Faits marquants Écologie, Développement durable, Énergie et Transports n°2018-44

Faits marquants Écologie, Développement durable, Énergie et Transports n°2018-44

Sommaire

Écologie – Climat

  • L’agenda des démocrates se précise sur les priorités environnementales de la Chambre
  • Classement des villes américaines en fonction des risques climatiques et de leur degré de préparation
  • Total et Shell se démarquent de leurs pairs dans le suivi de leurs émissions

Transport

  • Présentation du projet de rapport d’enquête du Département du Commerce sur les importations automobiles
  • Polémique autour du nouveau système de prévention des décrochages équipant les derniers Boeing 737
  • Amazon choisit Arlington, Va et Long Island City, NY pour y implanter son HQ2…

Énergie

  • Les clients résidentiels restent attachés à leurs fournisseurs historiques d’électricité
  • National Grid investi dans les startups de la Silicon Valley
  • Le DoE approuve un vaste projet solaire porté par EDF dans le désert californien

 Agenda

Écologie – Climat

L’agenda des démocrates se précise sur les priorités environnementales de la Chambre

Alors que les démocrates ont repris le contrôle de la Chambre des représentants pour la première fois depuis dix ans, un aperçu de leurs priorités environnementales se dessine : la cheffe de la minorité de la Chambre, Nancy Pelosi (D-Calif.), qui pourrait accéder à la présidence de la Chambre, a appelé au bipartisanisme après les élections, mais a également souligné que la nouvelle majorité démocrate ne serait pas une simple chambre d’enregistrement du programme de l’administration Trump. « Nous sommes préoccupés par ce qui se passe à l’Agence de protection de l’Environnement (EPA)« , a déclaré Nancy Pelosi, avertissant que les politiques de l’administration Trump dégradaient la qualité de l’air et de de l’eau. Nancy Pelosi a également déclaré qu’elle s’était entretenue avec le président Trump et le chef de la majorité au Sénat, Mitch McConnell (R-Ky.) concernant une potentielle législation bipartisane sur les infrastructures qui créerait des emplois bien rémunérés. Elle a ajouté que « lorsque nous construisons une infrastructure, nous devons le faire de manière verte. » Le représentant Frank Pallone (D-N.J.), qui devrait prendre l’an prochain la tête de la Commission de l’énergie et du commerce, a lui aussi exposé ses priorités dans un communiqué publié le 7 novembre. Il y soutient les investissements dans les énergies vertes et les infrastructures d’eau potable, a appelé à la fin de la remise en cause des réglementations environnementales et s’est engagé à examiner les impacts économiques et sociaux du changement climatique. Il a ajouté que son comité « exercerait une surveillance vigoureuse sur l’administration Trump, de sorte que Washington travaille à nouveau pour le peuple, et non pour les intérêts particuliers« . Enfin, Diana DeGette (D-Colo.), représentante des démocrates au sein du sous-comité d’enquête de la commission de l’énergie et du commerce de la Chambre, candidate au poste de whip de la majorité lors du nouveau congrès, envisage d’introduire un projet de loi d’échange de quotas de gaz à effet de serre lors de la nouvelle session, sur le modèle de celui qui a été adopté à la Chambre en 2009. (E&E news, 8 novembre).

Classement des villes américaines en fonction des risques climatiques et de leur degré de préparation

Killeen (Texas) et Ann Arbor (Michigan) ont tout qui les opposent en termes d’exposition aux risques climatiques et de préparation aux événements extrêmes, selon un nouvel indice de l’Université de Notre Dame (Indiana), qui classe 270 villes américaines sur plus de 40 indicateurs climatiques. Située à environ 225 km au sud de Dallas et abritant le très puissant Fort Hood de l’armée, Killeen présente le risque global le plus élevé du pays en matière de changements climatiques, mesuré par son exposition aux inondations, à la sécheresse, aux températures extrêmes et à l’élévation du niveau de la mer. Elle possède également l’un des scores de préparation globaux les plus bas du pays pour faire face à de tels événements. C’est tout le contraire pour Ann Arbor, un haut lieu pour la recherche et la technologie du Midwest, dont l’économie est étroitement liée à l’Université du Michigan. Son indice de risque climatique est parmi les plus faibles aux États-Unis et cette ville compte parmi les mieux préparées du pays.

