Faits marquants Écologie, Développement durable, Énergie et Transports n°2019-05

Faits marquants Écologie, Développement durable, Énergie et Transports n°2019-05

Sommaire

Écologie – Climat

  • Les démocrates veulent lancer un « Green New Deal »
  • Première audition à la Chambre sur le climat en près de dix ans
  • Le président Trump propose son candidat à la tête de la Banque mondiale

 Transport

  • Polémique autour de Boeing et de la FAA suite à l’accident de la Lion Air
  • Le président Trump réaffirme la nécessité d’un plan infrastructure, sans livrer de détails sur sa stratégie
  • Le coût serait la principale barrière au développement des services de robotaxis

 Énergie

  • Le secteur de l’électricité suscite un intérêt croissant des géants de la Tech
  • Accord sur l’importation de soja américain en Europe pour le marché des biocarburants
  • Wyoming : un projet de loi pour augmenter une taxe sur les véhicules électriques

Agenda

8 février : événementThe Multiple Benefits of Federal Housing and Energy Programs” organisé au Congrès par Energy Efficiency for All et l’Environmental and Energy Study Institute.

Écologie – Climat

Les démocrates veulent lancer un « Green New Deal »

NPR évoque le 7 février un projet de résolution en faveur d’un Green New Deal (GND), promu par la représentante Alexandria Ocasio-Cortez (D- N.Y) et le Sénateur Ed Markey (D-Mass.) La résolution propose un plan décennal visant à transformer tous les secteurs de l’économie pour éliminer les émissions de gaz à effet de serre et la pollution. La proposition vise à atteindre des objectifs ambitieux tout en accordant une attention particulière aux plus modestes qui pourraient être touchés de manière disproportionnée par les transitions économiques massives qu’appellent le GND. Parmi ses dispositions les plus notables, la résolution prévoit de « satisfaire 100 % de la demande d’électricité aux États-Unis au moyen de sources d’énergie propres, renouvelables et sans émissions « . L’objectif ultime est de mettre un terme à l’utilisation des combustibles fossiles, ainsi que l’abandon de l’énergie nucléaire, selon un FAQ accompagnant le projet. Le GND pourrait comprendre une taxe carbone et son instauration devrait être précédée par la mise en place préalable des conditions nécessaires pour que les communautés les plus modestes ne soient pas impactées.

Première audition à la Chambre sur le climat en près de dix ans

Les démocrates à présent majoritaires la Chambre des représentants ont remis la question des changements climatiques au premier plan de leur agenda politique, pour la première fois depuis près d’une décennie. Les commissions chargées de l’énergie et du commerce et des ressources naturelles se sont réunies simultanément pour discuter, lors d’une audition le 6 février, de la nécessité d’agir sur les changements climatiques. On a pu noter à cette occasion un changement de ton des Républicains, loin de l’attitude sceptique que ce parti avait adopté sur cette question pendant des années. Ils ont largement reconnu que la planète se réchauffe et se sont plutôt concentrés sur les efforts de l’industrie pour atteindre les objectifs d’émissions et le progrès technologique (E&E news, 6 février).

Le président Trump nomme le nouveau responsable du département de l’Intérieur

Le président Trump a nommé le 4 février David Bernhardt, actuel secrétaire à l’Intérieur par intérim, pour occuper ce poste de façon permanente, à la tête de l’agence en charge de la gestion des ressources naturelles sur les terrains et dans les eaux fédérales. David Bernhardt remplacera à ce poste Ryan Zinke, qui a démissionné le 15 décembre 2018 après l’ouverture de multiples enquêtes sur le non-respect de règles d’éthiques. M. Bernhardt est un ancien lobbyiste des industries du pétrole, du gaz et de l’eau, un point qui a suscité les critiques des organisations environnementales (CBS, 4 février).

