Faits marquants Écologie, Développement durable, Énergie et Transports n°2017-08

Faits marquants Écologie, Développement durable, Énergie et Transports n°2017-08

SOMMAIRE

Écologie – Climat

  • Première interview de Scott Pruitt, nouvel administrateur de l’EPA
  • Un think thank proche de l’administration Trump prédit la renaissance du charbon et du gaz
  • Le PDG de la plus grande entreprise charbonnière des États-Unis nie la réalité du changement climatique

 

Énergie

  • Le déclin du charbon se poursuit
  • Plusieurs établissements bancaires cherchent à financer des projets de stockage d’énergie à grande échelle
  • Union des lobbys pétroliers et des biocarburants contre les véhicules électriques 

 

AGENDA

  • 27 Février – 1er mars : Sommet sur l’innovation dans l’énergie de l’ARPA-E, Washington DC
  • 28 Février : Webinar de la coalition internationale contre l’acidification des océans
  • 1er – 3 mars : CG/LA Global Forum Infrastructures, Montréal, Canada
  • 6 – 10 Mars : Conférence sur l’énergie CERAWEEK (IHS Markit) à Houston

 

ECOLOGIE-CLIMAT

Première interview de Scott Pruitt, nouvel administrateur de l’EPA

Dans sa première interview au Wall Street Journal à la suite de sa nomination à la tête de l’agence de protection de l’environnement, Scott Pruitt dit s’interroger sur les prérogatives de l’EPA à réglementer les émissions de dioxyde de carbone. Il confie vouloir abroger prochainement la loi sur l’eau (« the Waters of the U.S. Rule ») ainsi que le Clean Power Plan (CPP) de l’administration Obama qui vise à réduire les émissions des centrales thermiques. Ces propos contrastent fortement avec les déclarations de Scott Pruitt lors de son audition de confirmation devant le Sénat.

Un think tank proche de l’administration Trump prédit la renaissance du charbon et du gaz

Climatewire rapporte que Robert Bradley, fondateur de l’Institut pour la recherche sur l’énergie, s’est réjoui lors d’un colloque, des perspectives d’une réorientation majeure des approches nationales et internationales du changement climatique que prépare l’administration Trump. Pour Robert Bradley, le président Trump pourrait conduire la nation vers une renaissance dans laquelle la part du charbon, du pétrole et du gaz marginaliserait les énergies renouvelables. Il a notamment déclaré que les turbines éoliennes posent «l’un des principaux problèmes environnementaux» dans l’avenir.

Le PDG de la plus grande entreprise charbonnière des États-Unis nie la réalité du changement climatique

Robert Murray, PDG de Murray Energy Corp., la plus grande société charbonnière des États-Unis, a qualifié le changement climatique de canular et a affirmé que le changement climatique ne pouvait pas exister car la surface de la terre se refroidit. Murray Energy Corp. fait partie d’un groupe d’entreprises ayant attaqué le CPP et obtenu le report de son entrée en vigueur.

Nouvel arbitrage de 1,24 Md$ concernant les réparations de la catastrophe Deepwater Horizon

Un juge fédéral de Louisiane a approuvé deux transactions concernant la réparation de dommages privés découlant de la catastrophe Deepwater Horizon de 2010. Halliburton Co. en charge de la cimentation du puits et Transocean Ltd. propriétaire de la plateforme pétrolière accidentée ont accepté un paiement de 1,24 milliard de dollars. Ce montant s’ajoute aux 13 milliards de dollars versés par BP en réparation de dommages médicaux et économiques, et d’une transaction 20 milliards de dollars pour les réparations de dommages économiques, et d’atteintes à l’environnement au niveau fédéral et local.

Plusieurs milliers de déversements accidentels d’hydrocarbures sur des sites de fracturation hydraulique

Selon une étude, publiée par Environmental Science & Technology environ 16% des puits de fracturation hydraulique sont à l’origine de déversements accidentels d’hydrocarbures. Les auteurs ont identifiés 6 600 événements survenus dans quatre états entre 2005 et 2014. Plus des deux tiers des déversements ont été enregistrés dans le Dakota du Nord. Les autres États concernés par l’étude étaient le Nouveau-Mexique, le Colorado et la Pennsylvanie. Il s’agit de l’étude la plus complète à ce jour qui examine les déversements sur toute la durée de vie des puits et non pas uniquement lors des opérations de fracturation. Ces résultats augmentent considérablement les estimations de risque issues des études précédentes menées par l’EPA.

