Faits marquants Écologie, Développement durable, Énergie et Transports n°2019-15

Faits marquants Écologie, Développement durable, Énergie et Transports n°2019-15

Sommaire

Écologie – Climat

  • La Chambre des représentants adopte le « Climate Action Now Act »
  • Le stockage ultime des combustibles nucléaire usagés discuté au Sénat
  • L’EPA déclare que le glyphosate n’est pas cancérigène

Transport      

  • Accord de principe pour un Plan infrastructures à 2 000 Mds$
  • CBP investit dans 5 000 scanners biométriques pour la sécurité aux frontières
  • Uber et Lyft n’acceptent plus de nouveaux chauffeurs dans la ville de New York

Énergie

  • Entergy vend la centrale nucléaire d’Indian Point, qui va être démantelée
  • La production d’électricité verte va excéder celle liée au charbon pour la première fois
  • Tesla souhaite un retour au premier plan dans le secteur de l’énergie solaire

Agenda

  • 13 mai : EvénementDecommissioning: A New Era in the U.S. Nuclear Power Industry; a Critical Need for Congressional Oversight” organisé par l ’Environmental and Energy Study Institute
  • 15 mai : Audition de la sous-commission « Aviation » de la Commission Transport et Infrastructures de la Chambre des Représentants sur le Boeing 737 Max

Écologie – Climat

La Chambre des représentants adopte le « Climate Action Now Act »

La Chambre des représentants des États-Unis a adopté le 2 mai par 231 voix contre 190 la proposition de loi H.R.9 « Climate Action Now Act », portée par les démocrates pour maintenir les États-Unis dans l’Accord de Paris. Cette proposition est soutenue par des ONG environnementales mais les républicains et l’administration Trump s’y opposent, préconisant un véto présidentiel dans le scénario très improbable de son adoption par le Sénat. Avant même que le vote n’ait eu lieu, Mitch McConnell, sénateur républicain et chef de la majorité au Sénat, a déclaré que la proposition de loi n’aboutirait pas tant que le Sénat était à majorité républicaine. Trois représentants républicains ont toutefois voté en faveur de cette proposition de loi : Brian Fitzpatrick (R-Pa.), Elise Stefanik (R-N.Y.) et Vern Buchanan (R-Fla.). Cet épisode marque une tentative d’unification des démocrates divisés par une résolution sur un Green New Deal peu consensuelle portée par son aile progressiste. Alexandria Ocasion-Cortez (D-N.Y.), qui porte le Green New Deal, a déclaré qu’il n’y avait aucun mal à défendre l’Accord de Paris mais qu’elle soutenait une action plus ferme (Bloomberg, 2 mai).

Le stockage ultime des combustibles nucléaire usagés discuté au Sénat

Le sénateur républicain John Barrasso (R-WY), président du Senate Committee on Environment and Public Works (EPW) a relancé le 24 avril le débat sur l’entreposage des combustibles nucléaires usés. Sa proposition de loi « Nuclear Waste Policy Amendments Act of 2019 » prévoit des réformes à la politique nationale de gestion des déchets nucléaires afin de s’assurer que le gouvernement fédéral s’acquitte de ses obligations légales en matière d’évacuation des centrales du combustible nucléaire irradié et des déchets hautement radioactifs. L’administration Trump souhaite relancer le projet d’entreposage ultime Yucca Mountain dans le Nevada, dédié au stockage des déchets radioactifs en couche géologique profonde associé à des stockages intérimaires, actuellement dans l’impasse depuis trente ans. Une loi portant sur la modification de la politique en matière de déchets nucléaires a été adoptée l’an dernier par la Chambre des représentants avec un large appui bipartisan par 340 voix contre 72 mais le Sénat n’y a pas donné suite. Le combustible nucléaire usé est actuellement entreposé sur le site des centrales nucléaires, dans 121 collectivités de 39 États, en l’absence d’autre solution pérenne (EPW, 24 avril).

L’EPA déclare que le glyphosate n’est pas cancérigène

L’Environmental Protection Agency (EPA) a déclaré le 30 avril que le glyphosate, un produit chimique utilisé dans de nombreux désherbants, n’était pas cancérigène. Cela contredit le verdict rendu en mars par la justice américaine. Le glyphosate est un des constituants principaux du Roundup de Bayer. L’entreprise fait face à des milliers de poursuites judiciaires engagées par des utilisateurs du Roundup atteints d’un cancer. L’EPA avait déjà constaté que le produit présentait des risques écologiques et avait proposé des mesures pour protéger l’environnement, mais elle continue d’affirmer que le glyphosate n’est pas cancérigène si les utilisateurs en respectent les conditions d’utilisation. Cela contredit l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) qui avait classé le glyphosate comme « probablement cancérigène pour l’homme » en 2015. (Reuters, 30 avril).

