Faits marquants Écologie, Développement durable, Énergie et Transports n°2019-24

Faits marquants Écologie, Développement durable, Énergie et Transports n°2019-24

Sommaire

Écologie – Climat

  • Le climat s’invite aux premiers débats de la présidentielle 2020 du parti démocrate
  • G20 : les États-Unis à nouveau en retrait sur les changements climatiques
  • Ontario : la taxe carbone est constitutionnelle

Transport                                                                                                                                

  • La Californie et le Canada s’engagent à collaborer pour des véhicules plus propres
  • Uber et Lyft s’opposent à un projet de loi en Californie modifiant le statut des chauffeurs
  • La Californie impose des navettes zéro-émissions dans les aéroports

Énergie

  • L’Inde remporte un différend avec les États-Unis à l’OMC sur les énergies renouvelables
  • Un deuxième parc éolien offshore en construction
  • Le développement du GNL pourrait suivre la même trajectoire que celle du charbon

Agenda

Écologie – Climat                                                           

Le climat s’invite aux premiers débats de la présidentielle 2020 du parti démocrate

Les deux premiers débats pour les primaires démocrates en vue de l’élection présidentielle de 2020 se sont tenus les 26 et 27 juin à Miami (Floride), une ville déjà confrontée à l’élévation du niveau de la mer et des températures liées aux changements climatiques. Ces débats ont montré que le thème des changements climatiques prend de l’importance dans l’arène politique, même s’ils n’ont pas révélé de nouveaux détails sur la façon dont le camp démocrate allait relever ces défis. Aucun candidat ne semblait totalement dépourvu de préparation pour parler de climat, mais certains ont montré qu’ils avaient des propositions plus avancées que d’autres. Parmi les candidats prééminents, la sénatrice du Massachusetts Elizabeth Warren, a présenté sa plateforme sur le « green manufacturing ». L’ancien vice-président Joe Biden a promis de promouvoir les véhicules électriques. En tant que président, il « insisterait immédiatement » pour « construire 500 000 stations de recharge dans l’ensemble des États-Unis d’Amérique, en collaboration avec les gouverneurs, les maires et d’autres acteurs, afin que nous puissions évoluer vers un parc de véhicules entièrement électriques » d’ici 2030. Le sénateur du Vermont Bernie Sanders, a souligné que son opposition aux sociétés pétrolières et gazières était l’une des raisons pour lesquelles il présentait sa candidature. « La question est de savoir qui a le courage de s’attaquer à Wall Street, à l’industrie des combustibles fossiles, et aux grands intérêts financiers qui ont une influence incroyable « , a déclaré Bernie Sanders, un partisan du Green New Deal promu par l’aile progressiste des démocrates. La sénatrice californienne Kamala Harris a estimé que  » le fait qu’un président des États-Unis privilégie la science-fiction à la science nous met en grand danger collectivement. » Elle a promis de maintenir les États-Unis dans l’Accord de Paris. En revanche, les thématiques de l’énergie, de l’environnement et des infrastructures ont été assez largement ignorées lors de ces deux premiers débats.

G20 : les États-Unis à nouveau en retrait sur les changements climatiques

La déclaration finale adoptée le 29 juin par les chefs d’État et de gouvernement du G-20 réunis à Osaka (Japon) mentionne leur soutien à l’Accord de Paris, à l’exception des États-Unis selon lesquelles l’accord « désavantage les travailleurs et les contribuables américains ». La délégation des États-Unis sous la présidence de M. Trump a également inséré dans la déclaration des termes relatifs à la détermination des États-Unis d’utiliser « toutes les sources et technologies énergétiques, y compris les combustibles et technologies fossiles propres et avancés ». La déclaration qualifie l’approche américaine « d’équilibrée » et les États-Unis s’y définissent comme « leader mondial de la réduction des émissions liées au secteur de l’énergie ».

Ontario : la taxe carbone est constitutionnelle

Des juges canadiens ont rejeté un recours juridique du gouvernement ontarien contestant la validité de la tarification du carbone. Dans une décision du 28 juin, la plus haute cour de l’Ontario a statué contre le premier ministre Doug Ford. L’Ontario considérait que la loi fédérale sur la taxation de la pollution causée par les gaz à effet de serre nuirait au fédéralisme coopératif. Le gouvernement fédéral assurait de son côté que son approche consistant à imposer une taxe sur l’essence et les combustibles fossiles respecte les compétences des provinces. Le mois dernier, la Cour d’appel de la Saskatchewan s’était rangée du côté d’Ottawa dans un recours similaire. La loi qui est entrée en vigueur le 1er avril, s’applique actuellement dans quatre provinces – l’Ontario, le Manitoba, le Nouveau-Brunswick et la Saskatchewan – qui selon Ottawa ne répondent pas aux normes nationales (LAPRESSE.CA 28 juin).

