Faits marquants Écologie, Développement durable, Énergie et Transports n°2017-22

Faits marquants Écologie, Développement durable, Énergie et Transports n°2017-22

Sommaire

Écologie – Climat

  • Accord de Paris : le Président Trump annonce le retrait des États-Unis
  • Vives réactions des entreprises, villes et des États fédérés – soutien des ministres
  • Les récifs coralliens aux USA impactés par le réchauffement des océans

Énergie

  • Des représentants appellent au maintien du cadre actuel de l’ALENA lié à l’énergie
  • Fermeture probable de la centrale nucléaire de Three Miles Island
  • Énergies renouvelables : la notion de production de base à réinventer

Transport

  • Aide de la banque mondiale pour le plan d’infrastructures
  • Menace des camions autonomes sur l’emploi
  • La mobilité comme un service

Aviation Civile

  • Stock d’armes à feu dans les avions
  • Abandon (temporaire ?) de l’extension de l’electronic ban

Agenda

  • 15 – 16 juin : conférence du réseau Safe Ocean Network sur la lutte contre la pêche illégale, organisée par le département d’État à Washington DC

Écologie – Climat

Accord de Paris : le Président Trump annonce le retrait des États-Unis

Le président Trump a annoncé le 1er juin dans le Rose Garden de la Maison blanche, sa décision de retrait des USA de l’accord de Paris (fin de la mise en œuvre des NDC et arrêt de toute contribution au Fonds vert des Nations-Unies) et de l’engagement de négociations pour réintégrer l’accord, ou bien conclure une nouvelle « transaction »  plus équitable  pour les États-Unis. Le Président a mis en avant le caractère « destructeur » de l’accord pour l’économie américaine, se fondant sur les chiffres issus d’un rapport de la National Economic Research Association dont les conclusions sont controversées. Il a dénoncé un accord inéquitable qui désavantage les États-Unis au détriment de la Chine, de l’Inde et de l’Europe. Il considère que l’accord n’aura qu’un impact négligeable sur la baisse des températures (0.2°C à l’horizon de 2100), reprenant des données d’une étude du MIT dont les auteurs contestent l’interprétation faite par le Président. Enfin, l’accord de Paris représente un gaspillage au détriment des priorités nationales. En dépit des initiatives des États fédérés, des villes ou des entreprises qui souhaitent à présent redoubler leurs efforts en matière de lutte contre le changement climatique, cette décision ne devrait pas changer fondamentalement la trajectoire des émissions américaines qui pourrait être déjà fortement impactée par le chantier de dérégulation initié depuis plusieurs semaines par l’administration Trump concernant les réglementations énergie-climat. Dans ce contexte, un rapport daté du 24 mai du groupe Rhodium confirme que les États-Unis ne pourraient réduire en 2025 leurs émissions qu’entre 15 et 19% sous leurs niveaux de 2005, une trajectoire très en-deçà de l’engagement américain d’abaisser leurs émissions entre 26 et 28% dans le cadre de l’accord. Le Président de la République a fait part de son refus de toute renégociation moins ambitieuse de l’accord.

Vives réactions des entreprises, villes et des États fédérés – soutien des ministres

De nombreuses réactions ont suivi l’annonce du président Trump parmi lesquelles, celles de Elon Musk CEO de Tesla et SpaceX et Bob Iger, CEO de Walt Disney Co qui ont décidé de quitter le conseil économique consultatif de la Maison blanche. Par ailleurs, une trentaine de maires, trois gouverneurs, 80 présidents d’universités et une centaine d’entreprises coordonnées par Michael Bloomberg, ancien maire de New York seraient en négociation avec les Nations-Unies afin de transmettre une contribution dans le cadre de l’accord de Paris en parallèle des autres parties. Michael Bloomberg a été reçu à l’Élysée le 2 juin. Pour leur part, les gouverneurs des États de Washington, de Californie et de New York ont annoncé le lancement d’une nouvelle alliance américaine sur le climat. Bill Peduto, maire de Pittsburgh, s’est dit outré par les propos du président Donald Trump citant l’exemple de sa ville pour justifier le retrait des États-Unis de l’Accord de Paris. Dans le même temps, plusieurs ministres dont Scott Pruitt, administrateur de l’U.S. EPA, et Rick Perry, Secrétaire du Département de l’énergie ont défendu la décision du Président.

