Faits marquants Écologie, Développement durable, Énergie et Transports n°2018-17

Faits marquants Écologie, Développement durable, Énergie et Transports n°2018-17

Sommaire

Écologie – Climat

  • La remise en cause des normes d’émissions des véhicules attaquée en justice par 17 Etats
  • Une étude quantifie l’impact du réchauffement climatique sur la croissance économique
  • La vague de départs se poursuit parmi les hauts responsables de l’Agence de Protection de l’Environnement

Transport

  • La FAA ordonne de nouvelles inspections après l’accident mortel de Southwest
  • Le Pentagone pourrait être le premier à utiliser des véhicules autonomes
  • Amtrak n’a pas restreint la vitesse de ses trains dans les zones de travaux malgré les accidents mortels

Énergie

  • En vue des élections, l’industrie des énergies renouvelables finance plus les Républicains
  • Les pétroliers américains pourraient pâtir de l’élection présidentielle mexicaine à venir
  • First Solar va tripler sa production de panneaux solaires aux Etats-Unis

 Agenda

Écologie – Climat

La remise en cause des normes d’émissions des véhicules attaquée en justice par 17 Etats

Une coalition de 17 Etats représentant 44% de la population américaine, menée par la Californie et son Procureur Général Xavier Becerra, poursuit une action en justice à l’encontre de l’Agence de Protection de l’Environnement (EPA) à la suite de la révision des standards d’émissions automobiles annoncée le mois dernier sans plus de précision sur la nature des réglementations à venir. L’agence pourrait geler les normes actuelles et retirer à la Californie sa dérogation permettant d’exiger des efforts plus importants, ce que d’autres Etats envisageraient comme le rapporte ce 1er mai le média spécialisé Inside Climate News. Selon un rapport universitaire publié ce mardi, l’EPA n’aurait pas de base factuelle permettant de justifier la décision.

Une étude quantifie l’impact du réchauffement climatique sur la croissance

Selon une étude publiée par la Federal Reserve Bank de Richmond s’intéressant aux conséquences économiques des changements de température saisonniers, le réchauffement climatique pourrait réduire de près d’un tiers la croissance économique des Etats-Unis au cours du siècle à venir. Les auteurs mettent en avant un ralentissement des économies régionales au cours des étés chauds lié à une baisse de la productivité dans les secteurs agricoles et de la construction, à des problèmes de santé plus importants pour les travailleurs exposés à la chaleur ou à la climatisation et à la baisse de la consommation diminuant les ventes. L’étude conclue que, bien que les niveaux de réchauffement à venir soient incertains, des efforts d’atténuation permettraient d’en limiter le coût économique.

L’opérateur du marché de l’électricité New-Yorkais propose une tarification du carbone

Afin de répondre aux objectifs environnementaux ambitieux mis en place par l’Etat de New York (réduction de 80% des émissions de gaz à effet de serre d’ici à 2050), l’opérateur de son marché de l’électricité, NYISO, a publié une proposition de tarification du carbone liée à la production d’électricité, rapporte ce 1er mai le média spécialisé Utility Dive. La réglementation imposerait à tous les producteurs un coût additionnel lié au CO2 émis tout en assurant le maintien de la concurrence à l’import et à l’export. L’année dernière, un rapport pour NYISO estimait que l’impact d’un prix de 40$/tonne serait relativement faible pour les consommateurs.

La vague de départs se poursuit parmi les hauts responsables de l’EPA

Alors que le Sénat a confirmé le mois dernier Andrew Wheeler au poste de numéro deux de l’Agence de Protection de l’Environnement (EPA), les départs se poursuivent dans l’entourage de l’Administrateur Scott Pruitt après la démission en avril de Samantha Dravis, l’une de ses proches conseillères. The Hill rapporte ce jeudi 3 mai le départ de Liz Bowman, chargée des affaires publiques et de la communication de l’Agence dans la foulée des démissions du chef de la sécurité et de l’un des principaux conseillers de l’Administrateur plus tôt dans la semaine. Ces départs interviennent dans un contexte tendu pour l’EPA, après l’audition la semaine dernière au Congrès de Scott Pruitt, ayant dû répondre aux allégations de scandales éthiques à son encontre.

Un projet participatif inspiré de Pokémon pour suivre l’évolution des cours d’eau

A l’aide d’un financement de la NASA, des scientifiques du Colorado ont mis en place en partenariat avec un développeur le projet Stream Tracker, permettant d’assurer via la participation citoyenne, le suivi de l’évolution de cours d’eau trop petits pour être visibles par imagerie satellite. Ces cours d’eau revêtissent une grande importance dans l’étude des grands fleuves et de l’approvisionnement en eau. Pour collecter des informations sur leur état, Stream Tracker encourage les citoyens à se déplacer sur les sites des ruisseaux et à rapporter leurs observations visuelles via l’application smartphone dédiée, sur le modèle du jeu à succès Pokémon Go (Source : NPR, 20/04).

