Faits marquants Écologie, Développement durable, Énergie et Transports n°2018-06

Faits marquants Écologie, Développement durable, Énergie et Transports n°2018-06

Sommaire

Écologie – Climat

  • Démission du conseiller énergie et environnement de la Maison blanche
  • Budget : maintien en 2019 de la baisse des crédits sur le climat et l’environnement
  • Moody’s : l’industrie pétrolière et gazière face à d’importants risques de crédit

Transport

  • Nouvel accident ferroviaire pour Amtrak
  • Présentation du plan du Président Trump pour les infrastructures
  • Un plan qui peine à convaincre

Énergie

  • Les entreprises privées d’électricité veulent accélérer la transition énergétique
  • Le département de l’Intérieur s’intéresse à l’éolien offshore au Danemark
  • Vers une application plus durable à l’énergie  de la technologie blockchain?

Agenda

  • 5 – 9 mars : Conférence CERAWeek sur l’énergie à Houston (Texas)
  • 15 mars : Forum AccelerateH2O Water Innovation and Resiliency à Houston (Texas)

Écologie – Climat

Démission du conseiller énergie et l’environnement de la Maison blanche

Un défenseur de l’accord de Paris et de l’amendement de Kigali au Protocole de Montréal a démissionné de ses fonctions à la Maison blanche le 14 février, rapporte Politico. George David Banks, conseiller spécial au National Economic Council et National Security Council était en charge des relations internationales sur l’énergie et l’environnement ; il avait été nommé à ce poste le 27 février 2017.

Budget : maintien en 2019 de la baisse des crédits sur le climat et l’environnement

La requête budgétaire de l’administration Trump publiée le 12 février au titre de l’année fiscale 2019 élimine comme l’an passé d’importants financements sur le climat et l’environnement pour les grandes agences fédérales. Parallèlement, elle maintient les financements voir les augmente pour soutenir le développement des énergies fossiles, suivant les priorités actuelles de cette administration pour l’industrie. Toutefois, certaines propositions de réduction sont d’ores et déjà compensées par l’accord budgétaire adopté le 9 février au Congrès [ndlr : voir le chiffre de la semaine]. Ces propositions pour le budget de l’année fiscale 2019 sont indicatives et permettent surtout à la Maison blanche d’exprimer ses priorités politiques.

Moody’s : l’industrie pétrolière et gazière face à d’importants risques de crédit

La demande de pétrole devrait plafonner à l’horizon de 2040, mais les raffineries seront impactées financièrement bien avant par les réglementations sur le climat, selon des analystes du Moody’s investors Service. Cette industrie est sous la pression des gouvernements qui souhaitent renforcer les réglementations destinées à limiter les émissions de gaz à effet de serre et accélérer le déploiement des véhicules électriques et des batteries de stockage d’électricité, indique l’agence de notation dans une note du 18 février. Cette évolution entraîne un « risque industriel et un risque crédit significatif pour le secteur du raffinage » estime l’agence.

Louisiane : mise à l’arrêt d’un terminal méthanier après une fuite de méthane

Les autorités américaines ont ordonné le 8 février la mise à l’arrêt partiel du terminal d’exportation de gaz naturel liquéfié de Sabine Pass exploité par la société Chenière Energy Inc. en Louisiane. Cette décision fait suite à la découverte par des employés d’une fuite de l’une des cuves de stockage de gaz naturel liquéfié. Les premières investigations ont mis en évidence quatre fissures de 30 à 180 cm de long sur la paroi extérieure de la cuve à double enveloppe ainsi qu’une fuite entre ses deux parois. Lors de l’inspection, les autorités ont également constaté une fuite de niveau plus faible active sur une seconde cuve en 14 endroits à la base du stockage.

La NRC lance une campagne d’inspection de la cyber sécurité des réacteurs nucléaires

La Nuclear Regulatory Commission (NRC) lance une campagne d’inspection de grande ampleur sur la cyber sécurité, alors que les centrales nucléaires sont de plus en plus confrontées à ce risque. Selon l’autorité de sûreté nucléaire américaine, ces inspections évalueront de manière approfondie la sûreté, la sécurité et la préparation aux situations d’urgence des exploitants concernant les systèmes numériques critiques de leurs installations nucléaires, conformément aux règles de sûreté édictées en 2009 par la NRC (E&E news, 9 février).