Le chiffre de la semaine : 483

Il s’agit du nombre total de comtés ayant fait l’objet d’une déclaration de catastrophe naturelle par le Président Trump à la suite d’inondations de grande ampleur survenues au cours du premier semestre de cette année, un record depuis 1973 lorsque qu’une déclaration fédérale de catastrophe naturelle avait concerné 435 comtés. Les inondations de 2019 ont en grande partie été causées par les crues du Mississippi et du Missouri. Il y a au total 3 141 comtés aux États-Unis (E&E news, 2 juillet).

Transport

La Californie et le Canada s’engagent à collaborer pour des véhicules plus propres

L’Etat de Californie et le Canada ont signé le 26 juin un accord de coopération portant sur la réduction des émissions des véhicules. La Ministre de l’Environnement du Canada, Catherine McKenna, et le Gouverneur de Californie, Gavin Newsom, ont annoncé que leurs deux gouvernements travailleront ensemble à développer des réglementations visant à réduire les émissions de gaz à effet de serre des véhicules légers et à promouvoir l’utilisation de véhicules plus propres. Catherine McKenna a indiqué à propos de la Californie : « en tant que cinquième plus grande économie mondiale et chef de file planétaire dans le domaine du transport écologique, la Californie est un exemple éloquent de la façon dont l’action climatique peut être bonne pour les gens, l’environnement et l’économie. Il nous tarde de travailler avec la Californie pour lutter contre les changements climatiques, préserver la qualité de l’air et offrir un éventail accru d’options pour conduire des véhicules moins polluants et plus abordables. En appuyant l’innovation écologique dans le secteur canadien de l’automobile, nous pouvons construire les véhicules de l’avenir, créer de bons emplois et demeurer concurrentiels – tout en réduisant la pollution et en aidant les Canadiens à économiser des centaines de dollars par année à la pompe. » (CBC)

Uber et Lyft s’opposent à un projet de loi en Californie modifiant le statut des chauffeurs

Dans un éditorial du San Francisco Chronicle du 12 juin, les dirigeants d’Uber et Lyft ont conjointement critiqué un projet de loi californien qui vise à reclasser les conducteurs en salariés, et permettre à ces derniers de bénéficier des avantages sociaux et droits collectifs dont ils sont dépourvus en tant que travailleurs indépendants. Afin d’éviter une reclassification particulièrement impactante pour leur modèle économique, CityLab et le New York Times rapportent qu’Uber et Lyft militent auprès des élus californiens et des syndicats pour l’obtention d’un régime dérogatoire au droit du travail californien permettant de limiter l’impact de cette nouvelle législation.

La Californie impose des navettes zéro-émissions dans les aéroports

Le California Air Resources Board a adopté à l’unanimité le 27 juin une nouvelle règlementation imposant des navettes et bus à zéro-émission dans les 13 plus importants aéroports de l’Etat. La règlementation, la première du genre aux Etats-Unis, impose que les flottes de navettes et de bus soient composées de 33% de véhicules zéro-émissions d’ici 2027, 66% d’ici 2031 et 100% d’ici 2035. Elle concernera les dessertes internes aux plateformes aéroportuaires, les dessertes régulières longues de 48 km et moins, desservant des zones jusqu’à 24 km des aéroports, et les liaisons opérées vers les hôtels, les zones de stationnement et les centres de loueurs de voitures. Une fois entièrement mise en place, cette réglementation devrait permettre de réduire les émissions de gaz à effet de serre de 35 000 tonnes par an, équivalant à retirer de la circulation plus de 7 400 voitures particulières chaque année. (E&E News)

Tesla bat des records de production de véhicules

Tesla a annoncé le 2 juillet un niveau record de production et de livraison au deuxième semestre 2019, avec 87 048 véhicules produits et 95 200 véhicules livrés, dont 77 550 Model 3, rapporte Axios. Tesla annonce également que la compagnie débute le 3ème trimestre avec un carnet de commande en augmentation. Ceci place Tesla en situation favorable pour atteindre son objectif de production de 360 000 véhicules pour 2019. Les résultats financiers trimestriels sont attendus dans les prochaines semaines.

