Faits marquants Écologie, Développement durable, Énergie et Transports n°2020-01

Faits marquants Écologie, Développement durable, Énergie et Transports n°2020-01

Sommaire

Écologie – Climat

  • La Maison Blanche veut moderniser le National Environmental Policy Act (NEPA)
  • Les démocrates de la Chambre pour la neutralité carbone en 2050
  • Une proposition de loi bipartisane sur les Hydrofluorocarbures à la Chambre

Transport      

  • AV4.0 – nouvelle politique fédérale pour le véhicule autonome
  • 737 MAX : Boeing signale de nouvelles difficultés logicielles
  • Boeing recommande désormais des formations pour les pilotes de 737 MAX

Énergie

  • Le Département de l’énergie publie des normes d’efficacité énergétique
  • Le DOE lance un « grand défi » sur le stockage
  • Californie : l’obligation d’installation de panneaux solaires pour les nouvelles habitations entre en vigueur

Agenda

Écologie – Climat                                                           

La Maison Blanche veut moderniser le National Environmental Policy Act (NEPA)

Le Council on Environmental Quality de la Maison Blanche a dévoilé le 9 janvier ses propositions de modifications réglementaires apportées au National Environmental Policy Act, la loi environnementale fondamentale qui oblige les organismes fédéraux à examiner attentivement l’impact potentiel des projets d’infrastructures avant de les approuver. Le nouveau règlement exclurait le changement climatique de ces analyses tout en raccourcissant les délais des procédures. Une consultation publique est organisée jusqu’au 10 mars.

Les démocrates de la Chambre pour la neutralité carbone en 2050

Les démocrates de la commission de l’énergie et du commerce de la Chambre des Représentants ont dévoilé le 8 janvier une importante proposition de loi qui viserait à réduire les émissions de gaz à effet de serre dans l’ensemble de l’économie. Le texte du « Climate Leadership and Environmental Action for our Nation’s (CLEAN) Future Act » ne sera pas rendu public avant la fin du mois, mais sa présentation détaille les mesures envisagées par les démocrates de la Chambre pour lutter contre les changements climatiques s’ils remportaient les élections de 2020. Il fixe notamment l’objectif de neutralité carbone en 2050.

Une proposition de loi bipartisane sur les Hydrofluorocarbures à la Chambre

Un groupe bipartisan de parlementaires de la Chambre a présenté le 7 janvier une proposition de loi attendue de longue date pour réduire les émissions des hydrofluorocarbures (HFC), une catégorie de super polluants qui possèdent un pouvoir de réchauffement nettement supérieur à celui du dioxyde de carbone. L’ « American Innovation and Manufacturing Leadership Act », H.R. 5544, donnerait à l’Agence de protection de l’environnement le pouvoir de réglementer les HFC – utilisés depuis longtemps pour la climatisation et la réfrigération – et de lancer une réduction progressive de leurs émissions sur 15 ans. Cette proposition est identique à une proposition de loi du Sénat déposée récemment; elle répond à une priorité de longue date pour les industriels, qui demandent au gouvernement de lui donner des directives pour rester concurrentiels à mesure que des réfrigérants alternatifs arrivent sur le marché dans le monde entier.

BlackRock annonce une nouvelle stratégie pour mieux prendre en compte le climat

Le gestionnaire d’actifs BlackRock a annoncé le 14 janvier son intention de revoir sa stratégie financière et de placer le développement durable au cœur de ses activités. Chaque année, le PDG de BlackRock, Larry Fink, écrit une lettre largement diffusée aux dirigeants des plus grandes entreprises au monde. Dans la version de 2020, Larry Fink a exhorté les entreprises et les investisseurs à reconnaître leur rôle dans les changements climatiques et a déclaré que BlackRock fera de même.

Microsoft vise un bilan « carbone négatif » en 2030

A une semaine du forum économique de Davos, Microsoft Corp. s’engage à devenir 100 %  » carbone négatif  » d’ici 2030 en retirant de l’environnement plus de carbone qu’elle n’en émet. Le PDG Satya Nadella a déclaré le 16 janvier que cet engagement se produira « non seulement à travers nos émissions directes, mais aussi à travers notre chaîne d’approvisionnement ». Il s’agit d’un progrès important par rapport aux précédents engagements de Microsoft. Microsoft avait précédemment fixé un objectif provisoire de 70 % d’énergie renouvelable d’ici 2023. L’entreprise se fixe à présent l’objectif d’atteindre 100 % d’énergie renouvelable pour tous ses centres de données et ses bâtiments d’ici 2025. Microsoft affirme qu’après avoir atteint son objectif de 2030, elle retirera de l’environnement, d’ici 2050, toutes ses émissions historiques depuis la création de l’entreprise en 1975. Microsoft lance également un fonds d’un milliard de dollars pour le développement de technologies de réduction et d’élimination du carbone (AP news 16 janvier).