Des substances provenant des revêtements anti adhérents de poêles aux effets néfastes

Des substances chimiques provenant des revêtements anti adhérents des poêles pourraient avoir un effet négatif sur la perte de poids après un régime de six mois, selon une étude de chercheurs de l’Université de Harvard publiée le 13 février dans le journal PLOS Medicine. Les personnes ayant accumulé les taux les plus élevés de perfluoroalkyl, une substance présente dans les revêtements anti adhérent, ont repris l’essentiel de leur poids dans les mois suivant leur régime. Cette étude suggère que ces substances pourraient jouer un rôle dans l’épidémie actuelle d’obésité.

Le chiffre de la semaine : près de 90 Mds$

Il s’agit du montant des financements alloués par le Congrès pour l’aide d’urgence à la suite des catastrophes naturelles de 2017 et pour l’adaptation aux « risques futurs ». L’accord budgétaire du 9 février prévoit également la prolongation et l’extension de nombreuses incitations pour le développement des énergies décarbonées, la protection de l’environnement et le soutien aux nouvelles installations électronucléaires

Transport

Nouvel accident ferroviaire pour Amtrak

La compagnie ferroviaire Amtrak a dû faire face le dimanche 4 février à un troisième accident ferroviaire en moins de sept semaines en Caroline du Sud, qui a causé la mort du conducteur du train et d’un contrôleur, selon le New York Times, intensifiant les inquiétudes concernant la sécurité et la fiabilité du système ferroviaire américain.

L’accident s’est produit entre un train de passager qui circulait sur une mauvaise voie, et un train de fret à l’arrêt sur cette même voie (une voie tiroir). Amtrak a rapidement indiqué que la compagnie de fret CSX était responsable de la signalisation et des circulations au moment de l’accident.

Le représentant du National Transportation Safety Board (NTSB) indiquait le jour de l’accident (The Hill) que si le système de sécurité ferroviaire Positive Train Control (PTC) avait été déployé, il aurait permis d’éviter l’accident en arrêtant le train qui circulait sur la mauvaise voie. Les entreprises ferroviaires américaines ont jusqu’à fin 2018 pour déployer le PTC sur le réseau principal.

Présentation du plan du Président Trump pour les infrastructures

Lundi 12 février le Président Trump a dévoilé sa proposition pour le package infrastructure dans un document détaillant le cadre de travail des parlementaires appelés à préparer un projet de loi qui devra permettre d’investir 1500 Mds$ dans les infrastructures du pays. Ce plan cible en priorité les routes, ponts, aéroports, mais également d’autres besoins tels que des infrastructures de traitement de l’eau potable, des eaux usées et des déchets, des voies navigables et cours d’eau, des infrastructures dans le secteur de l’énergie et sur les terres fédérales. Le plan reposera sur une participation de l’Etat fédéral de 200 Mds$ sur 10 ans, le reste devant être abondé par les Etats fédérés, les gouvernements locaux et des partenaires privés, via des PPP.

Lors d’une rencontre avec des parlementaires républicains, le Président Trump aurait proposé de financer son plan via une hausse de la taxe sur l’essence de 25 cents par gallon (5,3 c€/l). Celle-ci n’a pas été augmentée depuis 1993 et s’élève actuellement à 18,4 cents par gallon (3,9 c€/l).  Les Républicains qui viennent d’adopter une réforme fiscale majeure seront probablement peu enclins à donner suite à cette idée, estime le Washington Post du 14 février.

Le plan prévoit notamment: 100 Mds$ de subventions fédérales incitatives pour une large gamme de projets d’infrastructures (transports tous modes, gestion des eaux, maîtrise des inondations, eaux usées,…) plafonnées à 20%, pour générer des participations locales et privées; 50 Mds$ consacrés aux projets ruraux; 20 Mds$ aux projets transformateurs et très innovants; et 20 Mds$ pour augmenter la capacité des programmes pré-existants de prêts fédéraux et pour étendre le marché des obligations pour le secteur privé. Le plan suggère également de vendre plusieurs infrastructures fédérales, dont les deux aéroports de Washington: Dulles et Reagan.

Le plan prévoit également de simplifier et réduire à 2 ans la durée du processus d’autorisation des projets, très critiqué par le Président depuis le début de son mandat.

Un plan qui peine à convaincre

Cette présentation a été assez fraîchement accueillie par les différentes parties prenantes d’après The Hill. Du côté du Capitole, les réactions sont partagées entre les Républicains qui globalement se félicitent de l’annonce d’une simplification du processus d’autorisation des projets, et les Démocrates qui considèrent que l’effort financier du gouvernement fédéral est insuffisant, et que les acteurs sub-fédéraux ne pourront assumer seuls une telle charge supplémentaire. D’autres réactions sont plus tranchées, le Représentant démocrate de l’Oregon Peter De Fazio déclarant notamment « il ne s’agit pas d’un réel plan infrastructure — il s’agit simplement d’une nouvelle arnaque, une tentative de vendre nos infrastructures nationales et de générer des profits colossaux pour Wall Street tout en faisant marche arrière sur la protection de l’environnement ».

