Acteurs ECO n°3

Acteurs ECO n°3

SOMMAIRE

– L’Actu – Cybersécurité : la coopération franco-américaine au beau fixe

– Analyse – Alimentation aux Etats-Unis : information du consommateur et modes de  consommation

– Success Story  – La France en tête dans le secteur des navettes autonomes

– La parole à – Caroline Ryan, Directrice générale de l’AmCham France

– Le saviez-vous ?  L’excellence spatiale française prisée par les Etats-Unis

– A vos agendas ! Vos rendez-vous économiques des prochaines semaines


L’ACTU – Cybersécurité : la coopération franco-américaine au beau fixe

Une conférence a permis d’approfondir le dialogue avec les autorités américaines, de valoriser l’offre française en cybersécurité et de positionner la France comme puissance innovante.

Le 13 avril 2017, le Global Business Executive Forum a organisé une conférence sur le thème de la cybersécurité à l’Ambassade de France. Organisée avec le soutien du Comité National des Conseillers du Commerce Extérieur de la France et ceux d’Amérique du Nord, l’événement a été ouvert par Gérard Araud, Ambassadeur de France aux Etats-Unis, et a fait intervenir plusieurs personnalités françaises et américaines, parmi lesquelles Gary Shapiro, Président de la Consumer Technology Association  et Président du plus grand événement mondial dédié à l’innovation, le CES Las Vegas, le Responsable cybersécurité du FBI, Howard Marshall et l’Ambassadeur de France pour la cyberdiplomatie, David Martinon.

La cybersécurité, enjeu majeur pour les deux alliés

Les participants ont évoqué l’étroite collaboration entre la France et les Etats-Unis sur les questions de cybersécurité. Les deux nations ont notamment soutenu à l’OTAN le Cyber Defense Plege qui plaide pour un mécanisme d’entraide en cas de cyber-attaque. Les intervenants ont aussi appelé à une plus grande coopération entre agences de renseignement.

« La France, puissance en termes d’innovation » Gary Shapiro, Président du CES

Gary Shapiro a rappelé que la France accueille chaque année le CES Unveiled Paris, qui rassemble plus de 700 personnes, tandis que le dernier CES de Las Vegas a accueilli 238 entreprises françaises, soit la 3ème délégation derrière les Etats-Unis et la Chine. L’Ambassadeur de France aux Etats-Unis a  rappelé la stratégie de la France de promotion de ses entrepreneurs à travers la French Tech, avant de suggérer l’organisation d’une déclinaison du CES en France.

L’événement a notamment vu la participation de deux startups françaises spécialisées en cybersécurité :
CybelAngel détecte les fuites de données ou les contrefaçons sur le dark web, un espace virtuel propice à la cybercriminalité, et Cyber Test Systems, dont les boîtiers génèrent un trafic de données à très haut débit intégrant des scénarios d’attaques informatiques visant à tester la cyberdéfense d’un système.


ANALYSE : Alimentation aux Etats-Unis : information du consommateur et modes de consommation

L’administration reporte l’entrée en vigueur de certaines réglementations sur l’information du consommateur ; par ailleurs de nouveaux modes de consommation se développent.

Le Président Trump a annoncé sa volonté de réduire les réglementations affectant l’activité économique, et au premier chef celles mises en place par l’Administration Obama. Le champ des politiques visées inclue l’information du consommateur (par exemple la mention des calories sur les menus des établissements et l’étiquetage des aliments).

Une entrée en vigueur des réglementations retardée

Ainsi, la Food and Drug administration a annoncé que l’entrée en vigueur des nouvelles mentions obligatoires sur les menus des chaines de restaurants (notamment le nombre de calories pour chaque plat), initialement prévue le 5 mai 2017 (après sept années de travail), était repoussée d’un an, le temps de procéder le cas échéant à une réduction de la charge administrative. Par ailleurs, la Maison Blanche a évoqué récemment la possibilité du report de la réforme de l’étiquetage nutritionnel des aliments (indications des calories, des sucres ajoutés), qui devait aboutir en juillet 2018, afin de coupler l’exercice à une révision, également attendue, de l’étiquetage de la présence des OGM dans les aliments ; ceci devrait prendre quelques années.

