Faits marquants Écologie, Développement durable, Énergie et Transports n°2019-36

Faits marquants Écologie, Développement durable, Énergie et Transports n°2019-36

Sommaire

Écologie – Climat

  • Il n’y aura pas de session sur le climat au prochain G7 selon la Maison Blanche
  • Le DOJ attaque l’accord entre la Californie et le Québec sur le marché du carbone
  • L’EPA propose de renforcer le contrôle de certaines émissions polluantes dans l’air

Transport

  • Le comité consultatif sur les drones soumet plusieurs recommandations à la FAA
  • La Maison Blanche appelle à plus de financements privés dans les infrastructures
  • Boeing limoge un de ses cadres dirigeants

Énergie

  • Le président Trump promeut la domination énergétique des États-Unis en Pennsylvanie
  • Un projet de réglementation pour autoriser le transport ferroviaire de GNL
  • Californie : PG&E annonce deux nouvelles coupures préventives de courant

 

Agenda

29 octobre : audition au Sénat de la Commission du Commerce, Science et Transport sur Aviation Safety and the Future of Boeing’s 737 MAX, avec le témoignage de Dennis Muilenburg, CEO de Boeing

30 octobre : audition à la Chambre de la Commission Transport et Infrastructure : The Boeing 737 MAX: Examining the Design, Development, and Marketing of the Aircraft, avec le témoignage de Dennis Muilenburg, CEO de Boeing

30 octobre: événement “China’s Impact on the Solar Industry: Lessons for the Future of Clean Energy” à l’Information Technology and Innovation Foundation

8 novembre: The Economics of Climate Change à la Federal Reserve Bank of San Francisco

 

Écologie – Climat                                                           

Il n’y aura pas de session sur le climat au prochain G7 selon la Maison Blanche

Les changements climatiques ne seront pas abordés lors du prochain G7 de 2020 sous présidence américaine. Telle a été la réponse de Mick Mulvaney, chef de cabinet par intérim de la Maison-Blanche à une question d’un journaliste lors d’une conférence de presse le 17 octobre (Foxnews, 17 octobre).

Google invité à cesser le financement d’organisations climatosceptiques

La représentante Kathy Castor (D-Fla.), présidente de la commission spéciale sur la crise climatique de la Chambre, a demandé à Google de cesser de financer des organisations faisant la promotion de théories négationnistes sur les changements climatiques. Dans une lettre du 16 octobre adressée à Sundar Pichai, PDG de Google, Mme Castor a déclaré que le « soutien financier accordé par Google à des organisations telles que le « Competitive Enterprise Institute » basé à Washington contraste fortement avec les engagements de votre entreprise en matière d’énergie propre et de climat « .

Le contrôle de la sécurité des stockages souterrain de gaz naturel prend du retard

Près de quatre ans après une fuite massive d’un stockage souterrain de gaz naturel près de Los Angeles en Californie, l’organisme fédéral en charge de la sécurité des oléoducs et gazoduc au sein du ministère américain des Transports a pris du retard dans son objectif d’assurer la sécurité de sites similaires dans tout le pays, selon un rapport que vient de publier le Government Accountability Office. La Pipeline and Hazardous Materials Safety Administration (PHMSA) s’était fixé comme objectif d’inspecter les 400 installations de stockage souterrain de gaz entre 2018 et 2023. Ces sites sont situés dans 31 États, et la PHMSA s’attendait à ce que 25 de ces États participent aux inspections. Mais jusqu’à présent, seuls 10 États ont participé aux inspections, ce qui signifie que la PHMSA devra s’investir davantage. Mais l’agence fédérale n’a pas demandé plus de personnel ou de financement pour s’acquitter de cette tâche, selon le rapport.

Le DOJ attaque l’accord entre la Californie et le Québec sur le marché du carbone

Selon un communiqué du 23 octobre du Département de la Justice (DOJ), l’accord conclu en 2017 entre la Californie et le Québec pour limiter les émissions de gaz à effet de serre et établir un marché des émissions constitue une « politique étrangère » en violation de la loi fédérale. « Le pouvoir de conclure de tels accords est réservé au gouvernement fédéral, qui doit pouvoir parler d’une seule voix dans le domaine de la politique étrangère des États-Unis « , estime le DOJ. « La Maison-Blanche poursuit une fois de plus sa vendetta politique contre la Californie, nos politiques climatiques et la santé de nos communautés « , a réagi le gouverneur de la Californie, Gavin Newsom (D).

L’EPA propose de renforcer le contrôle de certaines émissions polluantes dans l’air

L’EPA propose de renforcer les contrôles de certaines émissions polluantes des raffineries  et           usines chimiques, ce qui permettrait de réduire les émissions de benzène et d’autres polluants dangereux de près de 400 tonnes par an. Le règlement proposé par l’EPA, publié le 21 octobre au Federal Register imposerait, à la suite d’une consultation publique, de nouvelles exigences pour réduire les fuites et autres rejets provenant des équipements utilisés pour entreposer et distribuer les liquides organiques. Les substances concernées couvrent une variété de pétroles bruts et d’autres substances entreposées  dans les terminaux de stockage en vrac, les installations de production et autres sites de fabrication.

