Faits marquants Écologie, Développement durable, Énergie et Transports n°2018-46

Faits marquants Écologie, Développement durable, Énergie et Transports n°2018-46

Sommaire

Écologie – Climat

  • Pour la Maison blanche, le rapport sur le climat est basé sur des scenarios extrêmes
  • Californie : les incendies menacent la stratégie climatique de l’État
  • Ralentissement des navires pour protéger des baleines au large du Massachusetts

 Énergie

  • Hausse des coûts de l’énergie liés aux changements climatiques
  • Le Minnesota veut surdimensionner ses capacités de production renouvelables
  • Pétrole : le WTI en forte baisse

Agenda

  • 4 décembre : événement « Sustainable Development Goal#7: Affordable and Clean Energy” au Center for strategic & International Studies (CSIS)

Écologie – Climat

Pour la Maison blanche, le rapport sur le climat est basé sur des scenarios extrêmes

L’administration Trump a minimisé l’importance d’un rapport publié le 23 novembre qui inclut de sombres prévisions sur l’impact du changement climatique aux États-Unis. La quatrième édition du National Climate Assessment, mandaté par le Congrès, souligne que les catastrophes causées par les événements extrêmes sont de plus en plus courantes. Le rapport, préparé par plus de 300 chercheurs de 13 ministères et agences du gouvernement américain, prédit une augmentation de la fréquence de ces événements et que ces événements deviendront plus courants et plus intenses si des mesures ne sont pas prises « pour éviter des dommages importants à l’économie, à l’environnement et à la santé humaine, et au bien-être au cours des prochaines décennies « . A la suite de la publication de ce rapport, la Maison Blanche a déclaré que l’étude était largement basée sur « le scénario le plus extrême » et ne tenait pas compte des nouvelles technologies et d’autres innovations susceptibles de réduire les émissions de carbone et les effets des changements climatiques. La porte-parole de la Maison Blanche, Lindsay Walters, a indiqué que les travaux d’évaluation avaient été initiés sous l’administration Obama et que la prochaine évaluation, qui sera préparée au cours des quatre prochaines années, « fournira un processus plus transparent et basé sur des données comprenant des informations plus complètes sur la gamme de scénarios et de résultats potentiels« . Elle a également souligné que, depuis 2005, les émissions de dioxyde de carbone liées à la production d’énergie aux États-Unis ont diminué de 14%, alors que les émissions mondiales continuent à augmenter (VOA 24 novembre).

Californie : les incendies menacent la stratégie climatique de l’État

Les efforts ambitieux de la Californie pour lutter contre le changement climatique – notamment son objectif de décarbonation total du mix électrique en 2045 – pourraient dépendre de l’avenir de son plus grand énergéticien PG&E Corp., actuellement aux prises à d’importantes difficultés financières. PG&E ferait face à des coûts d’emprunt plus élevés si sa note de crédit se détériorait à la suite du feu de forêt le plus meurtrier et le plus destructeur de la Californie, dans lequel la responsabilité de l’entreprise pourrait être engagée. Cela pourrait affecter la stratégie de l’État en matière d’énergie verte, augmenter potentiellement le coût des fermes solaires et menacer les investissements nécessaires pour soutenir une utilisation plus large des véhicules électriques. Le 15 novembre, Moody’s Investors Service a abaissé la note de PG&E de Baa2 à Baa3, [Ndlr : qualité d’investissement moyenne inférieure], avec la possibilité d’une nouvelle dégradation ultérieure (Bloomberg, 16 novembre).

Condamnation d’un habitant de l’Arizona ayant abattu un loup gris mexicain

Le Fish and Wildlife Service a annoncé le 16 novembre qu’un habitant de l’Arizona avait été condamné à une peine de cinq ans de probation pour avoir, en décembre 2017, abattu un loup gris mexicain, une espèce en voie de disparition. Selon les termes de sa probation, il lui est interdit de chasser et de pénétrer dans les forêts nationales de l’Arizona. Il a également dû renoncer à son fusil à lunette de visée. Selon l’enquête la plus récente il reste au moins 114 loups mexicains en danger d’extinction en Arizona et au Nouveau-Mexique (AP news, 16 novembre).

Ralentissement des navires pour protéger des baleines au large du Massachusetts

Le gouvernement fédéral a ordonné aux navires de ralentir au large des côtes du Massachusetts pour aider à protéger une espèce de baleine menacée, la baleine franche de l’Atlantique Nord (« right whales »). La National Oceanographic and Atmospheric Agency (NOAA) demande l’application d’une restriction volontaire de vitesse pour les navires dans une zone située à 21 milles marins au sud de Nantucket. Cette mesure vise à protéger un groupe de quatre baleines franches de l’Atlantique Nord observées le 18 novembre dans la région. La NOAA a annoncé que la mesure de limitation de vitesse resterait en vigueur jusqu’au 3 décembre. Il est demandé aux navigateurs d’éviter la zone ou de la traverser à 10 nœuds ou moins. Les baleines dites « right whales » ne sont pas plus de 440 et ont été touchées par une forte mortalité et un faible mauvais taux reproduction ces dernières années (AP news, 19 novembre).

