Faits marquants Écologie, Développement durable, Énergie et Transports n°2018-19

Faits marquants Écologie, Développement durable, Énergie et Transports n°2018-19

Sommaire

Écologie – Climat

  • Le programme de surveillance des émissions de carbone de la NASA supprimé
  • Un procédé révolutionnaire pour éliminer les émissions de CO2 issues de l’aluminium
  • Une plateforme d’échange d’information pour mieux lutter contre l’acidification

Transport

  • Le plan d’infrastructure du président Trump semble être dans une impasse alors que se tient l’Infrastructure Week
  • Open skies : Les Etats-Unis et les Emirats Arabes Unis signent un accord
  • La FAA envisage de changer ses règles concernant les vols supersoniques

Énergie

  • La FED rehausse les taux d’intérêts dans le sillage de l’augmentation des prix du pétrole
  • Nomination du responsable des ressources énergétiques du Département d’Etat
  • Le Département de l’Energie déploie un plan de cyber-sécurité et crée un bureau dédié

Agenda

Écologie – Climat

Le programme de surveillance des émissions de carbone de la NASA supprimé

L’administration Trump a supprimé un programme scientifique de la NASA pour la surveillance des émissions de gaz à effet de serre, indique le 9 mai Science magazine. Le Carbon Monitoring System (CMS) de la NASA financé à hauteur de 10 M$/an permettait d’identifier et d’alimenter en données des modèles de haute résolution sur les émissions de carbone afin de suivre la réduction des émissions de différents pays. Le Congrès s’était opposé à plusieurs reprises aux réductions budgétaires demandées par la Maison blanche concernant le budget de la NASA consacré aux géosciences, cependant, comme le rapporte the Hill du 10 mai, le budget pour 2018 ne mentionnait pas spécifiquement le programme CMS, ce qui a permis à l’administration de le supprimer.

Un procédé révolutionnaire pour éliminer les émissions de CO2 issues de l’aluminium

Alcoa et Rio Tinto ont annoncé le 10 mai la création d’Elysis, une co entreprise qui sera basée à Montréal pour déployer à grande échelle un procédé révolutionnaire afin d’éliminer totalement les émissions de gaz à effet de serre issues de la production d’aluminium. Apple qui utilise l’aluminium dans de nombreux produits a facilité cette coopération, dont s’est félicité à Québec le Premier ministre canadien Justin Trudeau. Ensemble, Apple, Alcoa, Rio Tinto et le gouvernement canadien s’engagent à hauteur de    147 millions de dollars dans la nouvelle entreprise, dont 10 M$ pour Apple.

En Nouvelle Angleterre, la surveillance électronique pour une pêche plus durable

Alors que la saison de la pêche à la morue et à l’églefin bat son plein au large de la Nouvelle Angleterre, avec des centaines de navires de Rhode Island ou du Maine actifs dans la région, plusieurs douzaines de ces navires sont désormais équipés de caméras vidéos afin rendre cette activité plus durable pour les communautés qui en dépendent. Ces nouvelles technologies permettent de prévenir l’épuisement des ressources, de fournir des données de meilleure qualité aux scientifiques, de restaurer la confiance et de faciliter l’information des consommateurs. Elles seront couplées d’ici peu à des algorithmes de comptage automatisé ayant recours à l’intelligence artificielle (Civil Eats, 10 mai 2018).

Un « jardin secret » de coraux découvert dans le Golfe du Mexique

Des chercheurs de l’agence nationale océano-graphique et atmosphérique américaine (NOAA) ont découvert un « jardin secret » de coraux d’une rare densité à plus de 2 000 mètres de profondeur dans le Golfe du Mexique. Ces coraux auraient plus d’un millier d’années selon les scientifiques, et ont dû bénéficier de conditions particulières en termes de nutriments, de courants et de températures pour se développer à une telle profondeur (Business Insider, 13 mai).

Une plateforme d’échange d’information pour mieux lutter contre l’acidification

L’Alliance internationale pour la lutte contre l’acidification des océans a convié ses membres le 17 mai afin de leur présenter une nouvelle plateforme d’échange d’information sur l’acidi-fication des océans. Cet outil a été conçu par un groupe de travail inter agence des États-Unis, en application de la loi fédérale de 2009 sur la recherche et la surveillance de l’acidification des océans (FOARAM Act of 2009), afin de rendre accessible l’information sur l’acidification par des moyens électroniques, incluant des informations pour les décideurs, les chercheurs et l’ensemble des parties prenantes, pour réduire les impacts de l’acidification et permettre l’adaptation à ses effets. La plateforme d’échange est accessible librement à l’ensemble des membres de l’alliance et permettra de mieux coordonner leur coopération.