Un développement du bio, du végétarisme et vegan, du manger local

Dans le même temps, les modes de consommation du consommateur américain évoluent, ces derniers étant davantage soucieux des ingrédients et des modes de production. L’agriculture biologique continue son expansion, avec une augmentation de 23% en valeur entre 2012 et 2014 selon l’USDA (US Department of agriculture), et dépasse les 4% de part de marché. On constate également un fort développement des aliments de substitution aux produits animaux, pour les végétariens (qui ne mangent pas de produits carnés), végétaliens et vegans (qui ne mangent pas de produits issus d’animaux, y compris lait et œufs) : selon des études de la part de ces secteurs, le marché des ‘’laits’’ végétaux, par exemple, a cru de 57 % entre 2011 et 2015. Dernière tendance, le nombre toujours plus importants de locavores (qui privilégient les produits locaux) : signe de cette tendance, le nombre de « farmers markets », favorisant la vente directe locale, a ainsi augmenté de plus de 45% entre 2010 et 2015.


SUCCESS STORY : La France en tête dans le secteur des navettes autonomes

Les innovations autour du véhicule connecté et autonome ont le potentiel pour changer le paysage de l’industrie automobile et du secteur des transports comme le relèvent beaucoup d’analystes dont le Center for Automotive Industry dans un rapport consacré au sujet en 2017 : « Planning for Connected and Automated Vehicles ».

De nombreux véhicules mis sur le marché sont d’ores et déjà équipés de systèmes de conduite automatique dans certaines situations. Il existe en revanche des marges de progrès pour rendre à terme les véhicules de plus en plus autonomes, voir capable de fonctionner sans que le conducteur n’intervienne (catégorie 5 de la classification établie par la Society of Automotive Engineers).

L’activité de R&D dans le domaine du véhicule autonome concentre certains centres importants aux Etats-Unis, notamment dans la Silicon Valley et dans le Michigan.

Dans les deux cas, les entreprises françaises sont très actives, avec des équipementiers automobiles comme Valeo, Faurecia, Michelin ou des PME/ETI. De nombreux  constructeurs automobiles comme Nissan et son centre de recherche de 1 200 salariés aux Etats-Unis sont également très présents sur ce secteur.

Deux nouveaux arrivants français aux Etats-Unis en 2017

Certaines entreprises françaises occupent le devant de la scène de l’innovation cette année. L’entreprise Navya a ainsi présenté au dernier CES de Las Vegas une version commercialisable de son minibus électrique et sans chauffeur, a conclu un accord avec la ville de Las Vegas et Keolis et a récemment construit un site d’assemblage à Detroit. De son côté, l’entreprise française  EasyMile a décroché un contrat pour le déploiement d’une navette autonome dans le parc San Ramon en Californie en décembre 2016 et  a récemment ouvert un bureau commercial à Denver.


LA PAROLE A : Caroline Ryan, Directrice générale de l’AmCham France

« La France peut devenir un véritable hub pour l’investissement américain en Europe. »

Quel rôle joue l’AmCham dans l’approfondissement des relations franco-américaines ?

Ni syndicat, ni think tank, la Chambre de Commerce Américaine en France (AmCham) est l’organisation de référence pour le business transatlantique. En parallèle de l’action des pouvoirs publics, nous contribuons à promouvoir la destination France auprès des centres de décisions des groupes internationaux, des influenceurs et des média anglo-saxons, notamment via nos 350 membres qui relaient des messages d’attractivité et partagent leurs success stories.

Nous souhaitons porter une vision positive des échanges quels qu’ils soient : commerciaux, financiers, intellectuels, etc. Nous contribuons aussi à faciliter le dialogue État-entreprise et installer l’entreprise au cœur du processus de l’action publique.

Nous favorisons enfin le développement des compétences en agissant sur l’employabilité et en favorisant les échanges entre les acteurs du système éducatif et les entreprises. C’est l’objectif de notre programme « Women Coding for Success » lancé en 2017.

Comment voyez-vous l’évolution des relations transatlantiques ?

La France et les États-Unis jouissent d’une relation historique unique et solide qui se renforce d’année en année.

D’un point de vue économique, les États-Unis sont les premiers investisseurs créateurs d’emplois en France avec 460 000 emplois directs créés. Avec plus d’un milliard de dollars échangés chaque jour, nos deux pays entretiennent une relation équilibrée, basée sur l’échange de biens de haute qualité. En 2017, nous sommes à un point d’inflexion. Les États-Unis et la France ont élu de nouveaux gouvernants, ce qui constitue une opportunité à saisir. La France peut conforter son positionnement stratégique et devenir un véritable hub pour l’investissement américain en Europe.

