Faits marquants Écologie, Développement durable, Énergie et Transports n°2020-11

Faits marquants Écologie, Développement durable, Énergie et Transports n°2020-11

Sommaire

Écologie – Climat

  • Le coronavirus va ralentir l’innovation en matière de changement climatique
  • Covid 19 – L’interdiction des plastiques à usage unique est reportée à plus tard
  • Les États-Unis pourraient-ils faire face à une crise des déchets médicaux ?

Transport

  • Plan de relance de 2000 Mds USD, dont 114 Mds USD pour les transports
  • Transports publics désertés et services réduits
  • Le Covid-19 bouleverse le transport routier de marchandise avec des flux asymétriques

Énergie

  • Les régulateurs fédéraux assouplissent leurs contrôles dans le secteur de l’énergie
  • Le 3ème paquet de relance ne prévoit pas de dispositions spécifiques à l’énergie
  • Les Etats-Unis nomment une envoyée spéciale en Arabie Saoudite

Agenda

Écologie – Climat                                                           

Le coronavirus va ralentir l’innovation en matière de changement climatique

Dans une interview accordée le 24 mars à « TED Connects », Bill Gates a affirmé que le coronavirus « retardera le programme d’innovation urgent qui existe dans le domaine du climat », mais pas de manière irrévocable. « J’ai consacré beaucoup de temps pour travailler sur le climat ». « Je dois dire que depuis quelques mois, la situation a changé et que tant que nous ne sortirons pas de cette crise, le COVID-19 dominera et certains des travaux sur le climat, même s’ils se poursuivent, n’auront pas le même objectif » a-t-il indiqué. Il a ajouté qu’une fois la crise actuelle passée, « je ne pense pas que cela doive être un énorme revers pour le climat ». Au contraire, M. Gates a déclaré que des leçons utiles pour le climat peuvent être tirées de la crise pandémique, qui a souligné la nécessité de suivre l’avis des scientifiques qui peuvent souvent anticiper une « catastrophe imminente ».

Covid 19 – L’interdiction des plastiques à usage unique est reportée à plus tard

Les États, les collectivités locales et les restaurants suspendent leurs engagements à réduire l’emploi de plastiques à usage unique alors qu’ils tentent de contrôler l’épidémie de coronavirus, selon Argus Media et le Wall Street Journal. Ces mesures interviennent alors que « les sacs et conteneurs réutilisables présentent un risque plus élevé de propagation du virus que les articles à usage unique, qui sont conçus pour être utilisés une seule fois et jetés », rapporte Argus. Les États et les autorités locales du Maine, de New York, du Massachusetts et d’autres régions prennent ainsi des mesures pour permettre la poursuite de l’utilisation des sacs en plastique. Les grandes enseignes de restauration ont également été contraintes de revoir leurs stratégies. « Starbucks Corp. a déclaré que les magasins qui restent ouverts en Amérique du Nord ne serviraient du café que dans des tasses jetables à emporter », rapporte le WSJ. « Starbucks, Dunkin Brands Group Inc. et Tim Hortons – appartenant à Restaurant Brands International Inc. ont tous cessé de remplir les tasses réutilisables des clients après avoir encouragé leur usage ».

Report de la procédure contentieuse sur le règlement remplaçant le Clean Power Plan

Le 23 mars en réponse à la pandémie de coronavirus, un tribunal fédéral a accepté de reporter la procédure contentieuse concernant le règlement de l’administration Trump remplaçant le Clean Power Plan, un texte adopté sous l’administration Obama fixant les niveaux d’émission de CO2 des centrales thermiques. Cette décision fait suite à une demande des États, des municipalités, et des organisations de santé publique et environnementales et des producteurs d’électricité de prolonger les délais de procédure. L’Agence de protection de l’environnement (EPA) ne s’est pas opposée à cette requête. Elle avait auparavant demandé à la Justice d’accélérer l’affaire, ce qui aurait augmenté les chances que le litige atteigne la Cour Suprême avant la fin du premier mandat du président Trump (S&P Global 23 mars/ E&E news 24 mars).

Les États-Unis pourraient-ils faire face à une crise des déchets médicaux ?

Alors que l’épidémie de Covid-19 n’a pas encore atteint son pic aux Etats-Unis, des interrogations surviennent sur la gestion des déchets médicaux qui a soulevé des difficultés en Chine. Les Etats-Unis ne sont actuellement pas confrontés à cette problématique du fait d’une pénurie d’équipements de protection qui génère actuellement moins de flux de déchets médicaux aux États-Unis. Les installations américaines de traitement des déchets médicaux ont également une plus grande capacité de traitement en cas d’augmentation du volume, selon des experts. Stericycle, l’une des plus grandes entreprises de traitement de déchets médicaux d’Amérique du Nord, avec environ 1 500 véhicules de collecte pour transporter les déchets des hôpitaux et des cliniques vers plus de 50 de ses installations, aurait une capacité suffisante pour répondre à un pic de la demande selon l’entreprise. Aujourd’hui, seuls 15% des déchets médicaux des sites américains de Stericycle sont incinérés. Les autoclaves les ont largement remplacés. Ces machines neutralisent les agents pathogènes à l’aide de vapeur à haute température, stérilisant les déchets avant leur mise en décharge (E&E news 24 mars).

