Faits marquants Écologie, Développement durable, Énergie et Transports n°2021-21

Faits marquants Écologie, Développement durable, Énergie et Transports n°2021-21

SOMMAIRE

Climat – Ecologie

  • Mécanisme d’ajustement carbone aux frontières: prochaine étape pour l’administration Biden ?
  • Les propositions de dépenses de Biden que le Congrès pourrait soutenir
  • Les assureurs américains présentent leur plan pour la résilience

Transport

  • 88 Mds$ de requête budgétaire pour les transports sur l’exercice 2022
  • Les démocrates de la Chambre présentent leur plan infrastructures
  • L’automatisation des véhicules augmenterait les distances circulées

Energie

  • L’énergie propre selon Biden : révolution ou évolution ?
  • Les Etats-Unis souhaitent exporter du GNL «propre » et construire plus de pipelines
  • Biden cherche l’équilibre en Alaska

Ville durable

  • La Californie en voie de créer une autorité dédiée au véhicule électrique
  • Plus de 2 millions de logements abordables avec le plan infrastructure

AGENDA

Climat – Écologie

Mécanisme d’ajustement carbone aux frontières : prochaine étape pour l’administration Biden ?

Un nouveau rapport publié par le Climate Leadership Council prône l’instauration d’un mécanisme d’ajustement carbone aux frontières afin de créer un avantage concurrentiel pour les industries américaines. Le rapport se concentre sur l’industrie sidérurgique américaine qui émettrait 50% à 100% moins de CO2 que l’acier importé. Si tous les producteurs étrangers étaient contraints de payer un prix carbone à la frontière américaine, les ventes d’acier américain pourraient augmenter de 9 % et les importations diminueraient de moitié.

De nombreuses autres industries pourraient bénéficier de l’instauration d’un tel mécanisme. En effet, environ 75 % des importations américaines proviennent de pays moins efficaces en matière d’émissions de carbone.

Il n’a jusqu’à présent jamais été question de mettre en place un tel ajustement. L’administration Biden étudierait l’idée mais souhaiterait d’abord évaluer son impact. Sa préférence serait que « chaque pays se joigne de manière équitable à ses efforts pour réduire les émissions ».

D’après E&E News, il pourrait être difficile de déterminer les émissions carbone associées à un produit spécifique, surtout lorsque ses pièces sont fabriquées dans différents pays. De plus, le mécanisme pourrait être perçu comme protectionniste et les économies émergentes pourraient être défavorisées. Ce sont les principales critiques faite à l’encontre de l’UE qui prévoit de mettre en place un tel mécanisme.

Les propositions de dépenses de Biden que le Congrès pourrait soutenir

Voici les programmes de la politique énergétique et environnementale portés par la Maison Blanche qui devraient être soutenues par le Congrès.

Le financement de l’Advanced Research Projects Agency-Energy (ARPA-E) est une valeur sûre. Cet incubateur de technologies d’énergie propre a toujours reçu le soutien des deux partis.

Les efforts de restauration des Everglades et des Grands Lacs sont politiquement populaires et pourraient se retrouver avec plus d’argent que le budget prévu par la Maison Blanche.

Les propositions d’augmentation des dépenses en matière de cybersécurité pour protéger le réseau électrique et les oléoducs du pays ne devraient pas rencontrer beaucoup de résistance considérant les récentes attaques (oléoduc Colonial).

En 2020, le Congrès a adopté la loi Great American Outdoors Act qui, à partir de l’exercice 2022, exige un financement annuel de $ 900 Mns pour le Land and Water Conservation Fund, qui finance les efforts de conservation au niveau local, par le biais de subventions. Les fonds sont automatiquement versés aux comptes par le biais des recettes des concessions énergétiques fédérales.

Même si Républicains et Démocrates s’affrontent sur le fracking, ils sont susceptibles de favoriser les efforts de Biden pour nettoyer les puits de pétrole et les mines abandonnés. La Maison Blanche propose de tripler le budget sur ce sujet (E&E).