Des restaurateurs californiens engagés pour lutter contre le changement climatique

Des restaurateurs californiens pourraient appliquer une redevance supplémentaire sur leurs factures destinées à la lutte contre le dérèglement climatique. Cette action s’inscrit dans le cadre d’une initiative de la Perennial Farming Initative, qui souhaite encourager une production plus respectueuse de l’environnement. Les consommateurs se verraient prélever une redevance additionnelle de 1% dans ces établissements. 25 restaurants californiens se sont pour le moment engagés à participer et les promoteurs de l’initiative s’attendent à ce qu’au moins 100 autres restaurants manifestent leur intérêt. Si 1% des restaurants de Californie s’engageaient, cela pourrait rapporter jusqu’à 10 millions de dollars par an, et jusqu’à 1 milliard si tous les restaurants s’engageaient (E&E news, 29 avril).

Le chiffre de la semaine : 5 000 Mds USD

Il s’agit du montant que le candidat démocrate texan à la présidentielle de 2020 Beto O’Rourke souhaite investir pour combattre le dérèglement climatique. (Beto O’Rourke).

Transport

Accords de principe pour un Plan infrastructures à 2 000 milliards de dollars

Les leaders démocrates à la Chambre et au Sénat, Mme Pelosi et M. Schumer rencontraient le 30 avril le Président Trump à la Maison Blanche dans le cadre du futur Plan infrastructures. Les Démocrates ont annoncé avoir trouvé un accord avec le Président sur 2 000 milliards de dollars d’investissement dans les infrastructures. Ce consensus doit désormais se décliner de manière opérationnelle, notamment pour ce qui concerne les modalités de financement du plan. Une évolution de la taxe fédérale sur les carburants, figée à 18,8 cts/Gal depuis 1993, fait partie des options sur la table, mais suscitent d’importantes divergences. Les Républicains privilégieraient cette option pour générer de nouvelles recettes, mais rejetteraient une remise en cause des réductions d’impôts actées en 2017, tandis que les Démocrates pencheraient davantage en faveur de la création de nouvelles taxes et l’intégration d’initiatives contre le changement climatique. De nouvelles rencontres devraient avoir lieu au cours des prochaines semaines pour examiner les différentes options. (The Hill).

CBP investit dans 5 000 scanners biométriques pour la sécurité aux frontières

L’US Customs and Border Protection (US CBP) a annoncé le 29 avril, l’achat de scanners d’empreintes digitales « à 10 doigts » produits par la société Integrated Biometrics, ces derniers remplaceront la technologie obsolète du « prisme de verre » jusqu’alors largement répandue. Ils seront déployés sur plus de 5 000 postes frontière aux USA qu’ils soient aériens, terrestres ou maritimes, et contrôleront environ un million d’individus chaque jour selon les autorités. L’installation globale prendra au plus quelques mois, la majorité de ces nouveaux appareils de contrôles sont déjà en service et opérationnels dans les aéroports les plus fréquentés des États-Unis, à Atlanta, Chicago, Washington-Dulles, Los Angeles et Miami notamment. À terme, l’objectif est de posséder les mêmes procédures d’empreintes digitales sur tous ces points de contrôles. Ces scanners sont déjà utilisés dans plus de 50 pays et 6 continents.

Uber et Lyft n’acceptent plus de nouveaux chauffeurs dans la ville de New York

La croissance jusqu’alors inexorable d’Uber et Lyft à New York, s’est récemment arrêtée. C’est d’abord Uber le 1er avril, qui a notifié ne plus recruter de nouveaux chauffeurs au sein de la ville, puis Lyft qui lui a emboîté le pas le 19 avril. Ces deux décisions font échos à la mesure prise par la ville de New York d’après Politico concernant la rémunération des chauffeurs, qui depuis la 1er février doivent gagner au moins 17,22$/heure, et au moratoire d’un an instauré par la ville et limitant la délivrance de nouvelles licences VTC. Les représentants de la ville arguent que ces mesures profitent déjà aux chauffeurs, qui auraient ainsi touchés 56 M$ supplémentaires entre l’instauration du plancher salarial des conducteurs et le début du mois d’avril, et participent à la fluidité du trafic.

Toyota cesse son projet d’installation de la technologie DSRC pour véhicules connectés

Toyota a fait savoir le 26 avril qu’elle mettait un terme à son projet d’installer à partir de 2021 la technologie DSRC (Dedicated Short Range Communications) sur ses véhicules vendus aux Etats-Unis, afin qu’ils soient connectés, et puissent communiquer avec d’autres véhicules et des équipements de la route. Ces transmissions DSRC permettent de diffuser jusqu’à 10 informations par seconde (position, vitesse…). Les constructeurs sont actuellement divisés sur la question de savoir s’il faut préférer cette technologie à un système 4G ou 5G sur ces véhicules. Toyota justifie sa décision par l’absence d’engagement de la part d’autres constructeurs automobiles en faveur de cette technologie, et l’absence de garantie du gouvernement fédéral à préserver cette bande passante pour les applications automobiles. Toyota craint notamment que la bande de fréquences de 5,9GHz dédiée pour l’heure à la DSRC, ne soit vulnérable à des interférences liées à d’autres opérations qui pourraient être autorisées sur cette fréquence. Cette décision est un coup d’arrêt pour les partisans de la DSRC, Toyota prévoyant jusqu’alors d’implanter cette technologie sur toute sa gamme de véhicules à horizon 2025. Le Département des Transports américain a investi au total $700 millions pour le développement de cette technologie. (Reuters, 26 avril 2019)

