Washington Wall Street Watch 2018-02

Washington Wall Street Watch 2018-02

Crédit photo : F. Jonkisz

 

Sommaire

Conjoncture

  • Les taux d’intérêt américains remontent fortement cette semaine
  • Le marché du travail poursuit son embellie, mais les salaires n’accélèrent toujours pas

Politiques macroéconomiques

  • Les Républicains envisagent de renoncer au vote d’un budget complet pour 2017
  • Les membres de la Fed affichent leurs divergences sur le rythme de hausse des taux

Régulation financière

  • La Fed propose une règle concernant la gestion du risque

Brèves

 


Conjoncture                                    

Les taux d’intérêt américains remontent fortement cette semaine

 Les taux d’intérêt gouvernementaux américains connaissent une forte hausse cette semaine : le taux d’intérêt à 10 ans a progressé de 10 points de base entre lundi 8 et mercredi  10 janvier, pour s’établir à 2,56 %. Il retrouve ainsi ses niveaux de mars 2017, avant que l’échec à réformer Obamacare et le recul de l’inflation ne fassent douter les investisseurs sur la trajectoire de l’économie américaine.

Selon les observateurs de marché, ce mouvement brutal (sell-off) serait en grande partie imputable à (i) des rumeurs de marché sur une possible réduction des achats de bons du Trésor par la Chine et (ii) un ralentissement du rythme de rachats d’actifs par la banque centrale japonaise, élément perçu par certains intervenants de marché comme le signe du ralentissement à venir du quantitative easing japonais. Par ailleurs, sur le plan domestique, la mise en œuvre de la réforme fiscale et la perspective d’une plus forte inflation sont considérés comme des facteurs favorables à une augmentation des taux d’intérêt.

Evolution des taux d’intérêt à 10 ans des Etats-Unis depuis janvier 2017

Source : Federal Reserve

 

Le marché du travail poursuit son embellie, mais les salaires n’accélèrent toujours pas

 Le rapport sur l’emploi, publié par le Bureau of Labor Statistics, fait état de 148 000 nouveaux emplois créés au mois de décembre aux Etats-Unis (après 252 000 en novembre, révisé à la hausse). Le taux de chômage est inchangé à 4,1 % et baisse de 0,6 point sur l’année 2017 ; le taux de chômage élargi, intégrant les emplois à temps partiel subi, progresse légèrement à 8,1 % (+0,1 point) mais est en recul d’un point par rapport à décembre 2016. Le taux d’activité n’évolue pas et reste en ligne avec la tendance observée depuis début 2016 à 62,8 %.

La progression des salaires continue de décevoir, à 0,2 % en décembre et 2,5 % sur un an. Malgré une situation très favorable sur le marché du travail, le rythme de hausses de salaires n’a pas significativement accéléré au cours de l’année 2017, interpellant la Fed et les observateurs.

 


Politiques macroéconomiques   

Les Républicains doutent de leur capacité à adopter un budget complet pour l’année fiscale 2018

 Pour mémoire, le texte budgétaire doit être voté dans des termes identiques par les deux Chambres et requiert une majorité qualifiée de 60 votes au Sénat. En outre, l’augmentation des dépenses de défense proposée par les Républicains, qui conduirait à relever les plafonds (budget caps), nécessite également un accord bipartisan.

L’aile conservatrice des Républicains demande une réforme des programmes sociaux de l’Etat fédéral ou a minima des économies budgétaires significatives dans ces programmes. Les leaders Républicains estiment qu’un tel budget serait incompatible avec un soutien des Démocrates, dont le soutien est nécessaire pour une majorité qualifiée au Sénat (60 votes), et serait également rejeté par les élus modérés de la majorité.

Un projet de budget moins radical, qui inclurait une hausse des dépenses militaires, est jugée de nature à mécontenter l’aile conservatrice des Républicains de la Chambre, qui ne souhaitent pas accroitre le déficit alors que la réforme fiscale aura un effet négatif sur les finances publiques et qu’un nouveau plan d’aides pour les régions sinistrées de 80 Mds est en discussion au Congrès.