Les assureurs américains présentent leur plan pour la résilience

Les assureurs plaident depuis longtemps en faveur de la résilience climatique. Cette semaine, ils ont couché sur le papier une série de principes qu’ils considèrent fondamentaux. 17 grandes compagnies d’assurance indiquent clairement que la résilience ne peut plus être une réflexion réactive, après que les catastrophes climatiques ont eu lieu. Au contraire, selon eux et comme le rapporte E&E News, les réflexions devraient être proactives et transparaitre dans les planifications fédérales, étatiques et locales, surtout et en particulier dans les zones exposées aux catastrophes, notamment selon les principes suivants : donner la priorité au financement de l’augmentation de la résilience des structures existantes ; rendre la résilience accessible à tous ; exploiter les données climatiques pour soutenir l’adaptation au changement ; renforcer la résilience des infrastructures et des installations publiques.

Transport

88 Mds$ de requête budgétaire pour les transports sur l’exercice 2022

La Maison Blanche a publié en amont du week-end de Memorial Day la demande de budget du Président pour l’année fiscale 2022 (FY2022) d’un montant de 6 000 milliards de dollars, et sollicite pour le département de transports (DOT) 88 Mds$ d’autorisation budgétaire totale. La proposition comprend 25,7 Mds$ de dépenses discrétionnaires nettes, soit une augmentation de 412 M$ par rapport aux niveaux adoptés pour l’exercice 2021.

Dans sa requête budgétaire, le DOT recommande d’investir 2,5 milliards de dollars pour avancer la construction ou l’achèvement de 25 projets ferroviaires, de ligne de bus à haut niveau de service et de tramways dans 12 États, et d’autres projets qui pourraient être prêts à être financés au cours de l’exercice 2022. Ces projets seraient financés par voie de concours dans le cadre du programme de subventions d’investissement (Capital Investment Grant – CIG) de la Federal Transit Administration (FTA). La FTA avait reçu environ 2 Mds$ sur ce programme au cours des deux derniers exercices budgétaires. Le DOT met également en avant dans sa requête budgétaire les apports du American Jobs Plan de la Maison blanche, qui apporterait 621 Mds$ sur 8 ans de dépenses supplémentaires pour les transports et la résilience.

Les démocrates de la Chambre présentent leur plan infrastructures

Les démocrates de la Commission Tansport et Infrastructure (T&I) de la Chambre des représentants ont dévoilé le 4 juin leur propre proposition sur les infrastructures de transport de surface, appelée INVEST in America Act, reprenant certaines parties du American Jobs Plan du président Biden (sur lesquelles la commission a compétence), alors que les négociations entre le Pésident et les Républicains du Sénat sur le paquet complet ont peu avancé cette dernière semaine.

La proposition, présentée par Peter DeFazio (D-OR), président de la commission T&I, s’établit à 547 Mds$ sur cinq ans, soit 242 Mds$ au dessus des niveaux actuels. La proposition consacrerait 343 Mds$ aux routes, aux ponts et à la sécurité, 109 Mds$ aux transports en commun et 95 Mds$ aux trains de passagers et de marchandises. Pour Peter DeFazio, cette proposition constitue « une opportunité unique en son genre de sortir notre planification des transports des années 1950 et l’orienter vers un avenir énergétique propre ». (CBS)

L’automatisation des véhicules augmenterait les distances circulées

Une étude de l’Institute of Transportation Studies de l’Université de Californie à Davis montre que les les propriétaires de véhicules équipés de fonctionnalités d’automatisation avancée de la conduite, telles que l’Autopilot de Tesla, ont tendance à se déplacer davantage que les propriétaires de véhicules sans ces fonctionalités.

Les enquêtes conduites par l’équipe de chercheurs ont montré que 36% des utilisateurs de la fonctionalité Autopilot déclarent se déplacer davantage. La fonctionalité encourage également les utilisateurs à se déplacer davantage malgré la congestion routière, la nuit, la distance à parcourir, ou les conditions météorogiques, l’automatisation partielle de la conduite rendant la tâche de conduite plus aisée.

