Faits marquants Écologie, Développement durable, Énergie et Transports n°2018-28

Faits marquants Écologie, Développement durable, Énergie et Transports n°2018-28

Sommaire

Écologie – Climat

  • Bataille chez les républicains de la Chambre sur une taxe carbone
  • La Californie atteint son objectif de réduction des émissions de 2020
  • Les biocarburants avancés ont du mal à s’imposer

Transport

  • Le fondateur de JetBlue devrait lancer une nouvelle compagnie aérienne
  • Des associations poursuivent l’EPA à propos des camions «super-polluants»
  • Certains sénateurs s’inquiètent des changements apportés au financement fédéral des projets de transport en commun

Énergie

  • Des quotas sur les importations d’uranium à l’étude au Département du Commerce
  • Microsoft soutient l’intégration du stockage par batteries dans le réseau électrique
  • L’énergie solaire en pleine expansion dans les coopératives rurales

Agenda

  • 18 juillet : Webinaire de l’Alliance internationale pour la lutte contre l’acidification des océans sur la phyto- et la bioremédiation
  • 16-18 juillet : réunion ministérielle du forum politique de haut niveau (HLPF 2018), sur les objectifs du développement durable des Nations Unies à New York
  • 23 – 26 juillet : Séminaire « 2018 National Research Advisory Committee and Transportation Research Board State Representatives Meeting » organisé par l’AASHTO dans le Kansas
  • 24 juillet : Webinaire de l’Alliance internationale pour la lutte contre l’acidification des océans, sur la surveillance de l’acidification
  • 24 juillet : Présentation et discussion de l’International Energy Outlook 2018 (IEO2018) de l’agence d’information sur l’énergie (EIA) au CSIS

Écologie – Climat

Bataille chez les républicains de la Chambre sur une taxe carbone

La Chambre des représentants a adopté le 20 juillet par 220 voix pour et 180 contre, une résolution anti taxe carbone déposée par l’un des leaders de la majorité (Whip) Steve Scalise (R-La) et par le représentant David McKinley (R-W. Va). Cette résolution considère qu’une taxe carbone serait « nuisible à l’économie américaine ». Elle a été adoptée malgré le nombre croissant de républicains ayant rejoint le Climate Solutions Caucus, un groupe bipartisan (43 républicains et 43 démocrates) favorable aux politiques de lutte contre le changement climatique. Ce vote est également intervenu alors que le représentant Carlos Curbelo (R-Fla), fondateur du Caucus, devrait déposer la semaine prochaine un projet de loi établissant une taxation du carbone à la source.

La Californie atteint son objectif de réduction des émissions de 2020

La Californie a atteint son objectif de réduction des émissions de gaz à effet de serre par rapport aux niveaux de 1990 avec quatre années d’avance, a annoncé le 11 juillet le California Air Resources Board. En 2016 ses émissions se sont élevées à 429 millions de tonnes métriques (en équivalent CO2), soit un niveau inférieur à l’objectif de 431 millions de tonnes en 2020. Ce résultat suggère que l’Etat est sur la bonne trajectoire lui permettant de respecter son objectif le plus ambitieux de réduction de 40% des émissions en 2030 par rapport à leur niveau de 1990.

L’État de Rhode Island attaque en justice des majors sur le changement climatique

Peter Kilmartin, l’Attorney General démocrate de l’État de Rhode Island a décidé le 2 juillet de poursuivre 21 entreprises pétrolières qu’il accuse d’aggraver les risques liés aux changements climatiques ; il leur demande de réparer les dommages occasionnés à l’État côtier par les changements climatiques. Il s’agit de la première procédure engagée par un État sur les changements climatiques à l’encontre d’entreprises pétrolières et gazières multinationales. De nombreuses villes américaines ont déjà initié de tels contentieux. La semaine précédente, un juge fédéral en Californie a rejeté les plaintes des villes d’Oakland et de San Francisco (Inside Climate News, 2 juillet). Ce 19 juillet, Reuters rapporte qu’un juge fédéral a également rejeté une requête similaire de la ville de New York.

Les biocarburants avancés ont du mal à s’imposer

La production d’éthanol cellulosique à partir de déchets de bois et de plantes qui devait réduire la dépendance des États-Unis à l’éthanol produit à partir de maïs ou d’autres sources peine à s’imposer, malgré l’importance des volumes anticipés par l’Energy Independence and Security Act (EISA) de 2007. Le maïs et le soja demeurent les sources dominantes de production des biocarburants. Telles sont les principales conclusions du second rapport triennal sur les biocarburants et l’environnement que l’agence de protection de l’environnement (EPA) a adressé le 29 juin au Congrès, à la veille de la démission de son administrateur Scott Pruitt.

