Faits marquants Écologie, Développement durable, Énergie et Transports n°2017-32

Faits marquants Écologie, Développement durable, Énergie et Transports n°2017-32

Sommaire 

Écologie – Climat

  • Ouragan Harvey : un impact environnemental et financier conséquent
  • Consultation publique sur la révision des normes d’émission des véhicules
  • Nominations à la tête de la NOAA

Énergie

  • Remise en service progressif des infrastructures après l’ouragan Harvey
  • Le DoE a publié son étude sur la stabilité du réseau électrique
  • Révision de la loi PURPA sur l’obligation d’achat de sources renouvelables

 Agenda

  • 16 septembre : réunion ministérielle à Montréal sur l’action climatique co-présidée par le Canada, la Chine et l’Union européenne, en présence du ministre d’État, ministre de la transition écologique et solidaire
  • 18 septembre : événement Open Digital Innovation for Environment: Taking up Together the Climate Challenges à New York,  avec la participation du Secrétaire d’État pour le numérique et de la Secrétaire d’État auprès du ministre d’État, ministre de la transition écologique et solidaire
  • 18 – 22 septembre : Climate Week et Assemblée générale des Nations Unies à New York en présence du Président de la République, du ministre d’État, ministre de la transition écologique et solidaire et de la Secrétaire d’État auprès du ministre d’État, ministre de la transition écologique et solidaire

Écologie – Climat

Ouragan Harvey : un impact environ-nemental et financier conséquent

Une commission composée des régulateurs fédéraux de l’environnement et du Texas va effectuer une surveillance des sites de l’industrie chimique et des entreposages de déchets affectés par les inondations consécutives à l’ouragan Harvey autour de Houston, a indiqué le 7 septembre Greg Abbott, le gouverneur républicain du Texas. Cette instance devra prendre en compte les réclamations et répondre aux inquiétudes du public. Selon le Houston Chronicle, plus d’une douzaine d’usines chimiques et de sites de raffinage, ont en effet vu leur cuves endommagées, ont fait l’objet de rejets de substances chimiques via l’ouverture de soupapes de sécurité et ont été affectés par divers autres problèmes de sécurité. La crise survenue sur le site de la société Arkema de Crosby qui a perdu ses alimentations électriques permettant le refroidissement de substances chimiques volatiles a révélé les vulnérabilités de centaines d’autres installations industrielles de la côte du Golfe, estime le Washington Post du 31 août. Des billes de mercure liquide ont été détectées sur une côte à l’est de Houston à proximité d’un site pollué inondé par l’ouragan, indique le New York Times du 6 septembre. Le journal estime que Houston est confrontée à un important défi pour l’élimination des déchets qui jonchent ses rues. Le Wall Street Journal fait part le même jour d’investigations par les autorités après la détection de benzène dans une banlieue de Houston près d’une raffinerie endommagée.Par ailleurs, un groupe de propriétaires et d’entreprises a porté plainte contre le gouvernement fédéral, estimant que l’Army Corps of Engineers avait sciemment condamné leurs propriétés qui n’étaient pas initialement inondées, en procédant à des lâchers d’eau pour éviter le débordement des réservoirs d’Addicks et Barker, rapporte le Houston Chronicle. Selon le San Antonio Express du 3 septembre, le gouverneur Greg Abbott a déclaré vouloir mettre en place des restrictions d’urbanisme durant la phase de reconstruction, afin de prévenir le renouvellement d’inondations de ce type dans la région de Houston. Les règles locales de prévention des risques d’inondations ont été limitées par le passé par l’opposition d’entreprises et de développeurs dans les zones démunies de tout zonage. John Sharp, un démocrate actuellement chancelier du Texas A&M University System, a été nommé à la tête de la Commission de reconstruction du Texas mise en place par le gouverneur Abbott. Il supervisera notamment l’utilisation des milliards de dollars de fonds fédéraux destinés à la reconstruction et assurera la coordination des travaux au niveau du gouvernement du Texas. Le président Trump a signé le 8 septembre une loi autorisant la mise à disposition d’une première enveloppe d’aide de    15,3 Mds $. Selon le gouverneur, la reconstruction nécessitera près de 180 Mds $, soit bien plus que le gouvernement fédéral avait dépensé pour la reconstruction après les ouragans Katrina de 2005 et Sandy en 2012.

Dans le même temps, des feux de forêts sans précédent dans l’ouest des Etats-Unis

Au cours de cette première semaine de septembre, environ 35 feux de forêts étaient actifs, émettant suies et cendres au cœur de grandes villes telles que Portland dans la region pacifique au nord-ouest. Ils ont conduit à de nombreuses évacuations, rapporte le New York Times.

