Faits marquants Écologie, Développement durable, Énergie et Transports n°2020-31

Faits marquants Écologie, Développement durable, Énergie et Transports n°2020-31

Sommaire

Écologie – Climat

  • Trillion Tree Initiative : pour rendre les villes américaines plus équitables ?
  • Le loup gris en voie d’être retiré de la liste des espèces protégées
  • Elections 2020 : les démocrates réclament une discussion sur le climat lors des débats

Transport

  • Amazon Prime Air obtient la certification de transporteur aérien par drone
  • Des transports publics gratuits à Los Angeles ?
  • Les Etats doivent-ils concéder leurs autoroutes à péage ?

Énergie

  • Elections 2020 : Joe Biden n’interdirait pas la fracturation hydraulique
  • La Californie prolonge l’exploitation de 4 centrales thermiques pour éviter les coupures d’électricité
  • Une 20ème action en justice contre l’industrie pétrolière pour son impact climatique

Agenda

Écologie – Climat

Trillion Tree Initiative : pour rendre les villes américaines plus équitables ?

La déclinaison américaine de la Trillion Trees Initiative, initié en janvier dernier par le forum économique mondial, a annoncé fin août un engagement à hauteur de 855 millions d’arbres plantés ou préservés d’ici 2030. Le chapitre américain de l’initiative, organisé autour de l’association de conservation American Forests, réunit gouvernements locaux, associations et acteurs privés, dont notamment Microsoft, Mastercard ou Salesforce. Le premier engagement national américain en faveur du programme est d’autant plus notable que le groupe américain dédiera une partie de son engagement aux plantations urbaines avec pour objectif d’améliorer la qualité de l’air dans les communautés touchées de manière disproportionnée par la pollution et le changement climatique, et rafraîchir les zones urbaines les plus bétonnées, coïncidant souvent avec les zones les plus défavorisées. Comme le montrent plusieurs études (NPR, NYT), une partie du succès de l’initiative et de son impact social dépendra fortement de la prise en compte d’un critère équité pour la définition des stratégies de plantation. American Forests élabore à cette fin un indicateur d’équité pour les plantations d’arbres qui tiendra compte de l’effet îlot de chaleur et des niveaux de revenus moyens des quartiers. Ce dernier pourra être utilisé par les différents acteurs pour évaluer les stratégies de reforestation urbaine. (Bloomberg CityLab)

Le loup gris en voie d’être retiré de la liste des espèces protégées

Le Fish and Wildlife Service, rattaché au Department of Interior, a annoncé la sortie de la liste fédérale des espèces en danger protégées pour le loup gris d’ici la fin de l’année. L’agence avait proposé l’an dernier la levée du statut d’espèce en voie d’extinction dans les 48 Etats américains contigus (hors Alaska et Hawaii), à l’exception d’une petite population de loups du Mexique présents dans le Sud-Ouest des Etats-Unis. Après avoir frôlé la disparition au siècle dernier, des populations de loup gris se sont développées ces dernières décennies dans la partie ouest de la région des grands lacs et dans l’ouest américain grâce à loi sur les espèces menacées de 1973, pour atteindre une population totale excédant désormais 6000 individus. L’administration considère ainsi que la population de loups gris a été « biologiquement restaurée ». Elle ne s’attend pas à un développement de populations au-delà des zones déjà occupées par le loup, quelle que soit la protection fédérale, considérant qu’il ne reste pas beaucoup d’habitats appropriés au-delà de ces zones, une affirmation que des groupes environnementalistes et certains biologistes contestent. Le loup gris a déjà été retiré de la liste des espèces menacées dans le Montana, l’Idaho, le Wyoming et certaines parties de l’Oregon, de l’Utah et de l’État de Washington. La protection fédérale demeure sur tout le reste du territoire. (AP)

Elections 2020 : les démocrates réclament une discussion sur le climat lors des débats

Dans une lettre du 2 septembre adressée à la Commission des débats présidentiels, plusieurs dizaines de parlementaires démocrates demandent à ce que la question de la crise climatique occupe une place de choix lors des débats présidentiels à venir. « Nous comprenons qu’il y a quatre crises centrales auxquelles les candidats à la présidence et à la vice-présidence doivent faire face : la pandémie actuelle, une économie en difficulté, l’injustice raciale et la crise climatique. Mais sur ces quatre, il y en a une qui exacerbera chacune des trois autres, si elle n’est pas traitée immédiatement. Nous avons besoin d’une discussion spécifique sur la crise climatique qui corresponde à l’importance de ce moment ». En 2016, les modérateurs des débats n’avaient pas posé une seule question en lien avec cette crise planétaire. Le premier débat aura lieu le 29 septembre prochain. (Huffpost)

Le chiffre de la semaine : 80%

Il s’agit de la proportion d’Américains se déclarant inquiets par les produits en plastique à usage unique, un chiffre en baisse par rapport aux 87% de l’année dernière, selon une enquête de la Consumer Brands Association, qui représente les intérêts de l’industrie alimentaire, des boissons, et des produits de consommation. Selon cette enquête, une majorité d’américains se déclarent désormais plus inquiets par la sécurité et l’hygiène, qu’ils ne le sont pour l’environnement.