La justice autorise la poursuite des procédures dans l’affaire du Roundup

Un juge fédéral a autorisé la poursuite des procédures engagées devant la justice à l’encontre de Monsanto Co par plusieurs centaines d’utilisateurs de son désherbant controversé Roundup, atteints de cancer. L’industriel a tenté de rejeter ces plaintes au motif que les experts requis par les plaignants n’étaient pas compétents. A présent, les plaignants ou leurs familles devront présenter dans les différents litiges individuels les concernant, suffisamment de preuves sur le lien de causalité entre l’utilisation du Roundup contenant du glyphosate et les pathologies développées. Le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC) de l’Organisation mondiale de la santé a classé en 2015 le glyphosate comme « cancérogène probable pour l’homme ». Mais l’agence de protection de l’environnement (EPA) ou d’autres organisations internationales de protection de la santé n’ont pas soulevé les mêmes préoccupations concernant cette substance (AP, 11 juillet).

Le chiffre de la semaine : 73%

Il s’agit de la part des américains qui déclarent reconnaître la réalité du réchauffement climatique, un score en forte hausse, selon l’enquête nationale sur l’énergie et l’environnement. Ce sondage est réalisé annuellement depuis 10 ans. Ce printemps, l’étude a été effectuée entre la fin avril et le mois de mai, alors que les températures atteignaient des niveaux record selon l’agence nationale océanographique et atmosphérique (NOAA).

Transport

Le fondateur de JetBlue devrait lancer une nouvelle compagnie aérienne

David Neeleman, fondateur de JetBlue Airways, de WestJet, de Morris Air, et d’Azul Brazilian Airlines, a annoncé qu’il comptait créer prochainement une nouvelle compagnie aérienne basée aux Etats-Unis appelée Moxy. Selon ses propos rapportés par The Hill, « les conditions pour qu’une nouvelle génération de compagnies, axée sur le service et la satisfaction des passagers, puisse émerger seront bientôt remplies, après plusieurs années de consolidation du marché ». Il a annoncé avoir signé un protocole d’entente avec Airbus pour l’achat de 60 Airbus A220-300 pour 5,4 milliards de dollars au prix catalogue, rapporte USA Today. Moxy devrait desservir en priorité les aéroports secondaires des plus grandes régions métropolitaines du pays dont Boston, New York, Washington, Chicago, San Francisco et Los Angeles, selon Aviation Weekly. Cela permettra à ses passagers d’éviter la congestion des plus grands aéroports qui est de plus en plus importante.

Des associations poursuivent l’EPA à propos des camions «super-polluants»

Plusieurs associations de défense de l’environnement ont intenté cette semaine une action en justice contre l’Environmental Protection Agency (EPA) pour sa décision de retarder jusqu’à 2020 l’application d’une réglementation destinée à limiter à 300 par fabricant et par an le nombre de camions vendus avec des moteurs anciens ne respectant pas les normes actuelles de pollution. Suite à cette plainte, la cour d’appel fédérale a suspendu temporairement mercredi l’application de cette décision pour laisser le temps à la justice d’examiner sa légalité, rapporte The Hill. Cette limitation avait été décidée par l’administration Obama en 2016 et concerne les camions avec une nouvelle carrosserie mais de vieux moteurs et châssis. Ceux-ci produisent jusqu’à 55 fois plus de particules fines et jusqu’à 43 fois plus d’oxydes d’azote que les camions aux normes d’émissions modernes, selon une étude commandée par l’EPA l’année dernière.

Les associations, dont fait partie par exemple l’Environmental Defense Fund, se sont alliées à des acteurs majeurs de l’industrie, dont United Parcel Service et Volvo Group, qui sont respectivement le plus grand propriétaire de flottes et le plus grand fabricant de camions aux Etats-Unis, pour s’opposer à cette décision. Celle-ci a été prise vendredi 6 juillet, dans les dernières heures du mandat de Scott Pruitt. Celui-ci avait déjà tenté d’introduire cette mesure l’année dernière mais avait été freiné à l’époque par la Maison Blanche, rapporte The New York Times.

Certains sénateurs s’inquiètent des changements apportés au financement fédéral des projets de transport en commun

Le Journal de l’American Association of State Highway and Transportation Officials (AASHTO) rapporte une audition de la Commission de l’Environnement et des Travaux Publics du Sénat à propos des changements récents survenus dans la méthode d’attribution des aides fédérales aux projets de transport en commun. Celles-ci sont de deux types : les subventions et les prêts à faible taux d’intérêt, ces derniers ayant vocation à être remboursés par des fonds non fédéraux. Dans une lettre publiée le 29 juin, la Federal Transit Administration (FTA) a annoncé qu’elle considérerait maintenant ces prêts « en prenant en compte toutes les sources de financement fédérales demandées » et non de manière séparée comme c’était le cas jusqu’à présent pour les projets de transport en commun. Ces changements sont censés augmenter le financement de ces projets par des acteurs privés. Selon la sénatrice de l’Etat de New-York ayant demandé cette audition, Kirsten Gillibrand, démocrate, ces nouvelles directives de la FTA rendront plus difficile la construction de grands projets de transport en commun alors que ces prêts « créent de la valeur à long terme pour les contribuables américains ».