Le chiffre de la semaine: 281 Mds$

C’est le montant calculé par le Center for American Progress (Slate) des coupes budgétaires sur 10 ans concernant les infrastructures annoncées au budget 2019 de la Maison Blanche, qui propose une diminution de 3,7Mds$ du budget discrétionnaire du Département des Transports, et de 2,8Mds$ de l’agence de protection de l’environnement (EPA). La somme du plan infrastructure et des coupes budgétaires annoncées en 2019 conduirait à une diminution des dépenses fédérales sur 10 ans pour les infrastructures de 81Mds$.

Énergie

Les entreprises privées d’électricité veulent accélérer la transition énergétique

L’Edison Electric Institute qui défend les intérêts des entreprises privées d’électricité aux États-Unis alimentant 220 millions d’américains, et le Natural Resources Defense Council, un think tank actif dans le domaine de la protection de l’environnement, ont publié le 14 février une déclaration commune assortie de 21 recommandations appelant à « accélérer » la transition énergétique. Ces recommandations s’adressent plus particulièrement aux membres de l’association nationale des commissaires des régulateurs de l’énergie tenant actuellement leur séminaire semestriel à Washington. Ces recommandations insistent sur la nécessité de poursuivre les avancées en matière d’efficacité énergétique, d’intégration des énergies décarbonées, de réduction des émissions de gaz à effet de serre, tout en donnant les moyens et en impliquant les États fédérés et les consommateurs.

Le département de l’Intérieur s’intéresse à l’éolien offshore au Danemark

Un conseiller du Secrétaire du département de l’Intérieur des États-Unis en charge de la gestion des ressources naturelles, s’est rendu le 16 janvier à Copenhague, afin d’étudier les possibilités de coopération dans l’éolien offshore avec le Danemark. Selon le ministère Danois de l’énergie, cette coopération pourrait permettre de développer des investissements danois aux États-Unis et de créer de nouveaux emplois.

Vers une application plus durable à l’énergie  de la technologie blockchain?

Les usages potentiels de la technologie blockchain sont variés, notamment dans le domaine de l’énergie, par exemple pour la distribution d’énergie électrique décentralisée. Alors que ces applications sont encore expérimentales et émergeantes, certains détracteurs dénoncent une technologie énergivore, du fait de la dépendance à des centres de données très consommateurs d’électricité. Dès lors, tout l’enjeu réside dans la mise en œuvre de ces nouvelles utilisations en faisant appel aux réseaux ayant la plus faible empreinte énergétique. Tel est l’expérimentation en cours à la Energy Web Foundation (EWF), une initiative issue d’un partenariat entre le Rocky Mountain Institute et Grid Singularity, rapporte Greenbiz le 8 février.

Des crédits d’impôts pour l’acquisition d’unités de stockage d’énergie au Maryland

Le ministère de l’énergie de l’État du Maryland annonce le début des premières demandes permettant de bénéficier de crédits d’impôts en vue de l’acquisition d’une unité de stockage d’énergie. Pour l’année fiscale 2018, le crédit sera plafonné à 30% du coût total du système, ou à 75 000 dollars pour un utilisateur commercial, et à 5 000 dollars pour les particuliers. Aux États-Unis, le Maryland est le premier État à proposer ces nouvelles aides. Sont éligibles les batteries, et d’autres systèmes de stockage raccordés au réseau tels que chauffe-eau ou systèmes à volant d’inertie.

Un projet de ferme solaire couplée à une batterie de forte capacité dans l’Arizona

First Solar Inc. a annoncé le 12 février son intention de construire une ferme solaire qui serait raccordée à une batterie de 50 MW pour le compte de l’Arizona Public Service Co. Sa capacité sera égale à la moitié de la capacité de la batterie Tesla construite en Australie à la fin de l’année 2017. Elle permettra d’alimenter 12 500 habitations pendant trois heures, lorsque la demande d’électricité sera la plus forte (USA Today, 12 février).

Le chiffre de la semaine : ~21 Mds $

Il s’agit du montant des investissements en 2016 concernant les infrastructures de transport d’électricité par les principaux opérateurs aux États-Unis, selon une statistique de l’agence d’information sur l’énergie du 9 février.

COMMENTS

WORDPRESS: 0
DISQUS: 0