Faits marquants Écologie, Développement durable, Énergie et Transports n°2018-02

Faits marquants Écologie, Développement durable, Énergie et Transports n°2018-02

 

Sommaire     

Écologie – Climat

  • Scott Pruitt : « la gestion responsable de l’environnement est notre priorité »
  • Démission en bloc des membres du Conseil consultatif du National Parks Service
  • Trader Joe supprime le bisphénol A et S de ses tickets de caisse

Transport

  • GM demande une dérogation au DoT pour mettre en circulation ses véhicules autonomes dès 2019
  • Premier péage urbain à New York?
  • Les opérateurs ferroviaires américains inquiets d’un abandon du NAFTA
  • Brightline : premier train « à grande vitesse » mis en service en Floride

Énergie

  • Géorgie : le financement des nouveaux réacteurs nucléaires fait débat
  • Vers la mise en place de restrictions sur les importations d’uranium ?
  • Power to Gas : une coopération du DOE et de SoCalGas sur la méthanation

Agenda

  • 23 – 24 janvier : conférence nationale et forum mondial sur les sciences, la politique et l’environnement organisée par le Conseil national pour les sciences de l’environnement (NCSE) sur le thème « Science, business and education of sustainable infrastructures » à Arlington (VA)
  • 16 janvier : clôture de la consultation publique de l’agence de protection de l’environnement (EPA) sur le retrait du Clean Power Plan
  • Washington Auto Show – Mobility talk international – 23 – 25 janvier 2018

Écologie – Climat

Scott Pruitt : « la gestion responsable de l’environnement est notre priorité »

Scott Pruitt, l’administrateur de l’agence de protection de l’environnement (EPA) s’est félicité des réalisations de l’EPA et de ses projets pour les années à venir. Dans une interview accordée le 17 janvier à CBS, il a mis en avant les progrès en matière de sécurité juridique résultant de la procédure engagée pour le retrait de plusieurs réglementations environnementales de l’administration Obama, telle que le Clean Power Plan, qui devait réduire les émissions de gaz à effet de serre des centrales thermiques existantes. L’administrateur de l’EPA a rappelé son opposition à ce règlement, estimant qu’il illustrait le choix fait par l’administration de désigner arbitrairement des gagnants et des perdants, en favorisant les énergies renouvelables au détriment du gaz naturel et du charbon. « Notre priorité doit aller à la gestion responsable de l’environnement », a-t-il déclaré.

Démission en bloc des membres du Conseil consultatif du National Parks Service

Neuf des douze membres du Conseil consultatif du National Park Service ont remis leur démission le 16 janvier, en signe de protestation face au refus du Secrétaire à l’intérieur, Ryan Zinke, de les rencontrer, et compte tenu de ses orientations qui « vont à l’encontre » de la protection des parcs nationaux, rapporte USA Today le 17 janvier. Tony Knowles, un ex gouverneur démocrate de l’Alaska, président du Conseil, indique dans sa lettre de démission que « le groupe attend depuis un an une rencontre avec les responsables du département de l’intérieur et pour continuer notre partenariat. Notre requête a été ignorée et les questions que nous souhaitons aborder ne sont clairement pas à l’ordre du jour », a-t-il écrit. « Je suis très préoccupé par la mise entre parenthèse de la mission de gestion, de protection et de progrès de nos parcs nationaux », a-t-il ajouté. Le Département de l’intérieur a pris acte de cette démission, suggérant qu’elle était « motivée politiquement », et a critiqué les travaux du groupe, précise le Washington Post du 17 janvier.

L’empreinte carbone du maire de New York scrutée par le New York Times

Au lendemain de son annonce d’une action en justice à l’encontre de cinq entreprises pétrolières américaines accusées d’être à l’origine d’impacter négativement le changement climatique, Bill de Blasio, maire de New York se déplaçait pour prononcer un discours avec un convoi de 13 SUV, à 5 minutes de plusieurs lignes de métro sur la 42ème rue et leurs moteurs ont continué à tourner durant les deux heures de son intervention, s’étonne le New York Times du 16 janvier. La Police de New York a indiqué en réponse que « ce convoi constitue la manière la plus sûre d’assurer la protection du maire lors de ses déplacements ». Un porte-parole de la mairie a ajouté que « le maire utilise les transports en commun aussi souvent que son agenda le lui permet ».

Laurence Tubiana rejoint l’Energy Future Initiative d’Ernest Moniz

The Energy Future Initiative, un think tank et groupe de conseil dirigé par l’ex Secrétaire au département à l’énergie Ernest Moniz annonce sur son site la venue d’une dizaine de nouveaux membres, dont Laurence Tubiana, directrice générale de la European Climate Foundation et ancienne ambassadrice pour les négociations climatiques. Ernest Moniz a lancé ce groupe à l’été 2017 avec d’anciens responsables du département de l’énergie, afin de promouvoir la décarbonation de l’électricité et l’innovation dans le secteur de l’énergie.