Réunis à Camp David pour discuter avec Donald Trump de l’agenda politique de l’année 2018, les leaders Républicains considéreraient de renoncer à un accord budgétaire pour l’année 2017, selon Politico. Les leaders Républicains font le constat de leur incapacité d’adopter un budget consensuel pour la majorité et souhaitent consacrer leurs efforts à l’examen du plan d’infrastructures souhaité par la Maison Blanche et considéré comme propice à un accord avec les Démocrates.

 

Les membres de la Fed affichent leurs divergences sur le rythme de hausse des taux

Le scénario central de trois hausses de taux affiché par la Fed pour 2018 masque d’importantes divergences au sein des membres du comité de politique monétaire de la Fed.

Patrick Harker (Fed de Philadelphie, non-votant) estime souhaitable de ne procéder qu’à deux hausses de taux, rappelant que les pressions inflationnistes restent faibles. Il est soutenu en ce sens par Raphael Bostic (Fed d’Atlanta, votant) et Charles Evans (Fed de Boston, non-votant), ce dernier suggérant d’attendre le second semestre avant toute nouvelle action pour avoir confirmation de la vigueur de l’inflation. Neel Kashkari (Fed de Minneapolis, non-votant) souhaite quant à lui ne pas augmenter les taux avant que la hausse des salaires et de l’inflation ne soit soutenue.

John Williams (Fed de San Francisco, votant) est en ligne avec le scénario de la Fed, citant le dynamisme sur le marché du travail. Loretta Mester (Fed de Cleveland, votante) s’est prononcée en faveur de quatre hausses, justifiant sa position par une anticipation de croissance soutenue. Robert Kaplan (Fed de Dallas, non-votant) indique quant à lui que les risques du surchauffe liés à la réforme fiscale devraient inciter la Fed à agir rapidement.

 


Régulation financière

La Fed propose une règle concernant la gestion du risque

 Le Federal Reserve Board (FRB) a proposé une règle clarifiant ses attentes en matière de gestion des risques concernant les institutions financières domestiques détenant plus de 50 Mds USD d’actifs consolidés, aux banking holding companies étrangères détenant plus de 50 Mds USD d’actifs américains ainsi qu’aux établissements non-financiers désignés comme systémiques par le Financial Stability Oversight Council (FSOC).

La règle propose des principes fondamentaux destinés (i) à l’équipe de direction, responsable de la mise en place et du maintien d’une stratégie de gestion du risque ; (ii) à la gestion des différentes branches d’activité, qui doivent notamment assurer l’identification et mesurer les risques associés avec leurs activités ; (iii) à la gestion du risque dans une approche plus globale, le FRB proposant de clarifier ici les tâches incombant au chief risk officer ou encore au chief audit executive.

Les règles seront soumises à une période de recueil de commentaires publics jusqu’à la mi-mars 2018 avant finalisation.

 


Brèves

  • La Fed a annoncé un résultat préliminaire de 80,2 Mds USD qui sera reversé au Treasury. Ce résultat est en baisse de 11,7 Mds USD en raison de l’augmentation des charges d’intérêts sur les réserves bancaires dans le sillage des trois hausses de taux d’intérêt intervenue en 2017.
  • Le Financial Services Committee de la chambre des Représentants a tenu une audition en préparation d’un projet de réforme de la Fed. Le texte prévoit notamment (i) le financement de la Fed par le Congrès, (ii) un droit de vote pour l’ensemble des membres du FOMC (seuls 5 présidents de Fed régionales disposent d’un droit de vote aujourd’hui) et (iii) la création d’auditions semi-annuelle pour le vice-président en charge de la supervision financière. Ce projet a toutefois peu de chance d’être adopté au Congrès au regard de l’opposition des Démocrates à une remise en cause de l’indépendance de la Fed.
  • Le comité bancaire du Sénat se prononcera une seconde fois sur la nomination de Jerome Powell à la présidence de la Fed, les processus de nominations étant interrompu d’année civile. Le comité examinera également la nomination de Randal Quarles pour un mandat complet de 14 ans en tant vice-président chargé de la supervision financière.
  • Le Président de la Securities and Exchange Commission (SEC), Jay Clayton, a intronisé le 11 janvier les nouveaux commissaires Robert Jackson et Hester Peirce. Les deux nouveaux commissaires avaient été confirmés par le Sénat le 21 décembre 2017.

Abonnement/Désabonnement : afws@dgtresor.gouv.fr

 

 

COMMENTS

WORDPRESS: 0
DISQUS: 0