Faits marquants Écologie, Développement durable, Énergie et Transports n°2020-29

Faits marquants Écologie, Développement durable, Énergie et Transports n°2020-29

Sommaire

Écologie – Climat

  • Les distributeurs veulent réinventer le sac à provisions et remplacer les sacs en plastique
  • Le Pentagone ne contrôle pas suffisamment la vulnérabilité climatique de ses fournisseurs
  • Un workshop des Académies nationales des sciences de l’ingénierie et de la médecine sur les PFAS

Transport

  • Covid-19 : Les Etats fédérés multiplient les restrictions pour les voyageurs
  • Prochain plan de relance : les républicains du Sénat proposent 10 Mds$ pour les aéroports, rien pour les transports publics
  • Boeing devrait réduire davantage sa production et ses effectifs

Énergie

  • Un projet pilote de production d’hydrogène vert en Floride
  • La production d’hydrogène pourrait-elle contribuer à sauver le nucléaire ?
  • Le Président Trump en visite au Texas soutient l’industrie pétrolière

Agenda

Écologie – Climat

Les distributeurs veulent réinventer le sac à provisions et remplacer les sacs en plastique

Walmart, Target, Walgreens et d’autres grands distributeurs s’associent pour réinventer le sac à provisions. Les détaillants ont formé le « Consortium to Reinvent the Retail Bag » pour identifier, concevoir et mettre en œuvre des alternatives aux sacs en plastique. Cette initiative vise à réduire les impacts sur l’environnement sans pour autant sacrifier le confort du consommateur. On estime à 100 milliards le nombre de sacs en plastique utilisés chaque année aux États-Unis ; seuls 10 % des sacs seraient recyclés selon l’agence de protection de l’environnement. CVS Health Corp., Target Corp. et Walmart sont les partenaires fondateurs du collectif. Kroger Co. a rejoint le groupe en tant que chef de file du secteur de l’épicerie avec le soutien de Walgreens Co. Ce collectif devrait investir 15 millions de dollars pour financer l’initiative durant trois ans et lance un appel à projet aux innovateurs.

Le Pentagone ne contrôle pas suffisamment la vulnérabilité climatique de ses fournisseurs

Le Departement of Defense n’a pas suffisamment pris en compte les risques que les changements climatiques font peser sur les milliers de ses fournisseurs et soustraitants – malgré sa propre directive interne qui l’y incite, selon un rapport fédéral publié le 27 juillet.  Cela pourrait mettre en danger la sécurité nationale et les missions des départements militaires, qui dépendent fortement des biens et services obtenus auprès d’entrepreneurs qui peuvent être vulnérables à l’intensification des impacts climatiques, ont écrit les analystes du Government Accountability Office. Pour le seul exercice 2019, le Departement of Defense a dépensé 381 milliards de dollars pour des contrats avec des entreprises comme Boeing, Lockheed Martin et Raytheon, et ce montant important dépasse les dépenses de toutes les autres agences fédérales combinées pour 2019, selon le rapport.

Une proposition de loi conditionnerait l’aide internationale à des exigences sur la résilience climatique

Les démocrates de la Chambre des représentants ont présenté la semaine dernière une proposition de loi visant à subordonner l’aide étrangère américaine à certaines exigences en matière de résilience climatique. Le « Climate-Resilient International Development Optimization Act », H.R. 7738, exigerait que les agences fédérales intègrent le risque climatique dans la planification de l’aide étrangère et des projets de développement international. La proposition de loi du représentant Matt Cartwright (D-Pa.), établirait également un groupe de travail inter-agences pour partager les données et les outils et pour coordonner la résilience climatique dans l’aide directe et les efforts des banques de développement à l’étranger. Elle s’appuie sur un décret exécutif du président Obama datant de 2014, qui visait à atténuer les risques climatiques et à réduire les émissions de gaz à effet de serre à l’étranger. La proposition de loi est coparrainée par neuf autres démocrates ainsi que par le représentant Francis Rooney (R-Fla.).

Un workshop des Académies nationales des sciences de l’ingénierie et de la médecine sur les PFAS

Les Académies nationales des sciences, de l’ingénierie et de la médecine organiseront cet automne un atelier virtuel de deux jours pour examiner la manière dont les agences fédérales évaluent une classe de produits chimiques toxiques présents dans l’eau potable et identifier les lacunes de la recherche en lien avec les agences qui coordonneront la recherche sur les substances per- et polyfluoroalkyles, ou PFAS, a annoncé le 27 juillet l’agence de protection de l’environnement (EPA). Les PFAS constituent  une classe de près de 7 000 substances chimiques qui ont contaminé le sol, l’air, et l’eau potable dans le monde entier. Ces produits chimiques étaient autrefois réputés pour leurs propriétés antiadhésives dans les produits de consommation et leur utilité dans les mousses anti-incendie, mais aujourd’hui, des dizaines d’études établissent un lien entre ces produits chimiques et de multiples problèmes de santé tels que des lésions hépatiques et certains cancers. (E&E news, 27 juillet).

