Faits marquants Écologie, Développement durable, Énergie et Transports n°2020-28

Faits marquants Écologie, Développement durable, Énergie et Transports n°2020-28

Sommaire

Écologie – Climat

  • Justice : le marché carbone régional Californie/Québec respecte la  constitution
  • Morgan Stanley s’engage à évaluer son impact sur le climat
  • Inquiétudes sur l’accumulation de déchets de panneaux solaires en fin de vie

Transport

  • Une étape importante franchie par Boeing pour le 737 MAX
  • L’EPA adopte les règles internationales de réduction des émissions du secteur aérien
  • #BLM : la ville de Berkeley réforme sa police

Énergie

  • Accélération des sanctions contre les projets de gazoducs Nord Stream 2 et Turkstream
  • Les emplois du secteur pétrolier préférés à ceux des énergies renouvelables en termes de salaire et de qualité de l’emploi
  • New York soutient le déploiement de stations de recharge pour véhicules électriques

Agenda

Écologie – Climat

Justice : le marché carbone régional  Californie/Québec respecte la  constitution

Un juge fédéral a rejeté le 17 juillet la requête de  l’administration Trump s’opposant au marché régional du carbone entre le Québec et la Californie. Le juge a statué que l’accord de plafonnement et d’échange de quotas carbone entre la Californie et le Québec n’empiète pas sur les pouvoirs fédéraux de gestion des affaires étrangères. « Des craintes hypothétiques ou spéculatives ne peuvent pas soutenir la conclusion que ce programme d’État a plus qu’un effet accessoire sur les affaires étrangères », a écrit le juge dans son ordonnance. « Les États-Unis n’ont pas réussi à démontrer que le programme de la Californie empiète de manière inadmissible sur le pouvoir du gouvernement fédéral en matière d’affaires étrangères. » L’administration Trump avait saisi la justice en 2019 dans le but de dissoudre l’accord, qui a été créé pour favoriser un marché transfrontalier des gaz à effet de serre afin de réduire les émissions de carbone. L’administration Trump estimait qu’il violait les droits constitutionnels qui régissent les affaires étrangères et les traités (Reuters, 17 juillet).

Morgan Stanley s’engage à évaluer son impact sur le climat

Morgan Stanley devient la première grande banque américaine à s’engager à rendre publiques les émissions de gaz à effet de serre de son portefeuille de prêts et d’investissements  par l’intermédiaire du Partnership for Carbon Accounting Financials, une étape importante alors que les institutions financières du monde entier font l’objet d’une supervision accrue pour leurs investissements à forte intensité de carbone. La banque a annoncé le 20 juillet qu’elle rejoindra le comité directeur du partenariat, où elle aidera à développer sa méthodologie de mesure des émissions dans le secteur financier. Ce partenariat représente une coalition de 66 autres institutions financières gérant environ 5 300 Mds USD d’actifs (Politico, 20 juillet).

Apple vers la neutralité carbone en 2030

Dans une « feuille de route pour le climat » publiée le 21 juillet, Apple s’engage pour la neutralité carbone en 2030 et déclare qu’elle atteindra cet objectif en réduisant de 75 % ses émissions et pour les 25 % restants, en les compensant par des investissements  dans des technologies de capture du carbone.

Les ménages Américains les plus aisés sont aussi les plus émetteurs

Les ménages Américains les plus aisés produisent près de 25 % de plus de gaz à effet de serre que les ménages les plus modestes, selon une étude exhaustive sur l’empreinte carbone des habitations américaines. Les scientifiques ont étudié 93 millions d’habitations pour analyser la quantité de gaz à effet de serre rejetée dans différentes régions et en fonction des revenus, selon une étude publiée le 20 juillet dans les Proceedings of the National Academy of Sciences. Les émissions de dioxyde de carbone des logements représentent près d’un cinquième des gaz à effet de serre émis par la combustion du charbon, du pétrole et du gaz naturel.

Inquiétudes sur l’accumulation de déchets de panneaux solaires en fin de vie

Dans une étude publiée la semaine dernière dans Nature Energy, les analystes du Laboratoire national sur les énergies renouvelables (NREL) du Department of Energy  ont déclaré qu’environ 8 millions de tonnes de panneaux solaires photovoltaïques pourraient être mis en décharge dans le monde d’ici la fin de la décennie, pour atteindre 80 millions au milieu du siècle, et  pourraient représenter environ 10 % de tous les déchets électroniques. Tous ces panneaux en fin de vie pourraient encombrer les décharges aux États-Unis et ailleurs avec des métaux précieux et contribuer aux émissions de gaz à effet de serre, ont déclaré les scientifiques du NREL. Si l’Agence internationale de l’énergie a conclu jusqu’à présent que les panneaux solaires les plus répandus présentent peu de risques pour la santé humaine, l’absence de protocole d’essai standard laisse planer des incertitudes quant à la possibilité de lixiviation de produits chimiques nocifs à partir d’équipements en décomposition, selon les chercheurs.