Les actionnaires d’Exxon réclament plus de transparence sur le climat

La veille de l’annonce du Président Trump sur l’Accord de Paris, les actionnaires d’Exxon Mobil ont approuvé lors de l’assemblée générale du groupe le 31 mai à Dallas, une proposition demandant à la compagnie pétrolière d’évaluer l’impact financier sur ses activités d’une mise en conformité avec les politiques publiques sur le changement climatique. NPR indique que cette proposition non contraignante a été adoptée avec 62,3% des voix, avec le soutien de certains des principaux actionnaires institutionnels d’Exxon. Une motion similaire avait été rejetée en 2016.

Les agences de notation sous estimeraient les risques liés au changement climatique

Les villes côtières américaines confrontées au risque d’élévation du niveau de la mer ou à d’autres impacts du changement climatique s’interrogent sur les notations AAA de leurs obligations municipales rapporte le 31 mai Bloomberg. Standard & Poor’s et Moody’s affirment travailler à la prise en compte des conditions météorologiques extrêmes dans leurs notations. Mais Fitch Ratings Ltd. voit peu de risque à long terme pour les obligations municipales, car les villes reconstruisent toujours après les événements extrêmes.

Les récifs coralliens aux USA impactés par le réchauffement des océans

Les récifs coralliens protégés aux États-Unis disparaîtront dans les prochaines décennies en raison du réchauffement climatique, selon des scientifiques de l’agence nationale atmosphérique et océanographique (NOAA), rapporte le 30 mai The Guardian. Des réglementations strictes en matière de conservation n’ont pas permis de sauver des formations de récifs exceptionnelles telles que celles de Hawaï ou au large de la Floride.

Énergie 

Des représentants appellent au maintien du cadre actuel de l’ALENA lié à l’énergie

Un groupe bipartisan de soixante représentants du Congrès a adressé le 30 mai une lett      re à Robert Lighthizer, représentant au Commerce des États-Unis, demandant le maintien de la politique énergétique actuelle liée à l’énergie dans l’accord de libre-échange nord-américain (ALENA). Selon eux, la forte intégration et l’interdépendance des réseaux nord-américains, qui incluent des oléoducs, des gazoducs et des lignes électriques transfrontaliers, justifie de ne pas modifier le cadre actuel.

Installation de panneaux solaires pour les familles à faibles revenus de Washington DC

Grid Alternative Mid-Atlantic, une organisation à but non lucratif qui promeut l’utilisation d’énergie solaire, lancera cet été un programme d’aides à l’installation de panneaux solaires pour les familles à faibles revenus de Washington : Solar Works DC a pour objectif l’implantation de 300 installations de panneaux photovoltaïques sur les toits de la ville en 3 ans. Les ministères du travail, de l’énergie et de l’environnement du District of Columbia financeront la première année du projet à hauteur de 950 000 dollars.

Fermeture probable de la centrale nucléaire de Three Miles Island

Par un communiqué de presse, Exelon Corp. a annoncé le 30 mai qu’elle envisage la fermeture de la centrale nucléaire de Three Mile Island                  (675 employés) d’ici 2019 en l’absence d’aide financière (subvention) du gouvernement de Pennsylvanie. Cette annonce fait suite au récent échec de la soumission du site à des enchères de capacité sur le réseau régional. La centrale datant de 1974, n’est plus compétitive face aux sources d’énergies renouvelables. Le PDG d’Exelon déplore la décision de l’État de Pennsylvanie de ne pas considérer le nucléaire comme une source d’énergie alternative au même titre que le solaire, l’éolien et l’hydraulique. Cette considération permettrait de rendre la centrale de nouveau rentable via des aides de l’État.