Le chiffre de la semaine : 23

Il s’agit du nombre de fonds durables qui ont été lancés aux États-Unis au cours du premier semestre 2020 – un rythme de lancement record selon une analyse du 24 juin de Morningstar Inc.

Transport

Covid-19 : Les Etats fédérés multiplient les restrictions pour les voyageurs

Un nombre de plus en plus important d’Etats fédérés mettent en place des restrictions aux voyageurs et visiteurs en provenance de certaines régions du pays afin de limiter la propagation du virus et de protéger leurs résidents. Les restrictions varient d’un État à l’autre, certains préconisant ou imposant une quarantaine auto-administrée à l’arrivée, d’autres conseillant aux visiteurs de prendre certaines précautions. Au 28 juillet, 21 états et le District of Columbia ont acté de telles mesures. Depuis fin juin les Etats de New York, du New Jersey et du Connecticut imposent une quarantaine de 14 jours pour les visiteurs en provenance d’Etats présentant un fort taux d’infection (supérieur à 10 cas pour 100 000 habitants sur 7 jours, ou supérieur à 10% des personnes testées sur 7 jours), affectant désormais 34 états, et sans exemptions possibles à New York et dans le New Jersey pour les voyageurs disposant d’un test virologique négatif. Washington DC impose également depuis le 27 juillet une quarantaine de 14 jours pour toute personne en provenance de 27 états. Le Maine exige un test virologique négatif de moins de 72 heures pour tous les voyageurs, à l’exception de ceux en provenance de 4 états voisins, et impose à défaut une quatorzaine jusqu’à production d’un résultat de test négatif. L’Alaska impose aux visiteurs de présenter un test virologique négatif de moins de 72 heures, de réaliser un autre entre 7 et 14 jours après leur arrivée, et de minimiser leurs interactions sociales avant de disposer des résultats de ce second test. (NYT)

Prochain plan de relance : les républicains du Sénat proposent 10 Mds$ pour les aéroports, rien pour les transports publics

Alors que le débat se prolonge au Congrès pour un nouveau plan de soutien à l’économie, la proposition des républicains du Sénat, négociée au cours du week-end avec la Maison blanche, atteint environ 1 000 Mds USD, dont 306 Mds USD de nouvelles appropriations budgétaires discrétionnaires. Le département des transports ne recevrait qu’environ 10 Mds USD supplémentaires, consacrés quasi intégralement au soutien des autorités aéroportuaires et qui complèteraient les 10 Mds USD déjà alloués aux aéroports dans le cadre du plan de relance CARES Act promulgué fin mars. Comme attendu, la proposition républicaine n’offre aucune aide financière supplémentaire aux Etats et gouvernements locaux, incluant les départements des transports des Etats et les autorités de transports urbains. Le président et CEO de la Metropolitan Transportation Authority de New York a vivement critiqué la proposition républicaine. La MTA réclame une aide complémentaire d’au moins 4 Mds USD pour les transports new yorkais. Aucune aide supplémentaire n’est également prévue pour les compagnies aériennes. Les négociations devraient se poursuivre au moins jusqu’à la fin de la semaine prochaine, avec un camp républicain pas complètement aligné sur la proposition, et des démocrates soutenant une proposition, adoptée par le Chambre en mai dernier, nettement plus ambitieuse.

Boeing devrait réduire davantage sa production et ses effectifs

Lors de la présentation de ses résultats financiers du second trimestre 2020, qui font apparaitre une chute de 25% de son chiffre d’affaire par rapport à la même période de 2019 (-11,8 Mds USD) et 2,4 Mds USD de pertes, Boeing a indiqué qu’il allait continuer à réduire la production de ses avions commerciaux et que de nouvelles réductions d’effectifs étaient possibles. 3000 postes supplémentaires pourraient être supprimés d’ici la fin de l’année, portant le total à 19 000. Boeing annonce également le report du 777X à 2022. Boeing n’a livré que 20 avions commerciaux au deuxième trimestre 2020, soit une baisse de 78 % par rapport à la même période de l’année 2019. Les revenus de l’activité avions commerciaux ont diminué de 65 %, pour atteindre 1,6 Mds USD. Les revenus des activités défense, sécurité et espace sont en revanche restés stables. (WSJ)

Le motoriste General Electric Aviation affiche pour sa part une chute de 44% de son chiffre d’affaire au 2nd trimestre par rapport à 2019. (WSJ)

