Faits marquants Écologie, Développement durable, Énergie et Transports n°2020-45

Faits marquants Écologie, Développement durable, Énergie et Transports n°2020-45

Sommaire

Écologie – Climat

  • Gina McCarthy choisie comme coordinatrice fédérale pour le Climat à la Maison Blanche
  • Michael Regan choisi comme administrateur de l’US Environmental Protection Agency
  • Atteindre zéro émission, grands changements en perspective

Transport

  • Pete Buttigieg nommé pour prendre la tête du Département des Transports
  • United prend des engagements environnementaux audacieux et inégalés
  • La MTA fait le pari des aides fédérales, et renonce pour l’heure aux coupes drastiques

Énergie

  • Jennifer Granholm choisie comme Secrétaire à l’Energie – Departement of Energy (DoE)
  • Debra Haaland choisie comme Secrétaire à l’Intérieur – Department of the Interior (DoI)
  • Un accord ay Congrès sur une « loi énergie »

Écologie – Climat

Gina McCarthy choisie comme coordinatrice fédérale pour le Climat à la Maison Blanche

Joe Biden a choisi Gina McCarthy pour occuper les fonctions de coordinateur fédéral du climat pour la Maison Blanche.

L’ancienne Directrice de l’US Environmental Protection Agency, aujourd’hui à la tête de l’association Natural Resources Defense Council, aura la responsabilité dans la prochaine administration de coordonner les politiques fédérales sous l’angle du Climat. Ce poste est le pendant intérieur du poste qu’occupera John Kerry pour le volet extérieur.

Madame Mc Carthy est la figure des initiatives environnementales et des engagements fédéraux dans la lutte contre le changement climatique de l’ère Obama.

En mai 2015, sous sa direction, l’US EPA finalise un règlement qui amende le Clean Water Act. Ce projet porte une vision intégrée et inclusive de la gestion de l’eau aux Etats-Unis. En 2016, 13 États intenteront des poursuites qui bloqueront son déploiement intégral par la suite.

En juin 2015, toujours sous sa direction, l’US EPA finalise le Clean Power Plan dans le cadre du Clean Air Act, visant à réduire l’utilisation du charbon dans la production électrique. En 2016,  la Cour Suprême suspendra cette décision réglementaire, Donald Trump l’annulera.

Sous l’administration Obama, Madame McCarthy s’investira aussi pleinement dans les actions de la négociation de l’Accord de Paris ainsi que dans celle de l’amendement de Kigali, un an plus tard, pour l’élimination progressive des hydrofluorocarbures (The Washington Post).

Michael Regan choisi comme administrateur de l’US Environmental Protection Agency

Joe Biden devrait annoncer le choix de Michael Regan pour prendre la direction de l’Environmental Protection Agency (US EPA).

L’ancien responsable du programme national de la qualité de l’air à l’EPA, aujourd’hui Directeur de l’agence environnementale de l’Etat de la Caroline du Nord, aura la responsabilité dans la prochaine administration de déployer les politiques fédérales pour accompagner le saut vers la révolution par les énergies propres, mener la lutte contre le changement climatique, et illustrer la justice environnementale voulue par Joe Biden, comme il l’illustre déjà aujourd’hui en Caroline du Nord.

Aujourd’hui, à 44 ans, Mike Regan est le Directeur de l’agence environnementale de la Caroline du Nord. Depuis sa prise de poste en 2017, dans un Etat à l’exécutif démocrate et à la législature républicaine, situation qui ne sera pas sans rappeler la prochaine situation fédérale, Regan fait avancer la Caroline du Nord sur les sujets environnementaux. Il a fait aboutir le Clean Energy Plan qui vise à la neutralité carbone d’ici 2050 et a négocié un accord historique avec un géant de l’industrie pour l’excavation de près de 80 Mns de tonnes de cendres de charbon, la plus grande opération de nettoyage de l’histoire des USA.

Michael Regan connait très bien l’EPA pour y avoir fait une belle carrière technique pendant plus de 10 ans, couronné par un poste important : responsable du programme national de la qualité de l’air (The New York Times).

Atteindre zéro émission, grands changements en perspective

Les chercheurs de Princeton ont étudié quelles combinaisons de technologies pourraient éliminer les émissions au moindre coût. Pour commencer, les États-Unis pourraient faire d’énormes progrès au cours de la prochaine décennie en utilisant les technologies mûres. D’ici le milieu du siècle, les études ont montré qu’au moins 90 % de l’électricité du pays pourrait être produite à partir de sources renouvelables.

Cependant, une grande partie de l’économie dépend encore des combustibles fossiles et n’a pas encore de solutions évidentes. La plupart des technologies pour aller plus loin dans la décarbonation sont encore au stade du développement. « Une question est de savoir si le « net zéro » d’ici 2050 peut devenir un objectif national consensuel, comme l’ont été la construction du réseau routier inter-États ou le fait d’aller sur la lune », a déclaré Jeffrey Sachs, un économiste de l’université de Columbia.

