Flash Technologies et Innovation n°113

Flash Technologies et Innovation n°113

Crédit photo : Javier Morales

Le Flash Technologies et Innovation est une publication bimensuelle sur l’actualité des entreprises du domaine des technologies de l’information et de la communication ainsi que sur les évolutions de la régulation du secteur.

SOMMAIRE

Intelligence artificielle
La Maison Blanche publie un rapport sur les opportunités et défis liés à l’intelligence artificielle.

Réglementation
Le département de la Justice demande la réouverture du procès qui l’oppose à Microsoft sur le stockage de données d’utilisateurs stockées en Irlande.
La FCC approuve une nouvelle réglementation pour mieux protéger les données « sensibles » des internautes.
Télécoms AT&T annonce être en discussion pour acheter Time Warner pour un montant de 85,4 milliards de dollars Relations internationales.
Le Département du Commerce envisage de doubler le nombre d’attachés au numérique en charge de défendre les intérêts américains à l’étranger.

Economie collaborative
L’Etat de New York interdit la location d’appartements pour les périodes de moins de 30 jours.

Brèves de campagnes


 

Intelligence artificielle

La Maison Blanche publie un rapport sur les opportunités et défis liés à l’intelligence artificielle.
Le 12 octobre 2016, la Maison Blanche a mis en ligne un rapport concernant l’intelligence artificielle. Ce rapport recommande d’augmenter les financements fédéraux liées à la R&D dans ce domaine et de mieux l’encadrer sur le plan réglementaire.

Le rapport préconise aussi une plus grande ouverture des données publiques pour encourager l’innovation dans les domaines de la sécurité des personnes ou du changement climatique. Il encourage les régulateurs à se pencher sur le besoin d’infrastructures pour accueillir les voitures autonomes.

Si l’intelligence artificielle est vue comme un facteur de progrès pour l’ensemble de la société, elle soulève de nombreuses interrogations sur le devenir de certains travailleurs, question qui fera l’objet d’un prochain rapport de la Maison Blanche.

Le rapport évoque enfin le problème de la protection privée et la capacité qui pourrait facilement être donnée à une intelligence artificielle de discriminer des personnes, par exemple dans un processus de recrutement.

Pour le Président Obama, « nous avons vu se développer des intelligences artificielles dans tous les aspects de nos vies, de la médecine, aux transports en passant par la distribution d’électricité. Cela nous offre la possibilité de créer une économie plus efficace et plus productive ».

Le rapport avertit les agences fédérales qu’il leur faudra recruter un nombre important d’agents ayant les compétences techniques pour répondre aux enjeux posés par l’intelligence artificielle.

Les grandes entreprises « tech » sont très réticentes à toute régulation concernant les intelligences artificielles. Le 28 septembre 2016, Amazon, Facebook, Google, IBM et Microsoft ont annoncé créer une coalition pour définir des bonnes pratiques dans ce domaine.

Règlementation

Le département de la Justice demande la réouverture du procès qui l’oppose à Microsoft sur le stockage de données d’utilisateurs stockées en Irlande.

Le 13 octobre 2016, le département de la justice américain a déposé une requête pour demander la réouverture de l’affaire qui l’oppose à Microsoft sur le stockage de données à l’étranger.

En juillet 2016, la cour d’appel de New York avait donné raison à Microsoft qui refusait à la justice américaine l’accès à des données d’un individu localisé en Irlande et ce, malgré l’émission d’un mandat par la justice américaine.

Microsoft semble confiante sur l’issue de la requête déposée. La société annonce vouloir « travailler avec le Congrès américain et le département de la Justice sur une solution moderne qui contribue à la fois à la protection de la vie privée et à la sécurité publique plutôt que de débattre de lois obsolètes. »

Dans cette affaire, le département de la justice essaie de contourner le traité d’assistance judiciaire mutuelle mis en place en 2001 entre l’Irlande et les Etats-Unis et qui permet d’adresser une demande à la justice de l’autre pays. Cette procédure est cependant souvent jugée longue.

La FCC approuve une nouvelle règlementation pour mieux protéger les données « sensibles » des internautes.

Dans une décision rendue le 27 octobre 2016, la FCC a approuvé de nouvelles règles encadrant l’utilisation des données personnelles des internautes pour les fournisseurs d’accès à internet (FAI).

Dorénavant, les FAI auront l’obligation de demander l’autorisation de leurs clients pour utiliser les données définies comme sensibles par la FCC. Il s’agit notamment de données comprenant l’historique de navigation et l’historique d’utilisation des applications. Les adresses emails des clients ne sont pas concernées.

Auparavant les FAI étaient soumises aux règles édictées par la Federal Trade Comission qui étaient beaucoup moins restrictives.

Les commissaires républicains de la FCC, Ajit Pai et Michael O‘Rielly tout comme les associations représentant les FAI, ont fait savoir qu’ils étaient opposés à ces nouvelles règles, qui mettraient en place des contraintes d’utilisation des données personnelles différentes de celles d’acteurs du web tels que Facebook ou Google, ce qui créerait, selon eux, des distorsions de concurrence.

Télécoms

AT&T annonce être en discussion pour acheter Time Warner pour un montant de 85,4 milliards de dollars.

AT&T a annoncé le 22 octobre 2016 être parvenue à un accord pour l’achat du groupe Time Warner pour un montant de 85,4 milliards de dollars. Cette annonce intervient quelques mois seulement après qu’AT&T a finalisé l’achat de DirecTV, un opérateur de télévision par satellite, pour 50 milliards de dollars.

