Faits marquants Écologie, Développement durable, Énergie et Transports n°2018-18

Faits marquants Écologie, Développement durable, Énergie et Transports n°2018-18

Sommaire

Écologie – Climat

  • New York : l’AG ONU adopte la résolution sur le pacte mondial pour l’Environnement
  • A Bonn, les États-Unis maintiennent leur position sur l’accord de Paris
  • Adaptation : l’intelligence artificielle pour interpréter les signaux liés au climat

Transport

  • Le Ministère des Transports dévoile les dix collectivités sélectionnées pour le programme d’intégration des drones
  • L’Auto Alliance se positionne contre le gel des normes d’efficacité énergétique
  • Total investit dans la société Clean Energy

Énergie

  • En ce début d’année 2018, les Américains misent sur les énergies renouvelables
  • En Californie, toute nouvelle habitation devra être équipée de panneaux solaires
  • Le Département de l’Energie encourage le partage des bonnes pratiques énergétiques

Agenda

Écologie – Climat

New York : l’AG ONU adopte une résolution sur le pacte mondial pour l’Environnement

Une proposition de résolution procédurale en vue d’étudier l’opportunité d’un Pacte mondial pour l’environnement a été adoptée le 10 mai par 141 voix pour, 6 voix contre et 6 abstentions par l’Assemblée générale des Nations Unies. Ce vote a été marqué par l’opposition des États-Unis. Nikki Haley, ambassadrice américaine auprès des Nations Unies a déclaré à Fox News le 8 mai que « lorsque des organisations internationales tentent d’imposer de vagues contraintes environnementales à l’Amérique, cela risque de se traduire par un coût important pour les citoyens et les entreprises américaines, sans leur apporter d’importants bénéfices. Le projet de pacte proposé n’est pas dans notre intérêt et nous y sommes opposés ». Le Pacte mondial pour l’environnement est une initiative française promue par le Président de la République et le Secrétaire général de l’ONU Antonio Guterres. Il vise à consolider « la nature fragmentée du droit international sur l’environnement », et à « le codifier » et le rendre accessible à tous les citoyens.

A Bonn, les États-Unis maintiennent leur position sur l’accord de Paris

Les délégués des 196 pays signataires de l’accord de Paris sur le climat se sont retrouvés du 6 au 10 mai à Bonn, en Allemagne, pour faire le point sur la mise en œuvre du traité. A l’occasion, d’une session dite du dialogue de Talanoa le 6 mai, la représentante du département d’État américain a indiqué qu’ « une approche équilibrée sur l’utilisation des ressources énergétique promue par le Président Trump, reste la priorité de l’administration américaine. Notre position sur l’accord de Paris demeure inchangée ». Elle a rappelé que le marché américain a été un vecteur important d’innovation technologique dans le domaine de l’énergie qui a permis le développement du gaz de schiste, des technologies de capture et stockage du carbone couplées aux centrales thermiques à charbon, et des technologies renouvelables, au profit des marchés mondiaux et de la baisse des émissions (E&E news, 8 mai).

Démission du Procureur général de l’État de New York

Le procureur [ndlr démocrate] de l’État de New York Eric Schneiderman, fer de lance de la lutte contre le changement climatique, a démissionné le 6 mai après avoir été accusé dans la presse de violences contre quatre femmes. Cette démission a potentiellement d’importants impacts en matière de politique sur le climat et sur l’opposition démocrate aux initiatives de l’administration Trump dans ce domaine. Le procureur Schneiderman avait engagé plusieurs dizaines de poursuites judiciaires contre des entreprises pétrolières (Exxon) ou des décisions de l’administration Trump en matière de climat et d’environnement (Climate Liability News, 8 Mai).

Adaptation : l’intelligence artificielle pour interpréter les signaux liés au climat

Les services de secours américains font de plus en plus appel aux supercalculateurs afin de mesurer les risques liés aux événements extrêmes, abandonnant d’anciens outils tels que les cartographies des zones inondables de la Federal emergency management agency (FEMA). L’une des entreprises pionnières dans ce domaine est la startup californienne One Concern basée à Palo Alto. Sa plateforme logicielle permet aux autorités de collecter et d’analyser des quantités massives de données référencées géographiquement, puis de calculer les impacts en temps réels d’un événement extrême. Selon ses responsables, cette application met à disposition « les outils nécessaires pour permettre d’identifier les signaux climat d’une manière mesurable et même prédictible ». (E&E news, 8 mai)

Boston organisera un sommet international des maires sur le climat au mois de juin

Marty Walsh, Maire de Boston organisera le 7 juin une réunion mondiale des maires sur le changement climatique. L’ex Secrétaire du département d’Etat John Kerry et l’ex administratrice de l’agence de protection de l’environnement Gina McCarthy participeront à l’événement. L’organisation de cette conférence fait suite à l’abandon par le Département d’Etat d’une conférence internationale sur le climat prévue en 2017 ; celle-ci aura lieu près d’un an jour pour jour après la décision du Président Trump de retirer les États-Unis de l’accord de Paris (WBUR, 9 mai).