Le chiffre de la semaine : 150 Mds de m3

Il s’agit du volume de méthane torché par les Etats-Unis en 2019, en hausse de 23%, selon une analyse publiée ce mois-ci par la Banque mondiale. Le pays a torché le troisième plus important volume de gaz après la Russie et l’Iraq.

Transport

Une étape importante franchie par Boeing pour le 737 MAX

La Federal Aviation Administration (FAA) a annoncé le 21 juillet la publication prochaine d’une proposition de directive de navigabilité (Notice of Proposed Rulemaking (NPRM) for an Airworthiness Directive) portant sur les modifications de conception et de procédures d’équipages sur le Boeing 737 MAX. Cette proposition sera soumise à commentaires publics pendant 45 jours. La publication de cette proposition de directive constitue une étape importante pour Boeing, néanmoins le FAA souligne qu’un certain nombre d’étapes essentielles restent à franchir avant la reprise de l’exploitation commerciale du 737 MAX. Doivent notamment encore être définies les exigences de formation minimales pour les pilotes, dont une évaluation sera assurée par une commission (Joint Operations Evaluation Board) incluant des représentants des régulateurs européens, canadiens, et brésiliens. Ces propositions seront également soumises à commentaires publics. Après une ultime revue de la conception finale de Boeing, et l’avis du comité technique multi-agences (Technical Advisory Board), la FAA publiera la directive finale de navigabilité, et retirera son ordre d’immobilisation de l’avion. La FAA ne s’engage pas sur des échéances précises pour finaliser l’ensemble du processus. Reuters, citant une source interne à l’administration, rapporte que la décision de reprise d’exploitation ne devrait pas intervenir avant courant octobre 2020.

Tesla accumule les résultats positifs, et annonce un nouveau site au Texas

Pour le quatrième trimestre d’affilé, Tesla a présenté le 22 juillet un résultat net positif lors de la présentation de ses résultats financiers du 2nd trimestre 2020, et ce malgré la fermeture de son site de production californien pendant le confinement, et une légère baisse de ses volumes de production et de livraison. Ces baisses sont notamment compensées par une hausse conséquente des revenus issus de la vente de crédits d’émissions à d’autres constructeurs automobiles, représentant environ 8% de son chiffre d’affaire. Malgré un horizon incertain, Tesla maintient un objectif de produire plus de 500 000 véhicules en 2020. Ces bons résultats se sont accompagnés d’un bond de 6% du titre Tesla. Avec le triplement de la valeur de son action depuis mars, la capitalisation boursière de l’entreprise atteint 300 Mds USD. (Axios)

Elon Musk a également annoncé avoir retenu un site près d’Austin au Texas pour y construire sa prochaine usine d’assemblage qui sera dédiée au pick-up électrique cybertruck, au camion Semi, ainsi qu’au Model 3 et Y. Un investissement évalué à 1 Md USD, qui créera jusqu’à 5000 emplois. (Business Insider)

L’EPA adopte les règles internationales de réduction des émissions du secteur aérien

L’administrateur de l’EPA, Andrew Wheeler, a annoncé le 22 juillet que l’agence s’apprêtait à proposer  pour la première fois de l’histoire américaine une règlementation limitant les émissions de gaz à effet de serre du secteur aérien. Cette décision constitue l’une des rares initiatives de l’administration Trump en faveur de la réduction des émissions, l’EPA ayant plutôt eu tendance à affaiblir ou retarder le cadre réglementaire favorable à la lutte contre les changements climatiques. La règlementation proposée – qui n’a pas encore été publiée au registre fédéral – reflétera les normes d’émissions adoptées par l’Organisation de l’aviation civile internationale (OACI) en 2017. Alors que les acteurs industriels du secteur ont unanimement salué l’annonce de l’EPA, plusieurs groupes écologistes ont critiqué la décision considérant que la proposition était trop faible pour permettre de réduire de manière significative les émissions du secteur aérien au cours des prochaines décennies. Après publication, le public disposera de 60 jours pour soumettre des commentaires. L’agence espère publier la règlementation définitive en 2021. (E&E news)

#BLM : la ville de Berkeley réforme sa police

Dans un contexte national de forte contestation à l’encontre des services de police, et dans la lignée du mouvement Black Lives Matter, la ville très progressiste de Berkeley en Californie a adopté le 15 juillet dernier une proposition visant à réformer l’organisation de sa police municipale, et à retirer à cette dernière la compétence en matière de contrôles routiers et de la circulation. Berkeley est la première ville aux Etats-Unis à adopter une telle mesure. Cette compétence sera prochainement assumée par des agents non armés de la municipalité, qui relèveront d’un nouveau département des transports. Cette décision s’inscrit dans une série de réformes visant à renforcer la sécurité de la communauté afro-américaine, confrontée d’après le conseil municipal à une violence et un harcèlement disproportionnés de la police sur la route et dans les transports. (Streetsblog, NBC News)

