Faits marquants Écologie, Développement durable, Énergie et Transports n°2019-32

Faits marquants Écologie, Développement durable, Énergie et Transports n°2019-32

Sommaire

Écologie – Climat

  • Prise de fonctions de la nouvelle ambassadrice des États-Unis à l’ONU
  • Le Climate Leadership Council actualise sa proposition de dividende carbone
  • Pression des investisseurs sur les PDG de 47 grands groupes américains

Transport

  • Investissement historique dans les transports en commun de New York
  • Le Président Trump révoque le droit de la Californie à fixer ses normes d’émissions pour les véhicules
  • 60 M USD de subventions du US DOT pour tester les véhicules autonomes

Énergie

  • Massachusetts – nucléaire : subvention fédérale pour reclasser les salariés
  • San Jose va interdire à son tour l’utilisation du gaz dans les nouvelles habitations
  • Bill Gates propose de réorienter les subventions aux énergies renouvelables

Agenda 

  • 21 septembre : Youth Climate Summit aux Nations-Unies
  • 23 septembre : Climate Action Summit 2019 organisé par le Secrétaire général des Nations Unies
  • 23 – 29 septembre : Climate Week de New York
  • 24 septembre : audition par la commission du commerce, de la science et des transports du Sénat sur l’amélioration du système de contrôle du trafic aérien
  • 24 septembre : audition par la Commission Transport et Infrastructure de la Chambre des Représentants sur les challenges et opportunités pour les trains de banlieue
  • 8-10 octobre : “Washington Forest Legality Week 2019” sur la lutte contre la déforestation importée, organisé par le World Resources Institute

Écologie – Climat                                                           

Prise de fonctions de la nouvelle ambassadrice des États-Unis à l’ONU

Kelly Craft, jusqu’alors ambassadrice des États-Unis au Canada, a présenté le 12 septembre ses lettres de créance en tant que nouvelle ambassadrice des États-Unis auprès des Nations Unies. Très engagée au sein du parti républicain dans l’État du Kentucky, Mme Craft a été confirmée par le Sénat dans ses nouvelles fonctions le 31 juillet. Lors de son audition, les démocrates ont critiqué Mme Craft en raisons de déclarations faites par le passé où elle exprimait des doutes sur les causes et la gravité du changement climatique et suggérait que les climato- sceptiques ont des arguments valables. Les démocrates s’inquiétaient également d’éventuels conflits d’intérêts, car elle détient d’importants investissements dans le secteur des énergies fossiles. Mme Craft a reconnu lors de son audition « l’importance des recherches scientifiques » concernant le changement climatique et « le rôle que l’homme a joué » ; elle a assuré qu’en cas de confirmation, elle serait un défenseur de la lutte contre le changement climatique (AP news, 12 septembre).

Le Climate Leadership Council actualise sa proposition de dividende carbone

Le Climate Leadership Council (CLC), une organisation américaine conservatrice qui compte parmi ses membres de grandes entreprises, notamment du secteur pétrolier et gazier telles que BP PLC, Exxon Mobil Corp., Total et Royal Dutch Shell PLC, ainsi que d’éminents économistes et d’anciens hauts responsables politiques républicains, vient de publier une actualisation de sa proposition de « carbon dividend », une taxe carbone fiscalement neutre, dont la version initiale avait été présentée en début d’année 2017. Dans son plan actualisé, ne figure plus le bouclier juridique controversé proposé pour les compagnies pétrolières et les autres sociétés émettrices, qui les protégerait contre des attaques devant les tribunaux liées aux impacts de leurs émissions historiques. La proposition mise à jour, tout comme la proposition originale, prévoit de reverser les revenus de la taxe aux ménages, à hauteur de 2 000 USD pour une famille de quatre personnes au cours de la première année. Mais le nouveau plan fournit également plus de détails sur une taxe carbone qui augmentera progressivement. Son montant initial serait fixé à 40 dollars par tonne de CO2 et augmenterait de 5 % par an, après ajustement pour tenir compte de l’inflation. Selon les estimations du CLC, cela réduirait les émissions de 50 % d’ici 2035 si cette mesure était mise en œuvre d’ici 2021. Autre nouveauté : un mécanisme d’ajustement des émissions qui déclencherait de nouvelles hausses de prix si les niveaux de carbone ne diminuaient pas assez rapidement pour atteindre l’objectif de 2035. Parallèlement, le CLC souhaite le retrait des réglementations existantes relatives aux émissions de carbone issues des sources fixes.

American Express va émettre pour la première fois des cartes de crédit recyclées 

American Express Co. a annoncé le 16 septembre de nouveaux efforts pour lutter contre la pollution marine par les plastiques avec une proposition de récupération des cartes de crédit en plastique et un programme de recyclage de ces cartes. De plus, American Express commencera d’ici quelques mois à émettre une nouvelle version de sa célèbre carte verte produite à partir de déchets plastiques récupérés sur les plages, les océans et autres zones marines polluées. La carte sera disponible pour les entreprises et les particuliers (Business Wire, 16 septembre).