Le chiffre de la semaine : 312

Il s’agit du nombre actuel de condors californiens dans le sud-ouest des États-Unis, contre seulement 22 dans les années 80. Un nombre record de jeunes condors a été observés cette année dans le Grand Canyon National Park. Cette espèce est présente en Arizona, dans l’Utah et au Mexique (AP, 24 octobre).

 

Transport

Le comité consultatif sur les drones soumet plusieurs recommandations à la FAA

Le Drone Advisory Committee (DAC), une commission consultative ayant pour mission de conseiller la Federal Aviation Administration (FAA) pour accompagner le développement et l’intégration des drones dans l’espace aérien, a approuvé à l’unanimité le 17 octobre une série de recommandations relatives à l’identification à distance (remote ID) et à la sécurité des drones. Les recommandations se sont concentrées sur les efforts visant à encourager l’équipement volontaire des drones par les propriétaires, la FAA ayant admis que la réglementation définitive relative à cette question n’interviendrait probablement pas avant les 24 prochains mois. L’agence pourrait publier le projet de réglementation sur l’identification à distance des drones vers le 20 décembre prochain. L’identification à distance est considérée comme un enjeu critique de la réglementation des drones. Comme une plaque d’immatriculation numérique, ce signal diffusé par un drone permettrait d’identifier son opérateur et pourrait fournir d’autres informations telles que l’objet du vol, sa trajectoire et la charge utile du drone. La FAA considère que l’identification à distance est essentielle pour permettre des vols en toute sécurité au-delà du champ de vision de l’opérateur (Beyond Visual Line of Sight). Le Comité suggère également que la FAA mette en place des mesures incitatives pour l’équipement volontaire, comme des droits d’accès à des zones de l’espace aérien sous restriction, ou des conditions privilégiées en matière de contrats publics ou de dérogations de vols. Les participants s’accordent sur le fait qu’il sera essentiel que le coût de mise en conformité avec les règles d’identification à distance restent faibles pour les opérateurs. (Avionics International)

Boeing limoge un de ses cadres dirigeants…

Boeing a annoncé le 22 octobre le départ de Kevin McAllister, directeur de la division avions commerciaux, et son remplacement par Stan Deal, qui dirigeait la division des services mondiaux de la compagnie. M. McAllister avait pris la tête de la division avions commerciaux en novembre 2016, après qu’une grande partie du développement du 737 Max ait été achevée, mais avant qu’il ne soit certifié par la FAA. Le New York Times note qu’il est le plus haut dirigeant à quitter l’entreprise depuis le début de la crise que traverse Boeing.

… et présente un point d’étape sur le 737 Max

Boeing a présenté mardi 21 octobre un point d’étape sur la remise en service des 737 MAX, indiquant que la compagnie avait effectué la semaine dernière un essai en vol « à blanc » s’apparentant à un essai de certification. L’administrateur de la FAA, Steve Dickson, a néanmoins déclaré lors d’une conférence à Washington qu’il restait plusieurs semaines de tests et d’évaluations à venir avant d’envisager la recertification de l’appareil. Il a également concédé que des changements seraient nécessaires afin d’améliorer la communication entre la FAA et les industriels, au vu des récentes recommandations proposées par le NTSB et la task force de régulateurs internationaux. (Politico)

La Maison Blanche appelle à plus de financements privés dans les infrastructures

Dans un discours adressé au North American Infrastructure Leadership Forum à Washington DC le 22 octobre, Larry Kudlow, le conseiller économique de la Maison Blanche, a rappelé l’engagement du Président Trump à simplifier les processus d’autorisation de projet pour accélérer la réalisation d’infrastructures aux Etats-Unis. Il a également fortement insisté sur la nécessité de mobiliser davantage de financements privés pour permettre la réalisation de projets, tout en indiquant qu’il ne faudrait pas compter sur les financements fédéraux : “I hate to say this, but don’t expect too much federal financial assistance. We’d like to say if we had it, we’d give it to you. But we don’t have it.” Et d’ajouter en plaisantant à moitié “And I wouldn’t give it to you anyway”. Ces déclarations témoignent d’une nouvelle réalité pour les porteurs de projets d’infrastructures selon le CEO de CG/LA Infrastructure, l’organisateur du forum défié à la promotion des investissements dans les infrastructures. (Times Union)

Une étude évalue les effets de la nouvelle réglementation sur les émissions des véhicules