Le chiffre de la semaine : 1,1 milliards de $

Il s’agit du montant additionnel dont bénéficiera le Texas Department of Transportation l’année prochaine grâce à l’importante croissance économique du Texas, qui est notamment due à la hausse des activités pétrolières et gazières. Ces fonds supplémentaires représentent 8% du budget annuel de l’agence. Selon son directeur financier, ils permettront d’accélérer certains projets routiers à court terme mais la capacité de l’agence à bénéficier de ces fonds pour la prochaine décennie dépendra de la durabilité de cette croissance et donc de la poursuite de la hausse des activités du secteur de l’énergie, rapporte Transport News.

Énergie

Des quotas sur les importations d’uranium à l’étude au Département du Commerce

Le Secrétaire au Commerce Wilbur Ross a annoncé ce mercredi 17 juillet le lancement d’une étude permettant de juger de la pertinence de la mise en place de quotas sur les importations d’uranium au nom de préoccupations de sécurité nationale. Le Washington Post (18/07) explique que cette annonce intervient six mois après la demande auprès des autorités américaines par deux entreprises minières en difficultés financières d’imposer une part de 25% d’uranium américain dans la consommation civile et militaire des Etats-Unis. Aujourd’hui, cette part est de 5% (contre 50% il y a 30 ans) et l’uranium est majoritairement importé depuis des nations amies (Canada et Australie). L’annonce de telles mesures a suscité des réactions défavorables de la part d’experts du secteur nucléaire qui critiquent l’invocation de l’argument de sécurité nationale et d’industriels qui craignent une augmentation des prix de l’électricité pour les consommateurs dans un contexte où le secteur souffre déjà de difficultés économiques.

Microsoft soutient l’intégration du stockage par batteries dans le réseau électrique

Dans l’Etat de Virginie, en partenariat avec une entreprise de production d’électricité et le gestionnaire du réseau PJM, Microsoft veut intégrer au réseau électrique les infrastructures de stockage par batterie liées à l’un de ses data center. En temps normal, ces batteries ne sont pas utilisées et leur mise en service intervient uniquement en cas de défaillance du réseau. En parallèle de ce premier rôle, Microsoft souhaite offrir à PJM une nouvelle solution de stockage permettant de répondre aux variations de charge à court terme sur le réseau. Selon E&E News (18/07), les premiers résultats seraient prometteurs. Dans le même temps, la Commission de l’Energie et du Commerce de la Chambre des Représentants a tenu ce 18 juillet une audition quant au rôle du stockage dans le réseau électrique américain. Tout en rappelant que les options offertes au Congrès pour faire baisser les prix et encourager le déploiement des batteries sont limitées, les membres du panel ont insisté sur l’intérêt de désigner le stockage par batterie comme éligible aux crédits d’impôts même dans le cas où il n’est pas lié à un projet d’énergies renouvelables ainsi que sur l’importance du soutien aux véhicules électriques, moteur de l’innovation dans le secteur.

L’énergie solaire en pleine expansion dans les coopératives rurales

Selon un rapport publié cette semaine par la National Rural Electric Cooperative Association (NRECA), qui représente 42 millions de consommateurs américains, le déploiement de ressources solaires dans les zones rurales gérées par des coopératives a explosé ces dernières années. La capacité solaire des quelques 900 coopératives du pays atteint cette année près de 900 MW, soit neuf fois plus qu’en 2013, alors que les prix de l’électricité générée ont presque été divisés par quatre. Ce déploiement a également des conséquences politiques dans la mesure où ces coopératives offrent un premier contact avec le solaire dans des zones rurales ayant majoritairement voté pour le candidat Trump en 2016 (E&E News, 19/07).

La Cour Suprême du Missouri relance le projet de ligne à haute tension de Clean Line

Le Kansas City Star rapporte ce 17 juillet la décision de la Cour Suprême du Missouri de revenir sur une décision du régulateur de l’Etat de bloquer le projet longtemps retardé de ligne à haute tension Grain Belt Express. La ligne, d’une longueur de 780 miles pour un investissement de 2,2 Mds $, relierait l’interconnexion de l’Est américain aux fermes éoliennes du Kansas mais est critiquée notamment par les communautés de fermiers du Missouri. Si un obstacle a été dépassé pour Clean Line Energy, la bataille juridique devrait se poursuivre.

Le chiffre de la semaine : 1,2 Mds $

Il s’agit du montant de l’investissement que va réaliser l’entreprise américaine Apex Clean Energy, basée en Virginie, pour un projet de ferme éolienne au Texas d’une capacité totale de 800 MW. Le projet dont la mise en service devrait intervenir fin 2021 serait composé de deux sites de 260 turbines situés dans le Nord de l’Etat, hors de la zone de marché de l’Electric Reliability Council of Texas (ERCOT) qui couvre 90% du Texas mais au sein du Southwest Power Pool (SPP). Cette capacité viendrait s’ajouter aux quelques 23 GW éoliens que compte l’Etat, premier producteur américain d’énergie éolienne (Houston Chronicle, 13/07).

COMMENTS

WORDPRESS: 0
DISQUS: 0