Total et Shell se démarquent de leurs pairs dans le suivi de leurs émissions

Royal Dutch Shell PLC et Total SA sont les seules sociétés parmi les dix plus grands producteurs de pétrole et de gaz au monde à rendre public comment leurs émissions de carbone diminueront avec le temps, selon une première analyse de ce type réalisée par des gestionnaires supervisant plus de 9 000 Mds$ d’actifs. C’est ce qui ressort d’un nouveau rapport de la Transition Pathway Initiative, un programme mondial de réduction des risques liés au climat, soutenu par des gestionnaires d’actifs tels que le fonds de pension California Public Employees Retirement System (CalPERS) et BNP Paribas Asset Management. L’étude a révélé que BP PLC, ConocoPhillips et Eni SpA avaient des objectifs, mais uniquement pour les émissions générées au cours du processus de production. Les cinq entreprises restantes dont les sociétés américaines Chevron, Exxon, Occidental et EOG Resources n’ont toujours pas d’objectifs chiffrés. Les investisseurs utiliseront les conclusions du rapport pour décider de l’évolution de la répartition de leur capital. Ils pourront ajuster leurs avoirs, en essayant d’éviter de se retrouver dans une situation où leurs actions pourraient perdre de la valeur alors que le monde s’engage dans la mise en œuvre de l’accord de Paris sur le climat. (Bloomberg, 8 novembre).

Le chiffre de la semaine : 35%

Il s’agit du taux de recyclage des déchets ménagers aux États-Unis selon l’agence de protection de l’environnement (EPA) qui encourage chaque Américain à poursuivre ses efforts le 15 Novembre lors de l’America Recycles Day 2018, ainsi que durant tout le reste de l’année.

Transport

Présentation du projet de rapport d’enquête du Département du Commerce sur les importations automobiles

La Maison-Blanche devait examiner mardi 16 novembre le projet de rapport du département américain du Commerce (DoC) sur l’opportunité d’imposer des droits de douane additionnels sur les importations d’automobiles et de pièces détachées afin de protéger la sécurité nationale, rapporte Bloomberg, sans plus d’informations sur les conclusions de l’enquête. Le DoC avait ouvert une enquête sur l’impact des importations de voitures sur la sécurité nationale au titre de l’article 232 du Trade Expansion Act de 1962 – la même disposition utilisée par l’administration Trump pour justifier des droits additionnels sur les importations d’acier et d’aluminium plus tôt cette année. L’enquête couvre les importations d’automobiles, y compris les SUV, les fourgonnettes et les camions légers, ainsi que les pièces automobiles. Le DoC a jusqu’au mois de février pour présenter ses conclusions au Président.

Polémique autour du nouveau système de prévention de décrochage équipant les derniers Boeing 737

Le Wall Street Journal rapporte le 12 octobre que Boeing aurait dissimulé des informations sur des risques potentiels liés à un nouveau système de contrôle de vol équipant les Boeing 737 qui pourrait avoir joué un rôle dans le crash du Boeing 737 de la Lion Air au large des côtes indonésiennes le 29 octobre dernier et ayant fait 189 victimes. « Le (nouveau) système automatisé de prévention de décrochage des modèles Boeing 737 MAX 8 et MAX 9 […], dans des conditions inhabituelles, peut de manière inattendue abaisser le nez de l’avion si fortement que les pilotes ne peuvent redresser l’appareil » indique le WSJ en citant un bulletin d’alerte diffusé par Boeing une semaine après l’accident. D’après des experts en sécurité aérienne, ni les compagnies aériennes, ni les pilotes et ni la Federal Aviation Administration (FAA) n’avaient été informés par Boeing de l’installation de ce système automatique anti-décrochage sur les dernières versions du 737, ne permettant donc pas d’entraîner les équipages à d’éventuels risques liés à ce nouveau système de contrôle de vol. La FAA s’est saisie de l’affaire précise le WSJ et a lancé une révision des analyses de sécurité conduites par Boeing.

Amazon choisit Arlington, VA et Long Island City, NY pour y implanter son HQ2

Amazon a annoncé le 13 novembre que Long Island City, dans le Queens à New York, et Arlington, dans le nord de la Virginie, seraient les hôtes du nouveau Headquarter 2 (HQ2) de la société. A Nashville, dans le Tennessee, Amazon mettra en place un « Centre d’excellence des opérations » plus restreint. Des dizaines de villes américaines et canadiennes se sont affrontées depuis près de 18 mois pour être sélectionnées pour accueillir le deuxième siège d’Amazon dans ce qui pourrait être qualifié de surenchère publique la plus en vue de l’histoire moderne, précise CityLab. L’installation d’Amazon générera plus de 25 000 emplois à temps plein dans chacune des deux régions retenues ainsi que 400 000 m² d’espace de bureaux, et un investissement prévu de 2,5 milliards de dollars. « Ces deux sites vont nous permettre d’attirer des talents de classe mondiale qui nous aideront à continuer à innover pour nos clients au cours des prochaines années « , a déclaré Jeff Bezos, fondateur et PDG d’Amazon.

Taxer davantage les carburants pour financer le plan infrastructures

Des défenseurs d’un grand plan d’investissements dans les infrastructures, issus des milieux économiques et des centrales syndicales, estiment que l’augmentation de la taxe fédérale sur les carburants est la solution la plus adaptée pour mobiliser les ressources nécessaires pour financer un tel plan, rapporte The Washington Post. Le Congrès n’a plus touché à la taxe fédérale depuis 1993. La proposition soumise l’an passé par l’US Chamber of Commerce, qui proposait d’augmenter progressivement cette taxe de 25 cents, permettrait de lever 394 milliards de dollars sur dix ans, selon leurs calculs, ce qui représenterait un acompte significatif aux 1 000 à 1500 milliards de dollars de dépenses évoqués par le président Trump et les démocrates de la Chambre.