Pression des investisseurs sur les PDG de 47 grands groupes américains 

200 investisseurs institutionnels dont les actifs sous gestion totalisent 6 500 Mds USD ont annoncé qu’ils demandent à 47 des plus grandes sociétés américaines cotées en bourse d’aligner leurs activités de lobbying sur les objectifs de l’Accord de Paris, avertissant que les activités de lobbying non conformes aux objectifs climatiques représentent un risque pour les investisseurs (CERES, 16 juillet).

Le chiffre de la semaine : 56%

Il s’agit de la part des américains qui estiment nécessaire d’agir dès maintenant pour lutter contre les changements climatiques, selon un sondage du 15 septembre pour CBS News. Sept sur dix pensent que l’activité humaine contribue beaucoup ou en partie au changement climatique, et la plupart pensent qu’ils ont une responsabilité personnelle à agir sur ce sujet, bien que beaucoup estiment ne pas en avoir les moyens.

Transport

Investissement historique dans les transports en commun de New York

La Metropolitan Transportation Authority (MTA) de New York a présenté le 16 septembre dans un communiqué son plan pluriannuel d’investissement 2020-2024 qui propose d’allouer un enveloppe record de 54 milliards de dollars à la modernisation des infrastructures et des services de transports publics, soit 70% de plus que le précédent plan qui était déjà d’une ampleur inégalée. Le plan ambitionne d’offrir aux new-yorkais « a faster, accessible and more reliable transportation network ». 40 Md USD seront notamment consacrés aux lignes de métro et aux réseaux de bus, avec entre autres la modernisation de la signalisation ferroviaire sur 6 lignes du métro, la mise en accessibilité pour les personnes à mobilité réduite de 66 gares, le renouvellement de 1900 voitures de métro et de 2900 bus, et le prolongement de la ligne de métro de la seconde avenue vers East Harlem. Le plan serait financé par l’émission de 25 Md USD d’obligations adossées à de nouvelles ressources, dont 15 Md USD issus des recettes du futur péage urbain au sud de Manhattan. Le plan d’investissement doit désormais être approuvé par le conseil d’administration de la MTA, puis une commission d’approbation des investissements réunissant des représentants de Congrès de l’Etat de New York, du Gouverneur de l’Etat et du Maire de New York. (NYT, présentation détaillée du plan)

Le Président Trump révoque le droit de la Californie à fixer ses normes d’émissions pour les véhicules

L’administration fédérale américaine s’apprête à révoquer l’exemption dont bénéficie l’Etat de Californie au titre du Clean Air Act de 1970 (section 209) permettant d’imposer des normes d’émissions pour les véhicules à moteur plus contraignantes que les normes fédérales. L’information, annoncée depuis quelques semaines par les médias américains, a été confirmée par une « série du tweets » du Président Trump le 18 septembre, affirmant que cette action permettrait « de produire des voitures beaucoup moins chères pour le consommateur, tout en rendant les voitures beaucoup plus sûres », et par un communiqué du Département des transports. Andrew Wheeler, administrateur de l’Environnemental Protection Administration (EPA) déclarait cette semaine qu’un seul Etat fédéré ne pouvait dicter les normes pour l’ensemble de la nation. 13 Etats fédérés suivent actuellement les normes d’émission californiennes, représentant environ 40% du parc automobile américain. En complément de cette décision, l’administration fédérale devrait prochainement adopter le nouveau règlement (SAFE Vehicles Rule) remplaçant les normes d’émission pour les véhicules légers et petits utilitaires actées sous l’administration Obama pour les années modèle 2021-2026. Le président Trump indique à ce propos qu’il y aura « très peu de différence entre les émissions résultant de la norme californienne et celles résultant de la nouvelle norme fédérale, mais que les voitures seront beaucoup plus sûres et beaucoup moins chères». Cette analyse est toutefois vivement contestée par de nombreux experts, qui réfutent les arguments d’une meilleure sécurité routière et de la baisse des prix de vente des voitures neuves. Le Ministre de la Justice de Californie a promis une bataille judiciaire acharnée contre cette décision, dont le fondement légal serait très discutable selon plusieurs juristes. (CNN, E&E News)

Un panel d’experts internationaux critique le processus de certification du 737 MAX

Le panel international de régulateurs du secteur aérien mis en place par la Federal Aviation Administration (FAA) pour examiner les conditions de certification du Boeing 737 Max, suite aux deux crashes de l’avion en octobre 2018 et mars 2019, devrait remettre dans les prochaines semaines un rapport très critique à l’égard du processus de certification initial de l’appareil par les autorités américaines rapporte le WSJ du 16 septembre. Ce rapport préconiserait entre autres une réévaluation en profondeur du processus de certification des systèmes complexes de contrôle automatiques applicable aux prochaines générations d’appareils. Il pointe également, parmi la douzaine de points soulevés, le manque de transparence et de précision dans la délégation d’autorité de contrôle au constructeur Boeing.