Le chiffre de la semaine : 208 Mds $

Il s’agit du chiffre d’affaires réalisé au États-Unis lié aux activités de pêche commerciale et récréative en mer. 1,6 millions d’emplois dépendent de cette filière. La surpêche est restée à un niveau extrêmement limité en 2017, alors que la liste des espèces dont les stocks ont été reconstitués augmente, selon la NOAA. Dans son rapport annuel paru le 14 mai, l’agence indique que les limites annuelles de prélèvement ont été respectées pour 91% des quotas, le même niveau qu’en 2016. De plus, les stocks de trois espèces présentes sur la côte Pacifique ont été reconstitués l’an passé : bocaccio, (Sebastes paucispinis) darkblotched rockfish (Sebastes crameri) et Pacific ocean perch (Sebastes alutus). Au total, les stocks de 44 espèces ont été reconstitués depuis 2000.

Transport

Le plan d’infrastructure du président Trump semble être dans une impasse…

La porte-parole de la Maison Blanche, a annoncé qu’elle n’était pas certaine de la sortie d’une loi concernant les infrastructures cette année, rapporte The Hill. Cette déclaration complète les propos tenus fin mars par le Président Trump qui indiquait alors que les lois déclinant son plan d’amélioration des infrastructures seraient probablement adoptées par le Congrès après les élections de mi-mandat (en novembre prochain). L’Administration a officiellement dévoilé son plan infrastructure en février mais n’a pas réussi pour le moment à l’imposer au Congrès, les législateurs s’étant depuis tournés vers d’autres priorités, notamment l’immigration et les dépenses gouvernementales.

… alors que se tient l’Infrastructure Week

Cette semaine se tenait pourtant l’Infrastructure Week avec plus de 100 conférences dans tout le pays, organisées sur cette thématique par différents acteurs économiques, dont l’American Public Transportation Association, la Chambre de commerce, la Brookings Institution ou l’AFL-CIO, principal regroupement syndical des Etats-Unis.

Selon Politico, la ministre des Transports, Elaine Chao, a rappelé lundi lors de son ouverture qu’il était nécessaire de travailler avec les législateurs « pour surmonter les divisions sur le financement des infrastructures ». Toutefois, les démocrates ont indiqué que l’Infrastructure Week n’avait pas permis de faire avancer le plan, d’après The Hill. Selon le président républicain de la commission des transports et des infrastructures « le plan n’est pas mort avant d’arriver au Congrès puisque nous y travaillons très activement actuellement ».

Open skies : Les Etats-Unis et les Emirats Arabes Unis signent un accord

Comme annoncée dans la lettre EDDET #2018-15, les Etats-Unis et les Emirats Arabes Unis ont signé le 11 mai un accord réaffirmant « toutes les dispositions du traité dit de ciel-ouvert », selon l’ambassadeur des Emirats rapporté par Bloomberg. Cet accord prévoit la publication des comptes aux normes internationales d’ici un an et implique qu’il n’y ait plus de subventions gouvernementales directes ou indirectes versées aux compagnies émiraties, selon The Hill. En revanche, l’accord ne contient pas d’engagement de ne pas ouvrir de nouvelles lignes de cinquième liberté à destination des Etats-Unis (vol entre des pays tiers, ne passant pas par les Emirats).

Immédiatement suite à cet accord, Delta a annoncé la réouverture de certaines lignes desservant le Moyen-Orient, qui avait été abandonnées par le passé en raison de la concurrence. Un accord similaire avait été conclu le 30 janvier dernier avec le Qatar (Lettre EDDET #2018-04).

La FAA envisage de changer ses règles concernant les vols supersoniques

Selon AVweb, la Federal Aviation Administration (FAA) a indiqué qu’elle souhaitait soutenir le développement d’avions supersoniques civils et qu’elle publierait pour cela deux nouvelles réglementations l’année prochaine concernant d’une part la certification acoustique des avions supersoniques, et d’autre part une simplification des modalités d’obtention des autorisations nécessaires pour effectuer des essais en vol supersonique aux États-Unis. Plusieurs sociétés américaines, dont Aerion et Boom, travaillent au développement de jets d’affaires supersoniques. La réglementation de la Federal Aviation Administration (FAA) interdit actuellement à l’aviation commerciale de dépasser la vitesse du son (Mach 1) sur le territoire américain, Selon AINonline, la FAA a réaffirmé cette semaine que cela ne changera pas malgré la pression de certains membres du Congrès.

Les ports américains demandent 20 Mds$ d’investissement pour leurs accès ferroviaires

Selon un rapport publié par l’American Association of Port Authorities (AAPA) sur l’état du fret publié cette semaine et relayé par The Maritime Executive, les autorités portuaires identifient plus de 20 milliards de dollars de besoins d’investissement public au cours de la prochaine décennie dans les raccordements et dessertes ferroviaires des ports américains. Les ports et leurs partenaires du secteur privé comptent investir 155 milliards de dollars au cours des cinq prochaines années dans le développement de leurs terminaux et de leurs infrastructures. Toutefois l’AAPA précise que ces projets ne pourront être réalisés qu’à condition que les gouvernements locaux investissent également dans le développement des accès aux zones portuaires.

