Faits marquants Écologie, Développement durable, Énergie et Transports n°2019-30

Faits marquants Écologie, Développement durable, Énergie et Transports n°2019-30

Sommaire

Écologie – Climat

  • CNN consacre un forum sur le climat aux candidats démocrates à la présidentielle
  • L’EPA révise les normes d’émissions de méthane de l’industrie pétrolière et gazière
  • Les interdictions de lâchers de ballons se multiplient

Transport

  • Tesla lance un service d’assurance auto
  • Mobilisations en Californie autour du projet de loi sur le statut des travailleurs
  • Les compagnies aériennes reportent à nouveau le retour des 737 Max

Énergie

  • Régulation : en Virginie, les profits de Dominion Energy trop élevés en 2018
  • Dominion Energy propose une importante initiative d’électrification des bus scolaires
  • Exxon Mobil devancé par les géants technologiques au classement du S&P 500

 Agenda

Écologie – Climat                                                           

CNN consacre un forum sur le climat aux candidats démocrates à la présidentielle

CNN a organisé le 4 septembre un forum avec 10 candidats démocrates à l’élection présidentielle de 2020, consacré exclusivement aux changements climatiques. Le parti démocrate s’était opposé à la tenue d’un débat présidentiel officiel sur le climat. Le fait qu’une grande chaîne de télévision consacre autant de temps à une seule question est un signe de l’importance que revêt le changement climatique pour les démocrates et du succès des militants qui défendent cette cause. Pour la plupart, les candidats démocrates à la présidence conviennent que le changement climatique exige une réponse politique sérieuse et que les États-Unis doivent devenir neutres en carbone d’ici le milieu du siècle. Nombreux sont ceux qui parmi les candidats ont exprimé leur soutien au Green New Deal et la plupart se sont engagés à refuser les dons de l’industrie des énergies fossiles. Ils ont notamment été critiques envers la politique de dérégulation environnementale de l’administration Trump, s’en sont pris à l’industrie pétrolière et gazière et une majorité des candidats ont fait part de leur souhait d’instaurer une taxe carbone, même si des différences sont apparues sur l’affectation des revenus de la taxe (CNN, 4 Septembre).

L’EPA révise les normes d’émissions de méthane de l’industrie pétrolière et gazière

L’EPA a dévoilé le 29 août deux propositions sur la façon dont l’agence cesserait de réglementer directement les émissions de méthane provenant de l’industrie pétrolière et gazière, réduisant ainsi les contrôles sur les gaz à effet de serre de ce secteur. La proposition principale supprimerait les limites d’émissions de méthane issues de la production et du traitement des hydrocarbures, maintenant uniquement un contrôle sur les limites d’émissions pour les composés organiques volatils (COV) responsables de la formation d’ozone. L’EPA estime que les contrôles visant à limiter les émissions de COV réduisent dans le même temps les émissions de méthane, de sorte que l’imposition de limites distinctes pour le méthane est redondante. De plus, l’EPA ne réglementerait plus que les composés organiques volatils, provenant de sources nouvelles ou modifiées dans ses deux projets – une mesure qui mettrait fin à toute action de l’administration visant à réglementer les émissions provenant des activités pétrolières et gazières existantes, la plus importante source d’émissions de méthane du secteur. En plus de se focaliser uniquement désormais sur les COV, la principale proposition mettrait fin à la réglementation des émissions issues des réseaux de transport et de stockage du secteur pétrolier et gazier. Dans sa seconde proposition, l’EPA supprimerait les limites d’émissions de méthane, en maintenant le contrôle des seules émissions de COV sur le réseau de transport et de stockage. Selon l’EPA, ces propositions permettraient de faire économiser plus de 10 millions de dollars par année pour l’industrie. Une consultation publique est ouverte durant 60 jours.

Les interdictions de lâchers de ballons se multiplient

Au moins cinq États et plus d’une douzaine de villes américaines, dont la Virginie et Baltimore, ont mis en place une forme d’interdiction des grands lâchers de ballons en latex. Plus d’une demi-douzaine d’autres États ont envisagé des interdictions ces dernières années, selon la National Conference on State Legislatures. Les ballons retombés à terre ne figurent pas parmi les dix principaux polluants océaniques au monde, mais ils seraient parmi les plus nocifs pour les oiseaux marins, les tortues et les mammifères marins selon des chercheurs. De nouvelles études sur les côtes américaines suggèrent que le problème des ballons est plus répandu dans ce pays que dans le reste du monde. Selon l’International Coastal Cleanup program de l’ONG Ocean Conservancy, en moyenne 31 000 ballons ont été retrouvés sur les plages américaines chaque année entre 2008 et 2016 (Washington Post, 1er septembre).

Le chiffre de la semaine : 800 Mds USD    

Il s’agit du montant potentiel du marché des produits issus de la capture du carbone, selon un nouveau rapport du Center for Climate and Energy Solutions (C2ES) publié le 5 septembre. Le document ne se concentre pas sur les utilisations du CO2 dans l’industrie pétrolière pour optimiser l’extraction (ou « Enhanced Oil Recovery »), mais examine plutôt les utilisations liées à des produits non pétroliers, comme le béton, les produits chimiques, des carburants et engrais.