Le chiffre de la semaine : 1 Mds USD

Il s’agit du montant du programme de prêts renouvelables dit « The Climate Catalyst Fund » prévu le 10 janvier par le gouverneur de Californie dans son nouveau budget pour soutenir des projets innovants de recyclage, de transport à faible émission de carbone et d’agriculture durable (Calmatters, 9 janvier).

Transport

AV4.0 – nouvelle politique fédérale pour le véhicule autonome

L’administration fédérale a présenté le 8 janvier 2020 la quatrième version de la politique du gouvernement fédéral sur les véhicules autonomes (AV). Le document, intitulé Ensuring American Leadership in Automated Vehicle Technologies, ou AV 4.0, a été dévoilé par la Secrétaire aux Transports Elaine Chao et le US Chief Technology Officer de la Maison Blanche Michael Kratsios lors d’une présentation au Consumer Electronics Show (CES) de Las Vegas. L’administration fédérale orientera son action autour de trois priorités : la protection des usagers, les forces du marché et la neutralité de l’administration, la coopération et le consensus volontaire des acteurs. Sans réelle nouveauté sur le fond, cette 4ème version de la politique fédérale, portée à la fois par le département des transports et le conseil national pour la science et la technologie de la Maison Blanche, élargit le périmètre d’application et la cohérence des activités des agences et commissions fédérales relatives au véhicule autonome. (SmartCitiesDive)

737 MAX : Boeing signale de nouvelles difficultés logicielles

Boeing a annoncé dans un communiqué publié le 17 janvier travailler avec la Federal Aviation Administration (FAA) pour traiter un nouveau défaut logiciel identifié sur les 737 MAX. Le problème concernerait la façon dont le logiciel de l’avion s’assure qu’il reçoit des données valides, selon des sources officieuses. Sans commenter ces nouvelles informations, la FAA indique qu’elle poursuit son travail pour recertifier l’appareil en collaboration avec les différentes autorités aériennes internationales. Ce dernier problème pourrait repousser un peu plus l’échéance de remise en service du 737 MAX, cloué au sol aux Etats-Unis depuis le 13 mars 2019. (Bloomberg)

Boeing recommande désormais des formations pour les pilotes de 737 MAX

Le 7 janvier dernier Boeing a annoncé qu’il recommandait désormais que les pilotes de 737 MAX reçoivent une formation additionnelle sur simulateur pour pouvoir être qualifiés pour voler sur MAX. Cette annonce constitue un revirement de position important de la part de Boeing, qui défendait jusqu’à présent et depuis toujours que les pilotes qualifiés pour voler sur la version précédente du 737, le 737 NG, disposaient déjà des qualifications nécessaires. Cette position permettait à Boeing de faire valoir des coûts d’exploitation réduits aux compagnies aériennes faisant l’acquisition du 737 MAX grâce à des économies substantielles sur la formation de leurs pilotes, et également de simplifier les rotations d’équipage. Cette annonce pourrait également impacter la date retour en exploitation des appareils. (WSJ)

Projet de loi sur les Infrastructures ?

La Présidente démocrate de la Chambre des Représentants, Nancy Pelosi, a annoncé le 16 janvier que la Chambre soumettrait d’ici la fin du mois de janvier une proposition de paquet législatif portant sur les infrastructures, indiquant son intention de travailler positivement avec la Maison Blanche sur ce projet. (Politico)

Le chiffre de la semaine : 1 203 miles

Il s’agit du linéaire de services de transport publics, tous modes confondus, mis en service aux Etats-Unis entre 2010 et fin 2019, selon une étude publiée par The Transport Politic. Malgré ces investissements, évalués à 47 Mds USD (en valeur 2019), la fréquentation des réseaux de transport public n’a cessé de diminuer au cours de la décennie dans la majorité des villes américaines. Une explication serait selon l’auteur que de nombreux nouveaux tracés de services de transport en commun seraient mal conçus, resteraient généralement mal intégrés aux projets de développement urbain, et se concentreraient davantage sur les zones périurbaines à faible densité que sur les quartiers urbains susceptibles d’attirer davantage d’usagers. Une autre cause clé serait selon l’auteur la poursuite continue des investissements publics dans de nouvelles infrastructures routières, avec 28 500 miles de nouvelles voiries routières qui ont été réalisées au cours de la décennie, contribuant à favoriser l’étalement urbain et la dépendance à l’automobile.