Le chiffre de la semaine: 17.2 Mds$

Il s’agit du montant du budget d’investissement de l’Etat du Massachusetts dans les infrastructures de transport pour les cinq prochaines années dont 2,5 milliards pour l’agrandissement et la modernisation du réseau de transport en commun et 2,4 milliards pour la construction d’autoroutes et la rénovation du réseau routier, selon Metro et Recorder.

Énergie

La FED rehausse les taux d’intérêts dans le sillage de l’augmentation des prix du pétrole

Forbes rapporte cette semaine que les taux d’intérêts américains et les prix du baril de Brent et WTI ont atteint ce mardi 15 mai leurs records respectifs depuis plusieurs années. Alors que les prix du pétrole sont tirés vers le haut par les problématiques liées à l’Iran et au Venezuela, aux décisions de l’OPEP et aux larges exportations américaines, la remontée des taux initiée par la Réserve Fédérale des Etats-Unis – et qu’elle a annoncé poursuivre – devrait mécaniquement accentuer le renforcement du dollar et contrebalancer la hausse des prix du pétrole en réduisant la demande internationale.

Nomination du responsable des ressources énergétiques du Département d’Etat

Le Comité des Affaires Etrangères du Sénat a validé la nomination de Frank Fannon au poste d’Assistant Secretary for Energy Resources au sein du Département d’Etat, rapporte E&E News ce 16 mai. Par le passé, Frank Fannon a notamment fait partie de l’équipe du Sénateur de l’Oklahoma James Inhofe et a exercé des fonctions de lobbyiste pour des entreprises pétrolières. Selon le Sénateur, sa nomination permettra de « faire progresser la domination énergétique des Etats-Unis et d’appliquer les sanctions contre la Russie et l’Iran dans le secteur de l’énergie ». Cette nomination intervient alors que de nombreux anciens collaborateurs de James Inhofe occupent désormais des postes clés au sein de l’Agence de Protection de l’Environnement (Washington Post, 14/03).

Le Département de l’Energie déploie un plan de cyber-sécurité et crée un bureau dédié

Ce lundi 14 mai, le Departement of Energy (DoE) a publié un plan de protection du réseau électrique contre les attaques de type hacking prévoyant des mesures pour les 5 années à venir et posant les fondations d’un nouveau bureau au sein du Département, l’Office of Cybersecurity, Energy Security, and Emergency Response (CESER). Le plan met en avant des objectifs de préparation du réseau à la réaction à un incident majeur ou le financement de la recherche associée dans les laboratoires nationaux. Cette annonce vient regrouper et donner une direction commune à des initiatives existantes dans un contexte où la cyber-sécurité du réseau a été déclarée priorité nationale. La direction de ce bureau, ainsi que d’autres postes clés liés à la cyber-sécurité à la Maison Blanche, restent encore vacants pour le moment.

Une accélération du secteur éolien attendue avec la future réduction des crédits d’impôts

Bloomberg rapporte ce 11 mai une note de recherche produite par des analystes du groupe banquier Macquarie concernant l’avenir à court terme du secteur éolien. La diminution planifiée d’ici à 2020 des crédits d’impôts alloués pour le développement de projets éoliens devrait entraîner dans les mois à venir une forte augmentation du nombre de nouveaux projets et une accélération de leur réalisation. Macquarie imagine jusqu’à 25 GW de nouvelles capacités avant 2020, à comparer à un total national existant de 85 GW fin 2017.

L’opinion publique soutient les énergies renouvelables mais reste divisée

Un rapport du Pew Research Center, think tank indépendant pratiquant notamment des sondages d’opinion, met en avant le soutien bipartisan de l’opinion publique américaine aux énergies renouvelables. Ainsi, 96% des Démocrates et 80% des Républicains se déclarent en faveur du déploiement du solaire et de l’éolien. Cette entente s’explique en partie par le développement récent d’unités renouvelables dans des Etats à sensibilité Républicaine comme le Texas. En revanche, les dissensions demeurent fortes quant au rôle régulateur de l’Etat fédéral et à la reconnaissance de l’impact humain sur le changement climatique.

Le chiffre de la semaine : 2 Mds $

Il s’agit du montant de l’investissement prévu pour un contrat d’exploitation de gaz naturel signé avec l’Iran en 2017 dans lequel le groupe Total prendrait une participation de 50.1%. A la suite de l’annonce par le Président Trump du rétablissement des sanctions contre l’Iran, le pétrolier a annoncé cette semaine son retrait du projet et du pays à moins d’obtenir une dérogation de la part des autorités américaines. Total évalue à 40 M$ l’investissement réalisé pour le moment et estime ce retrait ne devrait pas impacter ses perspectives de croissance. Son PDG, Patrick Pouyanné, a effectué cette semaine un déplacement à Washington  (Forbes, 16/05).

COMMENTS

WORDPRESS: 0
DISQUS: 0