Alaska : l’administration Trump veut faciliter les projets pétroliers et gaziers

Le 31 mai, lors d’une conférence organisée par l’Association du pétrole et du gaz de l’Alaska, le secrétaire de l’intérieur Ryan Zinke a dévoilé le projet de l’administration Trump visant à faciliter l’exploitation des ressources énergétiques naturelles de l’Alaska. Le gouvernement désire modifier la législation sur l’exploitation des ressources fossiles du Refuge Faunique National de l’Arctique et mettre en vente de nouvelles concessions d’exploitation de pétrole et de gaz dans la Reserve Nationale de Pétrole d’Alaska. Selon les premières estimations, les ressources disponibles permettraient une production de plus de 400 000 barils par jour.

Énergies renouvelables : la notion de production de base à réinventer

Une étude du Think tank R Street publiée le 30 mai conteste les critiques selon lesquels les énergies renouvelables menacent la sécurité du réseau et la production électrique de base américaine. Ce débat fait suite au lancement récent d’une étude par le DoE sur ce sujet. Les critiques ne tiennent pas compte, selon R Street, de la dynamique des marchés de l’énergie. L’analyse suggère de ne plus considérer chaque production comme étant de base ou non, mais de penser plutôt en termes de ressource pouvant fournir une production de base au réseau pendant une certaine durée, en effectuant une gestion sur mesure de chaque production arrivant sur le réseau.

 Le chiffre de la semaine : 8 Md$

Il s’agit du montant des contrats signés par le Vietnam avec des énergéticiens américains, dont General Electric Co (5,6 Md$). Ces accords portent sur des infrastructures de production d’énergie. Cet événement a été salué par le président Trump car il est générateur d’emplois pour les États-Unis.

Transports Maritimes et Terrestres

Aide de la banque mondiale pour le plan d’infrastructures

D’après Politico, les experts de la Banque mondiale vont fournir une expertise technique à la Maison blanche pour élaborer son plan d’infrastructures. Une aide au financement par la Banque reste improbable, et une assistance technique de ce type est inhabituelle selon certains observateurs.

Menace des camions autonomes sur l’emploi

D’après Politico, les poids lourds sans conducteur pourraient réduire les embauches de 50 à 70% aux Etats-Unis et en Europe d’ici 2030, d’après un rapport de 4 organisations de transport internationales. Elles suggèrent aux gouvernants de réguler dès maintenant cette nouvelle technologie. L’association prévoit ainsi une présence fréquente des camions autonomes sur de nombreuses routes d’ici 10 ans.

La mobilité comme un service

Des développeurs d’application, des fournisseurs de services de mobilité, des pouvoirs publics et des chercheurs s’associent pour élaborer un meilleur système de mobilité intégrée. Ce concept, Mobility as a Service (MaaS), a pour objectif, à travers des applications intuitives, de proposer un large choix de modes de déplacement aux usagers grâce aux métadonnées. Les voyageurs construisent alors eux-mêmes leur itinéraire en sélectionnant le mode de leur choix (covoiturage, auto-partage, vélos en libre-service, marche, taxi, location de voitures, VTC, transports en commun…).

Comment les Etats doivent-ils intégrer les véhicules autonomes dans leurs politiques ?