Consultation publique sur la révision des normes d’émission des véhicules

Une audition publique a été organisée le 6 septembre à Washington concernant la révision des normes d’émissions des véhicules qui seront mis en service entre 2021 et 2025. L’agence de protection de l’environnement (EPA) consulte le public jusqu’au 5 octobre. Celle-ci doit décider d’ici avril 2018 de l’opportunité d’abaisser les limites d’émission, en lien avec la National Highway Traffic Safety Administration. Les régulateurs californiens menacent pour leur part de définir leurs propres normes si l’EPA venait à vouloir appliquer au niveau fédéral des normes moins contraignantes.

Nominations à la tête de la NOAA

Tim Gallaudet a été nommé par le président Trump comme administrateur adjoint de l’agence nationale océanique et atmosphérique (NOAA), un scientifique expérimenté qui croit au changement climatique. Il devra être confirmé par le Sénat. Barry Myers, CEO d’AccuWeather serait le principal candidat au poste d’administrateur de cette agence, croit savoir le Washington Post.

Le chiffre de la semaine : 250 Mds $

Il s’agit du montant des dommages que pourraient occasionner l’ouragan Irma en Floride, rapporte Bloomberg le 9 septembre. Plus de 6 millions de résidents sont concernés par un ordre d’évacuation, selon les autorités.

Énergie

Remise en service progressif des infrastructures après l’ouragan Harvey

Plusieurs milliers d’agents étaient à pied d’œuvre afin de remettre en service les infrastructures de transmission et de distribution d’électricité dans la région de Houston, rapporte le 4 septembre San Antonio Express-News. Selon Fox Business, les raffineries étaient remises progressivement en service ainsi que les installations portuaires. L’ouragan Harvey a réduit les capacités de raffinage américaine de près de 25%. 6 raffineries étaient encore à l’arrêt le 5 septembre sur la côte du Golfe. Les prix de l’essence ont augmenté de 30 cents le gallon par rapport au mois précédent Harvey avant de baisser à nouveau avec la reprise des approvisionnements.

L’oléoduc Colonial Pipeline a été l’infrastructure la plus affectée par Harvey. Cette canalisation transporte de l’essence et du diesel sur près de 9 000 km entre Houston et le port de New York. Selon le Département de l’énergie, cette installation a été remise en service le 5 septembre.

En général Harvey a eu peu d’impact sur la production de gaz et de pétrole aux US estime Forbes. Au 4 septembre, seul environ 1% de la production totale de pétrole et de gaz était à l’arrêt. Le prix du brut a cédé 0,7% fin août et les prix du gaz 1%.

Augmentation des coûts d’acheminement, de l’électricité et baisse des coûts de production

Au cours de la décennie écoulée, les prix de détail de l’électricité n’ont pas suivi ceux des énergies utilisées pour la produire telles que le gaz ou le pétrole, principalement du fait de l’évolution d’autres coûts liés à la production et à l’acheminement, indique le 7 septembre l’agence d’information sur l’énergie (EIA).

Le DoE a publié son étude sur la stabilité du réseau électrique

The Hill du 7 septembre revient sur l’étude relative à la stabilité du réseau demandée à ses services par Rick Perry, Secrétaire d’Etat à l’énergie. Selon the Hill, l’administration envisageait de s’appuyer sur les conclusions de cette étude commandée au mois d’avril pour démontrer que les énergies renouvelables menacent la stabilité du réseau, justifier la remise en cause de leurs aides et pour favoriser le charbon. Mais l’étude publiée le 25 août arrive à une conclusion opposée : le prix bas du gaz naturel est le principal facteur à l’origine du déclin de la production nucléaire et des centrales à charbon, et le réseau devient plus résilient à mesure qu’il est alimenté par des sources plus renouvelables et par la production d’électricité à partir de gaz naturel. Le rapport souligne également que cette diversification a permis de réduire les prix de gros de l’électricité et de maîtriser la croissance des coûts de l’électricité pour les consommateurs.

Révision de la loi PURPA sur l’obligation d’achat de sources renouvelables

La commission de l’énergie et du commerce de la Chambre des représentants a lancé le 6 septembre une révision du Public Utility Regulatory Policies Act, loi dite « PURPA » et envisage sa modification. Cette loi de 1978 encourageait les économies d’énergie et la production d’énergie domestique et renouvelables. Parmi les dispositions contestées, figure l’obligation d’achat par les énergéticiens de certaines sources dite « qualifying facilities, » incluant de petites productions renouvelables pour des durées allant jusqu’à 20 ans, même en l’absence de demande pour satisfaire la consommation de leurs clients.

Le chiffre de la semaine : 150 M$

Il s’agit du montant des dons versés par les énergéticiens de Houston aux profit des victimes de Harvey selon CNN.

COMMENTS

WORDPRESS: 0
DISQUS: 0