L’accord entre AT&T et Time Warner devra maintenant être avalisé par les autorités américaines. L’enjeu pour AT&T est de savoir si elle devra uniquement obtenir l’aval du Département de la Justice ou si elle devra également obtenir un avis de la Federal Communications Commission (FCC). En effet, malgré l’importance du groupe Time Warner, celui-ci n’est propriétaire que d’un seul média dont les fréquences sont régulées par la FCC et le groupe a déjà annoncé son intention de vendre ce média (une chaine de télévision). Si aucune licence attribuée par la FCC n’est transférée à AT&T, l’autorité n’aura pas à rendre d’avis sur la fusion. Alors que le Département de la Justice évalue uniquement les conséquences d’une fusion sur la concurrence pour rendre sa décision, la FCC a pour mission d’évaluer les bénéfices de l’opération pour l’intérêt général. L’évaluation par le Département de la Justice a également l’avantage de se dérouler sans audition publique contrairement aux pratiques de la FCC.

Plusieurs membres du Congrès ont eu l’occasion d’exprimer leurs inquiétudes sur cette fusion. Le sénateur Hatch (R-Utah), ancien président du comité judiciaire du Sénat, a indiqué que cette acquisition nécessitait la plus grande vigilance de la part des régulateurs car elle « va dans le sens d’une plus grande concentration dans le secteur des télécoms ». Pour Ed Markey (D-Mass) une audition par la FCC est nécessaire. Plusieurs autres sénateurs membres du sous-comité sur l’antitrust se sont également exprimés sur l’impact négatif que cette fusion pourrait avoir en termes de concurrence et ont annoncé qu’une audition publique aura lieu le 7 décembre 2016. Public Knowledge, une association de défense d’un internet ouvert, s’est également publiquement inquiétée de cette fusion.

Trump ainsi que Tim Kaine, candidat à la vice-présidence d’H. Clinton ont exprimé leur inquiétude face à cette fusion. Pour Randall Stephenson, CEO d’AT&T, ces oppositions ne sont pas une surprise et prouvent que les candidats sont mal informés. Selon lui, « quiconque qualifiant cette fusion comme un moyen d’augmenter les prix ne comprend pas les raisons premières de cette opération ».

Relations internationales

Le Département du Commerce envisage de doubler le nombre d’attachés au numérique en charge de défendre les intérêts américains à l’étranger.

Depuis le mois de mars 2016, le département du commerce a créé des postes de « digital attaches » (attachés au numérique) dans six régions du monde (Bruxelles, Brésil, Chine, Asie du sud-est, Japon et Inde). Ces attachés ont pour mission d’intervenir auprès des autorités locales qui mettraient en œuvre des réglementations pouvant entraver les activités des entreprises « tech » américaines.

Le plan annoncé par Penny Pritzker, Secrétaire au Commerce, aboutirait à la création de 12 postes au total. Les six nouvelles localisations seront déterminées en consultation avec les acteurs du secteur. Selon elle « de nombreuses nations mettent en place des politiques qui empêchent la concurrence des acteurs internationaux, l’innovation et la liberté d’expression et sapent la vision américaine d’un internet libre et ouvert ».

Economie collaborative

L’Etat de New York interdit la location d’appartements pour les périodes de moins de 30 jours.

Le 21 octobre 2016, le gouverneur de l’Etat de New York, Andrew Cuomo, a signé un texte rendant illégal la publication d’annonces de locations d’appartements pour des périodes inférieures à 30 jours. Airbnb, très opposée à la mesure, a annoncé vouloir contester cette mesure devant la justice.

L’entreprise de location entre particuliers avait tenté de réduire la portée de la loi en proposant de limiter le nombre d’annonce par utilisateur du site mais cette disposition n’avait pas été retenue par les législateurs de l’Etat.

Airbnb est accusé d’être l’un des responsables de la crise de logement à New York. Les associations représentant les intérêts des hôteliers ont également été particulièrement actifs auprès des autorités locales pour faire émerger des régulations plus strictes à l’encontre des sites de location de courte durée.

Brèves de campagne

  • Le CEO de Netflix, premier service de VOD dans le monde, soutient H. Clinton

Dans une interview accordée en marge du New Yorker TechFest, Reed Hastings, CEO de Netflix s’est prononcé contre D. Trump qui « détruirait beaucoup de ce qui rend l’Amérique formidable ». Il a par la même occasion renouvelé son soutien à H. Clinton.

  • Sheryl Sandberg, directrice des opérations chez Facebook assure ne pas avoir pour projet de rejoindre le gouvernement d’H. Clinton si celle-ci était élue

Lors d’une conférence organisée par l’Internet Association, Sheryl Sandberg, directrice des opérations chez Facebook a assuré ne pas vouloir rejoindre l’administre Clinton en cas de victoire de la candidate démocrate. Selon les rumeurs, S. Sandberg pourrait devenir la Secrétaire au Trésor d’H. Clinton.

  • La sénatrice Elizabeth Warren demande à H. Clinton de réduire le pouvoir de marché des géants de la « tech »

La sénatrice démocrate, soutien important d’H. Clinton, a demandé à la candidate de son parti de se pencher sur le pouvoir de marché important des géants du secteur de la « tech ». Pendant la campagne, E. Warren s’est plusieurs fois inquiétée de la capacité des grandes entreprises technologiques d’empêcher l’émergence de concurrents. Les géants des « tech » ont largement soutenu et financé la campagne d’H. Clinton.

COMMENTS

WORDPRESS: 0
DISQUS: 0