Le think-tank bipartisan ENO a publié un rapport de recommandations à destination des Etats fédérés pour qu’ils puissent intégrer durablement les véhicules autonomes dans leurs politiques publiques. Même si chaque Etat doit adapter sa législation à son contexte, une harmonisation est nécessaire notamment pour définir ce qu’est un véhicule autonome, et pour lui appliquer les mêmes règles de circulation d’un Etat à l’autre. Les projets pilotes disposent d’avantages importants pour les Etats qui les soutiennent, et la recherche nécessite aussi un investissement. Les menaces potentielles qui pèsent sur les emplois de conducteurs de poids lourds ou de bus pourraient en fait, selon ENO, constituer une opportunité de modernisation et d’attraction pour ces métiers difficiles qui manquent de personnel. Les Etats et municipalités doivent en tout cas anticiper l’arrivée massive de cette technologie et préparer leurs législations pour l’intégrer dans les meilleures conditions.

Subvention pour une application de covoiturage en Californie

L’autorité des transports du comté de Contra Costa (Californie) a conclu un accord de partenariat avec l’application de covoiturage de la start-up Scoop Technologies Inc. : le comté dépensera 2$ par trajet pour inciter les résidents à se rendre au travail en covoiturage pendant les heures de pointe. Cela couvrira ainsi partiellement les coûts de développement de l’application, et cette initiative sera financée par la taxe sur le transport et le fond de la Bay Area pour la qualité de l’air. Depuis 2015, Scoop totalise 650 000 voyages, diminuant les émissions de CO2 de 6 tonnes.

Joyeux anniversaire Citi Bike !

Le système de vélos en libre-service de New York Citi Bike fête sa 4e année de fonctionnement. Il possède la plus grande flotte de vélos des Etats Unis, et en 2016, il a totalisé 14 millions de voyages. Selon la compagnie Motivate qui gère ce service, la ville a été capable d’intégrer les stations de Citi Bike aux pistes cyclables, tout en assurant la sécurité des cyclistes. L’entreprise a lancé un programme d’expansion de 7 000 vélos dans la baie de San Francisco, le 2e programme le plus important des Etats Unis.

Le chiffre de la semaine : 701

D’après Politico, 701 décès accidentels sur des bateaux de plaisance ont eu lieu cette année, le plus grand nombre de victimes depuis 2011 et une augmentation de 12% par rapport à l’année dernière selon les garde-côtes. Un officier de sécurité des garde-côtes a souligné l’importance de l’éducation à la sécurité sur les bateaux et des contrôles de sécurité, et il a rappelé aux usagers l’importance primordiale du port du gilet de sauvetage. La consommation d’alcool est le plus important facteur d’accidents, cause de 15% des décès. Les autres facteurs sont l’inexpérience et l’inattention de l’opérateur, une vitesse excessive et un défaut mécanique.

Aviation Civile 

Stock d’armes à feu dans les avions

D’après Politico, l’administration de la sécurité aérienne (TSA) a découvert 82 armes à feux la semaine dernière dans les bagages en cabine aux Etats Unis, un record. Sur les 82 découvertes, 66 étaient chargées. L’agence a aussi découvert de nombreux couteaux et une épée dans une canne.

Abandon (temporaire ?) de l’extension de l’electronic ban

D’après Politico, le ministère de l’Intérieur américain a annoncé qu’il ne prévoyait pas dans l’immédiat d’étendre l’electronic ban (interdiction de transporter des appareils électroniques en cabine) aux aéroports européens pour l’instant. Les officiels européens et américains semblent être parvenus à un accord pour augmenter les mesures de sûreté sans étendre cette interdiction.

Le chiffre de la semaine : 528 M$

Selon Politico, des centaines d’aéroports vont recevoir des subventions du ministère des Transports pour un montant total de 528 M$ afin d’améliorer leurs infrastructures. Les subventions discrétionnaires du programme Airport Improvement incluent un total de 60 M$ pour l’aéroport international de Chicago et 20 M$ pour Fort Lauderdale-Hollywood International Airport, qui ont tous deux prévu ou achevé des projets de nouvelles pistes. La proposition budgétaire du Président Trump inclut 3,35 Mds$ pour ce programme.

 

COMMENTS

WORDPRESS: 0
DISQUS: 0