Proposition de loi au Sénat en faveur des infrastructures de recharge pour EV

La Sénatrice Catherine Cortez Mastro (D-Nev) a présenté le 27 juin au Sénat au paquet législatif visant à soutenir l’expansion des infrastructures de recharge pour véhicules électriques (EV) et à hydrogène en étendant les niches fiscales associées à ces investissements, et à développer des infrastructures de recharge dans les parcs nationaux et sur les terres fédérales. « Ces projets de loi incitent les entreprises, les États et les administrations locales à investir dans des infrastructures essentielles pour l’avenir des énergies propres aux États-Unis, créer des emplois et lutter contre les changements climatiques », précise la Sénatrice. (E&E News)

Le chiffre de la semaine : 100 M USD

Il s’agit de la somme que le constructeur Boeing va accorder à un fonds spécial destiné à aider les familles des victimes des deux crashes de 737 Max, rapporte The Hill le 3 juillet. Les fonds serviront à « soutenir l’éducation, les difficultés et les dépenses de subsistance des familles touchées, les programmes communautaires et le développement économique dans les collectivités touchées « . Boeing indique qu’il collaborera avec les gouvernements locaux et des organisations à but non lucratif pour distribuer cet argent sur plusieurs années.

Énergie

L’Inde remporte un différend avec les États-Unis à l’OMC sur les énergies renouvelables

Selon une décision publiée le 27 juin, l’OMC a validé la plupart des allégations de l’Inde dans sa plainte du 9 septembre 2016, selon lesquelles les États-Unis auraient imposé des exigences de contenu national illégales qui favorisent les produits nationaux dans le secteur des énergies renouvelables. Le groupe spécial de l’OMC a déclaré que les diverses mesures proposées par l’État de Washington, la Californie, le Montana, le Connecticut, le Michigan, le Delaware et le Minnesota violaient le principe du traitement national du fait qu’elles conféraient un avantage lié à l’utilisation de produits nationaux, ce qui revenait à accorder un traitement moins favorable aux produits importés similaires.

Un deuxième parc éolien offshore en construction

Dominion Energy Inc. a débuté les travaux d’installation de lignes de transport d’électricité qui seront connectées à un parc éolien dans l’océan Atlantique, près de la Virginie, marquant ainsi le début de la construction de la deuxième installation de ce genre au large de la côte est des États-Unis. Dominion Energy, énergéticien public de l’État de Virginie est en partenariat avec la société danoise Ørsted A/S pour installer deux turbines de 6 mégawatts à 43 kilomètres à l’est de Virginia Beach. Ces installations devraient produire de l’électricité pouvant alimenter jusqu’à 3 000 foyers à partir de 2020. Le développement de l’énergie éolienne offshore a été lent à émerger aux États-Unis, principalement en raison de coûts initiaux élevés. Cette situation évolue rapidement à mesure que les prix baissent et que les États fédérés considèrent cette technologie comme essentielle pour atteindre leurs objectifs en matière d’énergie décarbonée. Deepwater Wind, une filiale d’Ørsted, a achevé le premier parc éolien offshore américain près de Rhode Island en 2016 (Bloomberg, 1er juillet)

Le développement du GNL pourrait suivre la même trajectoire que celle du charbon

De nombreux terminaux d’exportation de gaz naturel liquéfié (GNL) sont en cours de développement en Amérique du Nord. Mais ces actifs sont exposés à des risques liés aux pressions financières et climatiques qui pourraient frapper durement les investisseurs au cours des prochaines années, selon une nouvelle analyse. Le rapport publié le 1er juillet par Global Energy Monitor, un réseau de recherche axé sur les énergies alternatives aux combustibles fossiles, considère que l’essor actuel du GNL pourrait être similaire à celui du charbon et à son déclin aux États-Unis. Le Center for Liquefied Natural Gas qui représente les intérêts de l’industrie du GNL à Washington DC a contesté l’évaluation faite par ce rapport sur l’avenir du GNL, faisant valoir que la croissance de l’industrie américaine répond à une demande claire du marché (CNN, 1er juillet).

Test de la technologie blockchain pour l’échange des certificats de garantie d’origine d’énergie renouvelable

Clearway Energy Group, l’un des plus grands développeurs d’énergie renouvelable aux États-Unis, lance un marché électronique pilote pour l’échange des certificats de garantie d’origine d’énergie renouvelable. La société s’est associée à Power Ledger, qui développe un logiciel de trading utilisant la technologie blockchain, pour mettre en place un système permettant d’assurer le suivi et de négocier l’échange des certificats (Bloomberg, 28 juin).

Le chiffre de la semaine : 4 500 Mds USD

Il s’agit de l’investissement qui serait nécessaire pour la construction d’un réseau électrique 100% renouvelable à l’horizon 2030-40 (éolien, solaire, lignes de transport et stockage), selon une analyse de Wood Mackenzie (GTM, 28 juin).

COMMENTS

WORDPRESS: 0
DISQUS: 0