Faits marquants Écologie, Développement durable, Énergie et Transports n°2020-40

Faits marquants Écologie, Développement durable, Énergie et Transports n°2020-40

Sommaire

Écologie – Climat

  • Les Etats-Unis quittent officiellement les Accords de Paris
  • Ce que les électeurs des États clés pensent du changement climatique

Transport

  • Uber et Lyft gagnent le référendum sur le statut des chauffeurs en Californie
  • Les électeurs ont largement soutenu les référendums en faveur des transports collectifs
  • Les CDC lèvent l’interdiction de navigation pour les croisières mais conditionnement leur reprise

Énergie

  • Ce qui s’est passé dans les scrutins des 8 États clés du secteur énergétique
  • Le grand projet des petits réacteurs nucléaires américains en difficulté

 Agenda

Écologie – Climat

Les Etats-Unis quittent officiellement les Accords de Paris

Les États-Unis sont devenus la première et la seule nation à se retirer de l’accord de Paris sur le climat ce mercredi 4 novembre, alors même que l’issue de la course à la présidence restait inconnue.

Donald Trump et Joe Biden mèneraient sans aucun doute le pays dans des directions opposées, le président actuel continuant à envisager de dépendre des combustibles fossiles, tandis que Joe Biden vise à réduire fortement les émissions de gaz à effet de serre des États-Unis.

Même si Joe Biden obtient la Maison Blanche, des signes indiquaient que les républicains garderaient le contrôle du Sénat. Ce résultat réduirait les chances qu’une administration démocrate puisse faire passer un projet de loi ambitieux sur le climat au Congrès, ce qui nécessiterait la coopération du Capitole et le consentement du leader de la majorité au Sénat, Mitch McConnell. Le républicain de l’État du Kentucky, qui exploite le charbon, est depuis longtemps opposé à toute action fédérale sur le climat.

Certains dirigeants d’États et d’entreprises ont continué à faire avancer les objectifs climatiques de Paris en l’absence de leadership fédéral. Vingt-trois États, ainsi que le District de Columbia, ont fixé des objectifs d’émissions de gaz à effet de serre pour l’ensemble de l’économie, selon le Center for Climate and Energy Solutions.

« Alors que l’administration Trump s’est retirée de l’accord de Paris, le peuple américain n’a jamais soutenu cette décision », a déclaré dans un communiqué l’ancien maire de New York, Mike Bloomberg, qui a financé l’effort visant à maintenir les États-Unis sur la voie de leurs engagements internationaux, « et les villes, les États et les entreprises de tout le pays ont décidé de faire leur part pour y rester ».

Biden pourrait utiliser son autorité pour nommer des leaders respectueux du climat à la tête des agences fédérales et promulguer une série de règlements, notamment des limites plus strictes sur le forage pétrolier et gazier, la pollution au carbone des centrales électriques et les normes fédérales de kilométrage.

Mercredi soir, Biden a écrit sur Twitter que rejoindre l’accord serait sûrement sa toute première action au pouvoir s’il l’emporte. « Aujourd’hui, l’administration Trump a officiellement quitté l’accord de Paris sur le climat. Et dans exactement 77 jours, une administration Biden le rejoindra. » (The Washington Post).

Ce que les électeurs des États clés pensent du changement climatique

Le changement climatique est devenu un enjeu majeur lors des élections, tant au niveau fédéral que dans les États fédérés. Au niveau national, 58 % des Américains se disent « très préoccupés » ou « assez préoccupés » par les effets du changement climatique selon un sondage réalisé pour le New York Times à la mi-octobre.

Le sondage révèle une forte division partisane : 90 % des électeurs qui ont soutenu Joe Biden, le démocrate, ont exprimé leur inquiétude au sujet du changement climatique, alors que seulement 23 % des électeurs qui ont soutenu Donald Trump, le républicain, l’ont fait.

Dans une poignée d’États clés, le New York Times a sondé les électeurs sur des sujets liés au climat.