Les résultats de cette étude suggèrent que l’automatisation partielle pourrait augmenter les kilomètres parcourus par les véhicules et rendre plus difficile l’atteinte des objectifs de réduction des émissions liées à la mobilité. Les chercheurs ont estimé notamment que les conducteurs de Tesla équipées de la fonctionalité Autopilot avait une augmentation moyenne des distances circulées d’environ 7800 km par an. (Wired)

Chiffre de la semaine : 1,96 millions

Il s’agit du nombre de passagers contrôlés dans les aéroports américains par la Transportation Security Administration (TSA) le 28 mai pendant le week-end prolongé du Memorial Day, soit le nombre de voyageurs le plus élevé depuis mars 2020. La TSA avait enrigistré 2,57 millions de passagers maximum au cours du même week-end en 2019.

Énergie

L’énergie propre selon Biden : révolution ou évolution ?

De nouveaux détails apparaissent concernant les plans de l’administration Biden pour une refonte des programmes au sein du  Departement of Energy (DOE). Dans sa proposition budgétaire pour 2022, le DOE explique comment il dépenserait $8 Mds pour la recherche sur les énergies propres.

Le financement de l’innovation en matière d’énergie propre s’inscrirait dans un organigramme remodelé, avec de nouveaux bureaux et d’autres renommés en fonction de leurs nouvelles priorités.

Les documents décrivent, par exemple, un nouveau programme de recherche sur la production d’hydrogène via le gaz naturel au sein du bureau des énergies fossiles et un nouveau poste budgétaire pour soutenir la chaîne d’approvisionnement nationale en minerais critiques, considérés comme essentiels pour la transition énergétique.

Une nouvelle entité, appelée « Office of Clean Energy Demonstrations« , deviendrait la nouvelle plaque tournante de l’industrialisation (passage d’échelle) des technologies  propre « sur le court et le moyen terme ». Ce bureau attribuera des prix et fonds pour des projets de démonstration en collaboration avec le secteur privé, en commençant par une démonstration à l’échelle commerciale du stockage de l’énergie.

Un autre bureau du DOE, qui a longtemps travaillé sur les combustibles fossiles, arrêterait ses travaux et se tournerait plutôt vers les technologies de capture et séquestration du carbone, ainsi que vers la réduction des émissions de méthane. Le programme de stockage du carbone augmenterait de 48 %, passant de 79 à 117 millions de dollars. Le programme s’orienterait sur les performances liées à l’exploitation et à la surveillance des sites de stockage de CO2 à l’échelle commerciale (E&E).

Les Etats-Unis souhaitent exporter du GNL « propre » et construire plus de pipelines

La Secrétaire d’Etat à l’Energie, Jennifer Granholm, a laissé entendre que l’administration Biden souhaitait promouvoir les ventes à l’étranger de gaz naturel liquéfié « propre ». Cette remarque fait suite à l’annonce faite la semaine dernière par un producteur de GNL de développer un projet de capture du carbone dans une installation d’exportation. L’administration Biden n’a pas encore donné de position claire sur le GNL, ce qui inquiète les opposants à l’utilisation de ce combustible fossile. La Secrétaire à l’énergie s’est déclarée « enthousiaste » à l’idée de commercialiser des technologies neutres en carbone, « quelle que soit leur source ».

Jennifer Granholm a également annoncé que son administration souhaitait construire davantage de pipelines afin de déployer la décarbonation de l’énergie et de l’industrie. En effet, les pipelines pourraient servir au transport de CO2 et de carburants à faible teneur en carbone tels que l’hydrogène. Ces constructions de grande envergure permettraient de créer de nombreux emplois et répondraient donc aux ambitions affichées par l’administration Biden.

Un dernier point a été abordé lors de sa visite de l’usine d’hydrogène d’Air Liquide SA, suite à la cyberattaque du pipeline Colonial. La Secrétaire a réitéré son appel à de meilleures normes de cybersécurité pour les industries pétrolières et gazières, notant que le secteur de l’électricité avait déjà mis en place de telles normes. Elle n’a pas écarté la possibilité d’une proposition de législation afin d’améliorer ces normes. (E&E News)

Biden cherche l’équilibre en Alaska

L’administration Biden a suspendu les baux pétroliers dans l’Arctic National Wildlife Refuge, une étendue vierge d’Alaska. L’ordonnance du Ministère de l’Intérieur appelle à un moratoire temporaire sur toutes les activités liées à ces baux afin de mener une nouvelle analyse de leurs impacts environnementaux potentiels. L’examen du programme de location élaboré initialement par l’administration Trump aurait révélé de « multiples lacunes juridiques ».