Revel suspend ses opérations à New York

La compagnie américaine Revel proposant des scooters électriques en libre-service à la location a annoncé le 28 juillet la suspension de ses services à New York, suite au deuxième accident mortel impliquant un de ses véhicules, seulement deux semaines après un premier accident ayant entrainé le décès d’une journaliste de la chaîne CBS. Revel précise qu’elle va engager une révision de ses mesures de sécurité et de responsabilisation de ses utilisateurs, et échanger avec la ville avant de pouvoir rétablir son service. Le maire de New York indique qu’il ne réautorisera pas le service tant que la ville ne sera pas convaincue que celui-ci est sûr. Revel avait été lancé en 2018 à Brooklyn. Outre New York, Revel est présent dans les villes de Austin, Miami; Oakland, CA, et Washington, DC. (NYT)

Le chiffre de la semaine : 10 Mds USD

Il s’agit du montant du prêt qui pourra être accordé par l’administration fédérale à l’US Postal Service (USPS) pour faire face à la pandémie dans le cadre du plan de relance CARES Act, suite à l’accord conclu le 29 juillet sur les termes du prêt. (US Treasury)

Énergie

Un projet pilote de production d’hydrogène vert en Floride

Florida Power & Light Co. (FPL), la plus importante compagnie d’électricité de Floride a proposé un projet pilote sur l’hydrogène qui, selon ses dirigeants, lui permettra d’atteindre son objectif de neutralité carbone. Le projet représente un investissement de 65 millions de dollars pour produire de l’hydrogène vert à partir d’électricité issue de production solaire, mettant en œuvre un système d’électrolyse de 20 mégawatts de capacité. Pour la société mère de FPL, la société NextEra Energy Inc., la technologie pourrait offrir un moyen de capitaliser sur son statut de plus important développeur d’énergie renouvelable au monde. L’hydrogène du projet pilote remplacera une partie du gaz naturel alimentant l’une des trois turbines de la centrale électrique Okeechobee de la FPL, à l’ouest de Vero Beach, en Floride (Greentechmedia, 24 juillet).

La production d’hydrogène pourrait-elle contribuer à sauver le nucléaire ?

Depuis 2013, dix réacteurs nucléaires ont été mis à l’arrêt et sept autres sont menacés de fermetures, indique le Département de l’Energie (DOE). Dans ce contexte et afin de remédier à cette tendance, le DOE étudie les moyens de développer de nouvelles technologies de production d’hydrogène dans le cadre de son initiative H2@Scale en utilisant toutes les sources d’énergie, y compris le nucléaire. Selon le DOE, les centrales nucléaires peuvent produire de l’hydrogène de diverses manières, ce qui permettrait de réduire considérablement les émissions atmosphériques de dioxyde de carbone, tout en tirant parti de l’énergie thermique constante et de l’électricité qu’elles fournissent de manière fiable. Les centrales nucléaires existantes pourraient produire de la vapeur de haute qualité à un coût inférieur à celui des chaudières au gaz naturel et pourraient être utilisées dans de nombreux processus industriels. Un seul réacteur nucléaire de 1 000 mégawatts pourrait produire plus de 200 000 tonnes d’hydrogène chaque année.

Alerte sur la cyber sécurité des infrastructures critiques

L’un des groupes de cyber-pirates les plus prolifiques de Russie s’intéresse au secteur de l’énergie, avertissent les experts en cyber sécurité – une menace qui a suscité une rare mise en garde fédérale sur les dispositifs connectés à l’Internet dans les infrastructures critiques américaines. L’Agence de sécurité nationale (NSA) et l’Agence de cyber sécurité  et de sécurité des infrastructures (CISA) ont publié le 23 juillet une alerte, notant que des adversaires étrangers ont utilisé des technologies opérationnelles (OT) accessibles sur Internet, comme celles qui gèrent le réseau électrique, comme point d’accès à de dangereuses cyberattaques. Citant une « période de tensions accrues », l’alerte exhorte les opérateurs d’infrastructures critiques à « prendre des mesures immédiates pour sécuriser leurs ressources OT » (E&E news, 28 juillet).

Le Président Trump en visite au Texas soutient l’industrie pétrolière

Le président Trump s’est rendu au Texas le 29 juillet, et a visité la société Double Eagle Energy dans le Midland (bassin Permien), qui y exploite l’une des plus importantes platesformes pétrolières de la région. Lors de son allocution, il a annoncé qu’il avait signé des ordonnances prolongeant certaines autorisation d’exportations de gaz naturel liquéfié américain jusqu’en 2050 et autorisant les exportations de brut du Texas vers le Mexique. Il s’est également félicité sur sa gestion de la crise des prix du pétrole à la suite de la chute de la demande causée par la pandémie du Covid-19. Enfin, le Président Trump a réitéré ses critiques contre la politique énergétique des démocrates et leur Green New Deal.

Le chiffre de la semaine : 48 Mds USD

Il s’agit du montant collectif des dépréciations d’actifs de 40 producteurs de pétrole américains au premier trimestre 2020, le plus important  ajustement trimestriel survenu depuis au moins 2015. (EIA, 27 juillet).

COMMENTS

WORDPRESS: 0
DISQUS: 0