Transport

Amazon Prime Air obtient la certification de transporteur aérien par drone

La Federal Aviation Administration (FAA) a accordé lundi 31 août à Prime Air, filiale d’Amazon, un certificat d’opérateur aérien par drone au titre de la partie 135 de la règlementation aérienne fédérale, relative aux autorisations d’exploitation commerciale pour le transport aérien par drones. Prime Air est le troisième opérateur à obtenir ce certificat, après Wing Aviation (Google/Alphabet) en avril 2019, et UPS Flight Forward en octobre 2019. Prime Air est donc désormais autorisé à réaliser des opérations commerciales de livraison de colis par drone au-delà du champ de vision de l’opérateur pilotant le drone. Amazon teste la livraison par drone depuis 2013. Prime Air s’est félicité de cette décision, et a indiqué dans une déclaration que « cette certification est un pas en avant important pour Prime Air, et démontre la confiance de la FAA dans les procédures d’exploitation et de sécurité d’Amazon pour le service de livraisons par drones autonomes qui un jour permettra de livrer dans le monde entier ». L’autorisation obtenue par Amazon requiert toutefois la présence d’un pilote à distance. Amazon projette de « continuer à développer et à affiner [sa] technologie pour intégrer pleinement les drones de livraison dans l’espace aérien, et travailler en étroite collaboration avec la FAA et d’autres régulateurs du monde entier pour réaliser [l’] objectif de la livraison en 30 minutes ». (Bloomberg)

Des transports publics gratuits à Los Angeles ?

Avec une fréquentation aux alentours de 50 % de son niveau pré-pandémie, l’agence des transports publics du comté de Los Angeles, le plus peuplé des États-Unis, a annoncé lors de son conseil d’administration du 27 août qu’elle envisageait d’instaurer la gratuité dans les bus et les trains. Le CEO de la Los Angeles County Metropolitan Transportation Authority (LA Metro) a annoncé la création d’un groupe de travail interne chargé d’étudier la faisabilité du projet baptisé « Fareless System Initiative », qualifiant cette mesure « d’obligation morale » pour répondre aux besoins des usagers pendant la pandémie. En parallèle, LA Metro envisage des coupes budgétaires significatives, devant être approuvées en septembre, et qui entraineraient une réduction de 17 % de l’offre de services par rapport aux niveaux pré-pandémie. Les réductions les plus importantes concerneraient les services de bus. L’agence projette un déficit de 1,8 Mds USD d’ici la mi-2021 en raison des conséquences économiques de la pandémie de Covid-19. LA Metro met en avant que les recettes tirées des ventes de titres n’ont représenté en 2019 qu’entre 250 et 300 M USD, soit seulement 13 % des 1,9 Mds USD de coûts d’exploitation. D’autres grandes agences de transport public aux Etats-Unis, telles que la MTA de New York, la CTA de Chicago et la BART de la région de la baie de San Francisco, ont des taux de recouvrement nettement plus élevés. La task force remettra ses recommandations pour la fin de l’année 2020. (Bloomberg CityLab)

Les Etats doivent-ils concéder leurs autoroutes à péage ?

Une étude du think tank conservateur et libertaire Reason Foundation préconise aux Etats fédérés gestionnaires de réseaux autoroutiers à péage d’envisager l’option de la mise en concession de ces infrastructure (long-term P3 leases) pour redéployer les recettes collectées sur d’autres besoins d’investissement ou de désendettement prioritaires en période de récession économique. A travers l’examen du cas de neuf infrastructures autoroutières à péage dans plusieurs Etats, l’étude estime que la fourchette des produits nets de ces mises en concession se situerait entre 1,1 Md USD (pour le Kansas Turnpike) et 19,4 Mds USD (pour Illinois Tollway) après remboursement des dettes obligataires. (Transportation Today)

Les compagnies aériennes révisent leur politique de frais pour changement de vol

Les trois compagnies aériennes United, American, et Delta ont annoncé qu’elles supprimaient définitivement les frais de changement de billets pour l’ensemble de leurs vols domestiques pour s’adapter aux demandes des consommateurs qui réclament plus de flexibilité. Cette exonération ne s’appliquera en revanche pas aux billets en classe « basic economy ». Les compagnies maintiennent toutefois l’exonération temporaire de frais de changement pour tous les billets, sur vols domestique et international, jusqu’à la fin de l’année 2021. (The Hill)