Transport

Tesla lance un service d’assurance auto

Les propriétaires de véhicules Tesla en Californie peuvent depuis le 28 août dernier assurer leur véhicule, pour un usage personnel, directement auprès du constructeur automobile. L’entreprise revendique des primes d’assurance 20 à 30% inférieures à celles proposées par les assureurs traditionnels, grâce notamment à une meilleure connaissance du produit assuré, de ses technologies, des coûts de réparation, et des habitudes de conduite de ses clients, via ses bases de données anonymisées. Tesla prévoit d’offrir cette couverture à travers tous les États-Unis prochainement, et de l’étendre éventuellement aux usages commerciaux. Cette annonce fait écho aux projets de l’entreprise de lancer d’ici la fin de l’année 2020 un service de taxis autonomes mobilisant des flottes de véhicules Tesla partagés par leurs propriétaires, projet que peu d’analystes considèrent toutefois réalistes dans l’immédiat. Néanmoins, pour que cette vision devienne réalité, les véhicules ‘autonomes’ Tesla, assignés à un service commercial, auront besoin d’une assurance – ce qu’aucun assureur, autre que Tesla, ne serait prêt à proposer.

La vente d’assurance fournira également à Tesla une autre source de revenus, l’entreprise cherchant toujours à démontrer sa rentabilité. Tesla a dégagé un résultat positif au cours du dernier semestre 2018 – la plus longue période de prospérité de son histoire – mais a perdu 1,1 Md USD au cours du premier semestre 2019. La performance financière décevante de Tesla et les doutes croissants quant à ses perspectives d’avenir ont fait chuter son titre de 35 % jusqu’à présent en 2019. (TechCrunch)

Mobilisations en Californie autour du projet de loi sur le statut des travailleurs

Quelques centaines de chauffeurs Uber et Lyft ont pris part du 26 au 28 août à différentes manifestations en soutien au projet de loi AB5 en Californie relatif au statut des travailleurs, qui contraindrait les plateformes à considérer les chauffeurs comme des employés, et non des travailleurs indépendants. Le candidat à l’investiture démocrate Pete Buttigieg s’est mêlé aux manifestants mardi 27 août à San Francisco et leur a apporté son soutien. Plusieurs autres candidats démocrates soutiennent également le mouvement, dont le Sénateur Bernie Sanders (VT), la sénatrice Elisabeth Warren (MA) ou la sénatrice Kamala Harris (CA). (SF Chronicle)

Alors que le texte de loi pourrait être adopté d’ici mi-septembre après son passage au Sénat, les plateformes maintiennent la pression sur les parlementaires comme le rapporte le NYT, et espèrent trouver un accord avec ces derniers pour être exemptés des dispositions de ce projet de loi. Uber et Lyft ont notamment proposé le 29 août une solution de compromis consistant en la garantie d’un revenu minimum pendant les courses de leurs chauffeurs, un fonds permettant certaines couvertures sociales, et la possibilité de négociations collectives. En parallèle les compagnies Uber, Lyft et Doordash ont annoncé qu’à défaut, ils soumettraient un texte de loi à référendum (ballot initiative) pour les élections de 2020 de Californie proposant de les exempter de ces dispositions, et qu’ils investiraient 90 M USD pour soutenir cette initiative.

Le NTSB met en cause l’Autopilot de Tesla

Le National Transportation Safety Board (NTSB), organisme fédéral chargé de conduire des enquêtes sur les accidents de transport, révèle dans un rapport rendu public le 4 septembre, que la fonction d’assistance à la conduite « Autopilot » d’un véhicule Tesla Model S était enclenchée de manière continue au cours de 13 minutes ayant précédé une collision avec un véhicule de secours à l’arrêt, et que le conducteur n’avait pas ses mains sur le volant dans les minutes ayant précédé l’accident. Ce dernier était survenu en Californie en janvier 2018. Le NTSB conclut à la responsabilité partielle du système d’aide à la conduite de Tesla, et pointe que la cause probable de l’accident est à la fois due au manque de réaction du conducteur en raison de son inattention et de sa dépendance au système d’assistance à la conduite, à la conception même du pilote automatique qui permet au conducteur de s’affranchir de la tâche de conduite, et au non-respect des consignes d’utilisation du système par le conducteur. Le Center for Auto Safety, une association promouvant la sécurité routière, réclame un rappel des véhicules Tesla suite au rapport du NTSB (Reuters)

Les compagnies aériennes reportent à nouveau le retour des 737 Max

Le WSJ rapporte le 1er septembre que de nouvelles tensions entre Boeing et les différents régulateurs aériens internationaux (américains, européens et brésiliens notamment) survenues lors d’une réunion d’échanges à Seattle au cours du mois d’août, laissent planer la menace de nouveaux délais avant la remise en exploitation des 737 Max, immobilisés par la communauté internationale depuis le mois de mars. Dans ce contexte, les compagnies aériennes essaient de faire face à l’incertitude persistante quant à la date de retour des 737 Max alors qu’elles planifient leurs opérations de fin d’année. American Airlines a ainsi annoncé le 1er septembre qu’elle retirait les 737 MAX de ses plans de vols pour un mois supplémentaire et ce jusqu’au 3 décembre. United Airlines a annoncé une annulation des 737 MAX prolongée jusqu’au 19 décembre. Les deux transporteurs espèrent toutefois un retour des monocouloirs Boeing pour la période des congés de fin d’année. Southwest Airlines espère pour sa part une réautorisation d’exploitation de ses 34 appareils pour le mois de novembre, rapporte Bloomberg. D’autres compagnies, comme Air Canada, font le choix de ne pas programmer de vols sur 737 MAX avant janvier 2020.