Énergie

Le Département de l’énergie publie des normes d’efficacité énergétique

Le Département de l’énergie a publié le 10 janvier les premières nouvelles normes nationales d’efficacité énergétique depuis 2017, sous l’impulsion d’un tribunal fédéral qui a reproché à l’administration Trump d’avoir différé leur publication pendant près de trois ans. Les nouvelles mesures permettront aux consommateurs et aux entreprises d’économiser environ 8,4 milliards de dollars, estime le département de l’énergie. Elles permettront également de réduire les émissions de dioxyde de carbone de près de 100 millions de tonnes sur trois décennies, ce qui équivaut à retirer 21 millions de véhicules de la circulation pendant un an. Ces normes – qui ont été finalisées sous l’administration Obama mais dont l’élaboration a été retardée par l’administration Trump couvrent divers équipements, dont deux que l’on trouve dans certains foyers et entreprises : les climatiseurs portatifs, des chaudières commerciales et des compresseurs d’air de taille industrielle.

Le DOE lance un « grand défi » sur le stockage

Le Département de de l’Énergie (DOE) a annoncé le 8 janvier le lancement d’une initiative sur dix ans visant à accélérer le développement et la commercialisation des technologies de stockage de l’énergie. Baptisée « Grand défi du stockage de l’énergie », cette initiative vise à tirer parti des compétences du DOE en matière de recherche et de développement dans l’ensemble de ses laboratoires nationaux pour aider à réduire les coûts et à prolonger la durée de stockage. En 2011, l’administration Obama avait lancé une initiative similaire « SunShot », qui a permis de réduire les coûts de l’énergie solaire de 75 % sur une décennie.

Google conclut le plus grand contrat au monde dans le domaine de l’énergie solaire et du stockage

Google a conclu un accord de fourniture d’énergie renouvelable avec NV Energy pour alimenter un centre de données représentant un investissement de 600 millions de dollars prévu à Henderson au Nevada. Les parties ont présenté leur projet auprès de la Public Utilities Commission of Nevada (PUCN) afin d’obtenir son agrément. La transaction devrait impliquer environ 350 mégawatts de capacités d’énergie solaire et entre 250 et 280 MW de capacité de stockage d’énergie par batterie. Selon NV Energy, il s’agirait de la plus importante transaction pour l’achat d’énergie solaire et de stockage à l’échelle d’un énergéticien dans le monde. NV Energy a demandé l’approbation de sa demande à la PUCN avant la fin du mois de février (S&P Global, 7 janvier).

Californie : l’obligation d’installation de panneaux solaires pour les nouvelles habitations entre en vigueur

De nombreuses nouvelles habitations en Californie devront installer des panneaux solaires sur leur toit en vertu d’une loi qui est entrée en vigueur cette année, une première aux Etats-Unis. La mesure approuvée par la Commission de l’énergie de Californie (CEC) dans le cadre d’une mise à jour du code de la construction exige l’installation de panneaux solaires pour les nouvelles habitations individuelles et les immeubles multifamiliaux jusqu’à trois étages de hauteur. Ces dispositions auront un impact national, selon les groupes environnementaux. L’énergie solaire en Californie, l’État le plus peuplé du pays, représente déjà environ la moitié des capacités solaires aux États-Unis. Le solaire alimente actuellement plus de 6,8 millions de foyers dans l’État et produit près de 20 % de l’électricité de l’État.

Le chiffre de la semaine : 52 Mds USD

Il s’agit du montant supplémentaire d’achats énergétiques par la Chine prévu dans l’accord commercial conclut le 15 janvier avec les Etats-Unis au-delà de leurs niveaux de 2017, dont 18,5 milliards de dollars la première année et 33,9 milliards de dollars la deuxième année. Cela comprend le gaz naturel liquéfié, le pétrole brut, les produits raffinés ainsi que le charbon métallurgique utilisé dans la fabrication de l’acier aux États-Unis.

COMMENTS

WORDPRESS: 0
DISQUS: 0