Le chiffre de la semaine : 30 Mds USD

Il s’agit du financement obtenu dans le cadre du troisième paquet de relance économique COVID-19 ayant fait l’objet d’un accord au Congrès ce 25 mars, destiné à alimenter le fond de secours en cas de catastrophe de la Federal Emergency Management Agency – (PoliticoPro, 25 mars).

Transport

Plan de relance de 2000 Mds USD, dont 114 Mds USD pour les transports

Le troisième plan de soutien américain à l’économie (Coronavirus Aid, Relief, and Economic Security Act – CARES Act) voté le 25 mars par le Sénat, et approuvé le 27 mars par la Chambre des représentants, prévoit un plan de soutien financier et fiscal massif pour les entreprises et les particuliers, à hauteur de 2 000 Mds USD. Le plan prévoit de soutenir le secteur des transports à hauteur de 114 Mds USD. Conformément aux demandes de la profession, les compagnies aériennes pourront bénéficier de subventions directes à hauteur de 25 Mds USD pour les compagnies de transport de passagers, 4 Mds USD pour les compagnies de fret et 3 Mds USD pour les sous-traitants des compagnies, en contrepartie du maintien de l’emploi et des salaires de leurs employés pendant 6 mois. Les compagnies aériennes pourront également bénéficier de 29 Mds USD de prêts et garanties de prêt, et d’allègements fiscaux jusqu’à la fin de l’année. Les aéroports bénéficieront de 10 Mds USD de subventions pour compenser les pertes liées à la baisse du trafic aéroportuaire et à la lutte contre le coronavirus, et la Transportation Security Administration (TSA) sera dotée de 100 M USD supplémentaires. Enfin les autorités de transport public recevront 25 Mds USD et Amtrak, la compagnie ferroviaire nationale, 10 Mds USD pour compenser leurs pertes d’exploitation et faire face à la crise. (Politico)

Transports publics désertés et services réduits

Le Metropolitan Transportation Authority (MTA) de New York a annoncé une réduction de l’ordre de 25% des services de métro et de bus à compter du 25 mars, qualifiant cette décision de mesure nécessaire pour endiguer la propagation du virus, assurer la sécurité des employés de l’agence, et s’adapter à la baisse du nombre d’usagers. La fréquentation du métro de New York est en diminution de 87% par rapport à la même période l’an passé La réduction de service sur les lignes de trains périurbains (LIRR, Metro-North) atteint 50%. Des décisions similaires ont été prises ces derniers jours par la plupart des autorités de transport public américaines, qui se refusent toutefois pour la plupart d’entre elles à des réductions trop sévères des services. L’autorité de transport de la région de Washington a quant à elle fermé 19 stations de métro (sur 91) à partir du 26 mars pour économiser ses ressources pour le nettoyage de son réseau. Les services Amtrak sur le corridor Nord-Est sont réduits de 60% de leur capacité. (WP, NYT)

Le Covid-19 bouleverse le transport routier de marchandises avec des flux asymétriques

La pandémie de coronavirus affecte l’industrie du transport routier de marchandises, qui est prise entre une hausse très significative (+50% en une semaine) de la demande de livraisons de denrées alimentaires, d’articles ménagers de base, ou de produits papier, tandis que les fermetures d’autres entreprises non-essentielles ont réduit fortement les besoins de transport dans d’autres secteurs. Ces nouveaux déséquilibres contraignent les routiers et les transporteurs à davantage de voyages haut-le-pied (voyages à vide). Les chauffeurs sont également confrontés à de nouvelles difficultés liées à la fermeture des établissements de restauration le long de leurs itinéraires, à la réticence des clients à les laisser entrer dans leurs locaux par crainte de contamination, ou au manque général de produits désinfectants. L’industrie fait enfin face à des difficultés pour recruter des chauffeurs pour le transport longue distance. (WSJ)