Cela pourrait s’avérer être le plus grand obstacle. Alors que M. Biden prévoit de réorienter toutes les agences fédérales vers la politique climatique, ses plans les plus ambitieux pourraient subir les contrecoups d’un Congrès divisé (The New York Times).

Le chiffre de la semaine : 0,5 ° C

C’est l’évitement d’élévation de température que l’amendement de Kigali tente d’encadrer par les restrictions d’usage des hydrofluorocarbures (HFC). Le congrès américains est parvenu à un accord considéré historique sur ce sujet, en visant une réduction de 85% des HFC aux USA, d’ici 15 ans (E&E).

Transport

Pete Buttigieg nommé pour prendre la tête du Département des Transports

Le président élu a annoncé cette semaine avoir retenu Pete Buttigieg pour assumer la fonction de Secrétaire au Transport de sa prochaine administration. L’ancien Maire de South Bend, dans l’Indiana, âgé de 38 ans, s’était particulièrement fait remarquer par son ascension fulgurante lors des Primaires démocrates, en remportant notamment les premiers caucus de l’Iowa. S’il était confirmé par le Sénat, il aurait la responsabilité, à la tête du Département des Transports (DOT), de mettre en œuvre une part importante des promesses du Président élu sur le climat et les infrastructures. « Nous avons choisi Pete pour les transports parce que le Département est à l’intersection de certains de nos plans les plus ambitieux » a indiqué Joe Biden le 16 décembre. L’une de ses tâches les plus délicates consisterait notamment à tenter de convaincre le Congrès de mobiliser de nouvelles ressources pour supporter l’ambitieux projet de plan d’investissement dans les infrastructures. (CNN)

La nomination de Pete Buttigieg a été saluée par les organisations professionnelles et syndicales, qui saluent le choix d’un candidat de grande envergure pour prendre la tête du DOT. Buttigieg avait fait campagne sur le renforcement des syndicats pendant les primaires démocrates. (The Hill)

Dans l’attente de sa confirmation par le Sénat, le Département des Transports a indiqué dans une notice publiée le 16 décembre que la fonction de Secrétaire aux Transports par interim sera assumée par Steve Dickson, l’actuel administrateur de la Federal Aviation Administration (FAA).

United prend des engagements environnementaux audacieux et inégalés

United Airlines a annoncé le 10 décembre le renforcement de ses ambitions pour lutter contre le changement climatique, et l’objectif d’atteindre la neutralité carbone d’ici 2050. Contrairement à certains de ses concurrents ayant dernièrement également annoncé des objectifs de neutralité carbone pour le milieu du siècle, United indique qu’il atteindra cet objectif en investissant dans la technologie de capture du carbone, plutôt que de se contenter de mesures indirectes de compensation carbone. United indique qu’il fera un « investissement de plusieurs millions de dollars » pour contribuer à l’initiative 1PointFive visant à développer la première usine de taille industrielle aux États-Unis qui puisse capturer le dioxyde de carbone directement dans l’atmosphère (appelée « Direct Air Capture »), pour ensuite être stocké sous terre. (The Verge)

Accord trouvé pour solder les litiges du PPP de la Purple Line et poursuivre le projet

Le projet de tramway d’une longueur de 26 km dans la banlieue nord de Washington, DC, réalisé via un partenariat public privé va finalement pouvoir se poursuivre après qu’un accord a été trouvé, et approuvé cette semaine par le Maryland Board of Public Works, entre l’Etat du Maryland, autorité concédante du projet, et le concessionnaire privé Purple Line Transit Partners (PLPT) dont le gestionnaire d’actifs français Meridiam fait partie, avec America Star, un autre gestionnaire d’actifs. L’accord entérine le départ du groupement d’entreprises Purple Line Transit Constructors, incluant notamment le groupe de TP Fluor, chargé d’exécuter la conception-réalisation, et octroie à PLTP un délai de 12 mois pour trouver un nouveau concepteur-réalisateur pour le projet. Il prévoit également une indemnité de 250 M$ pour le concessionnaire pour couvrir les surcoûts du projet, pour lesquels 800 M$ étaient initialement réclamés. (Mass Transit)

La MTA fait le pari des aides fédérales, et renonce pour l’heure aux coupes drastiques

La Metropolitan Transportation Authority (MTA) de New York a approuvé un budget de 17,1 milliards de dollars pour 2021, qui repose sur une potentielle aide fédérale complémentaire de 4,5 milliards de dollars pour éviter d’entériner prématurément de majeures coupes de services et des licenciements. Le conseil d’administration de la MTA a ainsi décidé de reporter, à ce stade, toute décision définitive sur les hausses des titres de transport et des péages routiers (la MTA a également autorité sur les péages routiers et tunnel de la métropole new-yorkaise), sur la réduction drastique des effectifs qui selon les plans les plus sombres aurait pu atteindre plus de 9 300 emplois supprimés, ainsi que sur la réduction de 40 % des services de métro et de bus, et de 50% sur les services de trains de banlieue. L’agence pourrait devoir envisager ces changements dès janvier et les mettre en œuvre en mai si le Congrès n’alloue pas l’aide nécessaire, prévient néanmoins la direction de la MTA. (Bloomberg)