Le chiffre de la semaine : +23,5%

Il s’agit  de l’augmentation au mois de mai du taux de mortalité routière aux Etats-Unis (mortalité rapportée au niveau de circulation), par rapport au mois de mai 2019, d’après les données présentées le 22 juillet par le National Safety Council (NSC). Le taux de mortalité est passé de 1,19 à 1,47 décès par  100 millions de véhicules miles parcourus (soit 9,2 décès par milliard de véh.km parcourus ; en France en 2019 le taux de mortalité était de 5,4 décès par milliard de véh.km parcourus). Malgré une baisse d’environ 25% des niveaux de circulation en mai 2020, la mortalité n’a chuté que de 8% comparé à mai 2019.

Énergie

Accélération des sanctions contre les projets de gazoducs Nord Stream 2 et Turkstream

L’administration Trump  a poursuivi le 15 juillet son objectif d’empêcher l’achèvement des projets de nouveaux gazoducs germano-russes Nord Stream 2 et turco-russes Turkstream, en avertissant les entreprises impliquées dans les projets qu’elles seront passibles de sanctions américaines si elles n’arrêtent pas leurs travaux. Le Secrétaire du Département d’État Mike Pompeo a annoncé que l’administration mettait fin aux clauses dites du grand-père qui épargnaient les entreprises précédemment impliquées dans la construction des gazoducs par rapport aux sanctions autorisées par le Countering America’s Adversaries Through Sanctions Act, une loi de 2017 visant à sanctionner la Russie, en particulier pour son ingérence dans les élections américaines.

Les emplois du secteur pétrolier préférés à ceux des énergies renouvelables en termes de salaire et de qualité de l’emploi

Des salariés de la construction  considèrent les emplois dans le secteur du pétrole et du gaz naturel comme mieux rémunérés et plus pérennes que les emplois dans le secteur des énergies renouvelables, selon une enquête menée par un groupe de syndicats. Selon deux rapports de la North America’s Building Trades Unions (NABTU), une fédération de 14 syndicats, de nombreux métiers risquent de disparaître dans le cadre d’une transition vers les énergies propres. La NABTU a également indiqué que davantage de travailleurs estimaient que la construction de canalisations et d’autres projets pétroliers et gaziers offrait « une meilleure rémunération, des avantages et des opportunités » que les emplois liés au développement des énergies renouvelables. Ces études sont publiées alors que l’ancien vice-président Joe Biden, candidat présumé du parti démocrate à la présidentielle de 2020 promet d’engager d’importants investissements afin de développer les énergies renouvelables au détriment des énergies fossiles. L’équipe de campagne de Joe Biden affirme que son nouveau plan d’investissement pour le climat prévoyant une enveloppe de 2 000 milliards de dollars sur dix ans permettra de créer de nombreux emplois.

New York soutient le déploiement de stations de recharge pour véhicules électriques

Les régulateurs de l’énergie de l’Etat de New York ont approuvé le 16 juillet un programme d’incitation de plus de 700 millions de dollars pour la construction de chargeurs pour véhicules électriques dans tout l’État. La Public Service Commission (PSC) de l’Etat de New York a publié un décret qui établit l’initiative « EV Make-Ready », allouant des financements aux compagnies d’électricité pour investir dans de nouvelles stations de recharge pour véhicules électriques jusqu’en 2025. Les coûts seront répercutés sur les clients de ces entreprises sur une période d’environ 15 ans, a déclaré la PSC, avec « un impact minimal sur la facture moyenne des consommateurs particuliers d’électricité ». Le programme met fortement l’accent sur la justice environnementale. Environ 206 millions de dollars – 29% du total – sont destinés aux efforts d’installation de chargeurs dans les territoires où vivent des ménages à faibles revenus. Dans le cadre de ce programme d’incitation, les compagnies d’électricité pourront récupérer 90 % de leurs dépenses sur de nouveaux chargeurs accessibles au public et 100 % du coût de construction de chargeurs à proximité des territoires les plus défavorisés.

Le chiffre de la semaine : 5 Mds USD

Il s’agit du montant du rachat par Chevron Corp. de l’entreprise indépendante d’exploration et production de pétrole et de gaz Noble Energy Inc. basée à Houston, dans le cadre de la première importante opération de consolidation annoncée à la suite de la pandémie de coronavirus, qui a négativement impacté le secteur pétrolier et gazier (AP, 20 juillet).

COMMENTS

WORDPRESS: 0
DISQUS: 0