Le chiffre de la semaine : 26$ à 50$ / mois

Il s’agit de la fourchette du montant que les femmes dépensent en plus chaque mois par rapport aux hommes pour se déplacer dans New York pour des raisons de sécurité, en optant par exemple pour un taxi plutôt qu’un voyage en bus, selon une étude de l’Université de New York.

Énergie

Les clients résidentiels restent attachés à leurs fournisseurs historiques d’électricité

Dans les États ayant ouvert leur marché de détail de l’électricité à la concurrence, le nombre de clients résidentiels faisant appel à un fournisseur alternatif a culminé à 17,2 millions de clients (13% du total des clients résidentiels) en 2014 et a depuis diminué, pour atteindre 16,2 millions de clients (12% du total national) en 2016 et 16,7 millions de clients (13% du total national) en 2017, selon une statistique du 8 novembre de l’agence d’information sur l’énergie. Actuellement treize États et le District de Columbia ont mis en place des programmes de choix de vente d’électricité au détail pour les consommateurs résidentiels. Au Texas, ce programme est obligatoire. Les consommateurs doivent choisir un fournisseur concurrent ou s’en voir attribuer un. Quatre autres États, le Michigan, le Nevada, l’Oregon et la Virginie, offrent chacun une forme de choix de vente au détail limitée, principalement disponible pour les clients non résidentiels. En dehors du Texas, l’Ohio compte le plus grand nombre de clients résidentiels ayant choisi un fournisseur alternatif, suivi de l’Illinois et du Massachusetts. Ces trois États ont eu diverses expériences de participation au cours de la dernière décennie. Le Massachusetts a connu une croissance régulière de la participation aux choix de vente au détail, tandis que la situation dans l’Ohio est marquée par une stabilisation de la participation et celle de l’Illinois a régressé.

National Grid investi dans les startups de la Silicon Valley

National Grid, la société de gaz naturel et d’électricité du Nord-Est des États-Unis, vient de planter son drapeau dans la Silicon Valley avec le lancement de National Grid Partners (NGP). Dirigée par Lisa Lambert, ancienne vice-présidente et directrice générale d’Intel Capital, NGP disposera de 250 millions de dollars pour investir dans des startups technologiques en phase de croissance au cours des deux à trois prochaines années. Basé à Las Gatos, NGP prévoit de financer 10 à 15 startups par an. «Nous voulons nous disrupter avant d’être d’être disrupté», a déclaré Lisa Lambert. NGP prévoit de soutenir des entreprises du secteur des cleantechs dans les domaines de l’intelligence artificielle, des actifs intelligents, du « logiciel d’entreprise en tant que service (SaaS) » [ndlr – une partie du cloud computing], de la sécurité et de la blockchain. NGP a déjà investi des capitaux dans cinq startups, notamment AutoGrid, une startup d’analyse de données volumineuses, qui vise à contribuer à la maintenance prédictive et à la réponse de la demande industrielle commerciale aux États-Unis. ClimaCell, une startup de prévisions météorologiques; Leap une place de marché pour les ressources énergétiques distribuées; Omnidian, fournisseur de plans de protection pour les investissements dans les systèmes d’énergie solaire résidentiels et commerciaux; et Sitetracker, une plate-forme SaaS axée sur les services publics et les télécommunications (Axios, 8 novembre).

Le DoE approuve un vaste projet solaire porté par EDF dans le désert californien

Le Département de l’Intérieur a approuvé le 1er novembre un vaste projet de production solaire photovoltaïque dans le désert californien qui s’étend sur plus de 1250 ha de terrains fédéraux dans le comté de Riverside. Cet investissement d’un milliard de dollars, porté par EDF Renewable Energy Inc., aura une capacité de production d’environ 500 mégawatts d’électricité – qui permettrait d’alimenter environ 130 000 foyers et entreprises.

La Pologne signe un contrat de long terme de livraison de GNL américain

PGNiG, la principale entreprise gazière de Pologne a signé le 8 novembre lors d’une cérémonie à Varsovie en présence du secrétaire américain à l’Energie, Rick Perry, et du président polonais, Andrzej Duda, un contrat de 24 ans portant sur la livraison de gaz naturel liquéfié avec le fournisseur américain Cheniere. Piotr Wozniak, président du conseil d’administration de PGNiG, a déclaré que le prix négocié était inférieur de 20 à 30% au prix payé par la Pologne à son fournisseur actuel en Russie. (AP News, 8 novembre).

Le chiffre de la semaine : 800 MW   

Il s’agit du niveau de capacité retenu pour la première phase de l’appel d’offre sur l’éolien offshore lancé le 8 novembre par l’État de New York (AP news 9 novembre).

COMMENTS

WORDPRESS: 0
DISQUS: 0