Nous avons lu… « Abundance: the future is better than you think », de Peter Diamandis (2012)

Nous avons lu… « Abundance: the future is better than you think », de Peter Diamandis (2012)

Peter Diamandis, médecin de formation, est avec Ray Kurzweil l’un des fondateurs de la Singularity University, qui a pour objet de penser le futur de la science, de la technologie et de l’évolution des sociétés humaines. Il a aussi créé les prix sur l’innovation X PRIZE qui ont inspiré les instruments de la DARPA et d’autres instituts de recherche américains.

La sociéte de l’abondance

1. Diamandis estime que la plupart des problèmes de l’humanité sont réglés ou le seront dans les décennies qui viennent. D’ores et déjà, la vie humaine s’améliore au regard de toutes les métriques : recul historique de la violence dans les sociétés humaines et entre les états, recul de la pauvreté, espérance de vie, mortalité infantile, accès au savoir etc. Sur l’eau, l’air, l’énergie propre, les technologies sont là ou en cours de développement (le vent, le solaire, la viande in vitro, les cellules couches, la génomique interférence, culture hors sols, etc); les maladies des cellules, le vieillissement, idem ; les maladies du cerveau, parkinson, les pertes de mémoires aussi. Les vieilles souffrances de l’humanité sont toutes en cours de résolution.

2. Sur le plan matériel, l’humanité serait à l’aube de l’ère de l’abondance avec une hausse massive de la productivité, liée aux nouvelles technologies. Enfin, sur le plan spirituel, la société de l’abondance permettra la réalisation du potentiel de chacun, où chacun pourra se réaliser, en faisant les activités qu’il souhaite, sans être soumis à des travaux pénibles ou peu gratifiants.

3. Pour établir son diagnostic, Diamandis s’appuie sur la méthode de la Singularity University qu’il a fondé avec Ray Kurzweil en 2008. Celle-ci a été initialement développée par l’U.S. Air Force. Il s’agit de prendre les technologies les plus innovantes et tracer le chemin de leur développement pour prévoir l’état de la société et de l’économie dans le futur, ie robotiques, intelligence artificielle, génomique etc. Sur cette base, Diamandis met en avant deux pyramides, celle du psychologue Abraham Maslow et construit la sienne propre, en insistant sur les effets de la connectivité et le rôle des élites d’entrepreneurs et de technologistes philanthropes. En effet, il ne s’agit pas seulement pour Diamandis de prévoir le futur, mais encore « de le construire pour qu’il advienne ».

4. Dans ce contexte, l’un des plus grands dangers serait selon lui le pessimisme. Le pessimisme actuel est irrationnel au regard des tendances actuelles et de moyen terme : il induit l’aversion au risque technologique, qui bloque l’innovation. Ce pessimisme aurait deux causes : (i) les medias qui inondent les citoyens de mauvaises nouvelles dans un phénomène décrit comme « brain under siege » et (ii) le fonctionnement de notre cerveau, lié à l’évolution humaine qui dans une logique de survie se concentre surtout sur les mauvaises nouvelles et les dangers potentiels. Sur ce dernier point, Diamandis se réfère aux travaux de Daniel Kahneman, psychologue et prix Nobel d’économie : « brain shapes beliefs and beliefs shape reality».

Le rôle des entrepreneurs et technologistes

5. Les plus grands problèmes de l’humanité seraient aussi les plus grandes opportunités de business. Diamandis insiste sur le pouvoir des petits groupes qui ont un rôle dans l’avènement du futur. Ces individus sont ceux qui devant les limites qu’ils constatent cherche à inventer des solutions et s’inscrivent dans ce que Diamandis appellent une « Do It Yourself philosophy », en se référant notamment au « Homebrew Computer club» et à la naissance d’Apple et aux principes mis à jour par l’essayiste transcendantaliste américain du XIXème siècle Ralf Waldo Emerson et son concept de « Self Reliance ».

6. Des innovateurs peuvent désormais, grâce aux technologies actuelles, résoudre des problèmes que seules les grandes structures pouvaient aborder auparavant. Diamandis parle de « garage biology » en ce qui concerne ses expérimentations à petite échelle. Pour stimuler ces innovateurs, Diamandis a créé les prix X PRIZE, que la DARPA et d’autres institutions américaines ont reprises.

7. L’économie High Tech a créé un nouveau type de techno philanthropes. Ceux-ci utilisent leur fortune pour résoudre les problèmes de la société d’abondance, à l’image de ce que faisait Carnegie au XIXème siècle « The Gospel of Wealth», phénomène qu’a aussi décrit l’économiste Matthew Bishop dans « Philanthrocapitalism : How the Rich Can Save the World ». Ces technologistes philanthropes sont décrits par Diamandis comme des « hyper agents », qui ont la capacité de faire beaucoup mieux que les autres dans la résolution des problèmes de l’humanité.

Commentaire : L’ouvrage est très centré sur les effets positifs des évolutions technologiques. Diamandis reconnait des risques possibles, mais cela ne couvre que quelques pages en annexe. Ainsi dans son ouvrage il est rappelé que les robots travaillent 24h/7 et « ne font jamais grève »  et que certaines activités doivent être régulées (nanobots auto-reproducteurs), mais Diamandis ne rejoint pas les craintes sur les évolutions de la science, par exemple celles de Bill Joy qui propose de fixer des limites à la poursuite du savoir dans certains domaines (« relinquishment »).

Diamandis ne soutient pas cette analyse pour plusieurs raisons : (i) il serait vain de vouloir bloquer le progrès scientifique, (ii) la compétition des nations ne le permettrait pas, et (iii) la psychologie humaine est de chercher les moyens d’une meilleure vie.

 Diamandis voit deux alternatives possibles pour le futur : le rejet « luddite » ou l’homme augmenté, mais cela ne couvre que quelques paragraphes dans le livre et en annexe. Sur les régulations, les seules pistes mentionnées sont une police internationale d’Internet pour lutter contre les contenus criminels (avec compétence nationale pour sanctionner), et « some kind of liability law that covers software security » (sans plus de précision).

 

COMMENTS

WORDPRESS: 0
DISQUS: 0