Comment évaluez-vous l’attractivité de la France pour les entreprises américaines ?

Dans le dernier Baromètre AmCham-Bain, que nous publions depuis 17 ans, nos entreprises membres ont exprimé un regain d’optimisme sur les perspectives de l’économie française. 49% des participants estiment que l’évolution du contexte économique sera positive (douze points de plus qu’en 2015), 81% des investisseurs américains considèrent que la France est une destination attractive pour engager ou accélérer sa transformation numérique. Les fondamentaux sont donc solides, même s’il est urgent d’accélérer les réformes structurelles pour tirer parti de la reprise.

Cette solidité se traduit dans les décisions d’investissement des entreprises américaines, pour qui la France peut devenir un véritable hub pour l’Europe.

On peut citer FedEx qui a investi 200 millions d’euros pour agrandir sa présence à l’aéroport de Roissy-Charles-de-Gaulle, sa principale plateforme hors des États-Unis. General Electric, a ouvert en 2016 à Paris son premier centre d’innovation et de R&D dédié au digital en Europe. Amazon a ouvert son plus grand centre de distribution en France près d’Amiens et créera plus de 1500 nouveaux emplois cette année. Dans l’agroalimentaire, KFC a créé plus de 3000 emplois en France en 2016.

Rien qu’en 2016, les 182 investissements en provenance des États-Unis ont permis la création ou le maintien de 6 800 emplois. Ils sont également générateurs d’autres projets et contribuent à la création d’emplois indirects.

Quid de l’écosystème tech en France ?

Les start-ups françaises forment une communauté très dynamique que l’AmCham côtoie au quotidien et qui est bien visible aux yeux des Américains, à travers par exemple le CES de Las Vegas. L’AmCham contribue d’ailleurs à leur développement et à leur implantation aux États-Unis en organisant chaque année un concours : ‘Global Growth Pitch Competition’.


LE SAVIEZ-VOUS : L’excellence spatiale française prisée par les Etats-Unis

Les opérateurs américains collaborent de plus en plus avec l’industrie spatiale française et européenne sur des projets d’envergure, notamment dans le domaine porteur des constellations de satellites de communication. C’est le cas de Thales Alenia Space, maître d’œuvre des satellites de la constellation Iridium NEXT dont le premier lancement a eu lieu en janvier dernier, ou encore d’Airbus Defence and Space, responsable de la construction des satellites de la future constellation OneWeb. Les géants américains de télécommunications et télédiffusion tels qu’Intelsat ou DirecTV confient régulièrement la mise en orbite de leurs satellites géostationnaires à la société de lancement Arianespace, dont le PDG, Stéphane  Israël, s’est  vu remettre en mars dernier la distinction de Satellite Executive of the Year, décernée par la revue américaine Via Satellite.

La France premier partenaire spatial des Etats-Unis

Depuis plusieurs décennies, de nombreux programmes phares tant scientifiques que technologiques, en particulier dans les domaines de l’océanographie et de l’exploration martienne, sont réalisés conjointement. Ces coopérations s’inscrivent depuis 2007 dans le cadre d’un accord intergouvernemental impliquant le CNES, la NASA et la NOAA – l’agence américaine d’observation océanique et atmosphérique. Autant d’opportunités de coopération future entre les acteurs français et américains du secteur.


A VOS AGENDAS

Retrouvez vos rendez-vous économiques des prochaines semaines en consultant notre agenda en ligne.

Lumière sur : STARTUP TOUR mai-septembre 2017

French Founders et French Morning, organisent une grande compétition de startup pour l’Amérique du Nord, avec plusieurs partenaires dont le Consulat général à New York, Business France, les quatre villes French Tech (San Francisco, Los Angeles, Montréal et New York) et trois Chambres de Commerce franco-américaines (San Francisco, San Diego, et Chicago). La liste des start-up retenues pour la compétition sera annoncée fin mai, avant des concours déclinés dans 7 villes courant juin et une finale à New York à la rentrée.

En juin à San Francisco, Los Angeles, New York, Boston, Chicago, Miami et Montréal. Finale en septembre à New York.

Plus en savoir plus : http://startuptour.us/.

COMMENTS

WORDPRESS: 0
DISQUS: 0