Le chiffre de la semaine : 8500 $

Il s’agit du montant de l’amende proposé par l’autorité de sûreté nucléaire américaine, la Nuclear Regulatory Commission, à l’encontre de l’Idaho State University, qui a perdu une source radioactive contenant un gramme de plutonium. Cette source était destinée à tester l’étanchéité de colis de transport de déchets radioactifs (Associated Press, 4 mai).

Transport

Le Ministère des Transports dévoile les dix collectivités sélectionnées pour le programme d’intégration des drones

La ministre des Transports, Elaine Chao, a annoncé mercredi la mise en place du « programme d’essai le plus ambitieux à ce jour pour le développement des drones commerciaux ». Le Ministère a annoncé la sélection de dix collectivités retenues comme zones d’expérimentation sociale et scientifique : les villes de San Diego (Californie), Memphis et Shelby County (Tennessee), Reno (Nevada), Topeka (Kansas), la tribu des Choctaw en Oklahoma, les Etats de Caroline du Nord, de Floride (Lee County) et du Dakota du Nord ainsi que l’Université Virginia Tech et l’Université d’Alaska Fairbanks.

L’appel à candidature avait recueilli 149 propositions de la part des collectivités intéressées par la possibilité de déroger à la réglementation américaine : vol de nuit, survol de personnes, largage de colis… Selon Elaine Chao, ces nombreuses candidatures montrent les « nombreuses solutions technologiques et opérationnelles innovantes à l’horizon ». Les collectivités devaient lister les entreprises avec lesquelles elles travailleraient en partenariat : parmi les gagnantes figurent Airbus, FedEx, Intel, Microsoft, Uber et Flirtey, une startup de livraison de marchandise par drone partenaire de quatre projets sélectionnés. En revanche, Amazon et DJI, le plus grand fabricant mondial de drones non militaires, sont absents des projets retenus : une douzaine de candidatures incluant DJI ont été rejetées tout comme la candidature d’Amazon qui lui aurait permis de livrer des marchandises par drone à New York. Ce programme doit permettre au Ministère des Transports de recueillir des données qui établiront la base d’un nouveau cadre réglementaire permettant d’intégrer en toute sécurité les drones dans l’espace aérien national. Un autre objectif serait d’améliorer l’acceptation des drones par le public. (Sources : Bloomberg, Reuters, The Washington Post et The Hill)

L’Auto Alliance se positionne contre le gel des normes d’efficacité énergétique

L’Auto Alliance, une des principales associations défendant les constructeurs automobiles aux Etats-Unis, a annoncé mardi lors d’une audition au Congrès qu’elle s’opposait à la proposition de l’Administration de geler les normes fédérales d’efficacité énergétique des véhicules après 2020. Selon The Hill, son directeur général souhaite que celles-ci continuent à augmenter, mais d’une façon cohérente avec la réalité du marché, c’est-à-dire moins rapidement que les normes qui avaient été prévues par l’Administration Obama, et qui avait été qualifiées d’inaccessibles par l’Auto Alliance le mois dernier. La semaine dernière, dix-sept Etats démocrates ont intenté une action en justice contre la décision de l’Environmental Protection Agency (EPA) de réviser les normes d’efficacité énergétique des véhicules.

Total investit dans la société Clean Energy

Total a annoncé jeudi par un communiqué de presse son entrée au capital de Clean Energy avec l’achat de 25% de ses actions pour 83,4 millions de dollars ce qui en fait son plus gros actionnaire. Celle-ci fournit du gaz naturel carburant et du gaz naturel renouvelable (GNR) destiné au secteur du transport de marchandises en Amérique du Nord avec un réseau de 550 stations. Selon les informations rapportées par Reuters, Total apporterait également des garanties à hauteur de 100 millions de dollars pour le programme de leasing de Clean Energy qui permettra, à partir du troisième trimestre 2018, aux entreprises du secteur des transports d’acquérir des poids lourds équipés d’un moteur au gaz naturel plus propre, sans surcoût par rapport à un moteur diesel tout en leur garantissant un prix du gaz naturel carburant inférieur à celui du diesel.

Lancement d’une enquête sur les activités de maintenance de deux compagnies aériennes

Le Bureau de l’Inspecteur Général du Ministère des Transports a annoncé mercredi qu’il allait lancer une enquête sur la supervision de la maintenance de deux compagnies aériennes par la Federal Aviation Administration (FAA), rapporte Reuters. L’objectif de l’enquête est « d’évaluer les processus de la FAA pour enquêter sur les allégations de pratiques d’entretien inadéquates chez deux transporteurs, Allegiant Airlines et American Airlines ». Celles-ci avaient été mises en cause le mois dernier par une émission télévisée de CNBC, 60 minutes.