En Arizona, qui a connu une série de vagues de chaleur mortelles en juillet et août, 57 % des électeurs ont déclaré qu’ils étaient très ou assez inquiets que la hausse des températures due au réchauffement climatique ait un effet significatif sur leur vie.

En Floride, un État côtier particulièrement vulnérable aux inondations dues à l’élévation du niveau de la mer, 54 % des personnes interrogées ont déclaré qu’elles étaient « très inquiètes » ou « assez inquiètes » que l’élévation du niveau de la mer due au réchauffement climatique ait un effet significatif sur leur vie.

En Pennsylvanie, un État producteur de gaz, 52 % des électeurs sont favorables à la fracturation hydraulique, la technique qui a entraîné le boom de la production de gaz et à la création de milliers d’emplois, bien qu’elle ait également suscité des inquiétudes quant à la pollution locale. Seuls 27 % se sont opposés à la fracturation.

En Alaska, l’État qui connaît le réchauffement le plus rapide du pays, 56 % des personnes interrogées ont déclaré qu’elles étaient « très inquiètes » ou « assez inquiètes » que le réchauffement climatique ait un effet significatif sur leur vie. L’économie de l’Alaska dépend fortement du secteur pétrolier. Les électeurs sont confrontés à cette contradiction : 50 % des électeurs étaient favorables à l’ouverture des terres publiques de l’Alaska au forage pétrolier et gazier, tandis que 39 % seulement y sont opposés (NY Times).

Le chiffre de la semaine : 26 %

C’est la réduction minimale des émissions de carbone que prévoyaient les Etats-Unis dans leur engagement au sein des Accords de Paris, d’ici  2025 et par rapport aux émissions de 2005. Aujourd’hui, les émissions des USA ont baissé de 20 % par rapport à ce niveau. (The Washington Post).

Transport

Uber et Lyft gagnent le référendum sur le statut des chauffeurs en Californie

Les électeurs californiens ont approuvé à plus de 58% la proposition qui était soumise au vote populaire le 3 novembre dernier visant à exempter les chauffeurs et les livreurs travaillant pour les plateformes digitales du régime la loi californienne AB5, entrée en vigueur depuis 2020, et qui conduisait ces plateformes à devoir reclasser les chauffeurs, sous contrat de travailleurs indépendants, en salariés. Après avoir milité sans succès depuis environ deux ans contre l’application de la loi AB5 à leur industrie auprès du gouvernement, du congrès et de la justice californienne, les plateformes Uber, Lyft, Doordash et d’autres s’étaient tournées vers la voie du référendum populaire pour obtenir gain de cause. Les plateformes ont mobilisé plus de 200 M USD pour soutenir la proposition, un record absolu pour un référendum local. Les partisans du non à la proposition 22 ont quant à eux mobilisé de l’ordre de 20 M USD.

La proposition 22 crée également certains droits pour les travailleurs des plateformes, dont un revenu plancher pour les heures engagées (qui excluent les temps d’attente pour une course), des allocations pour des assurances santé (à partir d’un certain temps de travail) et accidents professionnels, une limitation du temps de travail, et des droits à la formation. Les plateformes se sont félicité de ce résultat, Lyft déclarant notamment que « les électeurs californiens ont parlé, et ils ont soutenu plus d’un million de conducteurs qui ont clairement dit qu’ils voulaient l’indépendance plus des avantages ». (The Verge)

Les électeurs ont largement soutenu les référendums en faveur des transports collectifs

Les électeurs américains de différents Etats, comtés et villes étaient appelés à se prononcer localement sur 18 propositions visant à améliorer les services de transports collectifs, et portant sur un montant total de 38 Mds USD de projets. Quinze de ces propositions ont été validées par les électeurs le 3 novembre, deux ont été rejetées et une troisième est toujours en ballotage (ndlr : a priori plutôt défavorable), confirmant le soutien que les électeurs apportent aux référendums locaux proposant davantage de ressources pour les transports collectifs. L’American Public Transportation Association (APTA) estime que dans 9 cas sur 10, les électeurs soutiennent de telles propositions.