Le président Trump propose son candidat à la tête de la Banque Mondiale

Le président Trump a officiellement proposé le 6 février la nomination de David Malpass, un haut fonctionnaire du Trésor américain, à la présidence de la Banque Mondiale pour remplacer Jim Yong Kim, qui a démissionné le 1er février. David Malpass était conseiller économique pour la campagne du Président Trump et a travaillé sur les questions de développement depuis l’administration Reagan. A l’U.S. Treasury, il a supervisé la représentation des États-Unis au sein des conseils d’administration de banques multilatérales de développement comme la Banque Mondiale et du Fonds vert des Nations Unies pour le climat. Cette nomination, qui doit être approuvée par le conseil d’administration de la Banque, pourrait s’avérer controversée étant donné le scepticisme de M. Malpass à l’égard de la Banque et la crainte que l’administration Trump ne politise ce rôle, selon le New York Times le 6 février.

L’adhésion de la Virginie à la RGGI risque d’augmenter les factures d’électricité

Le régulateur de l’énergie de la Virginie considère que l’adhésion de l’État au programme régional d’échange de droits d’émission de carbone dans le secteur de l’électricité regroupant des États du Nord-Est et du Mid-Atlantic (RGGI), pourrait augmenter la facture d’électricité des consommateurs résidentiels de 7 à 12 dollars par mois. Les services du gouverneur démocrate Northam qui promeut l’adhésion de la Virginie au RGGI, estiment pour leur part que la hausse de la facture sera inférieure à un dollar par mois. Les Républicains s’opposent à l’initiative du gouverneur de rejoindre la RGGI sans approbation législative (AP news, 25 janvier).

Le chiffre de la semaine : 14 Mds $   

Il s’agit du montant des dégâts occasionnés par des événements extrêmes aux États-Unis en 2018, selon l’agence nationale atmosphérique et océanographique (NOAA) le 6 février.

Transport

Polémique autour de Boeing et de la FAA suite à l’accident de la Lion Air

Le New York Times, dans un article publié le 3 février, fait état de la polémique qui enfle autour de Boeing et de la Federal Aviation Administration (FAA), et du processus de certification des nouveaux appareils qui a conduit à considérer qu’il n’était pas nécessaire que les pilotes de ligne reçoivent de l’information ou des formations leur permettant d’appréhender les modifications introduites dans le système de contrôle de vol du nouveau Boeing 737 Max, et traiter les procédures d’urgences afférentes aux potentielles défaillances de ce nouveau système. L’affaire fait suite au dramatique accident de la Lion Air en Indonésie en octobre dernier, qui a fait 189 victimes, et dont les éléments de l’enquête, toujours en cours en Indonésie, semblent pointer une défaillance de la récente évolution du système de contrôle de vol (Manoeuvring Characteristic Augmentation System, MCAS). Boeing déclare à ce stade que les pilotes de la Lion Air auraient dû savoir comment gérer la défaillance du système, sans pour autant être au courant de sa modification. Le NYT pointe que la décision relative à la non nécessité de former ou informer les pilotes de cette évolution a largement été dictée par des impératifs de compétitivité économique pour Boeing face à son concurrent Airbus. Il souligne également que l’AESA, l’agence européenne de la sécurité aérienne, s’était dans un premier temps opposée à la position de la FAA, avant de se rallier au certificateur américain.

Boeing investit dans Aerion pour développer un jet d’affaire supersonique

Boeing a annoncé le 5 février s’être engagé dans un partenariat avec Aerion Corp., le développeur de jets d’affaires supersoniques basé à Reno, NV, et avoir réalisé un investissement «significatif», dont le montant n’a pas été divulgué, visant à «accélérer le développement technologique et la conception de l’aéronef, et à ouvrir de nouveaux marchés pour le transport aérien supersonique ». Boeing remplacerait Lockheed Martin en tant que partenaire constructeur aéronautique d’Aerion. Dans le cadre de ce nouvel accord, Boeing fournira des ressources d’ingénierie, de production et de test en vol, à Aerion, ainsi que son expérience commerciale. GE Aviation demeure partenaire motorisation du projet, dont les premiers vols sont toujours prévus pour 2023. (AINOnline)