Le chiffre de la semaine: 20 Mds$

C’est le montant des contrats de Boeing avec des compagnies aériennes iraniennes auxquelles le constructeur devrait devoir renoncer suite au rétablissement des sanctions commerciales avec l’Iran annoncé mardi, selon The Washington Post. De même, Airbus pourrait devoir renoncer à un contrat d’un montant de 15 Mds$.

Énergie

En ce début d’année 2018, les Américains misent sur les énergies renouvelables

Selon des données de le Federal Energy Regulatory Commission (FERC), 95% des capacités installées mises en service au cours du premier trimestre 2018 correspondent à des modes renouvelables, contre 50% sur l’ensemble de l’année 2017, comme le rapporte Forbes ce 6 mai. Dans le même temps, USA Today explique que la Tennesse Valley Authority, le producteur d’électricité du Tennessee sous tutelle fédérale et également l’un des plus importants consommateurs de charbon du pays, a entrepris en ce début d’année la fermeture de deux sites de production au charbon et se dirige dans le futur vers des modes plus propres et renouvelables.

En Californie, toute nouvelle habitation devra être équipée de panneaux solaires

Dans le cadre des objectifs environnementaux affichés par l’Etat de Californie de 50% d’électricité non carbonée en 2030, sa Commission de l’Energie a voté ce mercredi l’obligation pour toutes les nouvelles habitations à partir de 2020 d’être équipées de panneaux solaires, de façon individuelle ou en lien avec des exploitations collectives, rapporte le New York Times ce 9 mai. Cette mesure, qui devrait permettre aux ménages des économies, ajoute tout de même un coût à l’achat de l’ordre de 10000$ dans un secteur résidentiel déjà cher et peu accessible. La Californie, leader dans le secteur solaire, devient le premier Etat à prendre de telles mesures. Cette décision intervient alors qu’en début de semaine, le régulateur de l’électricité de l’Etat mettait en garde contre les risques pour la fiabilité du réseau du recours aux ressources distribuées (Forbes, 08/05).

Le Département de l’Energie encourage le partage des bonnes pratiques énergétiques

La web-série intitulée « Better Buildings Challenge SWAP » produite par le Département de l’Energie a organisé pour sa saison 4 l’échange des équipes de gestion de l’énergie d’usines américaines de L’Oréal USA et General Motors dans le but de promouvoir le partage des idées et bonnes pratiques en matière d’efficacité énergétique. Chaque groupe a pu pointer du doigt des améliorations potentielles pour l’autre participant. Les éditions précédentes avaient réuni des universités, des villes et d’autres entreprises.

Vers la création d’un poste dédié à la sécurité énergétique au Département d’Etat

Le Comité des affaires étrangères de la Chambre des Représentants a apporté cette semaine son soutien à un projet de loi bipartisan visant à la création d’un poste d’adjoint au Secrétaire d’Etat dédié à l’énergie (« energy and security diplomacy »). Son rôle serait de promouvoir le développement de ressources énergétiques bénéfiques aux Etats-Unis et à ses alliés et d’assurer le bon fonctionnement d’un marché mondial de l’énergie. Le Représentant à l’origine de cet « Energy Diplomacy Act » y voit un moyen d’aider les pays alliés à se soustraire à la dépendance à des régimes imprévisibles comme la Russie (E&E News, 09/05).

L’U.S. Navy complexifie les projets d’éolien offshore sur les côtes californiennes

Le Los Angeles Times pointe cette semaine un rapport publié en février par la Marine américaine interdisant le développement de projets éoliens au large d’une part importante des côtes californiennes, dont les comtés de Los Angeles et San Diego pour des raisons de conflits avec des activités militaires dans ces zones. Bien que la décision finale ne revienne pas à la Navy, ces préconisations viennent complexifier le développement déjà techniquement difficile de projets éoliens offshore dans le Pacifique, enjeu majeur pour l’Etat de Californie vis-à-vis de ses objectifs environnementaux ambitieux. Selon le journal, des estimations prévoient un potentiel de production d’un térawatt pour l’éolien offshore californien, 13 fois la production terrestre actuelle.

Le chiffre de la semaine : 70 $

Il s’agit du prix atteint par le baril de pétrole WTI (référence américaine) ce 7 mai, un record depuis 2014, rapporte le New York Times. La réduction de la production orchestrée ces deux dernières années par l’OPEP et amplifiée par la crise vénézuélienne a conduit à une hausse des prix continue sur la période amenant les pétroliers américains à exporter vers le marché mondial et donc à tirer vers le haut les prix domestiques. Cette hausse s’est trouvée accélérée ces derniers jours par l’anticipation de l’annonce du retrait des Etats-Unis de l’accord iranien, jusqu’à 71,12 $ au 10 mai. Bank of America prévoit un baril peut-être à plus de 100 $ dès 2019. (Bloomberg).

COMMENTS

WORDPRESS: 0
DISQUS: 0