L’une des victoires les plus notables s’est produite à Austin, au Texas, où les électeurs ont approuvé deux mesures visant pour l’une à augmenter les taxes foncières pour financer l’expansion du réseau de transports collectifs à hauteur de 7 Mds USD, et l’autre à améliorer les infrastructures pour les piétons et les cyclistes grâce à un emprunt municipal de 460 M USD. Des propositions similaires avaient échoué en 2000 et 2014.

Les électeurs de la région de la baie de San Francisco ont également approuvé une hausse de 0,125% de la taxe sur les ventes pour financer le service de train régional Caltrain, dont la situation financière a été largement compromise par la chute de fréquentation des transports collectifs dans le contexte de la pandémie. La mesure devait recueillir pour être validée au moins 2/3 des voix dans les trois comtés concernés, et a été approuvée par 70% des électeurs. Elle devrait rapporter 108 M USD par an pendant 30 ans.

A l’opposé, la défaite la plus cinglante a été enregistrée dans la région de Portland en Oregon, où les électeur ont rejeté à plus de 56% une proposition qui visait à introduire une taxe sur les entreprises correspondant à 0,75% de la masse salariale des entreprises de plus de 25 salariés (la mesure s’apparente au versement transport existant en France) pour financer l’amélioration de l’accessibilité et des infrastructures de transport représentant un total de 5,2 Mds USD. (CityLab, Mass Transit)

Les CDC lèvent l’interdiction de navigation pour les croisières mais conditionnement leur reprise

Les Centers for Desease Control and Prevention (CDC) ont publié le vendredi 30 octobre une ordonnance définissant les modalités de reprise sous conditions de la navigation pour les navires de croisière (« Framework for conditional sailing order »), qui esquisse une réautorisation phasée, progressive et prudente des croisières dans les eaux territoriales américaines, mettant ainsi un terme à l’interdiction formelle des croisières (avec plus de 250 personnes à bord) découlant d’un « no-sail order » qui expirait le 31 octobre. Cette nouvelle ordonnance est prise pour durer jusqu’en novembre 2021.

Selon l’ordonnance, les croisiéristes devront démontrer au cours des premières phases du processus qu’ils respectent les exigences des CDC en matière de tests, de quarantaine et d’isolement, et de distanciation sociale pour protéger les membres d’équipage, tout en mettant en place les capacités de tests et laboratoires nécessaires pour tester l’équipage et les futurs passagers. Des simulations de voyages devront ensuite être réalisées avec des passagers volontaires. Pour reprendre les voyages avec passagers, chaque navire devra recevoir un « certificat de navigation conditionnel COVID-19 » délivré par les CDC. Le retour de passagers à bord se fera ensuite de manière progressive afin d’atténuer les risques de contamination entre passagers, personnels, et les collectivités américaines desservies par les navires.

Les CDC n’ont pas précisé les délais pour l’obtention de ces certificats, mais il est probable que cette nouvelle procédure prendra un certain temps avant que des passagers ne puissent à nouveau partir en croisière.

Le chiffre de la semaine : 10 000 $

Il s’agit du prix de la future option Full-Self Driving (FSD) pour les véhicules Tesla qui seront vendus aux Etats-Unis. Tesla a rendu disponible fin octobre à quelques clients la nouvelle version de son assistant à la conduite. Toutefois de nombreux experts du véhicule autonome se sont alarmés de cette annonce de Tesla, et réclament que les autorités fédérales renforcent la surveillance de Tesla et de ses technologies. (AP, CNN)

Énergie

Ce qui s’est passé dans les scrutins des 8 États clés du secteur énergétique

Au Montana, le républicain Greg Gianforte a été élu gouverneur. Le Montana était démocrate depuis 2005. Ce résultat a des répercussions sur la politique énergétique. L’État possède les plus grandes réserves de charbon du pays. Gianforte s’est exprimé sur la nécessité de stimuler l’industrie. « Nous devons investir dans la technologie pour nous assurer que nous pouvons brûler ce charbon proprement », a-t-il déclaré.