Le président Trump réaffirme la nécessité d’un plan infrastructure, sans livrer de détails sur sa stratégie

Dans son discours sur l’Etat de l’Union du 5 février 2019, le Président Trump n’a pas livré de détails sur le plan infrastructures figurant pourtant à son agenda pour l’année 2019. Il s’est contenté de rappeler la nécessité d’agir rapidement au-delà des clivages politiques pour réinvestir dans des infrastructures « tombant en ruine » et développer les industries de pointe du futur. Des désaccords de fonds entre Démocrates et Républicains devraient toutefois contrarier les bonnes intentions affichées de part et d’autre, notamment sur les modalités de financement du plan. Le Sénateur John Thune, troisième plus haut responsable de la majorité républicaine du Sénat, a également vivement critiqué l’ambition affichée par certains Démocrates de décliner le « Green New Deal » dans le paquet infrastructure. (Politico)

Le coût serait la principale barrière au développement des services de robotaxis

Dans un article publié le 31 janvier dans la Harvard Business Review, les auteurs affirment que les services de transport opérés par véhicules autonomes, couramment appelés robotaxis, ne seront pas économiquement compétitifs par rapport au coût de possession d’un véhicule traditionnel avant de nombreuses années. Ils estiment que l’utilisation d’un robotaxi serait trois fois plus couteuse au kilomètre que de posséder un véhicule plus ancien. Le principal facteur pénalisant serait selon les auteurs le faible taux d’utilisation des véhicules autonomes. Les auteurs considèrent enfin que des aides à la consommation seront nécessaires pour permettre un développement plus rapide de ces services et profiter des bénéfices que ces technologies laissent espérer en matière de sécurité routière.

Les leaders de la Chambre s’opposent à une dérogation au Jones Act pour l’approvisionnement en GNL de Porto Rico

Alors que le Gouverneur de Porto Rico a sollicité une dérogation au Jones Act pour la livraison de Gaz Naturel Liquéfié (GNL) par des navires étrangers sur l’île pour les dix prochaines années, les leaders démocrates et républicains de la commission transport et infrastructure de la Chambre ont signifié dans une lettre à la Secrétaire à la Sécurité Intérieure leur opposition à toute dérogation au Jones Act. Le Jones Act est la loi sur la marine marchande de 1920 imposant que l’ensemble du trafic maritime domestique soit réalisé par des navires battant pavillon américain, construits aux Etats-Unis, et détenus, maintenus et opérés par les citoyens américains. De nombreuses études affirment que le Jones Act contribue à augmenter le coût de la vie sur l’île dévastée par l’Ouragan Maria en 2017.

Le chiffre de la semaine : 97

Il s’agit du nombre d’enquêtes devant être conduites par le National Transportation Safety Board (NTSB) qui ont été retardées à cause du Shutdown d’une partie de l’administration fédérale, et qui a duré 35 jours. Le NTSB est l’équivalent américain des bureaux d’enquête et d’analyse sur les accidents de transport (BEA-TT, BEA, BEAmer).