Le chiffre de la semaine : 410 ppm

Une concentration historique en dioxyde de carbone dans l’atmosphère terrestre de plus de 410 parties par million a été mesurée en moyenne au cours du mois d’avril 2018 depuis l’observatoire de Mauna Loa à Hawaï. Ce record s’inscrit dans la tendance continue d’augmentation de la concentration atmosphérique en CO2 depuis le début des mesures en 1958 (315 ppm, soit une hausse de près de 30%). En 2013, la barre des 400 ppm avait été dépassée pour la première fois. Comme le rapporte le Times of San Diego, cette augmentation s’explique par la poursuite des émissions liées à la consommation de combustibles fossiles. Au cours des 800000 années ayant précédé la révolution industrielle, cette concentration n’avait jamais dépassé les 300 parties par million.

Transport

La FAA ordonne de nouvelles inspections après l’accident mortel de Southwest

Suite à l’accident mortel survenu le 17 avril sur un vol de la compagnie Southwest Airlines, la FAA avait ordonné en urgence l’inspection sous 20 jours des aubes de fan des moteurs CFM56-7B sur les Boeing 737 ayant volé 30 000 fois, conformément à une note qu’avait déjà publiée CFM International. Elle a désormais adopté ce mardi les mêmes mesures que celles qui avaient été prises le 20 avril par l’Agence européenne de la sécurité aérienne c’est-à-dire une inspection avant août des moteurs CFM56-7B avec 20 000 vols puis des inspections régulières des aubes de fan tous les 3 000 vols ou environ tous les deux ans, rapporte CNBC. Le porte-parole de la compagnie Southwest a annoncé qu’elle aurait terminé toutes ses inspections avant mi-mai. Selon les premières conclusions du National Transportation Safety Board rapportées par Reuters, « la perte d’une seule aube à l’intérieur du moteur ne devrait pas avoir causé un tel impact dramatique » et la rupture de l’aube de fan a probablement été causée par la fatigue du métal et la dégradation de sa structure liée à une utilisation répétée.

Un autre vol de Southwest Airlines a été dérouté mercredi 2 mai en raison d’un hublot cassé, a confirmé la compagnie aérienne rapportée par The Hill. Aucune blessure n’a été signalée. L’incident n’a pas provoqué d’atterrissage d’urgence, mais ce nouvel incident pourrait fragiliser encore un peu plus la compagnie.

Le Pentagone pourrait être le premier à utiliser des véhicules autonomes

Michael Griffin, ministre adjoint à la Défense pour la recherche et l’ingénierie a déclaré au Congrès que « nous aurons des véhicules autonomes sur les lieux de conflits avant d’en avoir dans les rues », selon Fox News. Selon lui, le personnel militaire chargé de la logistique (livraison de nourritures, carburants et autres) représente, de par leur vulnérabilité, 52% des victimes dans les zones de combat. C’est d’abord pour ces missions logistiques que le Pentagone cherche à utiliser des véhicules autonomes avant d’envisager à plus long terme des sous-marins et des chars sans pilote. Le Pentagone finance des études sur les véhicules autonomes depuis 2004 mais souhaite maintenant « absolument tirer parti de ce qui a été fait sur le plan commercial » selon un haut cadre rapporté par Bloomberg.

Amtrak n’a pas restreint la vitesse de ses trains dans les zones de travaux malgré les accidents mortels

Dans un rapport paru en décembre sur un accident ayant occasionné la mort de deux ouvriers en 2016, les enquêteurs de sécurité américains avaient demandé à Amtrak de restreindre la vitesse de ses trains lorsqu’ils passent dans des zones de travaux. Or, la semaine dernière, un autre employé d’Amtrak a été tué dans un accident similaire dans le Maryland et selon le porte-parole du National Transportation Safety Boad, « le train roulait à grande vitesse et il n’y avait aucune restriction sur la zone de travail ». Pour sa défense, Amtrak explique que la plupart des collisions entre les trains et ses employés se produisent à des vitesses lentes, ce qui rendrait inutiles les restrictions de vitesse. (Source : Bloomberg)

De plus en plus d’entreprises se plaignent de la hausse des prix du fret aux Etats-Unis

Un certain nombre d’entreprises industrielles se plaignent des nombreux retards et hausse des coûts pour le fret ferroviaire et routier, rapporte The Wall Street Journal. Le fret est un secteur en croissance depuis 9 ans, et le taux de chômage y est de 4% ce qui entraine des difficultés pour recruter de nouveaux chauffeurs et tire les prix vers le haut. Dans ce contexte d’offre limitée, les compagnies de fret ont augmenté leur prix mais leurs clients ne peuvent pas forcément répercuter cette augmentation sur les consommateurs finaux, ce qui devrait réduire leurs profits en 2018.

