Faits marquants Écologie, Développement durable, Énergie et Transports n°2017-34

Faits marquants Écologie, Développement durable, Énergie et Transports n°2017-34

Sommaire

Écologie – Climat

  • L’environnement et le climat défendus au plus haut niveau par la France à New York
  • La Maison blanche réitère sa position sur l’accord de Paris
  • Un appel à candidatures du Département d’État pour le GIEC

Énergie

  • Le réseau de Porto Rico totalement détruit
  • L’industrie U.S. du solaire impactée négativement par les importations selon la commission du commerce international
  • En Californie, la plus importante batterie lithium-ion au monde a valeur de test pour le stockage d’électricité couplé au réseau

 Agenda

  •  29 Septembre : conférence « A Vision for American Energy Dominance » en présence du Secrétaire du Département de l’intérieur Ryan Zinke à la Heritage Foundation
  •  9 – 15 Octobre : Assemblées annuelles 2017 du FMI et de la Banque Mondiale
  • 14 et 15 Décembre : 9th Annual Southeast Florida Regional Climate Leadership Summit au Broward County Convention Center de Fort Lauderdale (Floride), sur le thème “The Business of Resilence

Écologie – Climat

L’environnement et le climat défendus au plus haut niveau par la France à New York

A l’occasion de l’assemblée générale des Nations Unies et de la Climate Week, la protection de l’environnement et du climat ont été au cœur des priorités françaises à New York. « L’accord de Paris ne sera pas renégocié » a déclaré le 19 septembre le Président de la République devant la 72ème assemblée générale des Nations Unies. Alors que le Président Trump n’a pas mentionné la question du changement climatique dans son discours, Emmanuel Macron a pour sa part indiqué respecter profondément l’intention des États-Unis de quitter l’accord de Paris et que la porte leur sera toujours ouverte. Le même jour, lors du sommet de lancement du Pacte mondial sur l’environnement présidé par Emmanuel Macron, le Secrétaire général des nations Unies a appelé les États membres à se rallier à l’initiative de la France qui permettra de créer le premier texte légalement contraignant sur l’environnement. Encouragé par le soutien de nombreux chefs d’État et ministres, le Président Macron a proposé de lancer sans plus attendre les travaux, avec pour « objectif volontariste et réaliste » d’adopter le pacte au plus tard à l’horizon de 2020. En marge de l’assemblée générale, le ministre d’État, ministre de la Transition écologique et solidaire Nicolas Hulot s’est notamment entretenu avec Achim Steiner, administrateur du Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD). Il a assisté à l’événement de haut niveau sur l’innovation et les Objectifs de développement durable (ODD) et participé à la réunion du World Economic Forum : Accelerating Progress on Climate Change, puis à l’événement de haut niveau sur la ratification de l’amendement de Kigali, co-présidé par le Canada et le Rwanda. Il s’est aussi entretenu avec le Gouverneur de Californie, Jerry Brown. Au consulat de France à New York, Brune Poirson, Secrétaire d’État auprès de Nicolas Hulot a co-présidé, avec le secrétaire d’État auprès du Premier ministre chargé du Numérique, un événement dédié à l’open data au service des enjeux climatiques. Elle a également participé à un événement co-organisé avec la Suède sur la mobilisation du secteur privé pour le financement du changement climatique. Nicolas Hulot a en outre participé au dialogue des leaders sur le climat à l’initiative du Secrétaire général des Nations Unies et à la rencontre de haut niveau sur le climat à l’invitation de la Fondation des Nations Unies et du gouverneur de Californie, M. Jerry Brown.  Enfin, Nicolas Hulot a présenté le Pacte mondial pour l’Environnement lors d’une conférence à la Columbia University Faculty House.

La Maison blanche réitère sa position sur l’accord de Paris

La Maison blanche a confirmé le 18 septembre que sa position sur l’accord de Paris n’avait pas changé, démentant des informations publiées le 17 septembre par le Wall Street Journal à la suite du Sommet sur le climat de Montréal co-présidé par le Canada, la Chine et l’Union Européenne.

Énergies fossiles : poursuite contre des   entreprises pétrolières et décision de justice pouvant faire jurisprudence

Selon The Hill, les villes de San Francisco et Oakland (CA), ont fait part de poursuites engagées le 20 septembre à l’encontre de cinq entreprises pétrolières — BP PLC, Chevron Corp., ConocoPhillips Co., Exxon Mobil Corp. et Royal Dutch Shell PLC — au motif que celles-ci menaceraient leur avenir malgré leur connaissance depuis de nombreuses années des risques liés au changement climatique, notamment de l’élévation du niveau de la mer. Par ailleurs, les projets liés à l’extraction d’énergies fossiles devraient désormais tenir compte de la décision du 14 septembre d’une cour d’appel ayant ordonné au gouvernement fédéral de réviser les impacts liés au changement climatique de deux mines de charbon géantes dans le Wyoming, rapporte Bloomberg BNA.