Le chiffre de la semaine : 166 Md USD

Il s’agit du coût annuel de la congestion urbaine US selon le Urban Mobility Report de 2019 du Texas A&M Transportation Institute, soit 17% de plus en cinq ans.

Énergie

Régulation : en Virginie, les profits de Dominion Energy trop élevés en 2018

La plus grande compagnie d’électricité de Virginie, la société Dominion Energy a généré 277 millions de dollars de bénéfices l’an dernier, excédant ce que le régulateur de l’énergie de l’État juge raisonnable ; « ses clients pourraient voir leur facture augmenter considérablement dans les années à venir », a déclaré le 29 août le régulateur de l’énergie de Virginie dans un nouveau rapport. Selon ce document, le rendement des capitaux propres de Dominion était de 13.47% en 2018, soit 4,27 points de pourcentage au-dessus des 9,2% que la commission qualifie de juste. Techniquement, en vertu de la loi de l’État de Virginie, le régulateur peut exiger que Dominion reverse une grande partie de ses bénéfices excédentaires à ses consommateurs. Mais une révision de la réglementation de l’énergie en 2018, à laquelle Dominion a contribué en suscitant l’adoption d’une loi, donne à l’entreprise une plus grande souplesse dans la comptabilisation des coûts et garantit pratiquement qu’elle ne sera pas obligée d’accorder de tels remboursements ou des taux réduits. Dominion a déclaré que la loi de 2018 est nécessaire pour s’assurer que l’entreprise peut investir dans les énergies renouvelables, améliorer le réseau électrique et atteindre d’autres objectifs réclamés par ses clients. Dominion détient un monopôle pour l’approvisionnement en électricité dans la majeure partie de l’est et du centre de l’État (The Post and Courrier, 29 août 2019).

Dominion Energy propose une importante initiative d’électrification des bus scolaires

Dominion Energy Inc. a annoncé le 29 août qu’elle prévoyait de financer la plus importante transition vers des bus scolaires électriques des États-Unis, en échange du droit d’utiliser les batteries de ces véhicules comme ressource pour son réseau électrique. Dans le cadre de la dernière phase du plan de Dominion, les districts scolaires de l’État de Virginie cesseraient d’acheter des bus diesel d’ici 2030. Ce projet comprendrait ainsi l’une des plus ambitieuses démonstrations du concept de « Vehicle to Grid », dans lequel l’électricité est stockée dans les batteries des bus inactifs et réinjectée dans le réseau pendant les périodes de pointe de consommation d’électricité. La première phase de l’initiative de Dominion vise à mettre en circulation 50 nouveaux bus électriques et débutera presque immédiatement. Pour ces 50 achats, l’électricien financera la différence de coût entre une version électrique et une version diesel – qui peut atteindre 200 000 $ par véhicule – pour les districts scolaires participants. La deuxième phase de l’initiative, qui nécessitera l’approbation des régulateurs de l’énergie, viserait à déployer 1 000 bus électriques d’ici 2025. Dans la troisième et dernière phase, chaque nouveau bus acheté par un district scolaire serait électrique.

Exxon Mobil devancé par les géants technologiques au classement du S&P 500

Exxon Mobil Corp. ne figure plus parmi les 10 plus grandes sociétés de l’indice S&P 500 pour la première fois depuis la création de l’indice il y a 90 ans ; cette évolution reflète la poursuite d’une tendance de long terme où des entreprises technologiques détrônent les grandes entreprises industrielles dans leurs classements en tête du marché boursier américain. Visa Inc. a remplacé Exxon en tant que 10ème membre le plus important de l’indice de Wall Street le 1er août et deux semaines plus tard, Procter & Gamble Co. a également dépassé Exxon, selon les données compilées par Bloomberg (Bloomberg, 30 août).

Le chiffre de la semaine : 91 MBtu (27 MWh)

Il s’agit du record de consommation d’énergie per capita dans le secteur résidentiel observé en 2017 au Dakota du Nord contre 66 MBtu (19 MWh) en moyenne nationale, et seulement 24 millions de Btu à Hawaii (7 MWh) où les ménages ne sont pas équipés de systèmes de chauffage. En 1960, la consommation d’énergie moyenne nationale per capita s’établissait à 50 MBtu (15 MWh) (EIA, 4 septembre).

COMMENTS

WORDPRESS: 0
DISQUS: 0