Le chiffre de la semaine: 4,3 Mds$

C’est le montant des subventions que l’Etat de Californie va allouer à des projets de développement des réseaux de transport en commun dont 2,4 milliards provenant des augmentations de taxe sur l’essence et les voitures, et 1,9 milliards provenant du programme Cap-and-Trade, marché des droits d’émissions de gaz à effet de serre. Il s’agit principalement de projets d’autobus et de trains à zéro émission qui permettront selon le gouverneur de Californie, que rapporte Transports Topics, « de diminuer de plusieurs millions de tonnes les émissions de gaz à effet de serre dans l’air ».

Énergie

En vue des élections, l’industrie des énergies renouvelables finance plus les Républicains

A l’occasion des élections de mi-mandat pour le Congrès à venir en fin d’année, Reuters a observé un renforcement du virage côté Républicain des donations de campagne réalisées par les industriels de l’éolien et du solaire, traditionnellement tournées vers les Démocrates. Déjà en 2016, les financements s’étaient équilibrés légèrement en faveur des Républicains. Cette année, les Political Action Committees (PACs) liés aux énergies renouvelables ont donné près de 250000$ aux candidats de la majorité contre 140000$ aux Démocrates, des sommes qui restent faibles comparées aux montants déboursés par les industriels des énergies fossiles.

Les pétroliers américains pourraient pâtir de l’élection présidentielle mexicaine à venir

Au Mexique, le candidat en tête des sondages en vue de l’élection présidentielle de juillet inquiète les grandes entreprises pétrolières américaines en faisant campagne pour une réorientation de la politique énergétique vers une plus grande indépendance vis-à-vis des Etats-Unis. Le New York Times rapporte que le potentiel futur dirigeant souhaite endiguer les exportations de pétrole vers les Etats-Unis en construisant de nouvelles raffineries sur le territoire. De plus, les entreprises pourraient être menacées par une réduction de leur production au Texas et de leur accès au Golfe du Mexique où elles pratiquent des forages offshore.

First Solar va tripler sa production de panneaux solaires aux Etats-Unis

Le plus grand fabricant de panneaux solaires américain a annoncé la construction d’une nouvelle usine dans l’Ohio pour un investissement de 400 M$, qui portera la capacité de production annuelle de l’entreprise à 1,8 GW et créera 500 emplois. Les responsables de l’entreprise ont annoncé avoir pris cette décision en raison de la forte demande américaine pour les panneaux solaires de haute technologie (notamment ceux au tellurure de cadmium de First Solar, exemptés des droits douaniers additionnels), ainsi que des changements récents des politiques fiscales. Reuters rapporte également que le Secrétaire au Commerce s’est félicité de cette décision, résultat espéré des mesures prises par l’administration.

Un patron de fonds spéculatif pétrolier imagine un prix du baril de pétrole à 300 $

Par l’intermédiaire de tweets ensuite retirés de son compte personnel, le manager de hedge fund pétrolier Pierre Andurand a évoqué une possible explosion du prix du pétrole à venir dans le futur. Ce lundi 30 avril, Bloomberg rapporte qu’il expliquerait cette violente hausse par un choc de l’offre causé par l’actuelle réticence à l’investissement dont font preuve les grandes entreprises du secteur, notamment à cause de l’incertitude importante régnant autour de l’impact sur le marché du déploiement des véhicules électriques. Selon Andurand, un prix à court terme supérieur à 100$ le baril ne nuirait pas à l’économie mais encouragerait les investissements en dehors des Etats-Unis.

Un rachat donne naissance au nouveau leader du secteur des raffineries pétrolières

Pour un montant de 23,3 Mds$, l’entreprise de raffinage pétrolier Andeavour a été rachetée cette semaine par l’un de ses concurrents, Marathon. Bloomberg rapporte ce 30 avril que l’opération donne naissance au leader américain du secteur, qui produira près de 3 millions de barils par jour et regroupera des actifs situés dans l’Ouest des Etats-Unis, dans le Midwest et autour du Golfe du Mexique. L’entreprise espère tirer avantage de ses actifs portuaires partagés pour profiter à l’avenir des réglementations en matière de réduction de la pollution liée au transport maritime, notamment sur le segment des carburants à faible teneur en soufre.

Le chiffre de la semaine : 1100 MW

Il s’agit de la capacité installée que possèdera une nouvelle unité de production d’électricité utilisant le gaz naturel dont la construction pour un coût d’un milliard de dollars a été autorisée la semaine dernière dans le Michigan. Malgré une forte opposition menée par des groupes environnementaux promouvant le recours à des sources renouvelables ainsi que des programmes d’amélioration d’efficacité énergétique, l’entreprise DTE Energy a obtenu le feu vert des autorités locales pour la construction de l’usine dont le lancement est prévu pour 2022 et permettra de compenser la fermeture d’unités plus anciennes.

COMMENTS

WORDPRESS: 0
DISQUS: 0