Faits marquants Écologie, Développement durable, Énergie et Transports n°2019-35

Faits marquants Écologie, Développement durable, Énergie et Transports n°2019-35

Sommaire

Écologie – Climat

  • Le WRI compare les engagements climatiques des grandes banques privées
  • Parution prochaine du livre de Bill Gates sur les changements climatiques
  • L’intelligence artificielle pour protéger les éléphants d’Afrique

Transport

  • Un nouveau rapport accable Boeing et le processus de certification de la FAA
  • Waymo annonce le lancement de courses sans chauffeurs de sécurité en Arizona
  • Une erreur de l’IRS sur le crédit d’impôt pour les véhicules électriques

Énergie

  • Renouvelables : annonce d’initiatives novatrices de Microsoft et d’ENGIE
  • Amazon se défend des critiques sur ses services aux entreprises pétrolières
  • Texas : vers un ralentissement de la croissance de la production de pétrole ?

Agenda

22-24 octobre : NBAA Business Aviation Convention & Exhibition à Las Vegas, NV

30 octobre: événement “China’s Impact on the Solar Industry: Lessons for the Future of Clean Energy” à l’Information Technology and Innovation Foundation

8 novembre: The Economics of Climate Change à la Federal Reserve Bank of San Francisco

Écologie – Climat                                                           

Le WRI compare les engagements climatiques des grandes banques privées

Le World Resources Institute (WRI) basé à Washington, a dévoilé le 3 octobre son nouvel outil interactif Green Target Tool, qui analyse et compare les engagements climatiques des 50 plus grandes banques privées du monde et a constaté qu’en juillet 2019, seules 23 de ces 50 établissements s’étaient engagés à financer des projets énergétiques durables. Toutefois, parmi ces 23 banques ayant pris des engagements, le niveau annuel moyen de financement de projets d’énergies fossiles entre 2016 et 2018 demeure presque égal au double du montant annualisé de leurs engagements de financement durable. Seules sept banques avaient des objectifs de financement durable annualisés supérieurs à leurs montants de financements liés aux secteurs des énergies fossiles.

Parution prochaine du livre de Bill Gates sur les changements climatiques

Bill Gates prépare la publication d’un ouvrage sur l’énergie et les changements climatiques qui sera publié par Doubleday en juin 2020, a indiqué le 3 octobre son éditeur. Avec ce nouveau livre, « HOW TO AVOID A CLIMATE DISASTER : The Solutions We Have and the Breakthroughs We Need », Bill Gates souhaite partager ce qu’il a appris en plus d’une décennie d’étude des changements climatiques et d’investissement dans des innova-tions pour résoudre les défis climatiques. Il exposera sa vision de la façon dont le monde peut évoluer pour mettre en place les outils dont il a besoin pour atteindre la neutralité carbone.

De nouvelles législations californiennes limitent la production de pétrole et de gaz

Le gouverneur de Californie Gavin Newsom (D) a promulgué le 12 octobre de nouvelles législations pour limiter la production d’hydrocarbures sur le territoire de l’Etat. Parmi ces mesures, une législation interdit à toute autorité californienne d’autoriser la construction d’oléoducs ou d’autres infrastructures pétrolières et gazières sur les terrains publics de l’État. Elle complexifiera la réalisation de forages dans les aires protégées fédérales qui sont adjacentes aux terrains appartenant à l’État californien. En outre, Gavin Newsom a promulgué une loi qui renomme l’agence californienne en charge du contrôle de l’industrie pétrolière et gazière. Cette législation étend la mission de la Geologic Energy Management Division à la protection de la santé publique et de la qualité de l’environnement.

L’intelligence artificielle pour protéger les éléphants d’Afrique

L’Elephant Listening Project (ELP) de l’Université Cornell utilise l’intelligence artificielle (IA) et des enregistreurs audio afin de sauver les éléphants des forêts tropicales d’Afrique centrale des braconniers, rapporte NPR radio le 13 octobre. L’ELP suit différents troupeaux d’éléphants à l’aide de capteurs audio mis au point par Conservation Metrics, une entreprise d’IA. Les capteurs enregistrent les sons émis par les éléphants ainsi que les coups de feu des trafiquants et transmettent l’information aux gardes forestiers. Ceux-ci utilisent ensuite ces informations pour déterminer où les troupeaux sont rassemblés et localiser les braconniers.

Californie – Hawaii : le système de capture des déchets plastiques en mer fonctionne

Après une série de revers, un système de capture de déchets plastiques flottant testé dans l’océan Pacifique entre la Californie et Hawaii fonctionne à présent, a déclaré le 2 octobre Boyan Slat, son inventeur néerlandais. Boyan Slat, un étudiant qui a quitté l’université pour fonder l’organisation à but non lucratif Ocean Cleanup, a annoncé que son barrage flottant permet de capturer des déchets plastiques tels que des filets de pêche, des pneus usagés ou des fragments de plastiques ayant une dimension jusqu’à 1 mm. Les résultats de son prototype sont suffisamment prometteurs pour lancer la conception d’un deuxième système qui sera positionné sur le « Great Pacific Garbage Patch », une zone de déchets plastiques flottants dans le nord de l’océan Pacifique ayant une superficie deux fois plus grande que celle du Texas.