 Texas : un projet de loi pour notifier des alertes en cas de rejet de produit toxique

Un projet de loi présenté par le représentant de l’État du Texas Eddie Rodriguez (D) imposerait la notification d’alertes vers les téléphones mobiles « en push » lors d’un accident chimique pouvant mettre en péril la santé humaine ou l’environnement. Le dispositif prévoit un système d' »opt-out » si les utilisateurs de téléphones portables ne souhaitent pas être destinataires de telles alertes.

LE CHIFFRE DE LA SEMAINE: 113

Il s’agit du nombre record de la population de loups gris mexicains dans l’est de Arizona et l’ouest du Nouveau Mexique depuis la réintroduction de l’espèce protégée il y a vingt ans.

ENERGIE

Le déclin du charbon se poursuit

40 centrales thermiques à charbon devraient être mises à l’arrêt au cours des quatre prochaines années selon Climatwire. Six fermetures ont déjà été annoncées depuis l’élection de Donald Trump en novembre 2016. Peu d’énergéticiens pensent que la nouvelle administration pourra inverser cette tendance.

Plusieurs établissements bancaires cherchent à financer des projets de stockage d’énergie à grande échelle

Les prêteurs dont Investec Asset Management, Mitsubishi UFJ Financial Group et Prudential Financial Inc. espèrent financer des projets de stockage d’énergies renouvelables de la Californie à l’Allemagne. Selon Bloomberg, ces établissements considèrent que des batteries de grande capacité pourraient un jour révolutionner les réseaux électriques. Ces établissements ont aujourd’hui une plus grande confiance dans les technologies de stockage, alors que le coût des batteries est en baisse de 40% depuis 2014, les régulateurs de l’énergie imposant l’ajout de technologies de stockage aux réseaux et les énergéticiens offrant des contrats plus longs.

Union des lobbys pétroliers et des biocarburants contre les véhicules électriques

Un groupe de lobbyistes des biocarburants a déclaré vouloir s’associer au lobby de l’industrie pétrolière, un rival de longue date, pour s’opposer aux subventions aux voitures électriques. Les deux puissantes industries ont lutté pendant des années sur le niveau d’incorporation de biocarburants dans l’essence et le diesel, mais tous les deux voient la montée des véhicules électriques comme une menace. Ils souhaitent s’assurer de règles du jeu équitables alors que les voitures électriques et hybrides pourraient dépasser 6 millions de ventes en 2025, en augmentation par rapport aux 1,1 million de véhicules électriques vendus en 2016.

Projet de ligne électrique contestée (Wyoming – Idaho)

Une organisation environnementale, le Western Watersheds Project, a fait appel de l’autorisation délivrée par le département de l’intérieur concernant deux tronçons de la ligne électrique reliant le Wyoming à l’Idaho, le Gateway West Transmission Line Project (1 600 km) – l’un des derniers grands projets approuvés par l’administration Obama permettant d’acheminer 1 500 MW de capacité principalement éolienne du Wyoming et de l’Idaho vers les centres de forte consommation situés dans l’Utah et l’État de Washington.

LE CHIFFRE DE LA SEMAINE: 2,2Mds $

Il s’agit du montant du rachat à BP par la société australienne BHP Billiton de 23,9%  du capital du projet pétrolier « Mad Dog Phase II  » en eaux profondes (soit 2,2 Mds$) encore majoritaire-ment opéré par BP (60,5%). Une filiale de Chevron détient le solde de l’opération. Cette transaction donne le signal aux débuts des travaux. Le gisement a été découvert en 1998, il est situé à 200 km des côtes  louisianaises et est à une profondeur de 1800 à 2000 m. Mad Dog II devrait rentrer en production en 2022, année pendant laquelle – selon le consensus des experts – le cours du Brent pourrait se situer entre 70 et 75 $ le baril, prix qui rendrait l’opération rentable. A maturité, le projet exclusivement réalisé à partir de 14 puits reliés à des installations flottantes, devrait produire 140 000 b/j. Il s’agit du lancement du premier projet américain pétrolier en eaux profondes depuis 2013.

COMMENTS

WORDPRESS: 0
DISQUS: 0