Trader Joe supprime le bisphénol A et S de ses tickets de caisse

La chaîne de supermarchés Trader Joe annonce la suppression de l’utilisation de tickets de caisse contenant des phénols (bisphénol A ou son substitut le biphénol S) indique Bloomberg le 17 janvier. Ces substances sont utilisées dans ces papiers comme révélateurs thermiques et sont pointées du doigt pour leur nocivité sur la santé.

Californie : vers une interdiction des pailles en plastique dans les restaurants ?

Ian Calderon (D), un parlementaire de l’Assemblée de l’État de Californie, souhaite introduire une législation pour interdire l’utilisation de pailles en matière plastiques dans les restaurants, à moins que les clients n’en réclament. Selon lui, 500 millions de pailles seraient utilisées chaque jour aux États-Unis où cette question fait actuellement débat au niveau national, indique le Los Angeles Times du 16 janvier.

Le chiffre de la semaine : 65 Mds de dollars

Il s’agit de la dernière actualisation pour BP, du coût de la catastrophe ayant affecté la plateforme pétrolière Deepwater Horizon dans le Golfe du Mexique en 2010, rapporte Reuters le 16 janvier.

Transport

GM demande une dérogation au DoT pour mettre en circulation ses véhicules autonomes dès 2019

Le site Recode rapporte le 12 janvier 2018 que le constructeur General Motors (GM) demande au Département des Transports et à la National Highway Traffic Safety Administration (NHTSA) de l’autoriser à déroger à 16 standards d’homologation des véhicules afin de pouvoir mettre en circulation d’ici 2019 jusqu’à 2500 véhicules autonomes dans le cadre d’un programme expérimental de ride-sharing. Les demandes de dérogation portent entre autres sur l’absence de volant, de pédales de frein ou d’accélérateur.

GM publiait le 11 janvier sur son site le détail de son approche pour déployer son programme et de son véhicule autonome et électrique : le Cruise AV.

La Secrétaire aux Transports, Elaine Chao, a déclaré lors du salon Auto Show de Détroit que l’administration allait étudier avec attention cette demande de GM, rapporte The Hill du 15 janvier 2018.

Premier péage urbain à New York?

Conduire une voiture à Manhattan pourrait coûter 11,52$ par jour avec le projet de plan de congestion proposé par le Gouverneur Andrew Cuomo, qui ferait de New York la première ville américaine disposant d’un péage urbain, indique le New York Times du 18 janvier 2018.

Des péages similaires existent d’ores et déjà à Singapour, Stockholm, Londres et Milan, mais New York avait jusqu’alors écarté cette alternative. Le nouveau plan ambitionne de réduire la congestion dans Manhattan tout en générant de nouveau revenus pour les systèmes de transport collectifs de la ville, notamment le Métro dont les défaillances chroniques exaspèrent les new-yorkais.

Le péage serait de 25.34$ pour les camions, et la surcharge de 2$ à 5$ pour les taxis et VTC. La zone soumise au péage engloberait Manhattan au sud de la 60ème.

Ce péage pourrait rapporter jusqu’à 1.5 Mds$ par an selon les estimations des équipes de Cuomo.

Ce projet de péage urbain est une des composantes du programme d’actions du Gouverneur pour traiter la situation « d’état du d’urgence », selon ses propres termes, dans laquelle se trouve le système de métro new-yorkais.

Les opérateurs ferroviaires américains inquiets d’un abandon du NAFTA

L’agence Reuters rapporte le 17 janvier que les principaux opérateurs ferroviaires américains ont alerté le Président Trump sur les potentielles conséquences financières et politiques qui résulteraient d’un abandon du NAFTA (North American Free Trade Agreement).

Environ 35% des revenus de l’industrie ferroviaire américaine sont directement liés au commerce international selon l’Association Américaine des Chemins de Fer.

Brightline : le premier train « à grande vitesse » en Floride a été mis en service

Le nouveau service de train Brightline a été mis en service le samedi 13 janvier, rapporte The Sun Sentinel. Il permet de relier Fort Lauderdale à West Palm Beach en 40 minutes. Le service sera prolongé jusqu’à Miami d’ici le printemps 2018 pour 30 minutes supplémentaires de voyage.

La vitesse commerciale du Brightline est de 79 mi/h (127 km/h), avec une vitesse maximale de 120 mi/h (192km/h).

Une seconde étape du projet prévoit de rallier l’aéroport d’Orlando à 2 heures au nord.