Le chiffre de la semaine : 1 300 Mds USD

Il s’agit du montant annuel des revenus générés par l’économie « verte » aux États-Unis, un secteur qui emploie environ 4 % de la main-d’œuvre américaine, selon une nouvelle étude de l’University College London parue le 15 octobre dans « Nature ».

Transport

Un nouveau rapport accable Boeing et le processus de certification de la FAA

Dans un article du 11 octobre, le New York Times rapporte les conclusions accablantes du rapport établi par une commission indépendante composée de représentants de neuf autorités de régulation aérienne internationales, dont l’Autorité Européenne de Sécurité Aérienne (AESA), et de représentants d’agences fédérales américaines (FAA, NASA, NTSB). Cette Task Force avait pour mission d’enquêter sur le processus ayant conduit à la certification du 737 Max. Le rapport pointe les défaillances du processus de certification, et la mauvaise communication de Boeing avec la FAA comme éléments ayant compromis la sécurité des 737 Max. Le rapport estime que la FAA était trop focalisée sur les détails du nouveau système de contrôle de vol (MCAS – Manoeuvring Characteristics Augmentation System), et pas suffisamment sur l’impact global de ce système sur l’appareil. D’autre part Boeing n’aurait pas suffisamment informé la FAA des évolutions apportées au MCAS au cours du développement de l’avion. Le rapport considère que la fragmentation des informations communiquées par Boeing, et le cloisonnement entre les différentes entités impliquées de la FAA, ont rendu complexe l’identification précise des implications de ce nouveau système sur l’appareil. Dans l’ensemble, le rapport met en cause le processus de certification de l’appareil basé sur le certificat de type d’appareil, reposant sur une conception plus ancienne (le certificat de type du 737 date de 1967), considérant qu’une évaluation globale de l’incidence de nouveaux systèmes sur le fonctionnement de systèmes existants faisait défaut. Au final, le rapport conclut que « la FAA n’avait pas une connaissance suffisante de la fonction MCAS », et que l’agence ne pouvait pas évaluer de façon appropriée la certification du système réalisée par Boeing.

Au lendemain de la remise de ce rapport, le conseil d’administration de Boeing a annoncé que Dennis Muilenburg se voyait retirer son titre de Président du conseil d’administration de la compagnie, mais qu’il était maintenu à ses fonctions de directeur général.

Enfin, ce vendredi 18 octobre, Reuters rapporte l’existence d’échanges de messages entre deux employés de Boeing mentionnant un comportement erratique du MCAS lors de tests sur simulateurs avant la certification du 737 Max, et laissant supposer que ces employés ont trompé la FAA quant aux performances de l’appareil.

Waymo annonce le lancement de courses sans chauffeurs de sécurité en Arizona

Dans un message adressé à une partie des clients de son service de taxi sans chauffeurs, offert dans la banlieue de Phoenix, AZ, Waymo annonce qu’il va prochainement réaliser des courses avec passagers, sans conducteur de sécurité derrière le volant. Le service s’adresserait dans un premier temps aux participants du programme Early Rider, lancé en avril 2017 par Waymo pour tester son service auprès d’utilisateurs volontaires ayant signé un accord de confidentialité. Le programme, rebaptisé Waymo One, est devenu un service commercial depuis décembre 2018 (lettre #2018-47), et a été étendu à d’autres utilisateurs. Waymo n’a pas communiqué davantage de détails sur les cas d’usage qui seraient réalisés sans chauffeurs de sécurité. (TechCrunch)

Une erreur de l’IRS sur le crédit d’impôt pour les véhicules électriques

Un rapport de l’inspecteur général du Trésor du 30 septembre 2019 signale que plus de 16 500 contribuables américains ont pu bénéficier à tort entre 2014 et 2018 d’une partie du crédit d’impôt fédéral offert pour l’acquisition d’un véhicule électrique, représentant un manque à gagner de près de 74 M USD pour l’administration fédérale.

Établi en 2008, ce crédit d’impôt fédéral permet aux consommateurs qui achètent un véhicule hybride rechargeable ou électrique à batterie, de bénéficier d’un abattement jusqu’à 7 500 USD sur leur impôt sur le revenu. Or le dispositif prévoit que le montant de l’aide fédérale commence à diminuer progressivement après qu’un constructeur automobile a vendu 200 000 véhicules éligibles. Tesla et General Motors sont pour l’heure les deux seuls constructeurs à avoir atteint ce plafond, entraînant une diminution puis une disparition des crédits d’impôts associés à l’achat de leurs véhicules hybrides et électriques. Sur le plan pratique, le rapport offre une réprimande cinglante à l’Internal Revenue Service (IRS), en charge de l’administration de ce crédit d’impôt. Sur le plan politique, le rapport aura probablement des répercussions au Congrès, où les législateurs se livrent une bataille sur l’avenir de ce crédit d’impôt, entre partisans du déplafonnement de l’aide, et ses détracteurs qui considèrent qu’elle ne bénéficie qu’aux ménages les plus aisés. (E&E News)

