de 700 Mds, bien qu’il soit en augmentation par rapport à la même période en 2016. Ce résultat s’explique par des recettes meilleures que prévues grâce aux hausses de salaires et laisse envisager un déficit légèrement plus faible que prévu sur l’année fiscale 2017, d’autant que les fonds de soutien aux victimes des ouragans Harvey et Irma ne devraient pas être mobilisées d’ici la fin de l’année fiscale.

-Le Sénat a voté à l’unanimité plusieurs lois modifiant le cadre de régulation des sociétés d’investissement (investment companies). Parmi celles-ci on retrouve notamment le Fair access to investment research act qui autorise l’accès à des notes de brokers pour les fonds d’investissement sans que ces notes ne soient considérées comme des « offres », quand bien même le broker ou le dealer serait impliqué dans la tenue de marché des titres mobiliers du fonds sur lequel la recherche est effectuée. On notera également le Supporting America’s Innovators Act qui modifie le seuil (passant de 100 à 250 investisseurs et au moins 10 millions de capital) au-delà duquel un fonds de capital-risque (venture capital) est considéré comme société d’investissement et soumis à une réglementation plus lourde.

-Jamie Dimon, PDG de JP Morgan, a qualifié le bitcoin de « fraude, pire que le bulbe de tulipe », allant jusqu’à affirmer que les investisseurs dans la crypto-monnaie subiraient de lourdes pertes. A la suite de ses propos, le bitcoin a dévissé de près de 2,7%, pour se stabiliser à 4 165$.

COMMENTS

WORDPRESS: 0
DISQUS: 0