Cette mise en service a été endeuillée par deux accidents mortels au cours de la première semaine d’exploitation du service, avec le décès d’un piéton et d’un cycliste fauchés par le train. Suite à ces accidents, la société Brightline a lancé une large campagne de sensibilisation autour de la sécurité aux passages à niveau et aux abords des voies.

10,2 Milliards

C’est le nombre de voyages en transport en commun réalisés en 2017 aux Etats-Unis. Ce chiffre a crû de 26% au cours des vingt dernières années. La Federal Transit Administration a publié début janvier les résultats issus de la base de données nationale des transports en commun (National Transit Database).

Énergie

Géorgie : le financement des nouveaux réacteurs nucléaires fait débat

Un sénateur de l’État de Géorgie, Chuck Hufstetler, a estimé nécessaire le 12 janvier, de revoir la loi controversée à l’origine d’un projet de construction de deux nouveaux réacteurs, très lucratif pour Georgia Power Co, l’électricien le plus important de l’État. La loi S.B. 31 adoptée en 2009 relative à l’extension de la centrale nucléaire de Vogtle, autorise la Georgia Power Co à facturer de manière anticipée à ses clients les coûts des deux réacteurs en cours de construction. L’entreprise estimait alors que la prise en charge précoce de ces coûts par les consommateurs permettrait de réduire de plusieurs millions de dollars les charges d’intérêts et d’autres charges dans le temps. Les deux réacteurs devaient démarrer respectivement en 2016 et 2017, mais leur chantier a pris cinq ans de retard, ce qui contribue à augmenter les coûts financiers. Ce retard génère des revenus exceptionnels à Georgia Power Co, une situation dénoncée par les opposants au projet. « Il n’y a aucune incitation au contrôle des coûts” a estimé le sénateur Hufstetler lors d’une table ronde organisée par le Southface Energy Institute. « Il est anormal de réaliser des profits exceptionnels du fait de la dérive des coûts de ces projets » a-t-il estimé. Georgia Power Co construit les deux réacteurs de Vogtle avec un groupe d’entreprises publiques. Le coût des deux réacteurs est estimé à 23,4 Mds$ (plus de 19 Mds d’euros). Il s’agit actuellement des seuls nouveaux réacteurs en construction aux États-Unis après l’abandon à l’été 2017 d’un projet en Caroline du Sud ayant également connu d’importants retards et dépassements de coûts. (Atlanta Business Chronicle, 12 janvier)

Vers la mise en place de restrictions sur les importations d’uranium ?

Dans une requête commune adressée le 16 janvier au département du Commerce, deux des plus importants fabricants de combustibles nucléaires américains, Energy Fuels Inc. et Ur-Energy Inc, ont demandé à l’administration Trump d’imposer des restrictions sur les importations d’uranium. Moins de 5% de l’uranium consommé en 2017 provenait des États-Unis ; selon les deux entreprises, cette situation présente un risque pour la sécurité nationale, alors que les importations en provenance de Russie ou de Chine devraient croître. Mais ce sont les cours de l’uranium qui pénalisent le plus l’industrie minière américaine : alors que l’uranium s’échangeait à près de 140 USD par pound en 2007 et encore au-dessus de 70 USD en 2011, les prix spot les plus récents s’établissaient à seulement 23,75 USD indiquent des analystes d’Ux Consulting (E&E news, 17 janvier).

Power to Gas : une coopération du DOE et de SoCalGas sur la méthanation

E&E news revient le 17 janvier sur l’expérimentation Power to Gas du National Renewable Energy Laboratory (NREL) du département de l’énergie (DOE) à Golden (Colorado) : le laboratoire cherche à perfectionner un procédé de méthanation utilisant des micro-organismes permettant de catalyser la réaction pour produire du biomethane de synthèse à partir d’hydrogène obtenu par hydrolyse en utilisant de l’électricité solaire ou éolienne et du CO2. Le DOE indique que ce projet fait l’objet d’une coopération avec SoCalGas, le plus important opérateur gazier en Californie, qui souhaite réduire significativement ses émissions de gaz à effet de serre, en développant le stockage d’énergie dans ses réseaux alimentés par du biomethane de synthèse en substitution au gaz naturel.

Le chiffre de la semaine : 73 quad BTu

Il s’agit de la production record (~1 840 Mtep) d’énergie primaire fossile prévue pour 2018 aux États-Unis par l’agence d’information sur l’énergie (EIA) dans son Short-Term Energy Outlook du 18 janvier. La production devrait encore augmenter en 2019 pour atteindre 75 quadrillions de Btu (soit ~1 890 Mtep).

COMMENTS

WORDPRESS: 0
DISQUS: 1