Le chiffre de la semaine : 800 M$

Il s’agit du résultat des dernières enchères pour la vente de permis d’émission de gaz à effet de serre dans le cadre du système d’échange de quotas carbone californien. Les recettes sont affectées notamment à un projet de train à grande vitesse devant être mis en service entre San Francisco et Los Angeles, ou encore pour subventionner l’achat de véhicules électriques (AP news, 21 novembre).

Énergie

Hausse des coûts de l’énergie liés aux changements climatiques

Le nouveau rapport fédéral sur les effets du changement climatique publié le 23 novembre explore la manière dont le réchauffement climatique pourrait faire augmenter les coûts de l’énergie aux Etats-Unis. Selon ses auteurs, malgré les progrès en matière d’efficacité dans le bâtiment ou les équipements électriques, des températures plus élevées entraîneront généralement des coûts d’électricité plus élevés du fait de la hausse de la demande liée en partie à la climatisation et du fait de la réduction d’efficacité de la production et de l’acheminement de l’électricité. La construction de nouvelles capacités de production pour répondre à une demande accrue conduira à répercuter les coûts sur les consommateurs résidentiels et industriels. D’ici 2040, les dépenses d’électricité devraient augmenter de près de 18% en l’absence de changement du rythme des émissions de CO2. À la fin du siècle, les auteurs estiment que « la hausse des dépenses annuelles moyennes en énergie résultant de l’augmentation de la demande dans le scénario haut se situe entre 32 et 87 milliards de dollars ».

La FERC prend en compte le risque de tempête solaire sur le réseau électrique

La Commission fédérale de régulation de l’énergie (FERC) ordonne aux entreprises de réseau de transport d’électricité de renforcer la protection de leurs infrastructures vulnérables à des courants électriques dommageables déclenchés par les perturbations géomagnétiques consécutives à une éruption solaire massive. Le 15 novembre, la FERC a adopté à l’unanimité la décision 851 établissant un calendrier révisé et de nouvelles exigences relatives à la protection des infrastructures. Cette décision complète la quasi-totalité de la réglementation mise en place par la FERC en 2013 (RTO Insider, 15 novembre).

Le Minnesota veut surdimensionner ses capacités de production renouvelables

Selon une nouvelle étude commandée par le département du Commerce de l’État du Minnesota, cet État pourrait atteindre ses objectifs en matière d’énergies renouvelables à court et à long terme à un coût compétitif par rapport au gaz naturel. Le « rapport d’analyse du potentiel solaire » du 15 novembre vise à identifier des stratégies pour atteindre l’objectif de 10% d’énergie solaire de l’État d’ici 2030. Il met aussi en évidence que la baisse des prix de l’énergie éolienne et solaire et du stockage de l’énergie permettra au Minnesota d’obtenir 70% de son électricité à partir de ressources renouvelables d’ici 2050 à un coût comparable à celui du gaz naturel. Une des autres conclusions de l’étude est que le moyen le plus rentable d’atteindre des niveaux plus élevés de pénétration des énergies solaire et éolienne consiste à surdimensionner les capacités de production installées en plafonnant leur niveau de production, plutôt que d’investir dans les stockages d’énergie saisonniers plus onéreux.

Pétrole : le WTI en forte baisse

La spirale baissière des prix du pétrole s’est accélérée alors que la surproduction de l’industrie pétrolière américaine doit faire face à une croissance économique mondiale en retrait. Les contrats à terme sur le baril de West Texas Intermediate négociés à New York (WTI) se sont établis à 50,42 dollars le 23 novembre, niveau le plus bas depuis un an. Les investisseurs demeurent préoccupés par le fait qu’un ralentissement économique mondial freinerait la demande, même si les principaux producteurs – principalement les États-Unis, l’Arabie saoudite et la Russie – continuent d’accroître leur production (Wall Street Journal, 23 novembre).

Le chiffre de la semaine : 2 Mds $

Il s’agit du montant retenu dans le cadre d’un accord amiable afin de mettre un terme au contentieux porté devant la justice par un groupe de consommateurs d’électricité qui refusait la prise en compte dans leur facture d’électricité des coûts liés à l’abandon du projet de construction d’une centrale nucléaire en Caroline du Sud, à la suite de la faillite en 2017 du principal sous-traitant Westinghouse Electric Co. (AP news, 24 novembre).

COMMENTS

WORDPRESS: 0
DISQUS: 0