L’US DOT intensifie ses efforts en faveur des zones rurales

Le Département des Transports a lancé le 8 octobre une nouvelle initiative qui vise à fournir aux régions rurales plus d’information sur les dispositifs d’aide et d’accompagnement auxquels elles pourraient avoir droit. La nouvelle initiative, baptisée ROUTES, pour Rural Opportunities to Use Transportation for Economic Success, ne crée toutefois pas de nouveaux programmes de subventions ni n’augmente le financement des programmes existants. Les récents appels à projets fédéraux laissent toutefois apparaître une nette augmentation de la part allouée aux Etats ruraux, au détriment des aires métropolitaines. L’US DOT entend ainsi remédier aux inégalités territoriales en concentrant davantage d’investissements dans les zones rurales. (ENR)

Énergie

Renouvelables : annonce d’initiatives novatrices de Microsoft et d’ENGIE

Microsoft Corp. et ENGIE ont annoncé à Chicago le 24 Septembre la signature d’un contrat d’achat d’énergie solaire et éolienne innovant et à long terme (dit « Power Purchase Agreement ») qui prévoit la fourniture d’énergie 24h/24 et 7j/7 aux États-Unis et la mise en œuvre de Darwin, un logiciel énergétique développé par ENGIE utilisant les services de cloud intelligent de Microsoft Azure pour optimiser les performances des actifs renouvelables éoliens, solaires et hybrides (éolien + solaire). Cette innovation permet de pallier la variabilité des énergies solaires et éoliennes sans recourir à des centrales thermiques à gaz ou charbon.

Révision des modalités d’exemptions aux exigences d’incorporation de biocarburantsL’Agence de protection de l’environnement a annoncé le 15 octobre qu’elle accordera à compter de 2020 des exemptions partielles aux exigences en matière d’incorporation de biocarburants aux petites raffineries de pétrole, renversant ainsi l’approche de l’agence qui consistait jusqu’à présent à les approuver ou à les refuser intégralement. La nouvelle approche, énoncée dans une proposition de réglementation, aidera à maintenir des volumes minimaux de biocarburants à mélanger dans l’approvisionnement en carburant du pays tout en permettant à certaines raffineries de contourner les exigences en matière d’incorporation en cas de difficultés économiques, a indiqué l’agence.

Amazon se défend des critiques sur ses services aux entreprises pétrolières

Amazon.com Inc. s’est défendu contre les récentes critiques de plus de 8 500 de ses employés sur son bilan en matière d’émissions de gaz à effet de serre, et sur ses activités de service en lien avec le secteur pétrolier, réaffirmant depuis le 10 octobre sur son site internet que « les changements climatiques sont « réels » et « graves » ». L’entreprise a également déclaré qu’elle s’efforce d’atteindre la neutralité carbone d’ici 2040 et qu’elle prévoit d’utiliser 100 % d’énergie renouvelable d’ici 2030, en mettant l’accent sur un engagement climatique (« Climate Pledge ») que son fondateur et PDG Jeff Bezos a présenté le mois dernier. Cependant, les employés d’Amazon estiment que ses services aux entreprises pétrolières facilitent l’extraction d’hydrocarbures à un rythme plus rapide grâce à ses technologies permettant de réduire le temps nécessaire au traitement des données sismiques. Amazon a déclaré pour sa part qu’elle continuerait à offrir des services de cloud computing aux entreprises du secteur de l’énergie afin de rendre leurs activités moins émettrices de carbone et d’accélérer le développement d’entreprises d’énergie renouvelable. Selon Amazon, l’industrie de l’énergie devrait avoir accès aux mêmes technologies que les autres secteurs (Washington Post, 10 octobre).

Texas : vers un ralentissement de la croissance de la production de pétrole ?

La croissance de la production de pétrole de schiste du bassin Permian au Texas s’est accélérée à un rythme d’environ 3 % cette année, après avoir progressé de près de 21 % entre 2017 et 2018, selon les données statistiques de l’Energy Information Administration (EIA). Les estimations pour 2020 varient, mais les analystes s’interrogent à présent sur un possible ralentissement de cette croissance. Certains traders restent optimistes et considèrent que la mise en service de nouveaux oléoducs permettant d’évacuer des flux plus importants devrait relancer la production. Mais les investisseurs s’impatientent et demandent aux entreprises de réduire leurs dépenses et de verser plus de dividendes. Selon une enquête de la Banque fédérale de réserve de Dallas, le financement bancaire se resserre également (Bloomberg, 14 octobre).

Le chiffre de la semaine : 110 millions USD

Ils s’agit du montant rassemblé par la société de capital-risque Clean Energy Ventures (CEV) basée à Boston en clôture d’un cycle de financement visant à soutenir un large éventail de jeunes entreprises énergétiques respectueuses du climat. CEV soutient déjà 7 startups dont la société SparkMeter spécialisée dans le comptage low cost d’énergie et de la société de technologie solaire Leading Edge Crystal Technologies.

COMMENTS

WORDPRESS: 0
DISQUS: 0