Le chiffre de la semaine : 16 370

Il s’agit du nombre d’employés que la compagnie United Airlines prévoit de licencier à partir du 1er octobre après expiration des aides fédérales pour le maintien de l’emploi prévues au plan de relance. American Airlines avait annoncé la semaine dernière le départ de 19 000 salariés. (the Hill, 2/9)

Énergie

Elections 2020 : Joe Biden n’interdirait pas la fracturation hydraulique

A l’occasion d’une visite en Pennsylvanie, l’une des régions des Etats-Unis dans laquelle l’utilisation de la fracturation hydraulique est couramment employée pour l’extraction de gaz naturel, le candidat démocrate Joe Biden a précisé qu’il n’interdirait pas l’utilisation de cette technique s’il était élu président, contrairement à ce qu’affirment ses opposants politiques et son adversaire républicain, le Président Trump. “Let me say that again: I am not banning fracking, no matter how many times Donald Trump lies about me » a indiqué Biden. Ces déclarations visent à rassurer une partie de l’électorat américain préoccupé par le potentiel impact économique et sur les emplois d’une interdiction de la fracturation hydraulique. Si cette idée est poussée par la frange la plus progressiste du parti démocrate et les militants écologistes, Joe Biden s’est seulement engagé à interdire la délivrance de nouveaux permis d’extraction de combustibles fossiles sur les terrains fédéraux et en zone offshore. (E&E News)

La Californie prolonge l’exploitation de 4 centrales thermiques pour éviter les coupures d’électricité

Les autorités de l’État de Californie ont autorisé une extension d’exploitation à quatre centrales électriques au gaz le long de la côte de Californie du Sud devant fermer fin 2020, considérant que ces installations sont toujours nécessaires pour fournir une électricité fiable même si elles contribuent à la crise climatique. Cette décision a été précipitée suite à deux coupures d’électricité ordonnées par les autorités à la mi-août en pleine vague de chaleur, d’incendies dévastateurs et de pandémie. De telles coupures ne s’étaient pas produites depuis une vingtaine d’années. Le régulateur de l’énergie en Californie étudie toujours les causes de cette pénurie d’électricité, vraisemblablement causée par des erreurs de management et de planification des capacités (NYT), mais considère que ces prolongations d’exploitation pour quelques années contribueront à éviter d’autres coupures, alors que la Californie poursuit sa transition vers des sources d’énergie plus propres. Les quatre installations devaient être fermées avant le 31 décembre 2020 en vertu d’une réglementation exigeant que les centrales électriques côtières cessent d’utiliser l’eau de mer pour les installations, un processus préjudiciable pour les poissons et les autres formes de vie marine. Plusieurs experts considèrent qu’une meilleure coordination des autorités de l’Etat aurait permis de mieux mobiliser les capacités stockées dans des batteries des entreprises ou chez des particuliers, et possiblement permis d’éviter ces coupures. (LA Times, NYT)

Une 20ème action en justice contre l’industrie pétrolière pour son impact climatique

La ville de Hoboken dans le New Jersey, située sur les rives de l’Hudson River, de l’autre côté de Manhattan, est venue étoffer la longue liste d’une vingtaine de collectivités américaines – villes, comtés, Etats — tentant de tenir pour responsable l’industrie des énergies fossiles de son impact sur le climat. La ville a engagé le 2 septembre une action en justice contre Exxon Mobil, Chevron, Shell, BP, ConocoPhilipps, Philipps 66, et l’American Petroleum Institute (API) accusant ces derniers d’avoir su depuis des décennies que leurs produits étaient à l’origine du changement climatique, et d’avoir délibérément trompé le public sur les risques qu’ils impliquaient. Cette action est la deuxième, après celle engagée en juin dernier par l’Etat du Minnesota, à également viser l’API, le lobby représentant l’industrie pétrolière. Les groupes industriels dénoncent pour leur part les motivations politiques de ces différentes actions en justice. (Washington Examiner)

Le chiffre de la semaine : 10 M USD

Il s’agit du montant total d’obligations (appelées Green Liberty Bonds) levées par la Connecticut Green Bank auprès de petits investisseurs particuliers (1000 dollars l’obligation) pour abonder les financements par la banque de projets d’énergie renouvelable dans le Connecticut, permettant de financer des panneaux solaires sur les toits de particuliers ou d’entreprises (E&E News)

COMMENTS

WORDPRESS: 0
DISQUS: 0