Le chiffre de la semaine : 79 Mds$

Selon un nouveau rapport de la California High-Speed Rail Authority, le coût du projet de train à grande vitesse qui relierait San Francisco à Los Angeles est désormais évalué à 79 Mds$ courants, soit une augmentation de 2 Mds$ par rapport aux estimations précédentes. Le segment en cours de construction dans la Central Valley est quant à lui réévalué à 12.6 Mds$ au lieu de 10.6 Mds$

Énergie

Entergy vend la centrale nucléaire d’Indian Point (NY), qui va être démantelée

Entergy a annoncé le 16 avril avoir conclu un accord avec Nuclear Asset Management Company, une filiale de Holtec International, pour vendre l’ensemble de la centrale nucléaire d’Indian Point. Cette dernière, située à Buchanan dans l’État de New York est équipée de trois réacteurs. Le premier est à l’arrêt depuis 1974, mais les deux autres sont toujours en activité et ont une capacité de production d’environ 2 000 mégawatts d’électricité. Les trois réacteurs seront démantelés par l’entreprise Comprehensive Decommissioning International. En vertu d’un accord avec l’État de New York, Entergy doit fermer les réacteurs Point 2 et Point 3 respectivement d’ici le 30 avril 2020 et le 30 avril 2021. L’entreprise a déclaré que la baisse des prix de gros de l’électricité avait principalement motivé sa décision de vendre et démanteler les réacteurs. La vente devrait être conclue pour le troisième trimestre de l’année 2021 (The Wall Street Journal, 16 avril).

La production d’électricité verte va excéder celle liée au charbon pour la première fois

Selon l’Energy Information Administration (EIA), l’énergie électrique d’origine renouvelable va dépasser pour la première fois au mois de mai l’énergie électrique produite par les centrales à charbon. L’Institute for Energy Economics & Financial Analysis (IEEFA) justifie cela par des facteurs saisonniers. En effet, la production d’électricité issue de l’énergie hydraulique est maximale au printemps, période où les entretiens des centrales à charbon sont effectués ce qui diminue donc leur rendement. Le groupe déclare toutefois que cela représente un moment charnière pour le mix énergétique des États-Unis. L’EIA prévoit une baisse de 7 gigawatts de la production d’électricité issue du charbon d’ici à 2020. Par ailleurs, elle prévoit que l’électricité verte représentera respectivement 18% et 20% de la production totale d’électricité en 2019 et 2020. Les émissions de CO2 liées au secteur de l’énergie baisseront de 1,6% cette année et de 1% l’année suivante, après une hausse de 2,7% en 2018, en raison de températures plus extrêmes et de la part croissante de l’électricité qui est produite à partir du gaz naturel (Utility Dive, 30 avril).

Tesla souhaite faire un retour au premier plan dans le secteur de l’énergie solaire

Tesla souhaite revenir au premier plan dans le secteur de l’énergie solaire résidentielle – elle avait perdu son statut de leader l’an dernier – en baissant ses prix. La compagnie a annoncé le 30 avril mettre en vente des panneaux solaires et autres équipements connexes à des prix jusqu’à 16% inférieurs aux prix nationaux en vigueur, ceci en obligeant par exemple les acheteurs à réaliser leurs commandes en ligne ou à effectuer des tâches faites auparavant par des employés de l’entreprise, telles que prendre en photo les compteurs électriques pour réduire le nombre de visites sur place notamment. Selon une étude effectuée par Wood Mackenzie sur l’industrie solaire, Tesla s’était classée troisième au cours du premier trimestre 2019 derrière Sunrun et Vivint Solar. (The New York Times, 30 avril).

Des programmes de gestion de la demande sur le gaz pourraient être lancés

En 2014, l’EIA a constaté que 9,3 millions de clients ont participé à des programmes de gestion de la demande pour l’électricité et que cela avait permis de réduire de près de 6% la demande en électricité aux heures de pointe. Reconnaissant le succès de la réponse à la demande pour l’électricité, et à mesure que le déploiement de thermostats communicants se développent dans les habitations (tel que le NEST), des programmes de réponse à la demande de gaz pourraient aider les énergéticiens à améliorer la fiabilité, à atténuer les pointes de demande et à alléger les congestions de leurs réseaux de gaz. SoCalGas, Con Edison et National Grid ont ainsi mis en œuvre des programmes de gestion de la demande pour le gaz dans les régions où les ressources sont les plus contraintes (GTM, 26 avril).

Le chiffre de la semaine : 25%

Il s’agit de la part des habitations aux États-Unis qui n’utilisent que l’électricité comme source d’énergie dans leur habitation, soit environ 7,4 millions de logements (EIA, 1 mai).

COMMENTS

WORDPRESS: 0
DISQUS: 0