Énergie

Le secteur de l’électricité suscite un intérêt croissant des géants de la Tech

Comme le rapporte le Wall Street Journal du 28 janvier, Google et Amazon s’apprêtent à renforcer leur présence dans le marché de l’électricité, alors que se développent les technologies liées aux services énergétiques. Ces géants de la Tech veulent augmenter la diffusion de leurs enceintes connectées, de leurs thermostats et d’autres dispositifs connectés afin de collecter des données personnelles sur les utilisations de l’énergie. Alors que les ambitions énergétiques des entreprises de la Tech sont encore limitées, certains industriels et consultants anticipent un avenir où les panneaux solaires, le stockage de l’électricité dans les batteries et même les véhicules électriques pourraient devenir une partie de l’écosystème de la maison intelligente. Dans ce contexte, toute entreprise contrôlant les logiciels et systèmes de distribution d’énergie pourraient détenir une position de marché très intéressante. « Dans 10 ou 20 ans, le fournisseur d’électricité dominant aux États-Unis sera Amazon ou Google » a ainsi déclaré David Crane, ancien Président de NRG Energy Inc. « Ils pourront fournir de meilleurs services et à moindre coût » a-t-il ajouté. La gestion de l’énergie dans le secteur résidentiel devient un terrain de bataille entre Google et Amazon pour y placer leurs objets connectés ; la compétition s’est intensifiée au cours des dernières années avec le décollage des ventes de leurs enceintes connectées. Google a acquis Nest Labs, un fabricant de thermostats pour 3,2 Mds$ en 2014. En 2018 Amazon a participé à un tour de table de 61 M$ pour investir dans ecobee Inc, un autre fabricant de thermostat. Parallèlement, Google a développé des partenariats avec des électriciens au Royaume-Uni et aux Pays-Bas ainsi qu’aux États-Unis, dans l’Illinois, en Californie et au Texas. Amazon a également initié des discussions avec des énergéticiens.

Shell investit dans les infrastructures de recharge pour véhicules électriques

Royal Dutch Shell PLC étend sa présence sur le marché des véhicules électriques aux États-Unis avec l’acquisition de Greenlots, une société exploitant un réseau d’infrastructures de recharge et de gestion de l’énergie pour véhicules électriques. Greenlots, qui est basée à Los Angeles, propose également aux gestionnaires de réseaux des logiciels pour gérer et optimiser les flux d’électricité. D’autres compagnies pétrolières investissent également sur ce marché. En 2018 Chevron Corp. a investi dans ChargePoint Inc., le premier réseau américain de bornes de recharge (Axios, 30 janvier).

Accord sur l’importation de soja américain en Europe pour le marché des biocarburants

La Commission européenne a annoncé le 29 janvier que le soja américain pouvait, concernant sa durabilité, être utilisé dans les biocarburants au sein de l’Union Européenne jusqu’en 2021, dans le cadre des négociations commerciales avec les États-Unis. Toutefois, selon certains acteurs de l’industrie, il est peu probable que cet accord entraîne une hausse significative des importations de soja américain en Europe. L’administration Trump avait suspendu en juillet 2018 l’imposition de droits de douane sur les importations de droits additionnels sur les automobiles de l’UE, en contrepartie de la suppression des droits de douane sur les biens industriels non automobiles et d’un accord sur des importations de soja et de gaz naturel liquéfié américain par l’Union Européenne (Reuters, 29 janvier).

Wyoming : un projet de loi pour augmenter une taxe sur les véhicules électriques

Les propriétaires de véhicules électriques pourraient avoir à s’acquitter d’une taxe plus importante sur les véhicules électriques dans le cadre d’un projet de loi approuvé par la Chambre de l’Etat, afin de compenser la baisse des revenus de la fiscalité sur les carburants fossiles. La vignette pour les voitures électriques rechargeables passerait de 50 à 100 dollars par an et à 100$ pour les véhicules hybrides (AP news, 30 Janvier).

Le chiffre de la semaine : 860 M$

Il s’agit du montant des financements fédéraux discrétionnaires des programmes sur l’énergie approuvés par le Congrès dans le cadre de la Farm Bill, la loi d’amélioration de l’agriculture de 2018 et bénéficiant au secteur rural et agricole pour la période 2018-2023, auxquels s’ajoutent 375 M$ de financements obligatoires. Cette enveloppe permet notamment d’accorder des prêts garantis ou le versement de subventions pour développer des projets d’énergies renouvelables et d’efficacité énergétique, ainsi que des projets sur les biocarburants avancés (EIA, 1er février).

COMMENTS

WORDPRESS: 0
DISQUS: 0