Faits marquants Écologie, Développement durable, Énergie et Transports n°2019-44

Faits marquants Écologie, Développement durable, Énergie et Transports n°2019-44

Sommaire

Écologie – Climat

  • Elections 2020 : Elizabeth Warren veut un « Blue New Deal » pour les océans
  • L’absence de clauses sur le climat dans l’accord commercial USMCA critiquée
  • Louisiane : le recyclage des sapins de Noël pour lutter contre l’érosion côtière

Transport

  • Boeing interrompt temporairement la production de 737 MAX à partir de janvier
  • Le Congrès octroie 86,2 Mds USD au Département des Transports
  • Uber accorde plus d’indépendance à ses chauffeurs californiens pour contrer la loi AB5

Énergie

  • Chevron réduira ses actifs d’au moins 10 Mds USD
  • Le National Petroleum Council veut accélérer la capture et le stockage du CO2
  • Le Congrès adopte des sanctions visant à suspendre le projet Nord Stream 2 

Agenda

  • 4 février 2020 : Événement “The global status of CCS: The next wave of carbon capture” à l’Atlantic Council

Écologie – Climat                                                           

Elections 2020 : Elizabeth Warren veut un « Blue New Deal » pour les océans

La sénatrice du Massachusetts Elizabeth Warren, qui figure actuellement parmi les candidats prééminents aux primaires chez les démocrates a publié le 10 décembre sur son site de campagne les détails d’un « Blue New Deal » pour les océans. Sa liste de propositions inclut un appel à accélérer l’approbation des permis pour les projets éoliens en mer, à étendre les zones marines protégées et à renforcer la protection des zones côtières contre la montée du niveau de la mer et les tempêtes extrêmes. Il s’agit d’une tentative pour combler un vide dans le Green New Deal, qui traite assez peu de la protection des océans et du littoral. Avec ce « Blue New Deal », Elizabeth Warren est actuellement la seule candidate à s’être dotée d’un plan climat pour les océans.

L’absence de clauses sur le climat dans l’accord commercial USMCA critiquée

L’absence de dispositions sur les changements climatiques dans la version renégociée de l’Accord États-Unis-Mexique – Canada (USMCA) qui remplacerait l’Accord de libre-échange nord-américain (ALENA) suscite des critiques de la part de certains démocrates et environnementalistes. Le Natural Resources Defense Council (NRDC) était l’un des trois grands groupes environnementaux à demander aux législateurs de s’opposer à un ALENA remanié « qui ne corrige pas les défaillances environnementales fondamentales de l’USMCA de l’administration Trump ». Cette demande fait suite à une lettre envoyée en septembre par plus de 100 représentants démocrates au président Trump, appelant à l’inclusion dans l’USMCA de « normes climatiques contraignantes » et d’un engagement sur l’Accord de Paris.

Louisiane : le recyclage des sapins de Noël pour lutter contre l’érosion côtière

Il y a trente ans, une communauté de Louisiane a eu l’idée de lutter contre l’érosion côtière et la disparition de zones humides en réutilisant des sapins de Noël, une technique inspirée par une pratique aux Pays-Bas qui consiste à entrelacer des clôtures pour piéger les sédiments en vue de la restauration des marais. Depuis 1991, plus de 800 000 arbres de Noël, ont été recyclés de la sorte et utilisés pour construire des clôtures qui ralentissent l’action des vagues, emprisonnent les sédiments, combattent l’érosion et protègent les terres humides. Ce programme est reconduit chaque année entre décembre et février et mobilise une centaine de volontaires.

Alaska : de la prison pour un chasseur ayant abattu un ours polaire sans raison

En Alaska, un chasseur a accepté en vertu d’une transaction avec les procureurs fédéraux de purger une peine de quatre mois de prison et de payer une amende de 4 500 dollars pour avoir abattu sans raison un ours polaire à l’extérieur de sa maison située dans le village de Kaktovik. Le capitaine baleinier Christopher Gordon a également accepté de purger une peine probatoire d’un an, durant laquelle les seuls mammifères marins qu’il chassera seront les baleines boréales, après avoir plaidé coupable à une accusation d’infraction au Marine Mammal Protection Act (AP news, 10 décembre).

Acidification des océans : un lien établit avec les producteurs d’hydrocarbures

Une étude publiée le 11 décembre par l’Union of Concerned Scientists (UCS) a révélé que les émissions des 88 plus grands producteurs mondiaux d’hydrocarbures entre 1965 et 2015 ont contribué à plus de la moitié de l’acidification des océans observée entre 1880 et 2015. Selon l’UCS, dans l’ensemble, plus d’un cinquième de l’augmentation de l’acidité depuis 1880 pourrait être attribuée aux 20 plus grandes entreprises du secteur des énergies fossiles. L’acidification des océans se produit lorsque le pH de l’eau diminue à mesure qu’elle absorbe plus de dioxyde de carbone dans l’atmosphère. Depuis 1880, l’acidité des eaux de surface des océans a augmenté de plus de 25%.