60 M USD de subventions du US DOT pour tester les véhicules autonomes

La secrétaire américaine aux Transports, Elaine L. Chao, a annoncé le 18 septembre l’attribution de près de 60 millions de dollars de subventions fédérales à huit projets dans sept États fédérés (TX, VA, IA, OH, PA, MI, CA) pour tester l’intégration des systèmes de conduite autonomes sur le réseau routier américain. Chaque projet recevra entre 7 M USD et 8.5 M USD de subventions fédérales. Les projets permettront de tester les technologies autonomes en milieu rural, périurbain et urbain.

Le chiffre de la semaine : 48 000

Il s’agit du nombre de salariés de l’entreprise General Motors en grève à travers tout le pays depuis le dimanche 15 septembre, suite à l’échec des négociations entre le syndicat United Automobile Workers et GM sur la revalorisation des rémunérations et des avantages sociaux. (CNBC)

Énergie

Massachusetts – nucléaire : subvention fédérale pour reclasser les salariés

Le Massachusetts a reçu plus d’un demi-million de dollars de subventions fédérales pour faciliter le reclassement des employés de la centrale nucléaire Pilgrim de Plymouth, dont le réacteur de 690 MW a été mis à l’arrêt définitif fin mai. Les sénateurs démocrates Elizabeth Warren, Ed Markey et le représentant Bill Keating, ont déclaré que la subvention aidera leur État à proposer des services d’orientation, d’évaluation de carrière, d’aide à la rédaction de curriculum vitae et de placement des travailleurs qui ont été licenciés cette année. L’usine, qui a produit de l’électricité pendant 46 ans, employait environ 580 personnes en mai. Selon l’exploitant, ils devraient être environ 270 d’ici mars 2020. L’installation a été vendue à la fin du mois d’août à la société Holtech en vue de son démantèlement (Associated Press, 17 septembre).

Le déclin des importations de pétrole d’Arabie Saoudite par les États-Unis

Il y a vingt-cinq ans, l’Arabie saoudite était le principal fournisseur de pétrole brut et de produits pétroliers raffinés exportés aux États-Unis. Mais ce rôle a beaucoup diminué alors que le Canada satisfait désormais près de la moitié des besoins d’importation de pétrole des États-Unis (Politico pro, 17 septembre).

San Jose va interdire à son tour l’utilisation du gaz dans les nouvelles habitations

Un vote unanime du Conseil municipal de la ville de San Jose en Californie a approuvé la proposition du maire Sam Liccardo d’interdire l’utilisation du gaz naturel dans les maisons individuelles neuves et les immeubles collectifs de faible hauteur. À partir de 2020, les nouveaux bâtiments résidentiels de la 10ème plus importante ville américaine (plus de 1 millions d’habitant en 2017) devraient fonctionner entièrement à l’électricité. Cette décision survient alors que la California Energy Commission (CEC) examine la révision des normes techniques du bâtiment qui sera publiée en 2022 et mis en œuvre en 2023. Le président de la CEC, David Hochschild, a déclaré que l’élimination du gaz naturel dans les habitations est l’un des objectifs de cette révision. En 2016, la consommation résidentielle de gaz représentait le tiers de la consommation d’énergie totale des bâtiments en Californie. San Jose deviendra la septième ville de Californie à interdire ou à limiter l’utilisation du gaz naturel dans les habitations individuelles neuves (CBS Local San Jose – 17 septembre).

Bill Gates propose de réorienter les subventions aux énergies renouvelables

Bill Gates, cofondateur de Microsoft Corp., a déclaré le 17 septembre à Bloomberg que les subventions gouvernementales aux énergies éolienne et solaire devraient être réorientées vers d’autres technologies où  » nous devons développer le marché […] Les avantages fiscaux qui y sont accordés devraient être redirigées vers des technologies moins matures, telles que le stockage de l’énergie et l’éolien offshore, dont les coûts sont encore très élevés « . Bien qu’il ait qualifié de  » très utiles  » les progrès en matière d’éolien et de photovoltaïque,   M. Gates a souligné leur nature intermittente et la baisse spectaculaire grâce aux subventions du coût de ces technologies « qui ne diminueront pas beaucoup plus ». Les commentaires de M. Gates, qui est également le fondateur de Breakthrough Energy Ventures, un fonds d’un milliard de dollars pour promouvoir le développement de technologies énergétiques innovantes et décarbonées, surviennent alors que l’Association des industries de l’énergie solaire réclame une prolongation du crédit d’impôt fédéral à l’investissement solaire (ITC) qui devrait baisser progressivement à partir de 2020.

Le chiffre de la semaine : 9,8 milliards m3

Il s’agit de la capacité de production annuelle de biodiesel aux États-Unis au 1er janvier 2019, selon le rapport de l’agence d’information sur l’énergie paru le 13 septembre. 102 installations sont en fonctionnement, avec une capacité de production équivalente à 167 000 barils par jour (26 550 m3/j). Plus de la moitié de la capacité de production de biodiesel se situe dans la région du Midwest, dans des États tels que l’Iowa, le Missouri ou l’Illinois.

COMMENTS

WORDPRESS: 0
DISQUS: 0