Clash entre GM et le Président Trump pour la fabrication de ventilateurs

Alors que le constructeur automobile General Motors, en joint venture avec Ventec Life Systems, devait annoncer cette semaine la production de 80 000 ventilateurs (respirateurs artificiels) sur commande de l’administration fédérale (Federal Emergency Management Administration) pour aider à faire face la pandémie, vendredi 27 mars, le Président Trump s’en est pris à General Motors pour ses délais de production trop longs et des prix exagérés. La tension et la confusion entre GM et la Maison Blanche alimentent le débat sur l’utilisation par le Président Trump du Defense Production Act, qui permettrait de prendre le contrôle des usines et centraliser la production et la distribution d’équipements médicaux nécessaires. GM et Ventec ont annoncé ce vendredi leur intention de poursuivre la production de ventilateurs sans commande fédérale, et de les vendre à prix coutant. (Bloomberg, NYT)

Le chiffre de la semaine : 11 279

Il s’agit du nombre de vols annulés aux Etats-Unis au cours de la journée 26 mars, soit 47% du nombre de vols programmés par les compagnies aériennes américaines aux Etats-Unis (vols domestiques et vols internationaux), un chiffre en très forte augmentation depuis 10 jours. (site A4A)

Énergie

Les régulateurs fédéraux assouplissent leurs contrôles dans le secteur de l’énergie

Le gendarme du nucléaire américain serait prêt à autoriser les exploitants de centrales nucléaires à différer certains travaux de maintenance et d’inspection afin de préserver la santé des employés menacés par le coronavirus, rapporte Bloomberg le 23 mars. La Nuclear Regulatory Commission (NRC) prévoyait ainsi de publier des lignes directrices à l’intention des exploitants leur permettant de déroger au contingent actuel d’heures supplémentaires pour les agents des centrales. Elle prévoit également d’ajouter des dispositions dérogatoires supplémentaires couvrant la maintenance des centrales nucléaires dès que possible. Les agences fédérales accèdent également aux demandes des entreprises du secteur de l’énergie visant à réduire l’application des règles environnementales et de sécurité. Avec de nombreux employés confinés à domicile, les agences de contrôle réduisent leurs inspections de terrain. La Pipeline and Hazardous Materials Safety Administration (PHMSA) a ainsi déclaré dans une circulaire destinée aux gestionnaires d’infrastructures gazières, qu’à la lumière de l’urgence nationale, elle ne sanctionnera pas d’éventuels dépassements des limites d’horaires pendant lesquelles les personnes peuvent travailler dans les salles de contrôle des gazoducs et oléoducs. Dans une autre directive, les responsables de la PHMSA ont déclaré qu’ils donneront la priorité aux « inspections et enquêtes sensibles à la sécurité » et que les États devraient faire de même. L’agence a également déclaré qu’elle « envisagera d’exercer son pouvoir discrétionnaire en matière d’application des règles de dépistage de l’utilisation de stupéfiants ». L’Agence de Protection de l’Environnement a assoupli temporairement le 26 mars ses contrôles alors que entreprises demandent des « exemptions de force majeure » aux décisions individuelles les concernant. Les entreprises du secteur de l’énergie ne s’attendent pas à ce que la pandémie et les mesures préventives perturbent l’approvisionnement en énergie. Les organisations environnementales estiment que les entreprises pétrolières et gazières exploitent la crise sanitaire pour amener l’administration Trump à ignorer des règles que l’industrie n’a jamais soutenues (E&E news 24 mars).

Le 3ème paquet de relance ne prévoit pas de dispositions spécifiques à l’énergie

Au-delà de l’éligibilité à de nouvelles garanties d’emprunt bénéficiant à l’ensemble des industries touchées par la crise économique, le secteur de l’énergie n’obtiendrait pas d’aides spécifiques dans le cadre du troisième paquet de relance économique COVID-19 d’un montant de 2 000 Mds USD qui a fait l’objet d’un accord au Congrès ce 25 mars. Il s’agit d’un revers pour l’industrie qui mettait en garde contre de fortes pertes d’emplois et l’abandon de leurs projets. Des dispositions pourraient être intégrées à un prochain train de mesures législatives du Congrès.

Les Etats-Unis nomment une envoyée spéciale en Arabie Saoudite

L’administration Trump va nommer Victoria Coates, ancienne conseillère pour la sécurité du Président Trump, comme représentante spéciale pour l’énergie en Arabie Saoudite, alors que Washington se mobilise pour faire face à l’effondrement mondial des prix du pétrole qui impacte l’économie et menace les producteurs américains. (Reuters, 23 mars).

Le chiffre de la semaine : 50 USD/baril

Il s’agit de l’ordre de grandeur du prix du baril de pétrole à partir duquel son exploitation est profitable pour les producteurs américains, selon une enquête du 25 mars de la Réserve fédérale de Dallas, à comparer au prix de marché le 27 mars qui s’établissaient à moins de 25 USD/baril pour les contrats du mois de mai.

COMMENTS

WORDPRESS: 0
DISQUS: 0