Le chiffre de la semaine : 500 000 USD     

Il s’agit du montant investit par l’entrepreneur Andrew Young, candidat à la primaire chez les démocrates, pour financer une campagne de promotion de son programme de lutte contre les changements climatiques sur les chaînes de télévision de l’Iowa (The Hill, 10 Décembre).

Transport

Boeing interrompt temporairement la production des 737 MAX à partir de janvier

Neuf mois après la décision d’interdiction de vol des 737 MAX, Boeing a annoncé le lundi 16 décembre l’arrêt temporaire de production de l’appareil à partir du mois de janvier 2020, sans précision sur la date de retour en production. Boeing précise qu’il ne procèdera à aucun licenciement économique parmi les quelques 12 000 salariés travaillant sur le site de Renton, WA au sud de Seattle. Boeing avait déjà réduit une première fois le rythme de production du MAX en avril dernier, passant de 52 à 42 appareils produits par mois. Depuis le début de la crise, plus de 700 MAX sont cloués au sol, dont près de 400 qui sont construits mais non livrés, et stockés dans l’attente d’une réautorisation de vol. Boeing reste en revanche muet sur les conséquences financières de cette décision, et l’impact de cette décision sur son réseau de fournisseurs. (Seattle Times) La compagnie Southwest, qui dispose de la plus importante flotte de MAX avec 34 appareils, a aussitôt annoncé l’extension de l’annulation des vols avec 737 MAX jusqu’à mi-avril 2020.

Le Congrès octroie 86,2 Mds USD au Département des Transports

Le Sénat et la Chambre ont accordé cette semaine une enveloppe totale de 86,2 Mds USD au département des transports (US DOT) pour l’année fiscale 2020, incluant 24,8 Mds USD de dépenses discrétionnaires, soit un budget en baisse de 324,9 M USD par rapport à l’année fiscale 2019, mais excédant de 3.25 Mds USD les demandes de budget sollicitées par la Maison blanche. L’enveloppe se répartit comme suit entre les différentes agences : 49.2 Mds USD pour la Federal Highway Administration (FHWA), 17.6 Mds USD pour la Federal Aviation Administration (FAA), 12.9 Mds USD pour la Federal Transit Administration (FTA), 2.8 Mds USD pour la Federal Railroad Admininstration (FRA), et 1 Mds USD pour la Maritime Administration (MARAD). Ce budget prévoit 1 Md USD pour le programme de subvention BUILD consacré au développement des transports de surface, excédant de 100 M USD l’enveloppe de 2019. Le projet de loi prévoit également 5M USD pour la création d’un centre d’excellence en sécurité des systèmes hautement automatisés. Ce bureau concentrerait l’expertise du département des transports et pourrait orienter les futures réglementaires dédiées au développement du véhicule autonome et des technologies émergentes.

Le texte comprend plusieurs dispositions relatives au programme de subventions d’investissement de la FTA, qui pourraient avoir une incidence sur les projets du « Gateway » de reconstruction et modernisation de ponts et de tunnels entre New York et le New Jersey, et simplifier l’accès aux financements fédéraux pour ces projets. (Bloomberg)

Uber accorde plus d’indépendance à ses chauffeurs californiens pour contrer la loi AB5

Dans le cadre de la préparation de sa future bataille juridique en Californie sur le statut de travailleur indépendant de ses chauffeurs, Uber a récemment modifié les conditions d’utilisation du service pour les chauffeurs en Californie, en leur notifiant désormais la destination des courses qui leurs sont proposées, avant qu’ils ne l’acceptent ou ne la déclinent. Les chauffeurs ne seront également plus pénalisés en cas de refus répétés de courses. Uber entend renforcer par ces mesures l’indépendance des chauffeurs vis-à-vis de la plateforme, et améliorer la flexibilité et la transparence de cette dernière. Le critère d’indépendance des chauffeurs vis-à-vis des plateformes est l’un des 3 critères du test ABC introduit par la loi californienne AB5 votée en septembre dernier. Celle-ci permet de requalifier des contractants indépendants des entreprises, en particulier les travailleurs des plateformes, en salariés si la plateforme ne peut pas démontrer que le travailleur n’est pas sous le contrôle et la direction de l’entité dans le cadre de la mission, et si sa mission ne s’inscrit pas dans l’activité normale de l’entreprise, et si le travailleur est bien enregistré comme indépendant afin de pouvoir travailler pour d’autres entités. Ce changement de politique pourrait toutefois avoir des conséquences importantes pour les utilisateurs de la plateforme, et contribuer à renforcer la discrimination envers les minorités et les clients à faible revenus en permettant aux chauffeurs de sélectionner les courses en fonction de leur origine ou destination. (CityLab)

Delta retrouve A4A après 4 ans de séparation

La compagnie Delta Air Lines a annoncé qu’elle rejoignait l’organisation professionnelle Airlines for America (A4A), quatre ans après l’avoir quitté sur fond de désaccord lié à l’extraction des activités de contrôle du trafic aérien (ATC) du giron de la Federal Aviation Administration, Delta s’étant opposé au projet de « privatisation » de ATC porté par plusieurs parlementaires. Cette réconciliation permet à A4A de récupérer sous son aile l’une des plus grandes compagnies aériennes au monde et à l’association professionnelle de revendiquer à nouveau un front uni. (Politico)