La révocation par l’administration fédérale en septembre dernier de l’exemption dont bénéficiait l’Etat de Californie, qui permettait de fixer des normes plus contraignantes que les normes fédérales sur l’efficacité énergétique des véhicules et sur leurs émissions de gaz à effet de serre (GES), devrait conduire à une augmentation significative des émissions nationales, et à une contraction des ventes de véhicules électriques sur le marché américain, selon une étude du Rhodium Group publiée le 17 octobre. L’étude établit que le retrait des normes nationales d’économie de carburant et l’abrogation de la dérogation de la Californie pourraient réduire la part de véhicules à zéro-émissions (ZEV) vendus en 2035 de 8 % à l’échelle nationale, ce qui pourrait correspondre à 14 millions de ZEV en moins sur les routes cette année-là. Ces nouvelles règles pourraient également faire augmenter les émissions de GES de plus d’un gigatonne entre 2020 et 2035. (Scientific American)

Le chiffre de la semaine : 1 Md USD +

L’immobilisation au sol des Boeing 737 Max coûtera au moins un milliard de dollars aux compagnies American Airlines et Southwest Airlines, ont annoncé le 24 octobre les deux compagnies. Southwest annonce que les 7 mois d’immobilisation de ses 31 appareils lui ont déjà couté 435 M$, et American estime que les pertes associées à ses 24 appareils sur l’année complète seront de 540 M$. (CNN)

 

Énergie

Le président Trump promeut la domination énergétique des États-Unis en Pennsylvanie

Lors d’un déplacement en Pennsylvanie le                      23 octobre à l’occasion de la Shale Insight Conference 2019, le Président Trump s’est félicité de la mise en œuvre de ses politiques énergétiques pour accroître la production d’énergie et réduire la dépendance des États-Unis aux importations. Il a rappelé sa décision de retirer les États-Unis de l’Accord de Paris et s’est réjoui du leadership américain pour la production de pétrole et de gaz ainsi que des progrès réalisés en matière d’accélération des autorisations et de construction des infrastructures énergétiques, de croissance économique et de création d’emplois.

Un projet de réglementation pour autoriser le transport ferroviaire de GNL

L’administration Trump a proposé le 18 octobre d’autoriser les expéditions de gaz naturel liquéfié (GNL) par chemin de fer. Un projet de nouveau règlement de la Pipeline and Hazardous Materials Safety Administration du département des Transports (PHMSA) permettrait de refroidir le gaz naturel à moins 260 degrés Fahrenheit et de l’expédier dans le même type de wagon que celui utilisé pour transporter d’autres liquides réfrigérés. Ce projet de réglementation est soumis à consultation publique durant 60 jours. Les promoteurs de ces transports estiment que l’expédition de gaz naturel liquéfié par chemin de fer aiderait à éliminer les congestions du réseau gazier des régions telles que la Nouvelle-Angleterre qui ont entraîné des prix élevés du gaz pour les consommateurs. Des groupes environnementaux, dont le Sierra Club, s’opposent à cette idée, affirmant qu’elle entraînerait des accidents. La PHMSA mentionne pour sa part dans son projet de règlement qu’une explosion importante due à un accident ferroviaire lié au GNL est « hautement improbable », en partie en raison de la conception « intrinsèquement plus robuste » du wagon-citerne DOT-113.

Californie : PG&E annonce deux nouvelles coupures préventives de courant

L’électricien californien PG&E a averti le 21 octobre ses clients qu’il envisageait de nouvelles coupures de courant préventives d’au moins 48 heures pour réduire le risque d’incendies de forêt occasionnés par ses installations. La Pacific Gas and Electric Co. de San Francisco a informé plus de 200 000 consommateurs résidentiels et entreprises de 16 comtés pouvant être concernés par ses délestages. L’avis s’étend des contreforts de la Sierra Nevada aux collectivités situées au nord de San Francisco. Dans certains de ces mêmes secteurs, 700 000 clients de PG&E ont déjà été privés d’électricité pendant plusieurs jours depuis le 9 octobre, un événement qui a affecté plus d’un million de consommateurs. PG&E a indiqué qu’il pourrait être nécessaire de répéter ces délestages en raison de nouvelles prévisions de vents forts pouvant initier des incendies catastrophiques. Certains clients et parlementaires ainsi que le gouverneur de Californie Gavin Newson ont critiqué PG&E, estimant que ces coupures étaient trop longues. PG&E est en restructuration à la suite de son rôle dans plusieurs incendies l’année dernière engageant sa responsabilité à hauteur de plus de 30 Mds USD de dommages, dont l’incendie de Camp Fire à Paradise (Butte County), qui avait entraîné le décès de                85 personnes.

Le chiffre de la semaine :  1 milliard USD

Il s’agit du montant d’une fraude présumée à l’investissement de type pyramide de ponzi impliquant  DC Solar, une société californienne spécialisée dans l’énergie solaire. Selon les procureurs fédéraux, l’entreprise a réalisé des transactions pour un montant d’investissement de 2,5 Mds entre 2011 et 2018 dans des générateurs solaires mobiles qui n’ont jamais été livrés. Des investisseurs nationaux et internationaux auraient bénéficié indûment de crédits d’impôts et d’amortissements accélérés (AP news, 23 octobre).

COMMENTS

WORDPRESS: 0
DISQUS: 0