Un appel à candidatures pour le GIEC

Le Département d’État (DoS) a annoncé le 18 septembre qu’il entend désigner des experts pour participer au sixième rapport d’évaluation du GIEC sur le changement climatique. Cette prochaine analyse devra aboutir en 2022. La clôture de l’appel à candidatures du DoS est prévue le 17 octobre.

L’économie du partage bénéfique au climat sous certaines conditions

Des applications sur l’économie du partage telles que Uber, Craigslist et Airbnb pourraient contribuer à atténuer les effets du changement climatique en zone urbaine, mais uniquement sous certaines conditions, rapporte le 18 septembre le Washington Post.

Le chiffre de la semaine : plus de 20 M$

Il s’agit du montant des récentes aides distribuées au profit de 100 projets environnementaux dans le monde par la fondation de Leonardo DiCaprio.

Énergie

Le réseau de Porto Rico totalement détruit

Le réseau électrique de Porto Rico déjà en mauvais état et en situation de sous-investissement chronique a été totalement détruit par l’ouragan Maria, a déclaré à la presse le Président Trump le 21 septembre. La tempête massive de catégorie 4 sur 5 qui s’est abattue sur l’île caribéenne le 20 septembre avec des vents de 250 km/h laisse 3,4 millions d’habitants sans alimentations électriques. Elle va générer des coûts de réparation importants à un exploitant déjà très affaibli par une dette de plus de 9 Mds $, dont la qualité de service est faible et qui impose des prix très élevés à ses consommateurs, souligne le Washington Post.

L’industrie U.S. du solaire impactée négativement par les importations selon la commission du commerce international

A la suite de la requête de la société Suniva basée en Géorgie et de la filiale américaine de la société allemande SolarWorldAG, la Commission sur le commerce international des États-Unis (ITC) a jugé par 4 voix contre 0 que l’industrie de la fabrication des panneaux solaires américaine a été impactée négativement par les importations, rapporte Bloomberg le 22 septembre. Elle va à présent mettre en œuvre les dispositions de la section 201 du Trade Act de 1974 qui prévoit des mesures de protection du marché intérieur (« the remedy phase »). L’ITC transmettra des recommandations au Président des États-Unis d’ici au 13 novembre. Une décision finale est attendue le 12 janvier 2018. Suniva réclame 40 cents/W de droits d’importation sur les cellules photovoltaïques et un prix plancher de 78 cents/W pour les panneaux, un prix qui s’élève actuellement à 32 cents sur les marchés internationaux. L’association américaine des industriels du solaire a exprimé sa déception pour les 9 000 entreprises américaines du secteur solaire et leur 260 000 emplois. A court terme, cette décision est source d’incertitude pour le solaire, a indiqué un analyste de Bloomberg New Energy Finance.

L’industrie charbonnière en déclin

En 2013, l’agence américaine d’information sur l’énergie (EIA) projetait un accroissement de 39% de la demande mondiale de charbon en 2040. Aujourd’hui, elle ne prévoit plus qu’une hausse de 1% selon l’édition papier du Financial Times du 20 septembre. La consommation devrait décliner en Chine et aux USA. A court terme la consommation américaine a rebondi en raison d’une hausse des prix du gaz. Mais les prix du charbon ont également augmenté et l’industrie américaine de l’énergie se focalise désormais sur le gaz et les énergies renouvelables. Les centrales thermiques à charbon existantes sont menacées de devenir non rentables en l’absence d’intervention sur les marchés et il semble difficile de contrer le déclin des emplois dans l’industrie charbonnière, affirme le FT.

En Californie, la plus importante batterie lithium-ion au monde a valeur de test pour le stockage d’électricité couplé au réseau

La fuite massive survenue en 2015 sur le site stockage de gaz naturel Aliso Canyon a conduit la Californie à expérimenter des alternatives au stockage d’énergie, pour garantir la stabilité de son réseau électrique et permettre le stockage d’énergie renouvelable, rapporte le Guardian du 15 septembre. En réponse à cet accident majeur, alors que la construction d’une nouvelle centrale thermique à gaz peut prendre plusieurs années, AES Energy Storage a alors décidé de construire au nord de San Diego en moins de six mois la plus importante unité de batteries lithium-ion au monde pour le compte de San Diego Gas & Electric (SDG&E). Elle dispose d’une capacité de 30 MW/120 MWh et permet d’alimenter 20 000 foyers. Aujourd’hui Tesla a initié la construction d’une unité encore plus importante de 100 MW/129 MWh—en Australie.

Le chiffre de la semaine : 200 MW

Il s’agit des capacités de production d’électricité provenant de fermes éoliennes situées dans l’Ohio et l’Illinois que vient d’acquérir General Motors pour sept de ses sites situés dans ces États. Celles-ci permettront d’assurer 20% des approvisionnements en électricité renouvelable de l’entreprise lorsqu’elles seront raccordées au réseau l’an prochain. GM a annoncé l’an passé son intention d’approvisionner en énergies renouvelables toutes ses usines dans le monde en 2050.

COMMENTS

WORDPRESS: 0
DISQUS: 0