Le chiffre de la semaine : 130 millions

Il s’agit du nombre de vélos électriques qui devraient être vendus aux Etats-Unis entre 2020 et 2023 d’après une étude du cabinet Deloitte. Le nombre de vélos électriques en circulation devrait rapidement dépasser tous les autres types de véhicules à batterie d’ici la fin 2020, surpassant largement le nombre de voitures électriques dont les projections évaluent les ventes à 12 millions d’unités en 2025, contre 40 millions de vélos électriques vendus par an à partir de 2023. (The Verge)

Énergie

Chevron réduira ses actifs d’au moins 10 Mds USD

Chevron Corp. a déclaré le 10 décembre qu’elle dépréciait la valeur de ses actifs d’au moins 10 milliards de dollars car la baisse des prix à long terme du pétrole et du gaz naturel réduira la valeur de ses actifs. Plus de la moitié de la réduction de valeur est liée aux activités de forage gazier dans les Appalaches. Cette énorme réduction de valeur souligne le défi posé par la hausse de la production qui a empêché les prix de l’énergie d’augmenter fortement pendant une période où la demande mondiale augmentait. Chevron a indiqué qu’elle réduira ses dépenses pour certains investissements, notamment dans le schiste argileux des Appalaches, dans un terminal de gaz liquéfié en Colombie-Britannique et dans d’autres projets internationaux. La société a indiqué qu’elle évaluait différentes options, y compris la vente de ces actifs. Chevron, Exxon Mobil Corp. et d’autres grandes compagnies pétrolières subissent également des pressions croissantes ces dernières années liées aux impacts des politiques de réduction des émissions de carbone sur leurs activités. (AP News, 11 décembre).

Le National Petroleum Council veut accélérer la capture et le stockage du CO2

Un conseil consultatif fédéral a remis au Secrétaire à l’Énergie une feuille de route pour l’expansion des technologies de captage, stockage et utilisation du carbone (CCUS). L’étude du National Petroleum (NPC) Council vise à relever un double défi : réduire les émissions de gaz à effet de serre et répondre à la demande énergétique mondiale. Il a également remis au DOE un rapport sur l’avenir des infrastructures de transport d’hydrocarbure. Le NPC propose le déploiement des technologies CCUS en trois phases : l’activation, l’expansion, et une généralisation au cours des 25 prochaines années. Le conseil recommande notamment d’étendre les crédits d’impôts et suggère qu’un  » niveau combiné d’incitations  » devrait atteindre près de 110 dollars par tonne de CO2.

Le Congrès adopte des sanctions visant à suspendre le projet Nord Stream 2 

Dans le cadre du National Defense Authorization Act (NDAA), le Congrès a adopté des sanctions visant le projet énergétique Nord Stream 2. Ces sanctions ciblent les entreprises qui fournissent les navires qui déposent les pipelines à une profondeur supérieure à 100 pieds (environ 30 mètres). Les entités et les personnes désignées verront leurs avoirs gelés et leur accès au territoire américain interdit. Depuis plusieurs mois, le projet Nord Stream 2 faisait l’objet de critiques intenses de part des parlementaires ainsi que de l’administration. Ces sanctions pourront entrer en vigueur après une période minimale de 30 jours (« wind-down ») à compter de l’adoption du NDAA.

Dominion Energy investit dans le biométhane

L’énergéticien Dominion Energy Inc. basé à Richmond en Virginie, a annoncé le 11 décembre qu’il s’associe à Vanguard Renewables pour développer et exploiter des installations de méthanisation dans des fermes laitières aux États-Unis. Selon son communiqué de presse, des projets sont en cours d’élaboration au Colorado, en Géorgie, au Nevada, au Nouveau-Mexique et en Utah. Une filiale de Vanguard Renewables du Massachusetts concevra, développera et exploitera les projets. Dominion sera propriétaire des projets et commercialisera le biométhane. Le porte-parole de l’entreprise indique que 200 millions de dollars seront investis sur cinq ans, avec la possibilité d’investissements complémentaires. Le méthane est un puissant gaz à effet de serre qui contribue au réchauffement climatique. Dominion estime que son projet permettra de réduire les émissions équivalentes à l’élimination de 100 000 véhicules de la circulation pendant un an. Chaque projet impliquera un groupe de plusieurs fermes. Le biogaz sera capté et transporté par des canalisations de gaz à basse pression jusqu’à une installation de conditionnement, où il sera épuré, puis livré aux consommateurs. Ce projet intervient à un moment où les fermes laitières américaines sont confrontées à des difficultés financières liées à une baisse persistante de la consommation de lait aux États-Unis. Les exploitations agricoles participantes bénéficieront ainsi de revenus additionnels liés à cette production de biométhane.

Le chiffre de la semaine : 132            

Il s’agit du nombre de puits de production de gaz naturel aux États-Unis, en forte réduction par rapport à l’an passé (184) du fait de la surabondance de gaz à bas coût (New-York Times, 11 décembre).

COMMENTS

WORDPRESS: 0
DISQUS: 0