Les résidents autochtones proches du refuge ont célébré cette décision tout comme des groupes environnementaux qui ont cependant déclaré qu’ils ne seraient pas satisfaits tant que les baux ne seraient pas annulés. A l’inverse, la communauté de la plaine côtière craint que l’annulation du projet ne nuise à ses habitants. Les dirigeants de l’industrie pétrolière ont critiqué la décision de l’administration Biden. (Washington Post)

Chiffre de la semaine : 65 millions

C’est le nombre de litres de bioéthanol (carburants) produits aux USA en mars 2021. Le même mois, 9 millions de litres de biodiesel ont été produits (US EIA).

Ville Durable

La Californie en voie de créer une autorité dédiée au véhicule électrique

Le Sénat de l’État de Californie a approuvé le 28 mai le projet de loi SB 551, qui vise à créer l’Autorité californienne pour les véhicules électriques (California Electric Vehicle Authority – CEVA) afin de se donner de nouveaux moyens pour atteindre ses objectifs ambitieux en matière de développement de véhicules zéro émissions. La création de la CEVA pourrait permettre de relever un certain nombre des défis actuels liés à l’amélioration de la coordination et du financement, contribuer à un déploiement équitable des programmes de véhicules électriques dans les années à venir, et contribuer à faire de la Californie un leader mondial dans le déploiement, la conception, le développement, la fabrication, les chaînes de valeur et les infrastructures pour véhicules électriques.

L’initiative était soutenue par le Partenariat pour l’électrification des transports (Transportation Electrification Partnership – TEP) et la Los Angeles Cleantech Incubator (LACI) qui mènent une coalition à l’échelle de l’État de plus de 70 villes, des organisations de défense de la justice environnementale et de la santé publique, ainsi que des industriels du secteur du véhicule électrique.

Plus de 2 millions de logements abordables avec le plan infrastructure

La Maison Blanche a précisé le 26 mai son porgramme pour accroitre les investissement dans le secteur du logement dans le cadre du American Jobs Plan. La proposition prévoit un investissement de 318 Mds$, dont 105 Mds$ de crédits d’impôt qui n’avaient jusqu’alors pas été annoncés. L’objectif affiché par la Secrétaire au Logement et au Développement Urbain (HUD) est d’accroître l’offre de logements salubres et abordables dans tout le pays, tout en créant des milliers d’emplois.

Le plan permettrait de produire ou de préserver plus de 2 millions de logements abordables, ce qui permettrait de réduire sensiblement le déficit national d’offre de logement.

Le programme viendrait abonder de 213 Mds$ divers programmes du Département HUD, comprenant une rallonge conséquente de 45 Mds$ pour le Housing Trust Fund, qui permet de subventionner la production de logements sociaux, et 35 Mds$ pour le programme HOME Investment Partnership qui accorde aux États et aux localités des subventions pour des logements abordables.

En complément, un volet de 105 Mds$ de crédits d’impôts nouveaux ou étendus vise à encourager les projets de rénovation et de construction de logements. Il comprend notamment 55 Mds$ pour le programme Low-Income Housing Tax Credit (LITHC), principal outil dédié à la production de logements à bas coût offerts à la location, et un nouveau crédit d’impôt de 20 Mds$ qui permettrait de couvrir le coût d’achat et de réhabilitation de logements dans des zones en perte de vitesse où le coût de l’opération est supérieur à la valeur de marché des logements.

Le plan Biden ambitionne de stimuler la construction de 500 000 à 600 000 appartements à bas prix au cours des cinq prochaines années. (CityLab)

COMMENTS

WORDPRESS: 0
DISQUS: 0