En Caroline du Nord, Roy Cooper, démocrate, a obtenu un second mandat de gouverneur. Cependant, son camp recul dans le contrôle de la législature. La victoire de Cooper est significative pour la transition de l’Etat vers les énergies propres. Il est le premier dans le sud-est à se fixer un objectif zéro carbone pour 2050. L’État est sujet aux ouragans et a été frappé par des tempêtes successives ces dernières années, ce qui fait du changement climatique un enjeu majeur.

Au Texas, les républicains conservent le contrôle de la législature, alors que l’État va aborder une série de questions, notamment son budget et une révision de sa politique énergétique.

Toujours au Texas,  la course au siège vacant parmi les 3 sièges au sein de la Commission des chemins de fer de l’État, un puissant régulateur qui supervise le forage du pétrole et du gaz et l’industrie des pipelines dans le principal État producteur d’énergie, le républicain Jim Wright a devancé la démocrate Chrysta Castañeda.

En Pennsylvanie, les républicains conservent les chambres parlementaires. Dans cet Etat, à la fois grand producteur et consommateur d’énergie, les démocrates ne pourront pas déployer leur projet d’une législation sur le changement climatique.

Le Nouveau-Mexique rejoindra la configuration de la majorité des États fédérés en passant d’une commission de régulation de l’électricité élue à une commission dont les membres seront nommés par le gouverneur. 55 % des électeurs ont voté en faveur de l’amendement constitutionnel qui le permet. Cette évolution permettra de mieux s’assurer que des personnes qualifiées supervisent les services publics, affirment les partisans de cette mesure. Le Nouveau-Mexique doit produire 50 % de son électricité à partir de sources renouvelables d’ici 2030.

En Louisiane, les électeurs se sont opposés à un amendement constitutionnel visant à réduire la charge de l’impôt pour les terminaux de gaz naturel liquéfié et autres grands sites industriels. Environ 63 % des électeurs ont rejeté cet amendement. L’évolution aurait accordé aux entreprises une plus grande marge de manœuvre pour négocier avec les comtés, les villes et les conseils locaux.

En Alaska, les électeurs doivent se prononcer au sujet d’une initiative visant à augmenter les taxes sur la production de certains champs pétrolifères. Au moment de la mise sous presse, environ 57 % des électeurs étaient opposés à cette mesure, mais moins de la moitié des circonscriptions avaient fait part de leurs résultats.

Au Nevada, 57% des électeurs ont soutenu la proposition d’ajouter à la constitution un texte obligeant à une production électrique à 50 % d’origine renouvelable d’ici 2030. Le Nevada s’oriente déjà vers ce mix-électrique, mais une modification de la constitution rendait plus robuste le dispositif pour éviter les retours en arrière, selon ses partisans. Aujourd’hui, 67 % de l’électricité de l’État provient du gaz naturel (E&E News).

Le grand projet des petits réacteurs nucléaires américains en difficulté

Le Carbon Free Power Project permettrait de mettre en service les premiers petits réacteurs modulaires nucléaires. Les 12 réacteurs produiraient un total de 720 MWe. Le développement des réacteurs est mené par un consortium de services municipaux. À la fin de l’année dernière, 35 municipalités s’étaient engagées à acheter l’électricité du projet. Mais comme le coût prévu du projet a augmenté – de 3,6$ Mds à 6,1$ Mds – et que la mise en service passe de 2026 à 2029, sept municipalités, inquiètes de ces évolutions, ont décidé de cesser de financer le projet. Néanmoins, les petits réacteurs bénéficient d’un fort soutien au Congrès, qui a adopté plusieurs projets de loi pour soutenir leur financement, dont 1,4$ Mds par le Department of Energy (E&E).

Le chiffre de la semaine : 12,3 millions

C’est le nombre d’emplois liés au secteur pétrolier aux Etats-Unis, selon le communiqué mis en ligne récemment par le Department of Energy (DoE).

COMMENTS

WORDPRESS: 0
DISQUS: 0