Le chiffre de la semaine : 36%

Il s’agit du niveau moyen de la demande dans les transports publics aux Etats-Unis durant la semaine du 6 au 12 décembre comparativement à la même période en 2019. La donnée est fournie par l’American Public Transportation Association (APTA) qui fournit, en partenariat avec Transit App, les tendances en temps réel sur les niveaux de fréquentation dans les réseaux de transport collectif en Amérique du Nord. (APTA Ridership Trends)

Énergie

Jennifer Granholm  choisie comme Secrétaire à l’Energie – Department of Energy  (DoE)

Joe Biden devrait annoncer le choix de Jennifer Granholm pour prendre la direction du Department of Energy.

L’ancienne Gouverneure du Michigan, aujourd’hui enseignante à Berkeley, aura la responsabilité de déployer les politiques fédérales pour mettre en œuvre la révolution par les énergies propres.

Madame Granholm connait cette problématique pour avoir impulsé un mouvement similaire en terre automobile lors de son second mandat de Gouverneur, à la suite de la crise financière de 2008.

A la tête du Michigan, elle a utilisé la relance post-crise financière pour diversifier le mix-énergétique de son Etat, à l’aide d’une feuille de route qui, en 2008, prévoyait 10%  d’énergies renouvelables d’ici 2015, 25% avant 2025, alors que l’Etat est naturellement porté vers les énergies fossiles.

A la tête du DoE, Jennifer Granholm aura la charge de déployer tous les efforts fédéraux possibles pour diffuser à grande échelle les technologies aujourd’hui mûres afin de lancer le grand programme de décarbonation que réclament les objectifs fixés par Joe Biden : une électricité décarbonée d’ici 2035, la neutralité carbone des Etats-Unis d’ici 2050.

Le DoE, et son entité ARPA-E dédiée à la recherche, seront, à eux deux, les leviers pour permettre l’émergence d’énergies propres viables (Politico).

Debra Haaland  choisie comme Secrétaire à l’Intérieur – Department of the Interior  (DoI)

Joe Biden devrait annoncer le choix de Debra Haaland pour prendre la direction du Department of the Interior (US DOI).

La première femme amérindienne élue au Congrès, avec Sharice Davids, prendra la tête du Département qui conduit les politiques envers les populations amérindiennes et qui administre les terres fédérales. Les terres fédérales représentent environ 2 000 000 km2, soit un cinquième de la superficie des Etats-Unis.

Madame Haaland aura la responsabilité de faire vivre la révolution par les énergies propres sur ces terres, comme la justice environnementale.

Depuis son élection à la Chambre des représentants, Mme Haaland y est Vice-Présidente de la commission des ressources naturelles, commission qui supervise le DOI. Depuis ce siège, Deb Haaland ne s’est pas retenue de critiquer les décisions qui avaient ouvert les espaces fédéraux aux forages pétroliers et gaziers.

Sous les terres fédérales se trouvent de grandes réserves d’énergies fossiles qui représentent aujourd’hui un quart des extractions carbonées ; pétrole, gaz, charbon confondus. Ces terres sont aussi le lieu de problématiques quant à la ressource hydrique, en quantité comme en qualité ; mais aussi le siège de pollution des sols.

Cette immense réserve foncière, qui la dominance énergétique souhaitée par l’administration de Donald Trump, peut aussi servir la révolution par les technologies propres de Joe Biden.

Joe Biden s’est engagé à ne plus autoriser tout nouveau forage pour les industries pétrolières et gazières sur les terres ou dans les eaux fédérales, comme il a promis d’en protéger au moins 30 % en superficie (The Washington Post).

Un accord au Congrès sur une « loi énergie »

Les législateurs qui négocient la première grande réforme énergétique depuis près de 10 ans sont parvenus à un accord bipartite et bicaméral, après près de 2 ans de travail législatif.

Le projet de loi attribuerait au DoE $35,2 Mds, sur 10 ans, pour la recherche dans les réacteurs nucléaires avancés, le stockage de l’énergie et les technologies de capture du carbone. Il contient des incitations à une utilisation plus efficace de l’énergie dans les bâtiments fédéraux, ainsi qu’un programme de subventions aux ménages à faible revenu afin d’améliorer l’efficacité énergétique de leurs maisons. Les HFC feraient l’objet d’une restriction forte d’utilisation, autre pas dans la lutte contre le réchauffement climatique (E&E).

Le chiffre de la semaine : 13,01

13 ,01 cents/kWh c’est le prix moyen de l’électricité pour les ménages aux Etats-Unis au cours de l’année 2019, en légère augmentation par rapport à 2018. L’étude de l’US EIA parue cette semaine indique cependant que la facture des ménages a baissé du fait d’un fléchissement de leur consommation

COMMENTS

WORDPRESS: 0
DISQUS: 0